Iliad chute en Bourse après la mise en examen de son président

 |  | 396 mots
Lecture 2 min.
Mauvaise fin de semaine pour Iliad. L'action de la maison-mère du fournisseur d'accès à Internet Free plonge en clôture vendredi de 10,77%, à 18,48 euros vendredi à la Bourse de Paris. Loin de s'intéresser aux chiffres des nouveaux abonnés comme cela est souvent le cas dans le secteur, c'est cette fois une affaire judiciaire qui inquiète les investisseurs.Le président du conseil d'administration, Xavier Niel, a été mis en examen et placé en détention provisoire pour "proxénétisme aggravé", selon le parquet de Paris, contacté par l'AFP. Xavier Niel aurait en fait investi dans trois "peep shows" qui auraient servi de couverture à des activités de prostitution à la demande. Il a aussi été mis en examen pour "recel d'abus de biens sociaux" pour avoir recueilli de l'argent qui aurait dû revenir aux sociétés gérant ces "peep shows".Iliad a précisé dans un communiqué que cette procédure ne concerne qu'une "affaire privée" et "n'implique aucun autre dirigeant du groupe". Il n'empêche que cette affaire pourrait venir ternir l'image d'un groupe à qui jusqu'ici tout semblait réussir. Créée en 1987 par Xavier Niel, la société s'est imposée ces dernières années sur le marché de l'ADSL, grâce à sa filiale Free devenue le véritable outsider de Wanadoo. Début mai, fort du succès de sa FreeBox, Free revendiquait 635.000 abonnés ADSL. Et il espère en compter 1 million en juin 2005.Même l'introduction en Bourse de la société (réalisée en janvier dernier) a été un triomphe dans un marché pourtant très prudent après des mois de calme plat sur le front des introductions. L'opération a été souscrite plus de 25 fois (voir ci-contre). Et pour sa première journée de cotation, l'action a gagné plus de 30% sur son prix d'introduction de 16,30 euros.Malgré la violente réaction du marché ce vendredi, le groupe tente toutefois de se montrer rassurant. Selon Iliad, les déboires de son président ne devraient pas l'empêcher de continuer sur la voie qu'il s'est tracée. "Le conseil d'administration (...) s'est assuré que l'organisation de la société, autour de son directeur général, Cyril Poidatz, permettait la poursuite de son développement dans le cadre du plan stratégique en cours", explique-t-il. Bref, Iliad a confirmé ses objectifs jusqu'en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :