France : faible croissance confirmée au deuxième trimestre, moral des ménages en berne en septembre

La hausse du PIB n'a pas dépassé 0,3% d'avril à juin. L'acquis de croissance s'établit ainsi à 1,4% à la fin du premier semestre. En septembre, le moral des ménages recule de 6 points.

La faible croissance du produit intérieur brut (PIB) de la France à la fin du deuxième trimestre a été confirmée ce vendredi à 0,3% par l'Insee, qui a dans le même temps révisé à la hausse celle du premier trimestre à 0,6% (+0,1 point). Compte tenu de ces chiffres, l'acquis de croissance pour 2007 s'établit à 1,4% à la fin juin (en hausse de 0,1 point).

La hausse des dépenses de consommation des ménages a été confirmée à 0,6% pour le deuxième trimestre et à 0,5% au cours des trois premiers mois de l'année. Elles contribuent pour 0,3 point à l'évolution du PIB sur la période d'avril à juin.

La progression de l'investissement des entreprises non financières a été révisée en hausse de 0,4 point à 0,4% après une progression de 1,4% au premier trimestre. Les exportations ont ralenti au deuxième trimestre avec une progression de 0,9% (1,1% selon les premiers résultats) après 1,4% au premier trimestre (1,3% selon les premiers résultats), tandis que les importations ont sensiblement accéléré de 1,9% (2,1% selon les premiers résultats) après 0,6% au trimestre précédent (0,7% selon les premiers résultats).

Au total, le solde extérieur contribue négativement à hauteur de 0,3 point à l'évolution du PIB, après une contribution positive de 0,2 point au premier trimestre (0,1 point selon les premiers résultats).
Enfin, les variations de stocks contribuent positivement à la croissance à hauteur de 0,1 point (après -0,2 point au trimestre précédent).

Par ailleurs, le moral des ménages français s'est dégradé en septembre après les turbulences de l'été sur les marchés financiers et alors qu'il s'était fortement redressé dans la foulée de la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle. L'indicateur résumé de l'opinion des ménages, en données corrigées des variations saisonnières (CVS), recule de 6 points et revient à -21 en septembre après -15 juillet, -13 en juin et en mai où il avait gagné six points, selon l'enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages publiée ce vendredi par l'Insee. Cette enquête n'est pas réalisée au mois d'août.

Le solde d'opinion sur l'évolution du chômage, qui n'entre pas dans le calcul de l'indicateur résumé, se dégrade très nettement alors que le nombre de chômeurs de catégorie 1 (personnes inscrites à l'ANPE et à la recherche d'un emploi à temps plein et à durée indéterminée) a augmenté de 0,6% en août, selon les chiffres publiés jeudi soir.

Enfin, les prix à la production dans l'industrie ont légèrement progressé en juillet (+0,4%) et en août (+0,2%), et enregistrent une progression de 1,6% en glissement annuel, a encore indiqué l'Insee vendredi. Hors énergie et industrie agro-alimentaires, les prix sont restés stables en août après avoir augmenté de 0,2% en juillet. Sur un an, la hausse s'établit à 1,9%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.