Livret A : un taux plancher de 0,5% annonce Bruno Le Maire

 |   |  458  mots
Quelle que soit la situation des taux, quel que soit le niveau de l'inflation, la rémunération du Livret A ne baissera jamais en dessous de 0,5% a martelé Bruno Le Maire.
"Quelle que soit la situation des taux, quel que soit le niveau de l'inflation, la rémunération du Livret A ne baissera jamais en dessous de 0,5%" a martelé Bruno Le Maire.
Le ministre de l'Economie et des Finances s'est engagé ce jeudi à ce que le taux de rémunération du produit d'épargne préféré des Français reste bien à 0,75% jusqu'en janvier 2020, et ne baisse "jamais" sous les 0,5% à l'avenir.

[Article mis à jour à 16h20]

La réforme de la méthode de calcul du taux du Livret A, produit d'épargne préféré des Français, aura bien lieu, a indiqué Bruno Le Maire ce jeudi. Le ministre de l'Economie et des Finances a déclaré qu'il souhaitait "une règle beaucoup plus simple de calcul de ce taux, ce sera la moyenne du taux d'inflation et des taux d'intérêt". Et il y aura un taux minimum "absolu".

"Quelle que soit la situation des taux, quel que soit le niveau de l'inflation, la rémunération du Livret A ne baissera jamais en dessous de 0,5%. Nous nous étions engagés avec le Premier ministre à ce que le taux reste bloqué à 0,75% pour les deux prochaines années : cet engagement sera tenu", a-t-il insisté dans une interview sur BFMTV.

2017, un record de collecte depuis trois ans

En novembre dernier, le gouvernement a en effet décidé de geler le taux de rémunération du Livret A au niveau auquel il est fixé depuis août 2015, soit 0,75%, jusqu'au 31 janvier 2020. Ce taux de rémunération est révisable deux fois par an, en janvier et juillet, en fonction d'une règle de calcul prédéfinie. Le gouverneur de la Banque de France émet des recommandations mais il revient au gouvernement de trancher. Le nouveau taux, qui sera appliqué à partir du 1er février 2020, sera calculé en fonction de l'inflation et des taux interbancaires à très court terme (Eonia), mais sur la base de moyennes semestrielles pour en limiter les à-coups. En outre, le taux sera arrondi au dixième de point le plus proche et non plus au quart de point comme c'est le cas actuellement, a précisé le ministère dans un communiqué.

L'encours total du Livret A s'élevait à 276 milliards d'euros à fin février 2018 selon la Caisse des Dépôts qui centralise l'essentiel de la collecte. L'an passé, le livret A a connu sa meilleure année de collecte nette depuis 2013, à plus de 10,2 milliards d'euros. Cette épargne sert principalement à financer le logement social. Mais cette ressource a été ces dernières années "déconnectée des taux de marché, ce qui pèse sur le coût de financement du secteur et l'investissement des bailleurs sociaux" souligne Bercy.

"Tout en protégeant mieux les épargnants, cette réforme réduira globalement et de manière durable les charges financières du secteur du logement social d'environ 675 millions d'euros par an" indique le ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2018 à 10:02 :
alors que le calcul actuel qui est inflation +0,25 déjà de l’avoir bloquer à 0,75 sur 2 ans on est perdant là le nouveau calcul c'est pour passer en dessous de l'inflation vive macron le pique pognon j'arrive en fin de vie je plaint les jeunes c'est pas brillant l’héritage qu'on leur laisse
a écrit le 20/04/2018 à 8:53 :
avec un taux pareil l'epargne de precaution va sortir autant en deposer plus de la moitie dans des contrats d'assurance vie un peu plus rentable et le reste retiré et conserver a la maison tout aussi garantie de qui se moque t' on!!!!! il faut bien que les riches augmentent leur revenus et que la population n'est pas des idees de grandeur et de mieux vivre avec leur economies
a écrit le 19/04/2018 à 21:49 :
c ' est quoi la vraie information?...l ' effet miroir qui cache le plafonnement des futurs taux...
a écrit le 19/04/2018 à 19:20 :
ce ministre transfuge des Républicains n'est absolument pas crédible ni en France ni auprès des politiques dirigeants des autres pays européens . ses trahisons multiples le condamnent pour toujours .
exit !
a écrit le 19/04/2018 à 19:15 :
avec les taux qui vont remonter, c'est une declaration qui ne coute pas cher!
a écrit le 19/04/2018 à 19:04 :
Les "rien", les sans-dents, ont un président qui rabote livret A et retraites.
Tandis que " les riches n'ont pas besoin de président, ils se débrouillent bien tout seuls ".
a écrit le 19/04/2018 à 18:51 :
C'est du vol en bande organisée à 0,75, avec une inflation à presque 2 : alors leur 0,5 ils peuvent se le carrer là où je pense.
a écrit le 19/04/2018 à 17:39 :
Le Livret A sert aux HLM (entre autres, trop belle la manne), pourquoi ne pas inventer un livret D pour dépendance avec un taux de 0,1% de plus que le A (pour aspirer l'argent du Livret A), 0,76%.
Quand l'inflation est de 1%, avec un taux de 0,75%, ça rend les intérêts du livret fiscalisés à 25%, taux libératoire. 25% disparus, c'est l'Etat qui les a pris (en ne les donnant pas), donc fiscalisé sans le dire. Inflation à 1,5% en 2019, 50% d'impôts prélevés sur le Livret A. A moins qu'il ne soit pas censé "maintenir" le pouvoir d'achat de ceux qui y placent leurs économies (calculs par quinzaines pleines, nombreux doivent être ceux qui perdent 'pas mal d'argent' par dépôt, retrait mal placés, mais vu les taux ça devient peu de perdu).
a écrit le 19/04/2018 à 16:54 :
Taux gelé à 0,75% jusqu'en décembre 2020 c'est se fiche du monde. En effet ce taux est déjà en dessous de celui de l'inflation qui devrait encore monter. Mais les sans dents n'ont pas droit à la parole !
a écrit le 19/04/2018 à 15:46 :
Voleur des pauvres!
a écrit le 19/04/2018 à 15:32 :
Vu ce taux, 0 éviterais tous les calculs.
a écrit le 19/04/2018 à 13:49 :
"J'aimes" bien ces gens qui parle pour le futur et qui ne seront plus là pour récolter les lauriers ou les plumes! ...Des irresponsables!
a écrit le 19/04/2018 à 13:31 :
encore une decision pour les riches qui n-ont pas besoin d'une petite réserve pour vivre
on devrait au mini suivre l'inflation
a écrit le 19/04/2018 à 12:13 :
Alors, ce nouveau xieme mode de calcul façon Le Maire, cela donnerait quoi aujourd’hui : l’inflation est à 1,3, les taux d’interets à ??? Et donc résultat final ???
a écrit le 19/04/2018 à 11:00 :
Le Livret A à un taux plnacher de 0.5% aors que l'on devrait l'avoir à 1.25% : il faut developper l'epargne salariale et l'epargne qui permette de reinvestir dans l'entreprise.
Simpifier les PERP, PERCO et autres regimes d'épargne retraite pour faciliter le retour
en capital à a retraite, pour differents projets, ou voyages mais permettent aux épargnants et aux salariés qui travaille toute leur vie de 20 ans à 65 ans, soit 45 ans de cotisation sociale de pouvoir avoir un complement de retraite. Même les années d'études à l'université devrait compter dans l'épargne à la retraite et non être des "années blanches". La France à le droit de reussir comme les salariés, les entrepreneurs, les startupers, tout le monde. c'est peut-être une conception un peu universelle de la reussite mais le travail doit payer en France comme les investissements. La vie est de plus en plus long puisque l'espérance de vie en France est de 79 ans pour un homme et de 85 ans pour une femme, donc oui à la reussite pour tous et non "au bordel ambiant permanent actuel" . Les casseurs et les professionnels du désorde et du foutoir seront les payeurs! La France ne pourra plus supporter longtemps 36 jours de grève à la SNCF et la convergence des luttes comme un revival de mai 68. La France à besoin de plus, de plus d'investissement dans l'avenir, dans les nouvelles technologies, dans la RD et dans l'IA et non dans le pouvoir de la rue et des défilés permanents. La France doit être une reussite et non l'inverse. Force à a loi et force aux respects de la civilité et des règles communes de la vie en socièté. Quand au livret A il doit permettre de plus épargner pour les salariés et les retraités.
Réponse de le 19/04/2018 à 11:11 :
Au juste, qu'est-ce que la France sinon un patchwork d'intérêts divergents ? La réussite pour tous me paraît être une forme d'angélisme.

Mon boucher ne cesse de vitupérer contre les grandes surfaces qui casseraient son commerce. C'est aussi une forme de "bordel ambiant permanent actuel"
Réponse de le 19/04/2018 à 11:54 :
Tout ce que vous preconisez est du bon sens. A croire que ce dernier n'est pas dans l'ADN des decideurs !
Quant au francais qui accepte un taux de 0,5% alors que l'inflation est au minimum a 2%, on se demande s'il a un soupcon de jugeotte ?
Perso, j'ai choisi d'emmigrer il y a fort longtemps impatient de trouver d'autres propositions dans d'autres lieux. Bonne pioche.
a écrit le 19/04/2018 à 10:28 :
Une bonne mesure, enfin, et si le mac veut impressionner Trump et ne plus être prit pour le simple serviteur des riches, politiquement inutile donc, qu'il sépare les banques de dépôts des banques d'investissements, ceux qui aiment prendre des risques n'ont pas à en faire prendre à ceux qui ne veulent pas en prendre.

On est chez les fous pour la seule satisfaction des marchés financiers.
Réponse de le 19/04/2018 à 15:35 :
Vous avez raison, mais tout cela n'est pas dans le dogme bruxellois. C'est ce qui se faisait plus ou moins avant, mais c'était avant l'erreur de casting de 2005.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :