Feu vert de l'AMF : Veolia peut rouvrir l'OPA sur Suez... pour le rayer de la cote

L'Autorité des marchés a donné son aval au numéro un mondial français de l'eau et des déchets qui, certes a déjà le plein et entier contrôle de son rival Suez avec 86,22% du capital, mais doit encore franchir le seuil de 90% s'il veut pouvoir retirer le titre Suez de la cote. Est-ce vraiment la fin dudit Suez? Pas complètement puisque quelque 40% des actifs seront rétrocédés d'ici la fin janvier à un consortium de nouveaux repreneurs (un fonds français, un américain, la Caisse des dépôts), chargés de maintenir et développer un "nouveau Suez" indépendant - le début d'une autre histoire.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Au terme de plusieurs mois de bataille boursière, Veolia Environnement a réussi à s'emparer de son rival Suez, et ce vendredi 7 janvier, date finale de dépôt des ordres présentés à l'offre publique d'achat sur Suez, il pouvait se satisfaire d'avoir acquis 86,22% du capital de ce dernier, selon le calcul réalisé par Euronext, l'opérateur boursier de la place de Paris. Certes, le numéro un mondial de l'eau et des déchets ne partait pas de zéro, puisqu'il avait déjà acquis en octobre 2020 auprès de l'énergéticien Engie (ex-GDF Suez) quelque 29,9% du capital de Suez.

Par ailleurs, à partir de mai dernier, une fois enclenchée la pacification de ce conflit épique qui avait pris la forme d'une saga judiciaire, politique, boursière et médiatique, les actionnaires de Suez n'ont plus beaucoup hésité au vu du prix proposé: l'offre avait été fixée à 20,50 euros l'action, 19,85 euros en retirant le dividende versé.

L'AMF donne son feu à la reprise de l'OPA sur Suez

Si, ce vendredi 7 janvier, le niveau 86,22% du capital atteint vendredi était jugé "élevé, et très satisfaisant" par l'entreprise, il n'empêche, Veolia devait demander au gendarme boursier l'AMF, a qui Euronext a transmis réglementairement son décompte, l'autorisation de rouvrir l'offre publique d'achat du 12 au 27 janvier afin de pouvoir grappiller les moins de 4% (3,78%) d'actions qui lui manquent pour atteindre le seuil de 90% du capital. Le géant a déjà le plein et entier contrôle de Suez, mais pour pouvoir le rayer de la cote, le franchissement de ce seuil de 90% (depuis 2015, avant c'était 95%) est une condition sine qua non.

Ce lundi, l'AMF a donné son feu vert. Dans son communiqué, l'Autorité des marchés financiers constate que l'offre de Veolia sur Suez a "une suite positive" après cette première étape et "sera réouverte du 12 au 27 janvier 2022".

Une opération à 13 milliards d'euros

Cette opération à 13 milliards d'euros permettra à Veolia de passer de 180.000 à 230.000 salariés, avec un chiffre d'affaires de 37 milliards d'euros, soit 10 milliards supplémentaires.

Il confortera sa position de numéro un, tout en ne représentant qu'environ 5% du secteur, dans un paysage mondial très éclaté. Eau, déchets, gestion de l'énergie, qualité de l'air... le groupe, présent désormais dans une quarantaine de pays, renforcé notamment aux Etats-Unis, en Espagne, en Amérique latine, se veut le "champion" capable de répondre aux défis de la transition écologique.

Enquête de l'autorité de la concurrence britannique

Il devra cependant céder quelque 300 millions d'euros d'actifs, dans l'eau et les déchets industriels, pour répondre aux exigences de l'anti-trust bruxellois, et il a six mois pour le faire.

Veolia devra aussi passer par une "enquête approfondie" de l'autorité de la concurrence britannique, s'il veut pouvoir racheter les biens de Suez au Royaume Uni (représentant 2% de son activité).

40% des actifs de Suez rétrocédés à un consortium, pour un "nouveau Suez" indépendant

Veolia devra payer et prendre possession du rival le 18 janvier. En vertu d'un accord trouvé avec Suez au printemps, quelque 40% des actifs seront cependant rétrocédés d'ici la fin janvier à un consortium de nouveaux repreneurs, chargés de maintenir et développer un "nouveau Suez" indépendant. Amoindrie et recentrée sur son activité historique, l'eau, Suez passera à 40.000 salariés, et près de 7 milliards d'euros d'activité.

La société gardera en France l'essentiel de ses actifs - eau comme déchets -, que Veolia aurait eu du mal à conserver de par les lois anti-trust. Elle garde aussi quelques positions notamment en Chine, en Afrique, en Europe, pour pouvoir se projeter à l'international.

Ce "nouveau Suez" sera détenu à 39% par le fonds français Meridiam, 39% par l'américain GIP, avec la Caisse des dépôts/CNP Assurances. Le premier s'engage pour au moins 25 ans, les autres dix ans.

L'ensemble des opérations devraient être terminées lors de la seconde quinzaine de février, et Suez alors retirée de la cote, indique-t-on chez Veolia.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 11/01/2022 à 6:20
Signaler
Disparition définitive de ce qui fût un fleuron et, de mon point de vue, une fierté française : Gaz de France, sous les coups des mondialistes néolibéraux transhumanistes, dont certains planqués à Bruxelles et à Berlin.

le 11/01/2022 à 11:22
Signaler
qu'il y est le rachat d'un groupe par un autre ceci pose probleme lorsque les clients ne sont pas pris en compte ce qui pour un produits l'eau est un scandale la ou l'electricite a doit a la concurence. le client de l'eau lui n'a aucun moyen de ...

à écrit le 10/01/2022 à 15:08
Signaler
Pourquoi, vous pensez que l'amf allait avoir une autre décision? elle est la botte du pouvoir politique et d'expérience j'ai pu voir des choses qui me permettent de comprendre que la décision est avant tout politique.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.