Coup de jeune au Festival de Cannes

 |   |  644  mots
Parmi les 22 films en compétition, le jury du 60ème Festival de Cannes a distingué, dimanche soir 27 mai, une majorité de jeunes auteurs. La palme d'or a été accordée à un film présenté en début du festival et qui s'est fortement imprimé dans les mémoires, favori de la critique internationale : "4 mois, 3 semaines et 2 jours"

Le soixantième festival de Cannes sera " prospectif et non passéiste ", avait averti le président Gilles Jacob. Prospectif, il le fut par une sélection riche en oeuvres fortes, moins soucieuses de scandale que de profondeur. Prospectif également, le palmarès décerné par le jury, présidé par le britannique Stephen Frears, a récompensé une majorité de cinéastes trentenaires, incarnant la génération montante du cinéma mondial.

Sans surprise, la palme d'or a été accordée à un film présenté en début du festival et qui s'est fortement imprimé dans les mémoires, favori de la critique internationale : "4 mois, 3 semaines et 2 jours" . A 31 ans, son auteur, le roumain Christian Mungiu, se voit consacré pour son récit sidérant d'un avortement clandestin dans les derniers temps du régime Ceaucescu.

Un cran ensuite, la japonaise Naomi Kawase, 38 ans, s'est vu attribuer le Grand prix du festival pour "La forêt de Mogari", un film en symbiose avec la nature où l'on voit un vieillard sénile et une jeune femme s'aider mutuellement pour sortir d'un deuil dont chacun se sent responsable.

Révélateur également du coup de jeune du palmarès : le prix du jury accordé ex-aequo à "Persépolis", une bande dessinée sobre, en noir et blanc, de Marjane Satrapi, 31 ans, d'origine iranienne, qui accompagnée de Vincent Paronnaux relate ses démêlés avec la République islamique d'Iran. Et "Lumières silencieuses" du mexicain Carlos Reygadas, oeuvre plus radicale, quasi muette, baignée de spiritualité, sur la communauté memonnite au nord du Mexique.

A 34 ans, Fatih Akin, né en Allemagne de parents turcs, reçoit quant à lui le prix du scénario pour "De l'autre côté", oeuvre très riche qui jette un pont entre Orient et Occident.

Plus attendu, le prix de la mise en scène attribué au film de l'artiste américain confirmé Julian Schnabel "Le Scaphandre et le papillon", produit par Pathé et France 3, l'histoire vécue du journaliste Jean-Dominique Bauby paralysé après un accident cérébro-vasculaire.

Doublement consacré à Cannes, l'américain Gus van Sant, palme d'or 2003 pour "Elephant", obtient le prix du soixantième anniversaire pour "Paranoid Park" où il revient sur les errances de la jeunesse US.
Prix d'interprétation féminine à la coréenne Jeon Do-yeon pour son rôle de femme perdue qui dans "Secret Sushine" croit trouver le salut dans la religion.

Prix d'interprétation masculine : Konstantin Lavronenko dans "Le bannissement" du russe Andreï Zvyagintsev, une oeuvre profonde sur la résistance d'une femme à la manipulation exercée par son mari.

Enfin, la caméra d'or, qui récompense un premier film, confirme la vigueur de la production israélienne, en élisant "Les Méduses" des très jeunes Shira Geffen et Etgar Keret, portrait tendre et féroce de la jeunesse d'une plage de Tel-Aviv.


Succès mitigé pour "Pirates des Caraïbes 3"
Le nouvel opus des aventures de Johnny Depp, alias Jack Sparrow, et de ses comparses réalise un score inférieur à celui du deuxième tome (135,60 millions de dollars pour son premier week-end d'exploitation l'année dernière). Il reste aussi en deçà des 151 millions de dollars engrangés en trois jours par Spider-Man 3, nouveau record au box-office nord-américain, en exploitation depuis quatre semaines. Selon Walt Disney, le film, sorti dans plus de 100 pays, a récolté par ailleurs 176,7 millions de dollars de recettes hors des Etats-Unis. A l'image d'un cinéma soucieux de recycler les bonnes recettes, trois suites dominent le box-office nord-américain. Derrière "Pirates des Caraïbes" suit "Shrek 3", des studios d'animation DreamWorks, avec 51 millions de dollars de recettes (pour un total de 201 millions depuis sa sortie, il y a dix jours). Spider-Man 3, la franchise de Columbia, occupe la troisième marche du podium avec 13,7 millions (303 millions depuis sa sortie).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :