Aides aux entreprises : un milliard d'économies identifiées à la rentrée

Le gouvernement a lancé une "revue complète" de ces aides en fonction de leurs effets sur l'emploi et l'activité. Les économies réalisées doivent servir à couvrir les coûts de la loi Pacte.
Les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales, ont été invités à apporter leur contribution à l'analyse.
Les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales, ont été invités à apporter leur contribution à l'analyse. (Crédits : Gonzalo Fuentes)

Le gouvernement entend identifier d'ici septembre un milliard d'euros d'économie sur les aides aux entreprises, a annoncé dimanche le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Le ministre a précisé dimanche au micro du Grand Jury RTL Le Figaro LCI le calendrier de la "revue complète" en cours des aides aux entreprises auxquelles l'Etat consacre chaque année près de 140 milliards d'euros. Il avait déjà annoncé que l'examen de ces aides et de leurs retombées économiques concernerait également les taux réduits de TVA.

"Je souhaite que d'ici le mois de septembre nous ayons identifié un milliard d'euros d'économie sur les aides qui sont apportées aux entreprises", a-t-il déclaré. "J'ai demandé au Conseil d'analyse économique (CAE) de m'aider à faire ce travail d'examen des aides aux entreprises", a-t-il précisé.

Cinq milliards d'économies sur le quinquennat

"Celles qui sont efficaces, celles qui créent de l'emploi et de l'activité seront maintenues. Celles qui ne peuvent pas apporter la preuve de créations d'emploi ou d'activité, elles n'ont pas vocation à l'être", a-t-il prévenu.

Au-delà des services de Bercy, qui effectuent cette analyse dans le but de dégager cinq milliards d'euros d'économies sur le quinquennat, les parlementaires, ainsi que les organisations patronales et syndicales ont déjà été invités à apporter leur contribution.

Les économies réalisées dans le champ des aides aux entreprises ont vocation à couvrir le coût des dispositions de la future loi "Pacte" (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), estimé à un peu plus d'un milliard par an.

Lire aussi: Avec la loi Pacte, Bruno Le Maire s'attaque aux seuils d'entreprise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/06/2018 à 19:01
Signaler
M. Le Maire comme ses compères M. Macron et M. Phillippe sont de vrais technocrates issus de cette malédiction de gouvernance ENA. Pour commencer, mais cela est impossible dans notre pays par cette formation, évaluer le cout de gestion de ces aides e...

à écrit le 25/06/2018 à 9:20
Signaler
Encore une grande déclaration gouvernementale qui ne dit rien, ils disent qu'ils vont faire mais ils ne disent pas ce qu'ils vont faire, jamais nous n'avons eu un pouvoir aussi opaque, certainement pour ne pas que l'on voit qui tire les ficèles du ma...

à écrit le 25/06/2018 à 7:16
Signaler
As-ton vu un gouvernement français faire un sou d'économie? Peut-être du temps de Raymond BARRE? Mais avec l'actuel qui est aussi pléthorique que généreux en pseudo-réformes et un Président qui reste dans la tradition française du gaspillage depuis l...

à écrit le 24/06/2018 à 19:13
Signaler
casser les jambes des boites pour leur offrir apres les bequilles, effectivement, c'est sterile.........ne pas casser les jambes, c'est un bon debut, surtout si on prevoit de ne plus offrir les bequilles

à écrit le 24/06/2018 à 17:49
Signaler
Ca ne peut être qu'une blague, pourtant le 1er avril est passé. Le total des aides publiques directes et indirectes aux entreprises est de l'ordre de 110 Milliards, dont la fameuse TVA allégée pour la restauration qui coute 3 Milliards; et en 9 a...

le 24/06/2018 à 19:25
Signaler
La TVA bar-resto, et y compris fast-food, et drive, doit RE passer à 20%. TOUS LEURS ENGAGEMENTS BAFOUES. Ils ont flambé leurs prix au lieu de les baisser, et pire avec le passage à l'euro. S'en suivra chantage-bluff ! aux licenciements massifs : il ...

le 25/06/2018 à 8:26
Signaler
Souvenir de 2009 : Xavier Denamur, restaurateur engagé contre la baisse de la TVA dans la restauration, n’en revient pas. Il vient de recevoir un courrier d’un genre unique : coté pile « TVA à 5,5% engagement pris, promesse tenue » et côté face un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.