Après le grand rattrapage post-confinements, les créations d'entreprises reculent

Les créations d'entreprises françaises ont reculé en juillet après un rebond le mois précédent, le solde restant positif sur les trois derniers mois, selon les chiffres de l'Insee publiés vendredi.
Grégoire Normand

4 mn

Le mois dernier, les créations d'entreprises ont reculé de 1%, après une hausse de 0,7% en juin.
Le mois dernier, les créations d'entreprises ont reculé de 1%, après une hausse de 0,7% en juin. (Crédits : Reuters)

Après avoir atteint un sommet en avril dernier au moment du dernier confinement, le nombre de créations d'entreprises poursuit sa décrue. Les immatriculations enregistrées par les services de l'Insee ont reculé au mois de juillet de 1% pour s'établir à 81.580 contre 82.395 en juin. Au printemps 2020, le nombre de créations d'entreprises avait plongé brutalement au moment du premier confinement avant de repartir en flèche lorsque les les barrières sanitaires ont été levées.

Les confinements qui ont suivi n'ont pas eu les mêmes répercussions sur l'évolution des créations de sociétés. Il faut rappeler que la crise sanitaire a considérablement boosté l'essor des micro-entreprises en France dans le secteur de la livraison à domicile notamment. Alors que la plupart des magasins étaient fermés, les géants du commerce en ligne ont également pu profiter de cette aubaine pour développer leur activité. Avec la levée des mesures prophylactiques et la progression de la vaccination, l'expansion de ce type d'activité pourrait se tasser.

Lire aussi 5 mnDopées par la livraison à domicile, les créations de micro-entreprises explosent

Tous les types d'entreprise enregistrent une baisse en juillet, forte hausse sur un an

Les créations d'entreprises classiques ont connu un recul au mois de juillet de 1% par rapport à juin. Les immatriculations recensées sont passées de 31.159 à 30.903 en données corrigées des variations saisonnières. Après avoir connu une hausse régulière depuis le début de l'année, le rythme des créations avait marqué le pas au printemps avant de s'infléchir en juillet. Du côté des micro-entreprises, les créations sont également en repli de 0,9% après un précédent recul de 0,2%. Elles sont passées de 51.236 à 50.777.

En revanche, les créations d'entreprises enregistrent une forte envolées depuis un an. En données brutes, le nombre total décolle de 27%. "Les créations d'entreprises individuelles sous le régime de micro-entrepreneur augmentent fortement (+30,5 %) ainsi que les créations de sociétés (+29,9 %) et, dans une moindre mesure, les créations d'entreprises individuelles classiques (+5,5 %)" expliquent les statisticiens.

L'un des principaux facteurs est que le nombre de créations avait enregistré une chute abyssale en avril 2020. La réouverture de l'économie française a permis une forme de "rattrapage". A cela s'ajoute "l'effet de base" très visible sur des indicateurs conjoncturels. Enfin, des personnes ayant perdu leur contrat pendant les confinements ont adopté le régime de la micro-entreprise afin de créer leur propre activité. Depuis la libéralisation de la création d'entreprise avec le statut d'auto-entrepreneur, la part des micro-entreprises sur le total des immatriculations gagne du terrain. Les derniers chiffres dévoilés par l'Insee montrent que les micro-entreprises représentent désormais les deux tiers (65%) des immatriculations.

Une perte considérable de chiffre d'affaires

Cette envolée des micro-entreprises ne doit pas faire oublier la montagne de difficultés rencontrée par ces travailleurs. L'activité par rapport à l'avant-crise chez les auto-entrepreneurs et les travailleurs indépendants a repris mais de manière inégale, ont affirmé jeudi deux organisations les représentant.

Les micro-entreprises déjà actives en 2019 "sont 83,2% à avoir repris leur activité à l'été 2021, et près de 65% ont retrouvé plus de 50% de leur niveau d'activité d'avant-crise du Covid", selon une enquête de l'Union des auto-entrepreneurs (UAE), conduite auprès de 3.359 personnes dont l'auto-entreprenariat est l'activité principale. Mais un quart d'entre eux continuent de perdre 70% ou plus de leur chiffre d'affaires.

Baisse dans l'industrie et la construction, hausse dans le soutien aux entreprises

Cette baisse globale en juillet masque évidemment des disparités sectorielles. Dans l'industrie, la chute est particulièrement marquée pour passer de 4.256 à 3.828 entre juin et juillet (-11%). Du côté de la construction, la décrue est également importante pour passer de 3.621 à 3.463 (-4,3%). En revanche, les immatriculations d'entreprises dans le secteur du soutien aux entreprises sont expansion (+2,3%). Il en est de même dans l'enseignement, la santé ou l'action sociale (+9,5%).

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/08/2021 à 18:11
Signaler
Quand j'ai lu le contrarian de Robert Jules, je me suis dit, l'assassinat de Schumpeter risque de nous couter cher

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.