Hausse des prélèvements sur les entreprises : la présentation du Medef est biaisée

 |   |  2186  mots
Pierre Gattaz, président du Medef
Pierre Gattaz, président du Medef (Crédits : reuters.com)
Alors que Pierre Gattaz appelle cette semaine à la mobilisation des patrons français contre "trente années de blocage gouvernemental", Facta Média décortique la théorie « de la hausse des prélèvements sur les entreprises » claironnée par le Medef.

Le Medef a réalisé une synthèse de l'évolution des prélèvements pesant sur les entreprises entre 2011 et 2015, présentée le mercredi 26 novembre. L'organisation annonce une hausse de 25 milliards en 2015 par rapport au niveau de 2010, dont 7 milliards prévus par les nouvelles mesures du budget 2015.

Après une rencontre avec les journalistes, l'organisation patronale a twitté quelques-uns des résultats de ses travaux :

Selon le communiqué de presse du Medef :

« Entre 2011 et 2013 les prélèvements obligatoires par rapport à 2010 ont augmenté de 36 milliards. Cette hausse a été ralentie en 2014 grâce au CICE, passant de 36 milliards à 31 milliards d'euros (soit une moindre hausse de 5 milliards). Enfin, en 2015, le CICE et les premiers effets du Pacte de responsabilité permettront de ralentir encore de 7 milliards la hausse des prélèvements obligatoires (...)

La hausse des prélèvements hors CICE et Pacte se monte à 1,5 milliard en 2014 par rapport à 2013, et devrait représenter 4,5 milliards en 2015 par rapport à 2014. »

Ces estimations se basent sur les chiffres des projets de lois de finances (PLF) et des projets de lois de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pendant cette période, mais aussi sur les hausses des impôts locaux. Toutes les hausses de prélèvement mises en évidence sont calculées par rapport au niveau de prélèvements de l'année 2010. Il ne s'agit donc pas d'évolutions d'une année sur l'autre, mais de l'écart entre le cumul des prélèvements pesant chaque année sur les entreprises et le niveau de prélèvements de 2010.

Comment ces hausses ont-elles été calculées ?

La présentation proposée par le Medef le 26 novembre :

La hausse de 7 milliards imputée aux nouvelles mesures introduites dans le budget 2015 et le PLFR 2014 ne tient pas compte du CICE ni de la mise en oeuvre des mesures du pacte de responsabilité.

En tenant compte du crédit d'impôt, l'écart entre le niveau total des prélèvements de 2015 et celui de 2010 n'est plus que de 25 milliards. Par ailleurs, le calcul des écarts de prélèvements d'une année sur l'autre met en évidence des hausses nettement moins importantes que celles mises en avant par le Medef.

Hors CICE, le montant des prélèvements de 2015 n'est supérieur que de 4,5 milliards à celui de 2014. CICE compris, les prélèvements sont en baisse de 5,4 milliards en 2015 par rapport à l'année 2014 (et de 5 milliards déjà en 2014 par rapport à 2013).

Malgré les nouvelles taxes, le Medef estime que les prélèvements obligatoires sur les entreprises auront rejoint en 2017 leur niveau de 2010, grâce au CICE et au Pacte de responsabilité. En effet, l'impact calculé du CICE ne tient compte que des réductions d'impôts effectivement encaissées, et non des réductions dues. Hors celles-ci peuvent s'étaler sur plusieurs années. L'excédent de crédit d'impôt non imputé constitue une créance sur l'État au profit de l'entreprise, qui n'est pas prise en compte dans le calcul mais constitue pourtant un allègement acquis des prélèvements nets.

Les nouvelles mesures 2015

Les 7 milliards correspondraient aux hausses introduites par de nouvelles mesures des PLFR 2014 et PLF 2015. Mais il ne s'agit pas pour autant d'une hausse de 7 milliards par rapport au niveau de prélèvements de 2014 : en effet, ces hausses sont compensées par les effets d'autres mesures - antérieures aux derniers PLF mais effectives sur plusieurs années - qui induisent une baisse des prélèvements (sans tenir compte du CICE). Ainsi, la hausse de prélèvements hors CICE n'est réellement estimée qu'à 4,5 milliards par le Medef, en tenant compte de l'impact de toutes les mesures mises en place depuis 2011 et toujours en vigueur. Le total des prélèvements passe de 37,5 à 42 milliards.

Le tableau "mesures 2015" présenté par le Medef mentionne une hausse concernant l'impôt sur les sociétés, ainsi que des taxes de production, des taxes locales et des charges sociales. Pourtant, le dossier « Évaluation des voies et moyens, Tome I, recettes » du projet de loi de finances pour 2015 indique explicitement qu'aucune mesure introduite par ce PLF n'impactera les recettes de l'impôt sur les sociétés :

« La prévision d'impôt sur les sociétés net pour 2015 s'élève à 33,1 Md€, sous l'hypothèse d'une croissance de bénéfice fiscal 2014 de -1 % environ, reflétant un environnement macro-économique dégradé et défavorable aux recettes d'impôt sur les sociétés. Quant aux mesures antérieures, elles ont un impact négatif sur le montant des recettes. Cette prévision se décompose en 55,8 Md€ d'impôt brut sur les sociétés et 22,7 Md€ de remboursements et dégrèvements. Elle tient compte des mesures votées avant le PLF 2015 (les mesures proposées au présent PLF n'impactent pas les recettes d'IS en 2015), pour un total de -2,4 Md€. »

L'impact des mesures mises en place avant le PLF 2015 est détaillé ainsi : 721,7 millions d'euros de prélèvements bruts sont contrebalancés par 3,2 milliards d'euros de remboursements et dégrèvements, parmi lesquels le CICE. L'impact général de ces mesures sur l'impôt sur les sociétés net est donc évalué à -2,4 milliards d'euros. Le total des recettes de l'IS en 2015 devrait donc être inférieur à celui de 2014 (estimé à 35,4 milliards). Les nouvelles hausses concernant l'IS ne peuvent donc concerner que le PLFR 2014.

Le Medef a fourni à  Facta le détail des prélèvements inclus dans les calculs pour les "mesures 2015 » (montants en millions d'euros).

facta media

Les "Taxes IS"

  • La prorogation de la contribution de 10,7% de l'impôt sur les sociétés (IS) pour les grandes entreprises

La contribution exceptionnelle de 10,7% à l'impôt sur les sociétés (IS) touche uniquement les entreprises réalisant plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel. La suppression de cette surtaxe, qui était prévue pour fin 2015, a été reportée d'un an par la première loi de finances rectificative pour 2014. La surtaxe sera due au titre des exercices clos jusqu'au 30 décembre 2016.

La prorogation de la surtaxe n'est donc à proprement parler ni une hausse d'impôt, ni une nouvelle mesure. De surcroit, la hausse de prélèvements que représente cette surtaxe avait déjà été comptabilisée dans le décompte du Medef au moment de sa mise en place, par la loi de finances pour 2014 qui avait porté le taux de la contribution exceptionnelle de 5 % à 10,7 %. La surtaxe a donc été comptabilisée deux fois. Ce calcul est d'autant plus discutable que cette surtaxe discrétionnaire ne concerne qu'une minorité d'entreprises françaises au chiffre d'affaire élevé.

Interrogés par Facta, les responsables du Medef expliquent avoir consulté les chefs d'entreprises avant de faire ce choix : "les entreprises avaient anticipé cette suppression, la prorogation a donc été comptabilisée comme une hausse". Pourtant, il s'agit bien d'une surtaxe déjà effective les années précédentes. Le Medef ajoute que "Bercy a également comptabilisé la prorogation comme une hausse dans le PLF". En réalité, Bercy mentionne simplement la mesure de prorogation comme une nouvelle mesure, et comptabilise logiquement dans ses estimations de recettes le montant de la surtaxe, tout comme les années précédentes. Les recettes de la surtaxe ont en outre été légèrement surévaluées par le Medef par rapport aux estimations de Bercy (2,1 milliards contre 2 milliards).

Mais le Medef n'a pas appliqué la même méthode à une autre prorogation. Initialement prévue pour le 1er janvier 2011, la suppression de l'imposition forfaitaire annuelle (IFA) avait en effet été reportée en 2014 par la loi de finances pour 2011 (article 20). Pourtant, le Medef n'a cette fois pas comptabilisé cette prorogation comme une nouvelle augmentation.

  • La non-déductibilité des taxes

Le projet de "non déductibilité du résultat de la taxe sur les locaux à usage commercial ou de bureaux d'Ile-de-France, de la taxe sur les excédents de provisions des entreprises d'assurances de dommages et de la taxe de risque systémique" introduit par le deuxième projet de loi de finances rectificative pour 2014, présenté en Conseil des ministres le 12 novembre, n'a pas encore été adopté. Les recettes sont évaluées à  1,5 milliard sur trois ans, ce qui correspond à l'évaluation de 500 millions d'euros annuels du Medef.

En outre, il s'agit d'une taxe discrétionnaire touchant notamment les secteurs de la banque (concernant la taxe de risque systémique) et de l'assurance, et non la majorité des entreprises françaises.

Les "Taxes production"

La prise en compte d'une augmentation de la taxe de séjour dans la hausse des prélèvements peut paraître surprenante. Dans le cadre du budget 2015, l'Assemblée a voté vendredi 14 novembre la possibilité pour les communes d'augmenter la taxe de séjour au profit des collectivités locales.

"Cette taxe existe déjà, elle demeure facultative, son produit ne rentre pas dans le budget de l'Etat, les communes sont libres d'appliquer les nouveaux plafonds ou non", a précisé Christian Eckert. L'augmentation reste donc à la discrétion des communes et ne sera pas systématique. De plus, une hausse des taxes pour les entreprises devrait logiquement être répercutée sur les prix pratiqués. Le coût de cette hausse de pèserait donc pas nécessairement sur les entreprises, mais plus probablement sur le consommateur.

Pourtant, le Medef l'a évaluée à 300 millions d'euros. A nouveau, le syndicat patronal répond s'être fondé sur les réactions des professionnels : "les fédérations hôtelières affirment qu'elles ne vont pas pouvoir répercuter la hausse des taxes sur leurs prix, en tout cas pas entièrement, cela va réduire leurs marges." Le même raisonnement s'applique à la taxe foncière additionnelle en Ile-de-France visant à financer les aménagements de transports en commun du Grand Paris en instaurant deux nouvelles taxes sur les propriétés bâties et sur les parkings d'entreprises.

Les "Taxes locales"

Les impôts locaux touchent les particuliers comme les entreprises. Les collectivités devraient les augmenter en 2015 pour compenser la baisse des dotations de l'Etat.

L'impact des nouvelles taxes locales sur les entreprises a été estimé à 1,67 milliard par le Medef. Ce calcul se base sur les prévisions du gouvernement qui évalue à 3,2% la hausse des impôts locaux en 2015. Le Medef a estimé que ces hausses concerneraient les entreprises pour une part de 45%.

A nouveau, le Medef dit s'être renseigné auprès d'élus locaux, qui auraient considéré que la part de 45% était réaliste. Mais l'organisation patronale reconnait qu'il ne s'agit que d'une estimation grossière : "ce sera peut-être 30, peut-être 40, peut-être 55%". Rien ne permet d'assurer si les hausses seront d'avantage ciblées sur les entreprises ou sur les ménages.

En outre, la prévision d'une hausse de 3% n'aurait pas d' "explication rationnelle", de l'aveu même du gouvernement, selon le Medef. Si le modèle de calcul économique de Bercy obtient bien ce taux, le ministère estime peu probable une telle augmentation en année post-électorale.

Une présentation à charge

Au final, la présentation du Medef apparaît comme volontairement à charge. Au moins 4 milliards de prélèvements nouveaux en 2015 ne sont pas avérés, ne toucheront pas les entreprises ou correspondent à des doubles comptes de l'organisation (prorogation de la surtaxe de l'IS pour 2,1 milliards, taxe de séjour de 300 millions d'euros, taxes locales pour 1,7 milliard). Si on les décompte, le différentiel de prélèvement par rapport à 2010 reviendrait ainsi dès 2015 à moins de 21 milliards, soit un peu moins qu'en 2012.

Le Medef omet par ailleurs d'évoquer les milliards de CICE déjà dus aux entreprises au titre de 2014 mais que celles-ci ont choisi de ne pas imputer cette année, et de même pour 2015. C'est donc probablement dès 2016 que les entreprises retrouveront un niveau de prélèvements correspondant à celui de 2010, hors évolution naturelle des recettes.

L'organisation patronale additionne par ailleurs tout un ensemble de mesures qui n'auront pas frappé les entreprises à l'identique. Certains secteurs (banque, assurance, médicaments) auront été particulièrement mis à contribution, les grandes entreprises beaucoup plus sollicitées que les petites, et les hausses d'imposition locale auront été très variables selon les implantations géographiques. De sorte que l'effet évoqué ne correspond pas à l'évolution de la situation d'une PME type.

Enfin, le Medef n'évoque que la situation des entreprises, sans jamais mentionner que les ménages auront subi sur la même période une hausse majeure de prélèvements obligatoires, beaucoup moins compensée depuis par des mesures d'allègements que ce n'est le cas pour les entreprises. De sorte que la situation des entreprises sur l'ensemble de la période considérée aura été, comme contribuables, beaucoup plus favorable que celle des ménages.

_____

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2015 à 18:58 :
La mauvaise foi du Medef? Dans une société ou les patrons de pme se retrouvent après avoir cotisé un max (plus que dans la fonction publique) avec 1- pas droit au chômage 2- une retraite de merde. Dans cette société, des petits artisans après avoir cotisé pendant des années se retrouvent sans rien juste le droit au Rsa, on peut se demander qui remporte la palme de la mauvaise foi???,!!!
a écrit le 04/12/2014 à 17:09 :
Le MEDEF ne connait pas ses dossiers, la taxe de séjour est une taxe due par les vacanciers et personnes en déplacement dans un hébergement payant en aucun cas la taxe de séjour sort de la trésorerie des entreprises à moins d'être forfaitaire ce qui est extrêmement rare.
a écrit le 04/12/2014 à 11:00 :
D APRES LES DERNIERE INFOS ? TOUS LEURS SERAS RENBOURSER DANS LES QUATRE ANNEES QUI VIENNENT???
a écrit le 03/12/2014 à 9:40 :
il faut encore taxer les patrons il y a une sacrée marge qui n'est pas exploitée. Ils en ont assez croqués.
a écrit le 03/12/2014 à 8:06 :
Il y a des prélèvements sur la production et des prélèvements sur la consommation; ce sont deux choses différentes.
Réponse de le 03/12/2014 à 8:07 :
Cela correspond à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
Réponse de le 03/12/2014 à 8:09 :
Que Monsieur Gattaz s'en inspire et la France sera sauvée.
a écrit le 02/12/2014 à 21:45 :
Avant de critiquer; de combien a augmenté le salaire de Gattaz déjà ?
a écrit le 02/12/2014 à 5:38 :
Supposons que les charges et le SMIC soit supprimés. Les salariés seront donc contraints de financer intégralement leur protection sociale, et leur retraite, avec des salaires divisés par deux ou trois. Pourront-ils consommer ? On verra bien.
a écrit le 01/12/2014 à 23:28 :
Ce qui est sur, c'est que le codé du travail a pris 300 pages en 2 ans... malgré le Pacte de simplification,
Ce qui est sur, c'est que la Somme des taxes, prélèvements et autres charges a globalement augmenté depuis 2012,
Ce qui est sur, c'st que les obligations en matière de formation ont encore augmentées,
Ce qui est sur, c'est que les seuils sociaux sont toujours là,
Ce qui est sur,... c'est qu'au vu de tout ça, je ne recruterais pas cette année !! (rien à voir avec le taf... ça, j'en ai plus que je ne peux en faire...)
Réponse de le 01/12/2014 à 23:57 :
Ce qui est également, c est que le medef a pris ces allègements de charges en promettant des embauches et on ne voit toujours rien venir à part des demandes d allègements suplementaires....
Réponse de le 02/12/2014 à 1:00 :
Ce qui est sur c'est que "le taf" que tu ne fais pas un autre le fera, car il saura mieux gérer les contraintes.

Et oui, entrepreneur c'est un métier!
Réponse de le 02/12/2014 à 21:50 :
Mais si on voit venir... Les grandes entreprises font plein de bénéfices ce qui justifie les "petites" augmentations des patrons... Et il figes les salaires des travailleurs au nom de la crise. Voir même ils ferment les usines pour délocalisés...
Ce ne sont pas ce type d'entreprises qu'il faut aider, mais les PME a rester ouverte et ne plus en avoir autant qui coulent et perde tout en voulant s'en sortir. Les grandes entreprises délocaliseront de toute façon pour pouvoir toujours augmenter la valeur de leurs actions... Alors si ils veulent partir qu'ils le fassent et aidons enfin ceux qui veulent travailler !
Réponse de le 04/12/2014 à 11:03 :
EXAT???
Réponse de le 14/01/2015 à 17:02 :
les grandes entreprises font le bénef hors hexagone .
Les patrons financent de la SS et de la mutuelle ,mais sur sur ces %,quelle masse monétaire est détournée pour soigner des gens qui ne sont pas des salariés,ou encore des addicts à des substances toxico?
Et puis les taxes des communes démentielles comme sur Argenteuil,endroit à fuir etc etc
Le Medef n'a pas tout faut,il faut analyser au cas le cas
a écrit le 01/12/2014 à 23:14 :
Les commentaires de cet article sont effarants de betise. J'aimerais vraiment que tous les dirigeants et liberaux de France se barrent tous en meme temps histoire de laisser ces nuisibles a leur jalousie nullisime, on verrait alors qui tire le pays.
Que les taxes toujours plus nombreuses harrasent les entreprises est juste une realite : pendant qu'on nous fanfaronne 4% de CICE, on nous rajoute deja 2% de charges en plus a coup de 0.1% par ci, 0.2% par la, et ca va continuer l'annee prochaine. Et que dire de la toute nouvelle taxe sur la publicite ? Votre propre pancarte est taxee : 600 € chez nous. Ca sera une formation en moins l'annee prochaine. Et comme le patron se paie un royal 1200 € net et que les actionnaires n'ont rien touche depuis 12 ans, personne ne pourra vomir sa jalousie de ce cote.
Réponse de le 02/12/2014 à 1:04 :
Les cimetières sont remplis d'indispensables!

Les entrepreneurs vivent grâce à leurs clients, si les entrepreneurs actuels s'en vont de nouveaux prendront leur marché!

La modestie est une base essentielle à tout entrepreneur.

Et n'oubliez pas que le seul vrai parton c'est le client car c'est le seul qui peut mettre tout le monde à la porte du jour au lendemain, et pour cela il suffit qu'il arrête d'acheter.
a écrit le 01/12/2014 à 20:41 :
Quand je lis cet article, je suis d’accord avec Soumier sur les limites du fact checking.

C’est curieux cette mode de donneurs de leçons. Mais quand on donne des leçons, il faut être exemplaire. La Tribune titre en page d’accueil « Le MEDEF a tout faux », et en page intérieure ne parle que de biais. Je lis l’article, je fact check et… rien, absolument rien ne justifie le « tout faux ». Ah ! Avant de reprocher la paille, vous devriez peut-être vous retirer la poutre de l'oeil.

Donc nos vertueux fact checkeurs jugent que le point de vue est « biaisé ». Ben oui les amis, c’est un lobby et c’est normal qu’ils présentent les faits sous un certain jour. Mais il y a une différence entre orientation et mensonge.

Or si l’article pinaille, pas de remise en cause fondamentale des chiffres. Et quand je dis « pinaille »... Dire qu’un impôt « exceptionnel » qui avait une durée de vie limitée, qui devait s’arrêter à une date est prorogée, ce n’est pas un impôt supplémentaire ? Dire que parce qu’un impôt touche uniquement les grandes entreprises ou les banques il n’est pas sûr que ça devrait être intégré dans les chiffres de prélèvement des entreprises… Franchement ?!

Donc nos journalistes reprochent au MEDEF d’être biaisé… et présentent les données d’une façon qui l’est tout autant. L’arrogance en plus.
a écrit le 01/12/2014 à 19:53 :
Si Gattaz et ces copains ne sont pas content, qu'ils aillent vivre en Chine... D'autre seront heureux de prendre leur place même avec un plus petit salaire.
Réponse de le 01/12/2014 à 23:22 :
Allez-y ... prenez leur place... commencez donc par créer votre entreprise !!!
a écrit le 01/12/2014 à 14:56 :
A force de déverser des tombereaux de dénigrement contre leur propre pays, et de bien le faire savoir, les entrepreneurs scient la branche sur laquelle ils sont assis. Ils se démolissent eux mêmes. Pourtant les études faites à l'étranger sur les conditions des entreprises en France, ne cessent de montrer qu'elles sont très comparables à celles des autres grands pays européens. Les volumes d'installations d'entreprises étrangères le montre. La vision à court terme et la posture politicienne des dirigeants des syndicats d'entreprises sabotent tous les efforts entrepris pour améliorer leur situation. Pourquoi ? pour enfoncer un peu plus la France et pour favoriser l'arrivée d'une droite ultra libérale ?
Réponse de le 01/12/2014 à 23:32 :
Mettez vous à votre compte et créez votre propre emploi et ainsi vous ne serez plus dépendant d'un "salaud de patron", ni un de ces fonctionnaires qui vit au crochet des subside des impôts. Mieux : embauchez... vous verrez le plaisir que c'est et la reconnaissance que vous en retirez !!!
a écrit le 01/12/2014 à 14:51 :
(ou intelligent) il aurait "donné" les 36 milliards aux électeurs, sous forme de crédit sur l'IR par exemple et ils auraient servi IMMEDIATEMENT et INTEGRALEMENT à relancer l'économie du pays. Au lieu de cela, les 36 milliards serviront à rétribuer les actionnaires, partiront dans des paradis fiscaux ou aideront à délocaliser des usines et des bureaux à l'autre bout du monde. C'est le Luxembourg et la Suisse qui doivent se réjouir de notre plan de relance. Et en plus, ces messieurs du MEDEF ne sont pas contents et manifestent. La coupe est pleine.
Réponse de le 01/12/2014 à 23:39 :
Votre boulanger, il délocalise ?? Il a son siège au Luxembourg ou en suisse ? Il rétribue ses actionnaires ? Il part dans les paradis fiscaux ?? Non ?? Alors, ce serait votre coiffeur ? Votre garagiste ? Votre dentiste ? Votre boucher ? Votre buraliste ?? Non ? Mais alors c'est qui dont vous parlez ? Parce qu'il y a 3,4 millions d'entreprises, et 95% d'entre elles ont moins de 10 salariés !!
Si vous voulez vous arrêtez à des clichés, on peut parler des syndicalistes qui se font refaire des appartements au frais de la princesse, refaire leur bureau pour 65,000 euro, et touche des prime de départ pour quitter la CGT de basse Normandie... il ne lui manque que la retraite chapeau.. enfin : pour l'instant !!
Ah oui, tout ça, le petit entrepreneur, li, il n'en a jamais vu la couleur...
a écrit le 01/12/2014 à 14:26 :
Cet article n'est pas signé. Cela voudrait il dire que la Tribune est anti Medef comme le Figaro est anti Sarkosy. Nous en sommes persuadé. LA manipulation est bien le pouvoir des états et des médias.
Bravo Messieurs !
Réponse de le 01/12/2014 à 15:07 :
Qui vous permet d'avancer de tels propos,avant tout il faut apporter de véritables preuves et non de suppositions
Réponse de le 01/12/2014 à 18:56 :
Factamedia semble une agence indépendante de fact checking, plutôt libérale.
a écrit le 01/12/2014 à 13:55 :
pépère et grillé ! je vois des patrons de plus en plus riche moi.....sur la cote !
Réponse de le 01/12/2014 à 19:55 :
Et ils ont tous en commun le gel des salaires de leur employés à cause de la crise et une formidable augmentation de leurs primes et salaires à eux grâce aux bénéfices annuel... Et ils râle tous contre les taxes, tous en coulant les PME et petits patrons pour encore plus de bénéfices...
a écrit le 01/12/2014 à 13:17 :
Les charges augmentent tous les ans sous l'effet du besoin de financement des retraites en hausse de 5G€ chaque année.
a écrit le 01/12/2014 à 12:46 :
CQFD. Le Medef est nuisible, mais ça, malheureusement, ça fait longtemps qu'on le sait.
a écrit le 01/12/2014 à 12:23 :
Donc finalement c'est Sarkozy qui a taxé le plus les entreprises et augmenté les impots des français !
Réponse de le 01/12/2014 à 12:37 :
Exactement. C'est aussi li qui a plombé la dette de près de 600 milliard d'euros... Contrairement à ce qu'il voudrait nous faire croire. El les français ont donc fort justement voté non pas pour Hollande, mais contre Sarkozy... qui avait promis d'abandonner la politique, mais qui y revient... Il n'est pas à un mensonge n'y à une contradiction près... C'est pour cela que s'il est candidat en 2017 face à François Hollande, c'est Marine Le Pen qui deviendra présidente!
Réponse de le 01/12/2014 à 12:48 :
Oui, mais attention. Quand la droite augmente les impôts, c'est forcément pour favoriser la relance. Quand la gauche le fait, c'est forcément pour imposer un modèle social archaïque anti-entreprise. Il faut saisir la nuance... (ou pas)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :