Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les Portugais se rendent aux urnes en pleine flambée épidémique

reuters.com  |   |  341  mots
Les portugais se rendent aux urnes en pleine flambee epidemique[reuters.com]
(Crédits : Pedro Nunes)

LISBONNE (Reuters) - Masqués, respectant la distanciation sociale et utilisant chacun leur propre stylo, les Portugais se sont rendus aux urnes dimanche pour voter lors de l'élection présidentielle alors même que l'épidémie de coronavirus bat son plein dans le pays.

Selon les sondages, le président sortant Marcelo Rebelo de Sousa, issu du parti social-démocrate de centre-droit, devrait l'emporter facilement.

"Je suis parmi les premiers pour éviter les groupes et les files d'attente", a déclaré Cristina Queda, 58 ans, arrivée dans son bureau de vote à Lisbonne dès son ouverture à 8 heures.

"Comme la date des élections n'a pas été modifiée, j'ai décidé de venir plus tôt pour éviter cette situation".

D'autres, moins précautionneux, ont dit avoir attendu près d'une demi-heure dans la file d'attente qui s'étirait dans la rue. Les règles imposent aux électeurs de se tenir éloignés de deux mètres les uns des autres et une seule personne à la fois est autorisée à entrer dans le bureau de vote.

Le taux d'abstention, estimé entre 60% et 70%, pourrait atteindre un record, notamment car une centaine de milliers d'électeurs sont en quarantaine.

"Toutes les dispositions sont en place", a déclaré le Premier ministre Antonio Costa alors qu'il votait dans une école de Lisbonne. "Nous sommes à un point très grave de la pandémie - tout a été fait pour que les gens puissent exercer leur droit de vote démocratique".

Dimanche, le Portugal a signalé 275 décès en une journée liés au COVID-19, un record journalier. Les hospitalisations sont également à un niveau jamais vu depuis le début de la pandémie.

"Je désapprouve le fait que la date n'ait pas été changée", a déclaré José Antonio Queda, 72 ans, qui a voté tôt dimanche avec sa femme. "Si nous sommes en confinement, nous devrions éviter le virus autant que possible".

(Victoria Waldersee, Miguel Pereira, Catarina Demony; Blandine Hénault pour la version française, édité par)