Le CAC 40 fébrile après l'émission obligataire italienne

 |   |  482  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après avoir ouvert en hausse, les marchés d'actions européens évoluaient en ordre dispersé après l'adjudication italienne. Le CAC 40 rendait plus de 1 % en début d'après-midi.

Malgré une hausse à l'ouverture, les marchés d'actions européens sont repartis à la baisse en fin de matinée. A l'image du CAC 40 qui rendait 1,18 % à 3.112,29 points.

Une fébrilité qui tient à l'adjudication italienne à cinq ans, véritable émission test pour le Trésor italien après la nomination ce week-end de Mario Monti en lieu et place de Silvio Berlusconi.

Si l'arrivée de l'ex-commissaire européen à la concurrence Mario Monti à la présidence du Conseil italien devait logiquement redonner un peu de crédit au pays auprès des investisseurs, l'émission obligataire n'a finalement pas été si déterminante que cela.

Pour lever 3 milliards d'euros à 5 ans, le Trésor italien a dû payer en moyenne un taux de 6,29 % (ceux-ci ayant grimpé jusqu'à 6,44 %). Surtout, même si la demande a été plus importante que sur la dernière opération similaire, le ratio de couverture n'a pas excédé les 1,47 fois, reflètant le peu d'appétit des investisseurs pour la dette italienne.

Mais l'Italie n'est pas la seule à être scrutée de près par les investisseurs. La France, particulièrement surveillée ces derniers temps, sera sous les feux des projecteurs à l'occasion d'une émission à court terme cette après-midi (15h00).

Pourtant ces derniers avaient quelques motifs de satisfaction avec l'évolution du paysage politique en zone euro. Outre la nomination de Mario Monti, en Grèce, l'ex-vice président de la Banque centrale européenne et europhile, a désormais pris les rênes du pays avec pour mission de le sortir de l'ornière.

L'optimisme des investisseurs a été auparavant soutenu par de bonnes nouvelles du côté asiatique et notamment du Japon. Le pays qui avait été mis en garde en fin de semaine dernière par le FMI sur sa colossale dette, a annoncé un retour à la croissance de son PIB au troisième trimestre (+1,5 %), ce alors qu'il avait été en recul  sur les neuf derniers mois.

Cette actualité relativement dense devrait compenser l'anémie journalière en matière de statistiques. Exception faite de la production industrielle en zone euro sur le mois de septembre, les investisseurs n'auront pas beaucoup de chiffres à se mettre sous la main aujourd'hui.

Sur le front des valeurs, Alcatel-Lucent signe la plus forte hausse ce matin avec un gain de 3,5 %. Il est suivi de près par trois valeurs bancaires au premier rang desquelles BNP Paribas (+2,81 %), Crédit Agricole (+1,76 %) et Société Générale ( +1,80 %).

A l'opposé, c'est Carrefour qui enregistre la plus forte baisse du CAC 40 avec un repli de 1,14 %.

Sur le marché des changes, la monnaie unique marquait une pause face au billet vert. Aux alentours de 10h00, un euro s'échangeait contre 1,372 dollar (-0,17 %). De leur côté, les cours du pétrole s'inscrivaient  en  légère hausse. Alors que le baril de Brent de la Mer du nord s'adjugeait 0,52 % à 114,68 dollars, le WTI s'échangeait contre 99,05  (+0,07 %).

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :