Chinese way of life

 |   |  379  mots
Reuters
Reuters (Crédits : reuters.com)
Le 9 septembre 2003, Le Monde titrait sur « La Chine, atelier du monde ». Et dans le non-dit, on lisait : « Nous pensons, ils fabriquent ». Dix ans plus tard, le PIB chinois est multiplié par cinq et le pays n'est plus « ultra-low cost », car les salaires y ont été multipliés par 5,5. Il sous-traite à ses voisins ou à l'Afrique, forme et attire ingénieurs et chercheurs qu'il paie à des salaires occidentaux.

Le « Chinese way of life » se construit. Depuis 2005, la part mondiale de déposants chinois de brevets a plus que doublé. L'électronique grand public, l'Internet, les jeux vidéo concentrent une importante partie de l'innovation. Comme la pharmacie, la médecine.

De toute évidence, de grandes entreprises chinoises de plusieurs domaines s'installent parmi les premières au monde. Toute grande entreprise mondiale non chinoise se doit d'avoir un ou plusieurs laboratoires de recherche en Chine. Et la Chine est devenue souvent le premier marché de ces mêmes entreprises.

Reste que la fraude, la corruption et la pollution, bien qu'officiellement combattues, sont très présentes. En juin 2013, une opération dans 23 ports africains a permis de saisir 559 millions de doses de faux médicaments : 59% venaient de Chine, 23% des Émirats arabes unis, 9% d'Inde.

Dans un article paru dans Science du 29 novembre 2013, Mara Hvistendahl a révélé que l'étude scientifique est un banal objet commercial qui se monnaye (90.000 yuans, soit 11.000 euros environ, pour être premier coauteur par exemple, et 1.600 à 26.300 $ pour une fausse étude).

En 2012, la Chine est devenue le deuxième producteur mondial d'articles scientifiques, derrière les États-Unis.

En janvier 2013, Pékin a atteint l'indice de microparticules dans l'air de 728 microgrammes par mètre cube, alors que la cote 500 est considérée à Pékin comme irrespirable, contre 25 à Paris (métrologie PM 2,5). Il a fallu au minimum interdire aux véhicules officiels de rouler et inciter les industriels à moins produire.

En outre, la Chine est un pays nationaliste. Sa zone de défense aérienne établie en novembre 2013 englobe des territoires contestés, notamment avec la Corée du Sud et le Japon. Ceci entretient une tension vive dans le Pacifique avec l'ensemble de ses voisins. Le « Chinese way of life » s'installe avec des soubresauts brutaux.

Des protestations internes se font entendre contre la fraude, la corruption, la pollution et les inégalités. Jamais un pays de cette importance n'avait connu une croissance aussi rapide. Le grand huit chinois n'a pas fini de nous placer au bord de la rupture, entre l'admiration la plus profonde et les craintes les plus puissantes.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :