Téléchargez
notre application
Ouvrir

Espagne : L'ancien directeur du FMI Rodrigo Rato relaxé dans l'affaire de l'IPO de Bankia

reuters.com  |   |  395  mots
Rato leaves the high court after being questioned by a judge investigating the alleged use of caja madrid credit cards for personal expenses in madrid[reuters.com]
(Crédits : Sergio Perez)

par Jesús Aguado et Emma Pinedo

MADRID (Reuters) - L'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) Rodrigo Rato a été relaxé par la Haute cour d'Espagne dans l'enquête liée à des soupçons d'escroquerie et falsification de bilan comptable à l'occasion de l'entrée en Bourse de Bankia en 2011, quand l'homme politique espagnol était directeur général de l'établissement.

Le haut tribunal espagnol a également acquitté les 33 autres personnes et entités, dont Bankia, qui étaient impliquées dans cette affaire.

Rodrigo Rato, également ministre de l'Economie sous le gouvernement de José María Aznar, a toujours nié avoir commis le moindre acte répréhensible.

Selon le tribunal, les informations financières apportées par le prospectus d'introduction en bourse de Bankia étaient exactes et suffisantes pour permettre aux investisseurs institutionnels et particuliers de se faire une opinion éclairée sur la valeur de la banque et les risques éventuels avaient été bien signalés.

La décision de la justice espagnole sur cette affaire politique et sociale de premier rang était largement attendue.

Quelque 300.000 actionnaires minoritaires de Bankia ont vu leur investissement partir en fumée l'année suivant sa cotation en Bourse quand la banque a dû être renflouée par le gouvernement au pire moment de la crise financière en Espagne.

Moins d'un an après avoir levé 3,1 milliards d'euros dans le cadre de l'offre, Bankia avait révisé les résultats 2011 du groupe, le bénéfice initialement affiché d'un peu plus de 300 millions se transformant en une perte de 3 milliards d'euros.

Lors du procès, Rodrigo Rato a déclaré que cette révision des résultats était liée à des dépréciations pour pertes futures décidées par la nouvelle direction et qu'il ne s'agissait pas de pertes qui auraient été réellement accusées pendant son mandat.

Dans une affaire distincte, Rodrigo Rato purge actuellement une peine de 4 ans et demi pour l'utilisation abusive de cartes de crédit pendant son passage à Bankia.

Le jugement du haut tribunal intervient quelques jours après l'acquisition de Bankia par Caixabank afin de donner naissance à la plus grande banque d'Espagne.

Les avocats de Rodrigo Rato et Bankia n'étaient pas immédiatement disponibles pour faire un commentaire.

(Jesús Aguado et Emma Pinedo, version française Diana Mandiá, édité par Jean-Michel Bélot)