Les ventes de semi-conducteurs sur le fil du rasoir

 |  | 512 mots
De moins en moins timide, la reprise des ventes mondiales de puces pourrait bien s'affirmer encore au troisième trimestre. C'est en tout cas le pronostic de la Semiconductor Industry Association (SIA), la principale organisation professionnelle du secteur. Les chiffres du mois de juillet, marqués par une hausse des ventes de 8% sur un an (contre une baisse de 2% en juin) et de 3% d'un mois sur l'autre, à 11,7 milliards de dollars, confortent le président de la SIA, George Scalise, dans son optimisme : "les données de juillet et la hausse d'une année sur l'autre confirment qu'une reprise modérée mais durable se poursuit, permettant d'attendre une croissance de 7 à 9% en rythme séquentiel au troisième trimestre", explique-t-il. Au deuxième trimestre, la hausse des ventes n'avait pas dépassé 5,8%. La SIA souligne que les ventes de juillet ont profité du succés des produits d'électronique grand public, comme les appareils photo numériques, les consoles de jeu ou les camescopes. Mais la demande de puces a également progressé sur les segments des combinés mobiles ou des équipements de réseaux. Ces tendances profitent au Japon, où la hausse des ventes a atteint 8,5%, tandis que l'Amérique et l'Europe sont globalement stables. Le marché du PC, en revanche, reste faible, même si les ventes de rentrée lui laissent encore un peu d'espoir. Comme le souligne Merrill Lynch, près des 50% des expéditions de microprocesseurs pour PC sont réalisées en septembre.Pour l'ensemble de 2002, la SIA table sur une hausse de 3% des ventes globales. Une performance modeste, les chiffres de 2001 ayant souffert de la plus forte crise vécue par le secteur depuis plus de vingt ans. Mais la SIA espère surtout voir le secteur renouer l'an prochain et en 2004 avec ses taux de croissance "historiques", supérieurs à 20%. Un optimisme qui n'est pas forcément partagé par tous les observateurs du secteur, notamment les analystes financiers. Merrill Lynch maintient son pronostic d'une baisse de 1% des ventes mondiales sur 2002, à 138 milliards de dollars. Quant à Tom Tornhill, d'UBS Warburg, il note que les prix de vente moyens sont retombés cet été à leurs plus bas niveaux en dix ans, déjà touchés en avril. Et s'il révise ses pronostics annuels à la hausse, ce n'est que modérément : selon lui, la baisse des ventes peut encore atteindre 2% (au lieu des 0 à 5% de croissance qu'il attendait jusqu'à présent).Inquiétude pour Intel. Plus que les chiffres de la SIA, acteurs du secteur et investisseurs attendent avec impatience les déclarations d'Intel, qui fera jeudi soir le point sur son activité du trimestre en cours. Et déjà, certains analystes s'attendent à voir le numéro un mondial des microprocesseurs modérer ses ambitions. Chez Lehman Brothers, Daniel Miles prévoit ainsi que le groupe va resserrer vers le bas sa fourchette d'estimations de chiffre d'affaires, la ramenant entre 6,4 et 6,7 milliards de dollars, contre 6,3 à 6,9 milliards jusqu'à présent. Un jugement qui pèse sur le cours d'Intel à Wall Street : en milieu de séance, l'action cède 4% à 16,01 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :