Mal de l'air pour les actionnaires de Japan Airlines

 |   |  275  mots
(Crédits : Gael Vautrin)
Le principal actionnaire de JAL, l'établissement public Developement Bank of Japan, envisagerait de mettre la compagnie sous la protection de la loi des faillites. Le titre rechute de plus de belle et perd près de 7 %.

Par les temps qui courent, c'est à se demander s'il n'est pas préférable d'être passager plutôt qu'actionnaire de Japan Airlines. Car en termes de turbulences et de trous d'air, à moins d'avoir le c?ur solidement arrimé, le cours de bourse de la compagnie aérienne japonaise a de quoi donner la nausée. Après avoir perdu 25% en une séance il y a une semaine, en avoir regagné 33% lundi, le titre a perdu aujourd'hui jusqu'à 7,78% en séance avant de terminer sur un recul de plus de 6%.

Au c?ur de ce énième soubresaut ? Le sort de la compagnie au bord de la faillite. Sur le sujet, la presse nippone rapportait ce jour que le ministère japonais des Finances, principal créancier via la banque publique Developement Bank of Japan (DBJ), envisageait de placer le groupe sous la protection de la loi des faillites afin de restructurer sa dette. Parallèlement, l'établissement bancaire public vient d'accorder une ultime rallonge de 200 milliards de yens (1,5 milliard d'euros) afin de subvenir aux besoins de la compagnie jusqu'à ce que restructuration s'en suive.

Mais le dépôt de bilan et le redressement judiciaire sont loin de soulever l'enthousiasme dans les rangs des actionnaires qui craignent de voir leurs titres chuter encore plus abruptement. Ceux-là préfèreraient une restructuration sous l'?il bienveillant de l'Etat. Seulement voilà, celui-ci manque manifestement de motivation. Il faut dire que, depuis 2001, la compagnie a été renflouée trois fois par des organismes publics. Sans résultat. Le groupe, lesté d'une dette de 700 milliards de yens (5,3 milliards d'euros), peine à s'arracher du tarmac pour prendre les airs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :