Budget : Bruxelles a été trop indulgent avec la France (président de l'Eurogroupe)

 |   |  412  mots
Jeroen Dijsselbloem regrette que la Commission ait décidé l'an dernier de ne pas ouvrir de procédure de déficit excessif contre la France, lui donnant plus de temps pour se mettre en conformité avec les règles communes.
Jeroen Dijsselbloem regrette que la Commission ait décidé l'an dernier de ne pas ouvrir de procédure de déficit excessif contre la France, lui donnant plus de temps pour se mettre en conformité avec les règles communes. (Crédits : © Eric Vidal / Reuters)
Le ministre néerlandais des Finances Jeroen Dijsselbloem déplore que le président de la Commission ait justifié l'octroi de dérogations en matière de règles budgétaires "parce que c'est la France".

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem s'en est pris vendredi au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à qui il reproche sa mansuétude à l'égard de la France dans une interview accordée au Figaro et à six autres quotidiens européens, dont le Süddeutsche Zeitung.

Le ministre néerlandais des Finances déplore que le président de la Commission ait justifié l'octroi de dérogations en matière de règles budgétaires "parce que c'est la France".

"La Commission devrait se soucier davantage de sa crédibilité.[...] Lorsque vous apprenez que son président dit que la perspective est différente dans le cas de la France -je ne suis pas sûr des mots- c'est bien sûr dommageable. Comment voulez-vous redynamiser l'union monétaire, après le vote britannique par exemple, si vous traitez ainsi les règles existantes? Personnellement, je trouve que c'est très inquiétant."

     | Lire Baisse du déficit : pas de quoi se réjouir, selon la Cour des comptes

Jean-Claude Juncker avait expliqué cette semaine dans un entretien à la chaîne Public Sénat qu'il ne cessait de donner des dérogations à la France en matière budgétaire "parce que c'est la France" et "qu'on ne peut pas appliquer le pacte de stabilité de façon aveugle"

Pour rappel, le Pacte de stabilité fixe notamment pour règle de ramener et de contenir le déficit public sous le seuil de 3% du PIB. La Commission a décidé l'an dernier de ne pas ouvrir de procédure de déficit excessif contre la France, lui donnant plus de temps pour se mettre en conformité avec les règles communes.

Une exception malvenue

Le président de l'Eurogroupe ajoute que les pays membres de la zone euro ont besoin d'un "arbitre objectif" qui fasse respecter les règles du Pacte de stabilité.

"Une chose est sûre: si la Commission n'affiche de fermeté qu'avec les petits pays, l'effet sera dévastateur pour la confiance entre les capitales de l'euro", prévient-il.

"Si la Commission ferme les yeux sur l'un, elle sera obligée de le faire pour d'autres et au bout du compte, c'est toute l'union monétaire qui sombre dans l'aveuglement", prévient Jeroen  Dijsselbloem. Un système de "deux poids, deux mesures", auquel est notamment confrontée la Grèce.

 >> Aller plus loin Grèce : la BCE, bras armé des créanciers

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2016 à 21:56 :
En y regardant de plus prés, une bonne partie des Français et des Européens ne sont pas anti européen, ils veulent plus de cette Europe. Mais les extras terrestres qui sont à la tête de ce machin ne l'ont pas compris. Le résultat sera à terme une dislocation de l'UE.
a écrit le 06/06/2016 à 15:15 :
Il est dommage que la commission européenne et une bonne partie de la presse française ait découvert avec surprise le 6 mai 2012 à 20 h que la FRANCE possédait un déficit public inacceptable...Cette même commission avait d'ailleurs validé sans problème les baisses de TVA électoralistes sur la restauration, sans création d'emploi.
Alors même que certains parlaient d'augmenter la TVA afin de financer les charges sociales...

En plus, ce monsieur oublie de préciser que depuis des années, l'ESPAGNE bénéficie d'une totale mansuétude de cette même commission, alors même que sa croissance est rapide, mais à crédit...
a écrit le 05/06/2016 à 8:28 :
un referendum
pour que la France coupe les vivres a bruxelles
leur chantage doit avoir une reciproque
.
a écrit le 03/06/2016 à 22:25 :
Mais pourquoi n'a t'on pas écouté le peuple en 2005 et depuis , on en veut plus de cette Europe , ou on ne nous respecte plus . Il faut un nouveau referendum pour redonner confiance au peuple souverain , et tout renégocier à notre avantage . Ca suffit le double jeu de l'Allemagne avec les cow boys , qu'a promis berlin pour la reunification . Il est étonnant l'attitude de la chancelière sur le tafta qui est la fin de l'Europe . Les allemands de l'est n'ont jamais oubliés que pendant qu'ils étaient sous la domination soviétique , les signes forts du reste de l'Allemagne avec la France.
Réponse de le 04/06/2016 à 22:39 :
Parce que l' Union Europénne se fiche pas mal des peuples ..
a écrit le 03/06/2016 à 22:02 :
Il en parle alors que l'on est presque au niveau budgétaire concerné.
Il en fait quoi des exceptions données au Royaume Uni dont on se demande si ils atteindront les 3 % de déficit avant la décennie prochaine ?
Le pacte budgétaire ne concerne pas que la zone Euro il me semble.
On leur fait une fleur à cause du brexit ?
Et pour l'Espagne, le Portugal ? Ce sont des grands pays ?
Encore un qui est à côté de la plaque.
a écrit le 03/06/2016 à 21:15 :
Vive le frexit ! C'est la seule réponse sensée à faire à ce bureaucrate...On ne va quand même pas rétablir le pal pour les élus incapables de réfréner leurs dépenses, voyons . On sait bien que plus on dépense, quand on est élu, et plus on est puissant.
Réponse de le 04/06/2016 à 9:44 :
Plutôt que s' épuiser à 28 à changer l' Union, il est tellement aisé d' en ..sortir par la mise en jeu de l' article 50 du TFUE .. Car personne ne raconte aux français les vraies origines de la prétendue « construction européenne », pêrsonne n' explique qui étaient les véritables donneurs d’ordre, ne démasquait ses vrais objectifs. Tous les partis politiques sans aucune exception, soit approuvaient l’UE, soit la critiquaient férocement mais… pour en proposer une autre ! Aucun parti n’expliquait qu’il est impossible de « changer d’Europe ». Personne sauf l' UPR..

Cette situation n’a d’ailleurs pas changé, si l’on excepte l’apparition, depuis lors, de quelques petits mouvements qui s’imaginent qu’ils vont connaître la même évolution que l’UPR parce qu’ils le plagient.
a écrit le 03/06/2016 à 19:17 :
A l'évidence il a raison, question de logique. Après, pour ce qui est des méthodes économiques, c'est une question entre les keynésiens arrièristes et les néo-quantitativistes hystériques. La vérité comme d'habitude est au milieu, car en économie, on ne sait pas, on tâtonne, si possible sans perdre son bon sens, ce qui ne semble plus être le cas de l'Europe depuis bien longtemps, et de la BCE depuis peu.
a écrit le 03/06/2016 à 19:07 :
La France et surtout Sapin n'a pas encore compris que l'équilibre du budget est à 0 % de déficit.
Il y en a encore beaucoup de travail, c'est facile de laisser le déficit à 3 % et de se contenter de cela. Si moi je ferais cela, bonjour les dégats; mon banquier ne serait pas très heureux.
Réponse de le 03/06/2016 à 22:06 :
Tu n'as rien capté toi. Regarde ce que l'état rembourse chaque année, cela correspond à peu de choses près à ces 3 % de déficit. A partir d'un déficit à 2.5-3 %, les états remboursent plus qu'ils n'empruntent et donc mécaniquement la dette baisse. C'est pour cela qu'ils font une fixette sur ce taux.
Réponse de le 04/06/2016 à 8:14 :
réponse a rryv

tu as encore moins compris que le premier message. Le 3 % ne veut rien dire. Donc essaie de te renseigner avant de parler le 3% est un truc débile en gros. Tu as tes dépense ,les taux de la dette variable,et l inflation . donc vu que c est variable tes frais le seul moyen est de viser l equilibre pour arrêter de s endetter.Encore plus en ce moment vu le prix de la dette. Rien a voir avec le message je vous donne un exemple , si je te donne 1% pendant 30 ans tu aura plus d argent a la fin. C est archi faux vu que l inflation va grignoter ton capital puisque tu aura besoin de plus d argent. Certain vont dire en ce moment il n y a pas d inflation mais le pire c est que c est encore faux, car il faut regarder les moyenne sur 30 ans .
a écrit le 03/06/2016 à 17:42 :
Alors que les populations ne le veulent pas, que le centralisme de Bruxelles ne fonctionne pas, que les économies du sud de l’Europe s’effondrent, que des centaines de milliers de gens manifestent leur mécontentement à travers le continent, qu’on assiste en Grèce à un scenario à la Weimar, le défenseur du projet européen n’en tire qu’une seule conclusion : davantage d’Europe. Sa vision du monde est aussi hermétique que celle du marxiste, et elle ne s’adapte en aucune manière à la réalité. Plus d’un demi-siècle après la publication de Karl Popper The Open Society and its Enemies (La société ouverte et ses ennemis), la pensée fermée est encore présente parmi nous, bien vivante et soutenue par la majorité de nos élites désespérantes.

http://iddeurope.org/la-pensee-fermee-du-projet-europeen/135?lang=fr
a écrit le 03/06/2016 à 17:18 :
c'est quoi l'euro groupe, il figure dans quel traité?
voilà un bonhomme ,complétement corseté dans sa vision ordolibérale ( austéritaire ) de l'économie qui ne possède aucune légitimité ni démocratique ni institutionnelle qui se permet des commentaires...tout cela va remonter la cote de l'UE( pas étonnant qu'il a failli se faire physiquement empoigner par Varoufakis)
a écrit le 03/06/2016 à 16:26 :
Dijsselbloem = Moscovici = sociaux-libéraux
Luxembourg = Pays Bas = paradis fiscaux.
Qui nous débarrassera de cette Europe ordo-libérale de la stagnation perpétuelle ?
Réponse de le 03/06/2016 à 19:04 :
Tu peux encore ajouter que TOUT les employées à la commission européenne (ceux qui donne les leçons à tout le monde) ne paye pas un centime d'impôt et profite d'une retraite très comfortable..
Réponse de le 04/06/2016 à 8:51 :
en l'occurrence, il faudrait mettre "TOUS" et pas TOUT..
Les agents de l'EU (Conseil, Commission, EP..) paient minimum 20% de leur salaires mensuels en impôts. C'est peut être pas satisfaisant au vu de certains, mais l'affirmation EC = 0 impôts est fausse. Quant aux revenus hors salaires, ils sont tous taxés sans exception au titre des lois en vigueur dans le pays de revenu.
Ce qui me gêne aujourd'hui dans l'EU, ce n'est pas le salaire de ses agents, c'est le manque de vision de projets et d'ambition industrielle pour les années à venir. L'Europe des lois et des règlements, c'est sûr que c'est pas très emballant..
a écrit le 03/06/2016 à 16:06 :
La Hollande, c'est bien ce pays qui pompe la fiscalité des autres pays avec l'Irlande ?
Facile de donner des leçons quand on pique dans la caisse des voisins.
D'ailleurs, quelle est le résultat de l’enquête en cours a Bruxelles ?
a écrit le 03/06/2016 à 15:00 :
En France ce gouvernement distribue tous les jours, des millions d'Euros à celui qui crie le plus fort. C'est tous les jours qui veut gagner des Millions!
Réponse de le 03/06/2016 à 18:33 :
Et le quantitative easing de l' Union tient les pays à flot à coups d' impressions de contrebande !
a écrit le 03/06/2016 à 14:58 :
Il a raison. De plus, que dire des Agences de notation qui sont bien silencieuses depuis quelques temps avec la France.
Réponse de le 04/06/2016 à 9:36 :
Nous avons relevé les échecs patents de cette Union mortifère et lui avons attribué un zéro pointé.. Frexit ..!
a écrit le 03/06/2016 à 14:00 :
Ce monsieur est l'opérateur du fameux "sandwich hollandais" qui permet une "optimisation" fiscale nous coûtant au moins autant que les déficits qu'il nous reproche.
a écrit le 03/06/2016 à 12:49 :
France bashing....quoi d' autre ? , leur fidèle allié l' Angleterre se situe à plus de 6%.
En plus je pense que la situation économique de ce petit pays n' est pas resplendissante .
Donc en résumé ils n' ont pas le courage de faire 3,3 % comme la France . Pays ou il y à peu de chômeurs mais beaucoup d' handicapés.
a écrit le 03/06/2016 à 12:32 :
Il n'a pas tout à fait tort, Si la France s'était vu appliquer les règles drastiques imposées aux autres (exemple des Grecs, même s'ils ne sont pas de tout reproche dans la vérité des comptes). Certainement que le pays ne serait pas à la peine et à la traîne et qu'enfin nous aurions fait les réformes nécessaires pour sortir par le haut. Malheureusement ce n'est pas le cas et les difficultés sont devant nous et elles feront l'objet d'un remède de cheval avant 2020!!! A moins qu'en 2017 le FN remporte la présidentielle et alors tout est possible. La pièce ne peut tomber que sur une face ??
Réponse de le 03/06/2016 à 23:00 :
parce que tu trouves que la Grèce va mieux
a écrit le 03/06/2016 à 11:38 :
Mais que ce Monsieur se taise définitivement, et s'occupe de ses affaires ! Ce n'est pas un étranger qui doit interférer dans les affaires de la France !!
Réponse de le 03/06/2016 à 12:31 :
@Friendly: pas plus qu'un président de commission français ne doit interférer dans le bon fonctionnement de l'UE. Frexit, vous avez dit Frexit, comme c'est Frexit :-)
Réponse de le 03/06/2016 à 13:22 :
C'est vous qui devriez vous taire.
La France et la Hollande partage la même monnaie. Les règles doivent être les même pour tous. Les affaires de la France du point de vue monétaire et budgétaire sont justement un peu les affaires des autres pays qui partagent l'Euro comme monnaie commune. C'est du bon sens - ce dont vous manquez. Peut-être n'êtes vous qu'un autre triste souverainiste...
Réponse de le 03/06/2016 à 20:21 :
Comme vous avez raison !!!!!! Les règles doivent être les mêmes pour tous. A commencer par les règles fiscales, sociales, environnementales....et là y-a du boulot !!
a écrit le 03/06/2016 à 11:03 :
Le mieux , c'est d'organiser un référendum comme en 2005 et demander aux français
s'ils souhaitent rester dans ce bidule technocratique. Les eurocrates non élus Bruxellois ont déjà tué la Grèce, l'Italie , le Portugal, la France pourrait peut-être éviter cette perspective.
L'UE est tellement attractive, que les Anglais vont peut-être la quitter. pourtant, ils ont des avantages, pas d'euro et des dérogations à la règle commune bien supérieures aux nôtres.
Réponse de le 03/06/2016 à 14:37 :
Le mieux serai de gérer notre pays correctement déja!!!
Il ne sert a rien de sortir de l'europe car elle nous puni de nos dérapages budjétaire.
Si on ne fait rien dans 10 ou 15 ans, on se retrouvera comme en grèce
et la vous pleurerez car vous ne vouliez pas vous séparer de vos acquis..
Jeroen Dijsselbloem à totalement raison, méme regles et méme sanction pour tout les pays de la zone euro.
le gouvernement Francais se crois tout permis
Réponse de le 03/06/2016 à 18:51 :
En 1974 , le pays n'était pas endetté et nous n'étions pas dans l'UE. Nous avons 2100 milliards de dettes, 5 millions de personnes en précarité. La France plutôt
que de se réformer , a profité de la signature de l'Allemagne pour s’endetter.
L'Europe est une bonne idée , mais , elle n'est pas démocratique, l'euro , n'est pas adapté a toutes les économies de la zone. Les technocrates non élus , ont empêché la création de groupes industriels puissants pour des raisons de monopoles imaginaires dans le cadre de la mondialisation.
Conclusion, oui à l'UE mais complètement différente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :