Bourses chinoises : l'hémorragie en train d'être jugulée ?

 |   |  385  mots
La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s'engager à acheter des actions pour l'équivalent de plusieurs milliards d'euros, avec l'aide d'une société soutenue par l'Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes.
La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s'engager à acheter des actions pour l'équivalent de plusieurs milliards d'euros, avec l'aide d'une société soutenue par l'Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes. (Crédits : Reuters)
Après avoir perdu plus de 30% depuis la mi-juin, les Bourses chinoises ont rebondi, jeudi. Celle de Shangai a clôturé en hausse de près de 6% notamment. Ce rebond fait suite à l'annonce de nouvelles mesures drastiques des autorités pour enrayer la longue débâcle des marchés chinois.

Publié le 09/07/2015 à 07:48. Mis à jour le 09/07/2015 à 09:49.

Un nouveau souffle pour les Bourses chinoises. La Bourse de Shanghai a rebondi jeudi de façon spectaculaire, clôturant en hausse de 5,76% à 3.709,33 points. Or elle avait plongé de 3,81% peu après l'ouverture, avant d'effacer ses pertes dans des échanges d'une volatilité extrême. En outre, l'indice CSI300 des grandes valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen a pris 6,4% à 3.897,63.

Les marchés boursiers chinois ont ainsi rebondi au lendemain de l'interdiction faite aux gros actionnaires de vendre leurs titres pendant une période de six mois dans le cadre des mesures de soutien édictées par les autorités. Dans le détail, ceux qui détiennent des participations supérieures à 5% dans des sociétés chinoises cotées ne sont plus autorisés à vendre leurs titre pendant six mois. L'interdiction s'applique aussi aux investisseurs étrangers.

Par ailleurs, les autorités chinoises se lancent dans la lutte contre des potentielles transactions illégales sur les marchés boursiers. La police enquêtera sur les ventes à découvert d'actions chinoises considérées comme "malveillantes", a annoncé jeudi l'agence de presse Chine nouvelle .

Les autorités chinoises sur tous les fronts

Les autorités politiques ont ces dernières semaines une série de mesures pour soutenir les marchés boursiers : baisse des taux d'intérêt, suspension des introductions en Bourse, incitation des sociétés de Bourse à acheter des actions garanties par des liquidités de la banque centrale.

La Chine a demandé à ces intermédiaires boursiers et aux géants de fonds de s'engager à acheter des actions pour l'équivalent de plusieurs milliards d'euros, avec l'aide d'une société soutenue par l'Etat qui a promis de fournir des liquidités en quantités suffisantes.

Mais ce barrage de mesures d'urgence n'est pas encore efficace. La moitié des sociétés cotées à Shanghai et Shenzhen ont choisi de se protéger de la déroute en demandant la suspension de leur cotation.

Un risque plus important que la crise grecque ?

Depuis la mi-juin, la chute des marchés boursiers chinois se chiffre à plus de 30%. A tel point que, pour certains investisseurs mondiaux, une déstabilisation du système financier qui serait due à la correction boursière chinoise constitue aujourd'hui un risque plus important que la crise grecque.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2015 à 14:01 :
EN Chine toutes les infos sont fausses et artificielles. UN jour ou l'autre l'Etat ne pourras plus venir au secours de tout et rien et là ils auront une vraie crise comme jamais. En attedant ca marche alors ils continuent, rien de pls rien de mois, les USA jouent ce jeu depuis des decenies
a écrit le 09/07/2015 à 13:04 :
ilfauttoutdire, oui quand tu regarde le graph et les points, il y a de quoi relativiser, sauf que... cette chute est freiné artificiellement, de plus, ceux qui perdent sont des petits avec un beau crédit sur le dos... Le problème n'est pas tant la bourse...
a écrit le 09/07/2015 à 12:40 :
oui, mais la bourse de Shanghai (SSE50) a pris 40% entre le début mars 2015 et son plus haut début juin 2015. Cette performance soudaine avait également surpris les marchés. Pourquoi ne le dites vous pas dans votre article?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :