Deux métropoles chinoises allègent les mesures anti-COVID

reuters.com  |   |  293  mots
Un agent de sante vetu d'une combinaison de protection vu a pekin[reuters.com]
(Crédits : Thomas Peter)

par Brenda Goh et Martin Quin Pollard

PEKIN (Reuters) - Deux grandes métropoles chinoises, Canton et Chongqing, ont annoncé mercredi un allègement des mesures de lutte contre le COVID-19 au lendemain d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Canton illustrant les tensions persistantes après un week-end de contestation contre la politique "zéro COVID" à travers le pays.

Ce mouvement de protestation, qui a donné lieu au cours du week-end à des rassemblements à Pékin, Shanghaï et de nombreuses autres villes, est sans précédent depuis l'accession au pouvoir de Xi Jinping en 2012.

A Chongqing, dans le sud-ouest du pays, les cas contacts de personnes atteintes du COVID-19 pourront désormais sous certaines conditions observer leur période d'isolement chez eux, et non plus dans des centres d'hébergement spéciaux, a dit un représentant de la municipalité.

Une mesure similaire a été annoncée à Canton, grand centre industriel proche de Hong Kong.

Les autorités de plusieurs quartiers de cette ville de 19 millions d'habitants ont en outre annoncé la levée de certaines mesures de confinement. Les cours en présentiel dans les écoles du quartier de Conghua peuvent ainsi reprendre tandis que les restaurants et autres commerces vont rouvrir leurs portes.

Les zones de la ville classées "à haut risque" resteront néanmoins fermées.

La municipalité de Zhengzhou, où se trouve une grande usine Foxconn d'assemblage d'iPhone pour Apple, a pour sa part annoncé une reprise "ordonnée" des activités, notamment dans les supermarchés, les salles de sport et les restaurants.

(avec Eduardo Baptista et Yew Lun Tian à Pékin, rédigé par Marius Zaharia, John Geddie et Greg Torode, version française Laetitia Volga et Bertrand Boucey, édité par Kate Entringer et Matthieu Protard)

tag.dispatch();