Sun Microsystems ploie sous la charge de sa restructuration

 |  | 426 mots
Lecture 2 min.
Le soleil ne brille pas encore pour Sun Microsystems. Le fabricant américain de serveurs informatiques a enregistré au troisième trimestre (clos fin mars) de son exercice 2003/2004 une perte nette de 760 millions de dollars, après un timide bénéfice de 4 millions de dollars lors de la même période de l'an dernier. Quant aux ventes, elles continuent de s'éroder avec un douzième trimestre consécutif de baisse, -5% à 2,65 milliards de dollars.Le trou affiché par Sun traduit notamment l'impact de la restructuration en cours au sein du groupe. Le 2 avril dernier, la direction de Sun avait émis un profit warning et indiqué qu'elle allait procéder à 3.300 suppressions d'emplois, soit 9% de l'effectif total. Ces décisions, avait précisé, Sun se traduiraient par une charge de 475 millions de dollars répartie sur plusieurs trimestres. Il s'agit pour le groupe d'ajuster sa taille à des revenus en baisse constante.Effectivement sur la période allant de janvier à mars, Sun a passé dans ses comptes une charge de 503 millions de dollars. 300 millions correspondent à des questions fiscales et 203 aux frais liés à la restructuration. Hors éléments exceptionnels (charges et gains), le groupe américain affiche une perte de 260 millions de dollars, soit 8 cents par action. Ceci est conforme avec le bas des attentes annoncées par le groupe lui-même début avril lors de son profit-warning. La marge brute a pour sa part reculé de 4,3 points à 40,3% des ventes.Le plan de relance élaboré par Sun Microsystems concerne ses filiales de matériels informatiques, autrement dit son coeur de métier. Parmi les premières mesures annoncées, le départ de deux cadres importants, à savoir Mark Tolliver, responsable du marketing et de la stratégie, et Neil Knox, à la tête des serveurs. Ils rejoignent la longue liste des dirigeants de Sun qui ont été contraints d'abandonner leur poste depuis deux ans. Cela fait maintenant trois ans que Sun doit affronter le succès croissant des serveurs développés par Intel d'un côté et la popularité du système d'exploitation Linux de l'autre. Afin de contrer ces concurrents, Sun Microsystems a mis sur le marché ces derniers temps des nouveaux produits, notamment des serveurs utilisant le processeur Opteron d'AMD. Il va aussi lancer prochainement une nouvelle version de son système d'exploitation Solaris. Du succès de ces nouveaux produits lors des trimestres à venir dépendra la capacité de Sun de sortir de l'ornière.A Wall Street vendredi, deux heures après l'ouverture, le titre Sun Microsystems décroche de 3,19%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :