Bolloré devient maître à bord d'Aegis après le retrait de WPP

WPP se retire du dossier Aegis. Le group publicitaire britannique a annoncé qu'il ne ferait pas d'offre de rachat pour tenter de reprendre sa consoeur et compatriote Aegis. De son côté, le fonds d'investissements américain Hellman and Friedman allié à WPP dans l'étude du projet de rachat d'Aegis, ne fera pas non plus d'offre. WPP et Hellman and Friedman ont fait deux offres en numéraire. Le conseil d'administration d'Aegis n'a pas souhaité s'engager dans une des deux propositions.Le retrait du groupe dirigé par Martin Sorell "n'a pas été une surprise étant donné que WPP et Hellman and Friedman n'ont pas fait de proposition crédible au conseil d'administration", a indiqué Robert Lerwill, le directeur général d'Aegis. Selon Aegis, WPP et Hellman and Friedman ont présenté une proposition indicative à un prix "substantiellement en dessous de la proposition à 140 pence formulée par Publicis" fin septembre. Aegis se félicite par ailleurs que le retrait de WPP et de Hellman and Friedman "mette un terme à l'incertitude engendrée par les récentes approches".Un mois après que Publicis ait annoncé officiellement qu'il ne ferait pas d'offre sur Aegis (voir ci-contre), WPP semblait pourtant en bonne position pour proposer un rachat. Alors que WPP et Hellman and Friedman étudiaient le lancement d'une possible offre de rachat sur Aegis, Vincent Bolloré accentuait ses positions.Car depuis plus de quatre mois, le premier actionnaire et président d'Havas est devenu également le premier actionnaire d'Aegis. Depuis le mois d'août, Vincent Bolloré a progressé petit à petit dans le capital d'Aegis. Aujourd'hui, il détient 24,99% de la société britannique spécialisée d'achat d'espaces et d'études de marché.Depuis quelques jours, la rumeur courrait que WPP et Vincent Bolloré pourraient lancer une offre commune pour se partager Aegis (voir ci-contre). En effet, WPP est intéressé par Synovate, la branche d'études de marché d'Aegis. De son côté, Vincent Bolloré serait favorable à un partenariat entre Aegis et son Havas, dont il est le premier actionnaire avec 23,8% du capital, dans l'achat d'espaces. Aujourd'hui, Vincent Bolloré se retrouve seul maître à bord d'Aegis. Avec un quart du capital, l'avenir d'Aegis passe obligatoirement par l'homme d'affaires breton. Dans tous les cas, Vincent Bolloré a la voie dégagée. Selon les règles du régulateur britannique des fusions, le Takeover Panel, WPP et Hellman and Friedman ne pourront pas lancer d'offre sur Aegis pendant les six prochains mois. Pendant ce temps, Vincent Bolloré pourrait prendre les commandes d'Aegis ou reprendre les activités d'achat d'espaces qui l'intéresse pour Havas. Quoi qu'il en soit, Vincent Bolloré est aujourd'hui libre de faire ce qu'il veut chez Aegis.A Londres, le titre Aegis a clôturé à l'équilibre à 117,25 pence.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.