Les valeurs du luxe trébuchent en Bourse

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Le groupe suisse Richemont a publié ce lundi un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes, ce qui n'empêche pas le titre de décrocher. Depuis le début de l'année, c'est l'ensemble du secteur du luxe qui patine en Bourse après avoir fortement progressé en 2010.

Après une année faste en 2010, l'année 2011 commence beaucoup plus difficilement pour les valeurs du luxe. Le compartiment est à la peine sur des prises de profits après avoir signé une des plus fortes hausses sectorielles l'année dernière.

Ce lundi, le secteur du luxe trébuche en Bourse dans le sillage de la publication du chiffre d'affaires trimestriel de Richemont. Le titre du groupe suisse signe la plus forte baisse de la Bourse de Zurich (-3% à 55 francs suisses). A Paris, PPR a reculé de 1,18% tandis que LVMH, Christian Dior, Hermès ou encore Interparfums évoluent autour de l'équilibre.

Richemont a dévoilé un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des analystes, porté par une forte croissance en Asie et par l'impact positif de l'acquisition de Net-A-Porter. Au troisième trimestre de son exercice décalé, les ventes du numéro deux mondial du luxe se sont montées à 2,107 milliards d'euros, progressant de 23% à taux de changes constants et de 33% à taux de change réels.

Mais les prévisions de Richemont sont plus prudentes. Le groupe a souligné que la hausse du franc suisse pourrait affecter sa marge brute, une partie de ses coûts de production étant libellée dans la monnaie helvétique. Et de qualifier le quatrième trimestre, soit les trois premiers mois de l'année, de "défi".

Depuis le 1er janvier, le secteur du luxe traîne d'ailleurs la patte en Bourse. A Paris, PPR cède 1,39% quand LMVH a reculé de 7,47%. Les deux valeurs avaient signé en 2010 les plus fortes hausses du CAC 40. De leur côté, Christian Dior perd 4,16%, Hermès 1,08% et Interparfums plus de 9%.

Il faut dire que le compartiment affiche des niveaux de valorisation très élevés. Ainsi, PPR se paie 35,5 fois les bénéfices attendus pour 2010 et LVMH plus de 26 fois, contre environ 13 fois pour leur indice de référence CAC 40. De même, si l'envolée du titre s'est calmée (-14% sur les trois derniers mois), Hermès est néanmoins encore valorisé à 45,6 fois ses bénéfices pour 2010 !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :