Une récession mondiale peut être évitée si des politiques budgétaires appropriées sont mises en place, dit Georgieva

reuters.com  |   |  268  mots
La directrice generale du fonds monetaire international, kristalina georgieva, s'exprime lors d'une conference a riyad, en arabie saoudite[reuters.com]
(Crédits : Ahmed Yosri)

RIYAD (Reuters) - La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré lundi qu'il serait possible d'éviter une récession mondiale si les gouvernements mettaient en place des politiques budgétaires s'articulant avec les resserrements monétaires.

Kristalina Georgieva a toutefois indiqué lors d'une interview à Reuters que certains pays du monde entreraient probablement en récession l'an prochain.

Dans un contexte de resserrement des politiques monétaires, les politiques budgétaires doivent être adaptées pour lutter contre la crise du coût de la vie, a-t-elle estimé.

"Il est nécessaire que les banques centrales agissent de manière résolue. Pourquoi? Car l'inflation est tenace... C'est mauvais pour la croissance et c'est très mauvais pour les personnes défavorisées. L'inflation est un impôt sur les plus démunis", a déclaré Kristalina Georgieva.

La directrice générale du FMI a ajouté que les politiques visant à soutenir indistinctement la population en limitant la hausse des prix de l'énergie et en versant des indemnisations allaient à l'encontre des décisions prises par les banques centrales.

"Les politiques monétaires mettent un coup de frein là où les politiques budgétaires appuient sur l'accélérateur", a expliqué Kristalina Georgieva.

De nombreux gouvernements ont décidé de prendre des mesures pour venir en aide à leur population face à la flambée des prix des denrées alimentaires et aux pénuries en relevant leurs taux d'intérêt, ce qui s'est répercuté sur les marchés financiers et l'économie.

(Reportage Aziz El Yaakoubi; version française Camille Raynaud)

tag.dispatch();