Les quatre méthodes pour passer outre la carte scolaire

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Les dérogations sont toujours possibles pour les excellents élèves, les options rares ou les ruses domiciliaires.

 Dans le dossier d'affectation que doivent remplir les familles à la fin de la classe de Troisième, doivent figurer trois choix : le type de seconde demandé, les options souhaitées et le type d'établissement visé dont l'un au moins doit être proche du domicile. C'est sur ces trois éléments qu'il faut jouer pour ruser avec les règles draconiennes instituées par le ministère pour s'assurer que tous ces établissements seront également pleins. En plus de la demande de dérogation...

La dérogation

Les parents peuvent demander une dérogation en indiquant en premier choix un établissement auquel leur enfant n'a pas accès en raison de leur domiciliation. Ils doivent alors demander rendez-vous au proviseur avec les résultats de l'élève, des pièces prouvant un éventuel changement de domicile et tout autres éléments permettant de justifier cette singularité. Ils peuvent aussi joindre ces documents au dossier d'affectation (voir "En fin de Troisième, le marathon du choix du lycée")

Les résultats de l'élève

Symbole de cet élitisme républicain qui permet aux meilleurs de passer outre la carte scolaire, les élèves de collège en ZEP ayant obtenu la mention très bien au brevet sont dispensés des contraintes de la carte scolaire et pourraient choisir librement leur lycée d'affectation. A l'autre extrême de l'échelle sociale, l'accès à un établissement privé réputé s'effectue exclusivement après examen du dossier scolaire du candidat. La sectorisation ne compte pas.

Les options rares

La demande d'une option rare, exclusivement enseignée dans le meilleur lycée de la ville, est une des méthodes les plus fréquemment utilisées par les parents pour passer outre la carte scolaire. Elle marche, c'est certain. Mais attention, le jeu des options se prépare. Ainsi, "le russe deuxième langue n'existe pas en débutant en seconde : seuls les élèves qui l'ont choisi en quatrième peuvent le demander", souligne Bruno Magliulo, inspecteur de l'éducation nationale, et auteur de "L'orientation au lycée" (éditions l'Etudiant).

La proximité

Habiter à côté d'un lycée prestigieux assure dans tous les cas de la possibilité de pouvoir y inscrire son enfant. Aussi, c'est là que les ruses destinées à échapper à la carte scolaires sont les plus nombreuses - et aussi de moins en moins efficaces. Citons au hasard, l'achat d'une chambre de bonne à proximité du lycée visé, la domiciliation chez une grand-mère ou un vague cousin. Mais les proviseurs traquent ces combines avec acharnement. Reste alors le piston ...


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2011 à 16:59 :
Le mieux dans tout ça, c'est que c'est souvent ces parents là, ceux qui grugent la carte scolaire, qui crachent sur l'école libre...
ça fait pitié, ils veulent choisir librement l'école de leur gamin en faisant croire qu'il sont pour l'école publique, alors que c'est eux qui la détruisent.
Qu'ils aillent jusqu'au bout de leur démarche, soient ils acceptent le concept de l'école publique et de ne pas pouvoir choisir une bonne école pour leur gamins, soit ils sont pour pour une liberté de choix, dans ce cas, qu'ils arrêtent d'insulter ce qui respectent les règles et choisissent l'école libre et qu'ils fassent eux-même le même choix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :