2020, année chaotique : le PIB de la France bondira de +19% au 3e trimestre et ne reculera "que" de 9% au total, prédit l'Insee

 |   |  338  mots
Sur la vitesse de la reprise de l'activité économique, l'Insee appelle à la prudence, soulignant que les carnets de commandes, en particulier à l'international, demeurent jugés peu garnis par les entreprises industrielles, ce qui n'augure pas d'un retour immédiat à la normale.
Sur la vitesse de la reprise de l'activité économique, l'Insee appelle à la prudence, soulignant que "les carnets de commandes, en particulier à l'international, demeurent jugés peu garnis par les entreprises industrielles, ce qui n'augure pas d'un retour immédiat à la normale." (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Dans sa première prévision de croissance pour l'ensemble de 2020, l'institut de la statistique nationale prévoit une période particulièrement chahutée, avec un redémarrage plus rapide que prévu mais la suite, met en garde l'Insee, serait beaucoup plus poussive.

Le recul du produit intérieur brut (PIB) en France devrait être limité à 9% en 2020, selon la note de conjoncture publiée par l'Insee mercredi, alors que le gouvernement table sur un effondrement de 11% et la Banque de France de 10%.

Lire aussi : Relance, budget 2021, Europe...ce qui attend Bruno Le Maire (2e round) à Bercy

T1 -5,3%, T2 -17%, T3 +19%, T4 +3%, 2020 année chaotique

Après s'être contracté de 5,3% au premier trimestre puis de 17% au deuxième en raison de la pandémie de coronavirus, le PIB rebondirait de 19% au troisième trimestre puis de 3% au quatrième, précise l'Institut national des statistiques.

Il s'agit de la première prévision de croissance de l'Insee pour l'ensemble de 2020, ainsi que pour les 3e et 4e trimestres.

"Les perspectives de production se redressent très nettement : la vigueur de ce rebond tient beaucoup à la faiblesse du point de départ, c'est-à-dire de l'activité économique en période de confinement", selon la note.

L''illusion d'une reprise rapide

"Cependant les carnets de commandes, en particulier à l'international, demeurent jugés peu garnis par les entreprises industrielles, ce qui n'augure pas d'un retour immédiat à la normale", tempère l'institut.

Grâce aux mesures prises pendant les huit semaines de confinement pour préserver le tissu économique et l'emploi, "les premières marches de la reprise ont pu être gravies assez rapidement, peut-être plus que prévu. Ce sont les dernières qui risquent d'être les plus difficiles, concernant surtout les secteurs les plus touchés par la crise", met encore en garde l'Insee.

Lire aussi : Malgré la reprise, l'économie française subit encore des pertes colossales

L'institut prévient que ses estimations sont soumises "à beaucoup d'incertitudes, liées avant tout à la situation sanitaire en France et dans le monde".

Il s'agit de la septième note de conjoncture publiée par l'Insee depuis le 26 mars. Les prochaines seront publiées le 23 juillet et le 27 août.

Lire aussi : En Europe, la reprise en ordre dispersé menace la croissance

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2020 à 15:50 :
l'Insee n'a plus la moindre crédibilité. il faudrait arrêter les invocations .....ça serait bien....
a écrit le 08/07/2020 à 12:44 :
oupps ils ont encore sorti la boule de cristal
Réponse de le 12/07/2020 à 10:01 :
Oui et ceux sans prendre en compte qu'on ne peut pas faire le travail de 4 personne à nous seul...
a écrit le 08/07/2020 à 12:35 :
oupps ils ont encore sorti la boule de crystal
a écrit le 08/07/2020 à 10:53 :
Je ne comprends pas comment ils arrivent à un recul de 9% avec ces 4 chiffres.
Si ils ont la même base, on peut les additionner: -5.3% - 17% + 19% + 3 % = -0.3%
Si la base est chaque fois le PIB du dernier trimestre, on peut les multiplier: 0,947 x 0.83 x 1.19 x 1.03 = 0.963, soit une chute de 3.65% par rapport au PIB initial.

Quelqu'un peut expliquer d,où viennent les 9% sur base de ces 4 chiffres ?
Réponse de le 09/07/2020 à 13:23 :
Parce que les chiffres trimestriels ne se comparent pas par rapport au trimestre précédent mais par le même trimestre de l’année précédente...
Réponse de le 11/07/2020 à 14:49 :
En effet votre calcul montre que le PIB au Q4 2020 sera inferieur, selon l'insee, de 3.65 % au PIB du Q4 2019.

Cependant le chiffre de -9% correspond a la baisse du PIB total de 2020 (q1+q2+q3+q4) vs le PIB total de 2019.
Réponse de le 12/07/2020 à 10:02 :
Que voulez vous les politiciens sont "sur intelligent" c'est pour ça que le pays va si "bien" si je puis dire...
a écrit le 08/07/2020 à 10:16 :
insnee n'est que l'instrument du gvt qui raconte du vent.
La realite viendra en son heure.
Ca va etre terrible en nombre de chomeurs a la rentree de septembre.
Profitez du soleil, les nuages de l'automne vont s'accumuler.
Réponse de le 08/07/2020 à 12:38 :
De grosgrosgros nuages en effet, du Gris on passera au noir.
a écrit le 08/07/2020 à 9:42 :
Allez zou une grosse injection d'argent public dans les marchés financiers et ça va mieux aller ! Jusqu’à la prochaine dans quelques jours...

C'est de la bonne au moins ?
a écrit le 08/07/2020 à 9:14 :
Que de 9%....chouette. la priorité absolue de notre gouvernement et celui de l'Union Européenne est la croissance avec une relocalisation de nos entreprises. Faire fabriquer ses ds en Chine pour les vendre chez nous n'a aucun sens. Le gouvernement doit non seulement conditionner toute aide, donc nos impôts à une relocalisation de nos unités de production mais aussi se battre à arme égale en baissant les taxes qui tuent nos industries. Que Airbus ferme ses usines anglaises au lieu de fermer les nôtres en Europe !!!🇪🇺
a écrit le 08/07/2020 à 9:02 :
Prévoir, donner des chiffres dans le contexte actuel revient à lire dans la boule de cristal ou le marc de café. A ce jeu là, les "économistes" sont systématiquement perdants.
Par contre, ils sauront parfaitement nous expliquer ce qui s'est passé... après.
Réponse de le 08/07/2020 à 9:52 :
"Les marchés vont rapidement être à court de liquidités ce qui va entraîner un effondrement général des Bourses. Les fondamentaux sont mauvais à moyen terme, la descente aux enfers est inéluctable. Nous sommes arrivés au bout d'un système économique déséquilibré, prédateur, destructeur des ressources naturelles, pollueur et jamais payeur. Des heures sombres approchent, l'ombre de 1929" Qui a écrit cela dans un article qui suit ? Vous lisez aussi dans la boule de cristal ou dans le marc de café ?
a écrit le 08/07/2020 à 8:41 :
Comment expliquez-vous que les PME aient rappelé leurs collaborateurs à leur poste de travail, alors que les grands groupes maintiennent bien davantage leurs collaborateurs en télétravail au moins jusqu'en septembre ? Pensez-vous vraiment que cela n'a aucun impact sur la reprise ? L'absence de la demande venant de l'international n'explique pas tout...
Réponse de le 08/07/2020 à 10:33 :
parce que être en télétravail influe sur sa productivité ? Vous n'êtes pas très professionnel si c'est le cas chez vous !
Réponse de le 08/07/2020 à 18:09 :
@britannicus

"Comment expliquez-vous que les PME aient rappelé leurs collaborateurs à leur poste de travail, alors que les grands groupes maintiennent bien davantage leurs collaborateurs en télétravail au moins jusqu'en septembre ? "

Dans les grands groupes, il s'agit principalement d'une population de cadre ,pas loin de 100% sont concerné actuellement ,pas certain que cela soit le cas dans les PME d'autant que l'activité n'est pas la même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :