La Feta est gâchée pour la banque verte

 |  | 325 mots
Lecture 2 min.
Les menaces sur les finances grecques pénalisent indirectement le Crédit Agricole qui détient la banque hellène Emporiki en pleine restructuration.

Le risque de défaillance d'un Etat n'est jamais bon pour les banques de la zone. Mais quand, en plus, l'une d'entre elles est très présente dans le pays, cela commence à ressembler à un boulet. C'est ce qui s'est passé ce mardi pour le Crédit Agricole, victime d'une des plus fortes baisses du CAC 40 (-3,04% à 13,22 euros avant de rebondir ce mercredi de 1%). Si les investisseurs ont sanctionné la valeur, plus que d'autres banques, la faisant sortir de son tunnel des 14/15 euros qu'elle avait atteint après une chute en début d'année sous les 10 euros (et même 6 euros en mars dernier),  c'est en raison de la décision de l'agence de notation financière française Fitch d'abaisser la note de la dette souveraine de la Grèce, déjà mise sous surveillance négative la veille par la grande agence anglo-saxonne Standard & Poor's.

Cette décision inquiète le marché. Or, qui est très présent en Grèce via les 82,5% du capital qu'il détient dans la banque Emporiki ? Le Crédit Agricole bien sûr qui est en train d'injecter un milliard d'euros pour renflouer l'établissement financier hellène, en mauvaise forme et qui ne doit se redresser qu'à l'horizon 2012-2013 (avec respectivement 150 millions d'euros de bénéfice annuel attendu puis 250 millions) avec un contrôle des risques accru.

Un plan dévoilé en octobre dernier... avant que le doute n'enfle sur la solidité financière du pays dont la dette dépasse allégrement les 100% du PIB, le produit intérieur brut, contre un maximum de 60% prévu par les critières de Maastricht. De mauvais augure alors que cet investissement hors de ses frontières était une première tentative de développement international d'ampleur pour la banque verte. Cette Feta est de plus en plus difficile à digérer par les caisses régionales du Crédit Agricole, vaches-à-lait du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :