Wall Street termine en hausse

 |   |  504  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Les places américaines ont clôturé en légère hausse ce mercredi, profitant notamment de la bonne tenue des embauches dans le secteur privé.

Wall Street ont terminé en légère hausse ce mercredi après la bonne tenue des embauches dans le secteur privé. Un bon signe à deux jours de la publication des chiffres officiels du marché de l'emploi. A la clôture, le Dow Jones progresse de 0,58% à 12.351 points, le Nasdaq prend 0,72% à 2.777 points et le S&P 500 gagne 0,67% à 1.328 points.

Sur le front des statistiques, le secteur privé a créé 201.000 emplois en mars, selon les chiffres du cabinet en ressources humaines ADP. C'est légèrement moins que les 208.000 créations enregistrées en février. Les économistes misaient de leur côté sur 210.000 postes supplémentaires dans le privé. Ces chiffres sont publiés deux jours avant les statistiques officielles du département du Travail. 190.000 créations nettes d'emplois sont attendues, dont 200.000 dans le privé. Ce rythme reste cependant insuffisant, selon la Réserve fédérale, pour réduire durablement le chômage aux Etats-Unis.

Du côté des valeurs, Cephalon s'envole de 28,41% à 75,44 dollars. Le canadien Valeant a lancé une offre hostile de rachat sur le groupe américain de biotechnologies. Il propose 73 dollars par action, ce qui valorise sa cible à 5,7 milliards de dollars. Cela représente une prime de 30% par rapport à la valeur moyenne du titre ces 30 derniers jours. Mais les analystes estiment que Valeant pourrait relever sa proposition dans les prochaines semaines afin de s'assurer le succès de cette opération.

BlackRock grimpe pour sa part de 6,62% à 198,84 dollars. Le plus grand gestionnaire d'actifs au monde va être intégré à l'indice Standard & Poor's 500 vendredi soir après la clôture, en remplacement du groupe pharmaceutique Genzyme, qui va être racheté par Sanofi-Aventis. Même si BlackRock est entré en Bourse en 1999, la société n'est devenue éligible à l'indice de référence des gérants de fonds américains qu'en novembre dernier, lorsque la part flottante de son capital a dépassé 50%.

Au chapitre des résultats, Family Dollar a fait état d'un bénéfice net de 123 millions de dollars au titre du deuxième trimestre de son exercice décalé. Par action, cela représente 98 cents, contre 97 cents attendus par les marchés. Son chiffre d'affaires a progressé de 8%, à 2,3 milliards de dollars. Le distributeur discount a par ailleurs livré des prévisions solides pour le reste de l'année. Il table sur un bénéfice par action (BPA) compris entre 3,13 et 3,22 dollars alors que les opérateurs ne tablaient jusqu'à présent que sur 3,12 dollars. Du coup, l'action perd 0,29% à 52,25 dollars.

Enfin, Visa et Mastercard progressent respectivement de 2,81% à 74,23 dollars et de 0,77% à 253,66 dollars. Ben Bernanke a indiqué mardi soir que la Réserve fédérale ne pourra pas présenter comme prévu son projet de réforme des commissions sur les paiements par cartes avant fin avril. Cette présentation est repoussée de deux mois. Le projet initial prévoyait une baisse de 75% de ses commissions prélevées sur chaque transaction, ce qui aurait fait perdre plusieurs centaines de millions de dollars aux émetteurs de cartes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :