Découvrez le palmarès des lycées de France : pour donner toutes les chances à votre enfant

 |   |  743  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Comme chaque année depuis 1993, le ministère de l'Education nationale publie des indicateurs pour évaluer "l'action propre de chaque lycée". Basées sur les chiffres de réussite et d'accès au bac, ces mesures n'échappent toutefois pas à la polémique : utilisés par les médias qui les classent afin d'obtenir un palmarès, affichés avec fierté par les établissements, ces indicateurs sont aussi regardés à la loupe par les parents d'élèves, même s'ils sont assez difficiles à interpréter.

Un classement qui favorise l'élite

Le classement 2010 dressé par La Tribune des indicateurs ministériels fait une fois de plus la part belle aux lycées de la capitale et au secteur privé. Ainsi, dans le Top 50 des lycées, les établissements des zones socialement favorisées, sont largement représentés, les écoles parisiennes en tête. Alors que la capitale compte 125 lycées généralistes, contre 2 500 provinciaux, 12 sont présents dans le palmarès. Si on compare le Top 20 de 2010 à celui de 2009, la proportion paris/province reste la même: comme l'an dernier, on compte six lycées parisiens pour 12 provinciaux.
Deuxième enseignement du classement: les établissements privés, majoritairement catholiques, "trustent" une très large partie des 50 premières places.
Bien que ne représentant que 40 % du total des établissements français, ils s'adjugent 42 places du classement, les lycées publics n'étant que 8 à y figurer. Une proportion déjà observée l'an dernier, puisque dans le Top 20 de 2009, le privé représentait les 4/5 des lycées.

Trois établissements publics en tête
Dans la course à l'excellence, le trio de tête évolue. Alors que le lycée privé juif de Sarcelles, Torat Emet, était premier l'année dernière, il disparaît du classement cette année. Les parisiens qui le suivaient, Louis le Grand, Henri IV, gardiens de l'élite de l'école républicaine, sauvent l'image des lycées publics en se classant en 2010 respectivement premier et deuxième. Suivent l'Ecole Active Bilingue J. Manuel (premier lycée privé)  et  le lycée privé Saint Martin à Amiens. Au cinquième rang, le lycée versaillais Hoche, neuvième l'année dernière.

Les leçons de la Cour des Comptes
Au total, le classement issu des indicateurs de résultats des lycées témoigne des grandes tendances mais aussi des travers du système éducatif français. Travers mis en relief il y a quelques mois par la Cour des Comptes dans un rapport intitulé "l'Education ntaionale face à l'objectif de la réussite de tous les élèves" publié en mai 2010. L'institution de la rue Cambon, qui s'est penchée sur la réussite du système scolaire français, lequel absorbe 7,3% de la richesse nationale, livre un constat sans appel: « la réussite d'un élève dépend en partie de l'établissement où il est affecté et des enseignants qui le prennent en charge, ce qui constitue un puissant facteur d'inégalité ». Plus que jamais, le choix du lycée reste une préoccupation majeure des parents d'élèves.


__________

Les indicateurs de réussite au lycée, publiés par le ministère de l'Education nationale, sont les seuls chiffres efficaces pour piloter la réussite scolaire de vos enfants en facilitant le choix du lycée, public aussi bien que privé, afin de savoir où les inscrire. C'est pourquoi latribune.fr a décidé de permettre à ses internautes d'y accéder le plus aisément possible. Tout le monde le sait : les lycées ne sont pas égaux entre eux, loin de là. En 2002, le Haut Conseil de l'évaluation de l'école, un organisme officiel aujourd'hui disparu, le reconnaissait : "tous les lycées n'offrent pas la même qualité de service".

Comment apprécier les résultats d'un lycée ?

Le ministère de l'Education nationale nous demande de publier le communiqué ci-dessous.
"Le taux de réussite au baccalauréat n'est pas le seul indicateur de résultat des lycées. Les taux d'accès au baccalauréat et la proportion de bacheliers parmi les sortants permettent d'apprécier le caractère plus ou moins sélectif des établissements et le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu'au baccalauréat. Les taux de réussite et d'accès de chaque lycée doivent être comparés à des taux "attendus" qui tiennent compte des caractéristiques sociodémographiques et scolaires des élèves qui le fréquentent. Ceci permet de dégager la "valeur ajoutée" du lycée et d'offrir une approche relative de son efficacité. Le ministère ne publie pas de classement mais propose un regard croisé sur les trois indicateurs et les "valeurs ajoutées" correspondantes. L'ensemble de ces éléments donne une image de la réalité complexe que constituent les résultats d'un établissement."

Comment a été établi ce classement
Comment lire les chiffres du ministère

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2011 à 16:10 :
Pas besoin d'avoir 10 de moyenne pour avoir la bac, puisque il faut un cota ??
Dites plutôt qui aura du travail dans la vie active que vos mensonges ??
a écrit le 06/04/2011 à 16:06 :
Devinez le départements ou sont les meilleurs Profs ???
Avant de faire n'importe quoi .....et faites plutôt cette selection ??
a écrit le 06/04/2011 à 15:58 :
Ma fille a déménagé 8 fois en France ... d'ou sortez vous vos mensonges de statistiques ??
Vous feriez bien d'évaluer vos PROFS et leur sciences infuse !!!
Certains sont nuls !!!
a écrit le 06/04/2011 à 15:04 :
Je pense qu'il faudrait agréger aussi des statistiques sur ce que font les élèves après... C'est bien gentil de bachoter, mais qu'est-ce que ca donne après le bac??
a écrit le 04/04/2011 à 14:48 :
Louis le grand 1er pour la Tribune ...et 175 e pour le Figaro. Statistiques, que de mensonges...
a écrit le 04/04/2011 à 13:15 :
ce ne sonas les resultats de cette année !!voir les chiffres officiels publiés sur éducation.gouv.fr ...
a écrit le 01/04/2011 à 14:02 :
Il me semble qu'il y a une erreur dans votre article. Le tableau que vous présentez semble indiquer le Lycée Franco Allemand de Buc (lycée-collège public).
a écrit le 01/04/2011 à 7:32 :
Le classement des lycées, pour moi, sera valable le jour où l'on prendra en compte le taux de réussite à l'entrée dans la vie active. Il est stupide de se gausser d'un taux de réussite exceptionnel à la réussite d'un examen qui ne débouche sur aucun emploi.
Comprendo ? autrement dit : " A quoi sert ce nombrilisme de l'Education Nationale" ?
a écrit le 01/04/2011 à 6:45 :
Si vous voulez donner toutes les chances à votre enfant il faut bien vite quitter le pays et s'installer ailleurs. C'est évident.
Réponse de le 01/04/2011 à 7:14 :
J'espère que vous faites de l'humour. Vous n'êtes sans doute jamais parti ailleurs pour dénigrer à ce point ce que j'imagine être votre pays... C'est justement quand on part s'installer à l'étranger (pour y travailler) que l'on se rend compte de la chance que l'on a de vivre dans notre si beau pays !
Réponse de le 01/04/2011 à 8:15 :
Il y a bien longtemps que je ne vis plus en France. J'ai vécu presque toute ma vie à l'étranger et j'ai entrepris et développé mes affaires sans être écrasé d'impôts en tous genres. En France la réussite est très mal vue, punissable aussi (ISF). La France s'enfonce dans la misère. Cela fait peine à voir. Pour rien au Monde je ne voudrais offrir à mes enfants un manque d'avenir aussi évident. Les restos du coeur volent de records en records et ce n'est pas fini. Avec l'immigration-invasion les problèmes ne font que commencer. Bon courage quand même.
Réponse de le 01/04/2011 à 19:20 :
On peut avoir des doutes sur votre depart. Sinon quel interet ces critiques pour un pays dont vous n'avez rien à faire.
Vous avez une drole de la conception de la réussite : s'enrichir, ammasser du fric. Finalement on pourrait vous plaindre.
Réponse de le 01/04/2011 à 19:32 :
L a France est championne de la natalité du fait de sa politique familiale. Le problème c'est que les parents ne pensent pas à l'avenir de leurs enfants dans une société sans avenir (à part les emplois dus à la contraintes des lois) .
Réponse de le 01/04/2011 à 20:50 :
Oui les problemes ne font que commencer je suis bien d'accord -
Réponse de le 01/04/2011 à 21:33 :
Comme je vous comprends - Nous aurions du proceder comme vous pour l'avenir de nos enfants -
Réponse de le 01/04/2011 à 23:46 :
à boss,

Je serai toujours un étranger hors la France, mon pays. D'autant qu'ici c'est priorité au nationaux. Je suis parti à cause d'une fiscalité débile. Vous trouvez normal que 55% des français ne paient pas d'impôts et donc que les autres 45 % en paient deux fois plus ? Vous trouvez normal que 20 % de la population française n'ont même pas un seul député pour les représenter ? Vous trouvez normal que l'on fasse un référendum (traité de Lisbonne) à grands renfort de tambours et de trompettes pour finalement faire exactement le contraire de la volonté du peuple ? Je préfère arrêter là mon énumération. France pays des droits de l'Homme... mais aussi 3ème marchand de canons au Monde et tous les dictateurs de la planète ont eu un pied-à-terre dans les plus somptueuses résidences de l'hexagone. J'aime mon pays même s'il me fat peine.
Réponse de le 02/04/2011 à 11:56 :
A fond avec vous Eric. Rien à rajouter à l'analyse.
Réponse de le 02/04/2011 à 16:35 :
On peut quand meme rappele qu'en 2010 la france s'est classé au 3eme rang mondial au nombre de millionnaires mais aussi quatrieme pays d'accueil des investissement étrangers.
Pour un pays qui est un enfer fiscal et un repoussoir pour les riches, c'est finalement pas trop mal.
55 % de francais ne paient pas d'impots ? Et la TVA, la fiscalite immobilière... ne s'agit il pas d'impots payés par nous tous.
La france terre d'asile des dictateurs ? Citez moi un pays au monde qui ne s'est pas fourvoye avec une dictature.
Vous avez quitte votre pays, c'est un choix et il est respectable, ce qui l'est moins ce sont ces critiques infondés sur votre pays natal.
A titre personnel je paie des impots je me sens bien en france meme si comme tout bon francais je rale en permanence mais je commence d'en avoir ras le bol de la douce ritournelle de l'herbe est plus verte ailleurs. Si vous n'aimez pas votre pays n'en degoutez pas les autres
Réponse de le 03/04/2011 à 11:16 :
Si vous n'êtes pas contents de la situation en France, eh bien partez, on ne vous retient pas. D'autant plus que fuir un pays et "envahir" d'autres pays parce qu'on refuse une soi-disant invasion de son propre pays, c'est une attitude relativement contradictoire. Vous affirmez ne pas aimer les immigrés, et en conséquence, vous devenez vous-même un immigré !!! Quelle contradiction !
a écrit le 31/03/2011 à 9:18 :
Où est l'égalité des chances dans tout çà ? Il est inamissible qu'un tel classement soit non seulement publié mais établi ! Chacun connait l'inoxydabilité de notre administration et plus particulièrement la compétence de TOUS nos enseignants, par conséquents de TOUS les établissements publics dans lesquels ils exercent. Une telle différenciation relève de la discrimination et est hautement antidémocratique. De plus, la position des lycées les plus mal classés ne peut en être que fragilisée, ce qui est une honte ! Heureusement qu'il n'est pas aussi facile de choisir le lycée de ses enfants que certains pourraient le croire.
Réponse de le 01/04/2011 à 20:43 :
Jaloux!
Réponse de le 03/04/2011 à 20:16 :
Je suis entierement d'accord avec vous Eric et je vous soutiens
Réponse de le 04/04/2011 à 7:44 :
Merci Rubis. J'ai envoyé une réponse à Claudec mais La Tribune ne la publie pas. Je vis hors de France mais j'aime la France même si je ne m'y reconnais plus. Je suis c'est vrai un immigrés hors de France mais je m'adapte à ce nouveau pays, je le respecte et je ne revendique pas ma façon de vivre qui n'est pas la façon de vivre des gens ici. C'est à moi à m'adapter. Pas à eux.
Réponse de le 04/04/2011 à 10:35 :
Ce qui est a souligne Eric : "vous ne vivez pas a leurs charges " en France maintenant c'est nous payons de plus en plus , tout augmentent (depassements d'honoraires pr examens medicaux - edf -gaz - et cela n'ira pas en s'arrangeant - Je suis bien de votre avis il faudrait que ces personnes s'adaptent et c'est tout le contraire actuellement -
Réponse de le 04/04/2011 à 11:06 :
veuillez m'excuser : lire "souligner" et "tout augmente" merci -
a écrit le 31/03/2011 à 5:41 :
Bien sûr que ce classement est sujet à discussion (sélection à l'entrée des élèves,élèves moyens obligés de passer le bac en candidats libres pour ne pas nuire au classement,...), ceci dit, il pose un certain nombre de questions/ donne lieu à un certain nombre de constats auxquels le monde enseignant semble refuser de répondre/ d'adresser (ou y répond en ...inscrivant ses rejetons dans l'enseignement privé!) : de mon temps, les mauvais élèves allaient dans l'enseignement privé, aujourd'hui, c'est exactement le contraire; les classes comportaient couramment 35/40 élèves et tout le monde travaillait, maintenant, à 25 élèves, le professeur est surchargé; etc...
On dira bien sûr que le monde a changé, mais qui a prôné la réforme de l'enseignement si ce n'est le monde de l'enseignement public qui ne s'est pas rendu compte que lorsque l'on fait de la démagogie, on se tire à long terme dans le pied?
Deux dernières remarques:
1.Le système américain basé sur l'argent n'est pas la solution, mais partout dans le monde où les familles des élèves font un effort financier pour envoyer leurs rejetons étudier, les élèves ont un comportement beaucoup plus responsable et la performance du système en est améliorée.
2. Quand on compare le comportement des étudiants étrangers inscrits dans les écoles dites de "management" en France à celui des étudiants français, on se rend compte que la culture de l'effort a singulièrement disparu des campagnes françaises.
a écrit le 30/03/2011 à 16:53 :
Allez au lycée Cugnot de neuilly sur marne (93). Super condition de travail, et un taux de réussite qui ne cesse d'augmenter....
a écrit le 30/03/2011 à 14:01 :
Quel dommage que l'Education Nationale soit considérée comme un service public? Si mon épicerie était notée de la même façon, c'est-à-dire par l'épicier et non par les clients, nous serions mals. Vivement que l'on note les enseignants en fonction des résultats qu'ils obtiennent; vu l'importance des déchets, ce n'est pas à leur gloire.
Réponse de le 30/03/2011 à 15:02 :
Là il note en fonction du % de réussite au bac c'est tout, après c'est aux "clients" de ce faire une opinion: ici sa sous entend une bonne préparation à cet examen donc des profs plutôt compétents, un encadrement qui permet la réussite, des élèves pas trop feignants etc.... se sont les différences entre un lycée à 90% de réussite et un autre à 40%, après lorsqu'on est parent on veut mettre son enfant là où il aura le plus de chance de réussir... même si parfois il faut payer (trop) cher, donc le classement n'est pas totalement inefficace en ce sens...
Réponse de le 30/03/2011 à 15:15 :
Entièrement d'accord avec Henry.
Et aussi comment noter les professeurs ? = comme dans le privé.
Ou, il n'est pas rare en effet et il faut aussi le dire de voir l'année suivante la disparition d'un professeur pour mauvais résultats.
Réponse de le 30/03/2011 à 20:34 :
Je suis au regret de vous dire que vous avez tord. Votre comparaison simpliste est totalement erronée; on ne compare pas les torchons et les serviettes. L'enseignement n'est pas une "marchandise" comme une autre. Comparer enseignement avec de l'épicerie est totalement déplacé. Si vous voulez vraiment que l'enseignement fonctionne comme des boites privées, voyez ce qui se passe aux USA : service privé, en effet, avec 30 000 dollars de frais de scolarité par an dans les universités, une sélection des étudiants des facs par le fric, des étudiants qui ont payé donc estiment avoir le droit d'avoir leur diplôme même s'ils n'ont rien compris, et au final un niveau scolaire extrêmement faible.
Réponse de le 31/03/2011 à 11:39 :
Contrairement à ce que vous écrivez, l'enseignement est une marchandise comme une autre, en ceci que chacun la paye par ses impôts, même quand il n'a pas pu en profiter; l'enseignement est plus une machine à trier qu'un outil pour développer votre capital personnel. Quel gâchis por la France!
Réponse de le 01/04/2011 à 20:45 :
Oh le vilain matérialiste!
Réponse de le 03/04/2011 à 11:13 :
à Henry. Vos propose contiennent leurs propres contradictions... Une marchandise que l'on paie même si l'on n'en profite pas serait, selon vous, une marchandise comme une autre ? Une "machine à trier" une marchandise comme une autre ? Décidément vous n'avez pas peur du ridicule.
a écrit le 30/03/2011 à 10:39 :
pff encore un classement inutile pour vendre du papier. A l'instar de certains lycées privées, je peux mois aussi prétendre vous donner 100% de réussite au bac. C'est simple l'astuce consiste à inscrire que les meilleurs éléments et d'envoyer le reste en candidats libres, magie non ? Après concernant les lycées "publics" bah ma foi je ne considère pas que Louis Le Grand soit public au sens propre du terme puisque qu'il est au bon milieu d'un des quartiers les plus huppé de France.
Réponse de le 30/03/2011 à 16:40 :
Louis le grand est un lycée public gratuit et sélectif.Trois caractéristiques intolérables pour les idéologues du néolibéralisme.
Réponse de le 30/03/2011 à 20:20 :
oui sélectif à condition de résider dans la zone, carte scolaire oblige et le quartier de LLG, pas tout le monde à les moyens d'y vivre, d'ailleurs certaines familles y achètent juste un pied à terre pour pourvoir envoyé leurs enfants à LLG. CQFD donc, ce classement ne vaut rien.
Réponse de le 01/04/2011 à 17:34 :
ceci est faux. Louis le grand recrute les meilleurs sur Paris et mème la banlieue
a écrit le 30/03/2011 à 10:11 :
le danger tient dans la préselection pratiquée qui vise à l'élitisme: constitution d'un carnet d'adresses pour le futur de l'impétrant préselectionné, et toi, d'où sors-tu?
ben voyons!
c'est de la démocratie privilèges!
a écrit le 30/03/2011 à 9:55 :
A près le classment des hopitaux, des cliniques, des maisons de retraites, des villes "où il fait bon vivre", voici celui des lycées. Grotesque. A quand un classmeent des meilleurs cimetières?
a écrit le 30/03/2011 à 9:02 :
Je suis parent d'élève et pour moi cet article est une ânerie supplémentaire dans la cacophonie ambiante. D'abord sachez que Paris n'est pas la France et dieu merci. Ensuite sachez que les parents responsables, d'où qu'ils soient suivent leurs enfants et plutôt bien. Enfin retenez bien que les établissements qui trient et sélectionnent leurs élèves en fonction de leurs résultats sont certains d'arriver à 100%. Ce qui ne veut strictement rien dire, dans une société qui demeure malgré tout dramatiquement obsédée par les diplômes, ce qui plutôt que motiver, stigmatise une grande partie de la population.
Réponse de le 30/03/2011 à 9:54 :
Il est clair qu'il faut faire la part des choses entre la réussite suite à la qualité du lycée, et la réussite suite à une sélection à l'entrée.
Réponse de le 30/03/2011 à 10:48 :
Tout à fait d'accord Gérard. Par exemple le lycée de Tersac coute 15000eurs à l'année (20000 pour pension complète). Quand les parents sont de visite ils sont aux petit oignons, ensuite c'est économie maximum, meme sur la bouffe, des prime pour les surveillant qui colle les élèves le week end (oui les colles sont le week end et pas le mercredi l'histoire de rajouter à chaque fois 250eurs de pension aux parents) Et le pire, c'est leur obsession des 100% de réussite (en meme temps c'est leur pub et leur futur chiffre d'affaire). Il font passer en candidat libre les élèves dont ils estiment ne pas avoir le niveau pour passer le bac. Alors chez moi ça s'appel de la triche et un établissement comme celui ci n'est pas un lycée mais une entreprise. Bref c'est la vision de l'éducation "nationale" idéal de l'UMP dans 50 ans... à ça ont va faire des économies mais laisser nos gosses au magouille du privée (et des exemple j'en ai plein d'autre sur plein d'autre école), sa finira par nous retomber dessus. Alors le classement des établissement public et privée me fait bien rire (dans le public à gustave eiffel ça écrème sévèrement à la seconde, donc c'est pas que l'éducation y est meilleur c'est juste qui a de meilleurs élèves). Ensuite Chatel, faudra qu'il revoit sa vision du "guettoïsé parsqu'avec ses réformes ils va s'en faire des établissements à problème... (On va pas forcément réussir s'il a plein d'élève bosseur autour de nous, par contre il sera TRES dur de réussir si l'on est entouré d'élève qui n'ont été accepté dans aucun autre établissement.... et ça m'étonnerais que les parents déménagent et laisse tomber leur boulot)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :