Aides aux entreprises : un milliard d'économies identifiées à la rentrée

 |   |  282  mots
Les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales, ont été invités à apporter leur contribution à l'analyse.
Les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales, ont été invités à apporter leur contribution à l'analyse. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le gouvernement a lancé une "revue complète" de ces aides en fonction de leurs effets sur l'emploi et l'activité. Les économies réalisées doivent servir à couvrir les coûts de la loi Pacte.

Le gouvernement entend identifier d'ici septembre un milliard d'euros d'économie sur les aides aux entreprises, a annoncé dimanche le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Le ministre a précisé dimanche au micro du Grand Jury RTL Le Figaro LCI le calendrier de la "revue complète" en cours des aides aux entreprises auxquelles l'Etat consacre chaque année près de 140 milliards d'euros. Il avait déjà annoncé que l'examen de ces aides et de leurs retombées économiques concernerait également les taux réduits de TVA.

"Je souhaite que d'ici le mois de septembre nous ayons identifié un milliard d'euros d'économie sur les aides qui sont apportées aux entreprises", a-t-il déclaré. "J'ai demandé au Conseil d'analyse économique (CAE) de m'aider à faire ce travail d'examen des aides aux entreprises", a-t-il précisé.

Cinq milliards d'économies sur le quinquennat

"Celles qui sont efficaces, celles qui créent de l'emploi et de l'activité seront maintenues. Celles qui ne peuvent pas apporter la preuve de créations d'emploi ou d'activité, elles n'ont pas vocation à l'être", a-t-il prévenu.

Au-delà des services de Bercy, qui effectuent cette analyse dans le but de dégager cinq milliards d'euros d'économies sur le quinquennat, les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales ont déjà été invités à apporter leur contribution.

Les économies réalisées dans le champ des aides aux entreprises ont vocation à couvrir le coût des dispositions de la future loi "Pacte" (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), estimé à un peu plus d'un milliard par an.

Lire aussi: Avec la loi Pacte, Bruno Le Maire s'attaque aux seuils d'entreprise

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2018 à 19:01 :
M. Le Maire comme ses compères M. Macron et M. Phillippe sont de vrais technocrates issus de cette malédiction de gouvernance ENA. Pour commencer, mais cela est impossible dans notre pays par cette formation, évaluer le cout de gestion de ces aides et cela commence par la pléthore de personnes qui les gèrent!!! cela veut dire un coup de rabot à Bercy mais aussi dans les régions . Autre point aucune évaluation des agences d’état et territoriales plus de 1200 pour un cout estimé aux alentours de 60 milliards c’est-à-dire environ 20 pour cent du budget de fonctionnement de l’état, état sangsue dont M. Macron comme ses compères à l’économie ne songent aucunement à évaluer la qualité mais également la nécessité de cette pléthore d’agences. D’autres sujets sont aussi dans la même ineptie de gestion les postes de fonctionnaires qui n’apportent aucun plus aux citoyens le plus bel exemple les inspecteurs du permis une fonction qui devrait être privatisée mais aussi la suppression des sous-préfectures mettre en place une académie par région et non comme aujourd’hui 33 dont certaines sont à moins de 150 km l’une de l’autre. Nous avons un exécutif qui sous couvert de com à outrance nous fait croire qu’il est entrain de modifier économiquement notre pays en dehors des réformettes et de celles qui font grand bruit mais qui n’ont aujourd’hui aucune consistance de fond typiquement la réforme ferroviaire l’exécutif n’a rien changé il faut maintenant s’attaquer au vrai sujet que sera la SNCF demain et sous quelle forme économique et sociale que sera la concurrence et sur quel rail etc. Notre pays économiquement hors la croissance mondiale est tours à la traine. Pour ce qui est du discours et de l’arrogance entre la COP 21 et la leçon!!!! médiocre à M. Trump ou l’immigration et notre arrogance par un discours bien recadré par nos amis italiens et ce n’est pas une question de couleur politique mais encore une fois le constat d’un beau parleur M. Macron toujours dans le JE avec son hyper com qui devient soulante car elle est inverse à l’action et rarement dans l’efficacité réelle. Un début de quinquennat qui refusait toute com un an après une com à outrance qui montre combien le Président n’a pas pris la mesure qui fait qu’il puisse être crédible. J’ai voté pour lui dès mai mais aujourd’hui oui la question se pose n’est-ce pas une erreur?
a écrit le 25/06/2018 à 9:20 :
Encore une grande déclaration gouvernementale qui ne dit rien, ils disent qu'ils vont faire mais ils ne disent pas ce qu'ils vont faire, jamais nous n'avons eu un pouvoir aussi opaque, certainement pour ne pas que l'on voit qui tire les ficèles du mac.

Quand les médias de masse servent directement de dictature.
a écrit le 25/06/2018 à 7:16 :
As-ton vu un gouvernement français faire un sou d'économie? Peut-être du temps de Raymond BARRE? Mais avec l'actuel qui est aussi pléthorique que généreux en pseudo-réformes et un Président qui reste dans la tradition française du gaspillage depuis la nuit des temps, pas grand chose à espérer... sauf que ça tienne jusqu'à son départ!
a écrit le 24/06/2018 à 19:13 :
casser les jambes des boites pour leur offrir apres les bequilles, effectivement, c'est sterile.........ne pas casser les jambes, c'est un bon debut, surtout si on prevoit de ne plus offrir les bequilles
a écrit le 24/06/2018 à 17:49 :
Ca ne peut être qu'une blague, pourtant le 1er avril est passé.

Le total des aides publiques directes et indirectes aux entreprises est de l'ordre de 110 Milliards, dont la fameuse TVA allégée pour la restauration qui coute 3 Milliards; et en 9 ans n'a bénéficié ni à l'emploi, ni au consommateur, ni aux salariés.

Dans le même temps on demande aux collectivités locales d'accepter une perte de revenus de 10 milliards, aux hôpitaux de 13 milliards et aux retraités de 8 milliards via la CSG.

Il y en a un qui va finir sa carrière avec sa tête au bout d'une pique...
Réponse de le 24/06/2018 à 19:25 :
La TVA bar-resto, et y compris fast-food, et drive, doit RE passer à 20%. TOUS LEURS ENGAGEMENTS BAFOUES. Ils ont flambé leurs prix au lieu de les baisser, et pire avec le passage à l'euro. S'en suivra chantage-bluff ! aux licenciements massifs : il faut ignorer. Il bénéficient depuis plusieurs années des baisses de charges sociales, COMME les autres entreprises. Pour le BATIMENT les 5.5% doivent retrouver leur règle de départ : car ils sont globalement Honnètes. Ex : le cours du café augmente, la " tasse " de 3 gouttes, de maison de poupée flambe. Baisse du cours du café jamais répercutée. Idem avec la farine du boulanger : Sur leur resto à emporter, ex Sandwitch APPLIQUER,TVA normale à 20%. Coeff multiplicateur, au bar, sur la tasse à 3 gouttes de café : multiple entre 17 et 25. Je la boycotte depuis plus de 16 années. Restos courants, fini pour nous. Resto gastronomique désormais, et peu souvent : là ! nous aimons !
Réponse de le 25/06/2018 à 8:26 :
Souvenir de 2009 :

Xavier Denamur, restaurateur engagé contre la baisse de la TVA dans la restauration, n’en revient pas. Il vient de recevoir un courrier d’un genre unique : coté pile « TVA à 5,5% engagement pris, promesse tenue » et côté face un bulletin d’adhésion à l’UMP. Le tout accompagné d’une lettre de Xavier Bertrand, secrétaire général du parti présidentiel dont la vocation serait « pédagogique », précise l’UMP à l’Est Républicain. Voici sa réaction.
20 833 euros, c’est le gain supposé pour chaque restaurateur de cette baisse de la TVA, qui coûte à l’Etat 2,5 milliards d’euros. Un joli cadeau à l’approche des Européennes qui ne devrait pourtant pas permettre de créer de vrais emplois ni de baisser réellement les prix, ni de réaliser des investissements tangibles. Voilà bien de quoi proposer un bulletin d’adhésion à l’UMP.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :