Fauchon se recentre sur la place de la Madeleine

Fauchon retourne à ses racines. Comme à la fin du XIXème siècle, lors de sa création par Auguste Fauchon, la célèbre épicerie fine n'aura bientôt plus qu'une seule adresse à Paris: place de la Madeleine. Dans un communiqué, le groupe a annoncé son intention de céder "9 boutiques parisiennes ainsi que le laboratoire de production [situé à Fresnes]", le tout au traiteur Lenôtre.Ainsi, "Fauchon se concentrerait sur ses sites historiques de la place de la Madeleine pour lesquels une cuisine dédiée serait créée", ajoute le communiqué, en précisant que ces implantations seront "le modèle de son développement mondial, notamment vers l'Asie et l'Europe".Alors que jusqu'ici, la fermeture de boutiques avait été vue comme remède aux difficultés du groupe (certaines implantations parisiennes en ont fait les frais), ce projet vient mettre un point d'orgue au repositionnement voulu par Michel Ducros, à la tête de l'entreprise depuis le début de l'année 2004.En 2002, une diversification avait notamment été opérée avec le rachat au groupe Flo de ses boutiques traiteurs. Mais depuis, les pertes de Fauchon se sont accumulées. Après le trou de 11,5 millions d'euros enregistré sur l'exercice 2003 (clos en mars 2004), le groupe a parlé d'une perte d'exploitation de 8 à 9 millions pour le dernier exercice, soit 11% du chiffre d'affaires des boutiques et plus de 5% des revenus de la marque dans le monde.Pour la direction, il fallait donc restructurer et se recentrer. Un mouvement qui avait déjà été amorcé avec la vente de la biscuiterie Le Dréan (au printemps 2004) et celle de l'activité plateaux-repas (en septembre) à Fleury-Michon pour 10 millions d'euros.Cette reconfiguration ne devrait en tout cas pas avoir de conséquences fâcheuses sur le plan social. Se disant "très content d'avoir du personnel compétent", Patrick Sicard, le PDG de Lenôtre (groupe Accor) a assuré à l'AFP qu'"il n'y aura aucun licenciement" pour les 345 personnes concernées par le projet.Les salariés devront seulement participer à des formations de "mise aux standards de Lenôtre", à partir du 1er juillet, date à laquelle leur intégration est programmée. Parallèlement, Lenôtre va également re-décorer à ses couleurs les boutiques rachetées. Pour le traiteur, il s'agit là d'une véritable "opportunité" qui devrait lui permettre de porter son chiffre d'affaires de 91 millions d'euros en 2004 à 115 millions d'euros en 2005.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.