Chômage : le gouvernement envisage de durcir les règles d'indemnisation pour répondre à la pénurie de main d'oeuvre

Aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence, qui se tenaient ce week-end, de nombreux chefs d'entreprises de différents secteurs ont souligné leur difficulté à recruter. Cette pénurie de main d'oeuvre est la deuxième priorité après le pouvoir d'achat, a assuré Bruno le Maire, le ministre de l'Economie. Il souhaite s'attaquer au sujet dès la rentrée, avant même la réforme des retraites. L'une des solutions serait, selon l'exécutif, de lancer la réforme de l'assurance chômage dès la rentrée.
(Crédits : Reuters)

Il n'est plus possible d'avoir dans le même temps, autant de chômage, au-dessus de 7% dans l'Hexagone, et des postes disponibles, faute de candidats.

C'est ainsi que Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, s'est exprimé aux Rencontres économiques qui se tenaient ce week-end à Aix-en-Provence. Une réponse aux patrons - de grands groupes comme de petites entreprises -, qui se plaignaient tous d'avoir du mal à recruter.... Quel que soit le secteur, dans l'aéronautique, le transport, le tourisme, ou l'hôtellerie-restauration, tous assurent être contraints dans leurs activités à cause de ces problèmes d'effectifs. Des restaurants ferment plus tôt, faute de personnel, des commandes ne peuvent être honorées... etc.

Et alors qu'Emmanuel Macron reçoit, ce lundi, à Versailles, les patrons étrangers dans le cadre de l'opération « Choose France », « comment attirer les investissements dans l'Hexagone si on est incapables d'avoir les moyens humains, et les compétences ? », s'agace un conseiller ministériel. Pas question de freiner l'attractivité française.

Aller vite, dès la rentrée

Face à cette situation, plusieurs membres de l'exécutif ont promis de s'attaquer au sujet dès la rentrée. Une des solutions, selon le gouvernement, serait de lancer très vite la réforme de l'assurance chômage.

Promise par Emmanuel Macron pendant sa campagne, cette réforme viserait à aller un cran plus loin que celle déjà faite lors du premier quinquennat. Sur le papier, cet acte 2 devrait moduler les indemnisations en fonction de la conjoncture économique. Plus la situation se dégrade, plus le système d'indemnisation est généreux. Et à l'inverse, plus elle s'améliore, et moins le régime verse d'indemnités. Avec une croissance qui ralentit, mais un taux d'emploi qui reste élevé, le gouvernement aurait tout intérêt à ne pas trop attendre.

Dans la réforme, il s'agirait aussi, selon plusieurs sources, de durcir certaines règles qui peuvent inciter des salariés à bénéficier indûment d'indemnités et à rester au chômage. "Il y a de nombreux angles morts, des zones grises dans le système, qui ne favorisent pas le retour à l'emploi", plaide un bon connaisseur du dossier, proche de l'exécutif. Exemple : « quand vous abandonnez votre poste du jour au lendemain, sans donner signe à votre employeur, vous pouvez quand même toucher une allocation », développe-t-il. En durcissant encore un peu plus certaines règles d'indemnisation, le gouvernement espère donc inciter les actifs à reprendre un travail plus vite.

Surtout, il promet d'aller vite. « Cette réforme de l'assurance chômage pourrait se faire dès la rentrée, avant celle des retraites ... », juge un poids lourd du gouvernement. Sans compter qu'Elisabeth Borne n'aurait aucune difficulté à se lancer dans ce dossier pourtant très technique qu'elle connaît sur le bout des ongles. C'est elle, en tant que ministre du Travail, qui a géré l'an dernier la dernière réforme.

Enfin, il y a une petite fenêtre de tir en termes de calendrier : la convention assurance chômage s'arrête le 31 octobre prochain... Il faut donc statuer. Le gouvernement peut donc choisir, soit de garder les mêmes règles, soit de les modifier.

Des syndicats opposés, mais une opinion publique plus favorable

Et tant pis, si les syndicats sont contre. De la CFE-CGC à la CFDT, en passant par la CGT, tous ont bataillé contre la dernière réforme, et il y a peu de chances qu'ils aient changé d'avis.

Interrogé sur France Info, ce lundi matin, Philippe Martinez le leader de la CGT a ainsi regretté "que le gouvernement soit encore dans la croyance qu'il suffise de durcir le système, pour que les demandeurs d'emploi retrouvent du travail. C'est un peu plus compliqué que ça". Et le chef de file du syndicat de Montreuil de souligner qu'à peine un chômeur sur deux était indemnisé. En d'autres termes, on ne reste pas au chômage par plaisir ou par intérêt.

Le gouvernement sait toutefois que dans l'opinion publique, l'opposition est nettement plus partagée. Aucune réforme de l'assurance chômage n'a mis foule dans la rue. Pour convaincre les réticents, le gouvernement entend présenter cette réforme comme une solution pour lutter contre la hausse des prix. Quand on travaille, on a de meilleurs revenus et c'est la meilleure façon de préserver le pouvoir d'achat des ménages, en période d'inflation", rappelle un conseiller.

Enfin politiquement, ce discours sur la priorité du travail séduira les Républicains. Alors que le gouvernement se cherche des alliés à l'Assemblée nationale, ce peut être un moyen de rallier quelques élus à droite, voire à l'extrême droite.

Retrouver des marges budgétaires

En faisant la réforme de l'assurance chômage, l'exécutif espère aussi retrouver quelques marges de manoeuvre budgétaires. Emmanuel Macron s'est engagé à atteindre le plein emploi, c'est-à-dire un taux de chômage autour de 5%... d'ici la fin du quinquennat.

L'enjeu est d'autant plus important que c'est par le plein emploi que l'exécutif compte trouver des sources de financement pour investir dans l'école, la transition écologique, la santé... Bien plus qu'en réduisant les dépenses.

Dernier argument que l'exécutif n'avance pas ouvertement mais à dans la tête, cette réforme serait aussi un signe envoyé à Bruxelles. Un gage de la capacité de la France à poursuivre sa transformation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 15/07/2022 à 9:46
Signaler
L’explosion du prix des logements en ville envoie les smicards dans les banlieues lointaines. L’augmentation du prix des carburants et des véhicules les empêche de venir de venir travailler en ville. C’est tout simple. Par ailleurs, le brillante i...

à écrit le 14/07/2022 à 2:45
Signaler
Monsieur Casse sociale continue son travail de démolition du modèle social français hérité de nos aînés .Pendant ce temps là il encourage l’immigration de travail à Bas coût dans la restauration notamment ,ce qui viendra gonflé les demandeurs de pre...

à écrit le 12/07/2022 à 20:25
Signaler
Bonjour, Se qui est bien s'est que l'ons vous prends de l'argent sur votre salaire, pour le chômage, la sécurité sociale, le remboursement de la dettes social, ect ... Et que au bout du compte vous n'avez doit a rien ... tous vas bien... Mais sur...

le 13/07/2022 à 18:53
Signaler
Comment ça ? Vous avez bien la sécurité sociale c.à.d. la prise en charge en cas de maladie: médecin, hôpital, ...etc, indemnité de chômage en cas de perte d'emploi, différentes prestations sociales en fonction de vos revenus. Mais vous voulez en plu...

à écrit le 12/07/2022 à 14:17
Signaler
En France dans les médias télévisuels et le microcosme des politocards il y a une religion qui consiste à faire croire qu'un pti boulot est un emploi, NON un pti boulot, ce n'est pas un emploi, c'est la misère ... NON l'ubérisation ne réduit pa...

à écrit le 12/07/2022 à 7:56
Signaler
Je suis persuadé que les chiffres du chômages sont biaisés par les changements de catégories forcés. Il y a de mon point de vue beaucoup plus que 7 millions de chômeurs si on fait le ratio du nombre de salariés par rapport à la population active, chi...

le 12/07/2022 à 11:22
Signaler
Vieille chimère.. il suffit de regarder les chiffres eurostats ou de omt qui ont l avantage de pouvoir comparer car ce sont les mêmes indicateurs pour tous les pays … la France est bien depuis Macron autour de 7% après et ce dû à lui ou autre .. on ...

à écrit le 11/07/2022 à 21:40
Signaler
Mesdames et messieurs !! La France ! "La soeur de Jean-Noël Barrot, nouveau ministre du numérique, est directrice de la communication Uber Europe."

à écrit le 11/07/2022 à 18:26
Signaler
Pourquoi envoie t-on des milliers de jeunes tous les ans en fac de « glandage »,c’est à dire psychologie,sociologie etc.Ont-ils connaissance des formations utiles qui leur permettront d’avancer dans la vie? Je pense aussi que la valeur travail n’est...

à écrit le 11/07/2022 à 17:22
Signaler
Le plein emploi par l'esclavage, rien de neuf sous le soleil des lumières...

le 11/07/2022 à 22:20
Signaler
Il n'y a pas de sot métier, mais tous les métiers n'offrent pas le même salaire. A chacun de faire en sorte de choisir son parcours en toute liberté et toute responsabilité c.à.d. fournir l'effort nécessaire.

à écrit le 11/07/2022 à 15:29
Signaler
Le Bruno Le Maire et toute la clique n'ayant jamais fait autre chose que politicard en sont a analyser que... jamais une réforme ( réforme s'entendant par perte de droit, déclassement, appauvrissement dans le jargon français ) n'a engendrée de mouvem...

le 11/07/2022 à 16:51
Signaler
Visiblement ta valeur ce n’est pas le travail mais l’assistanat perpétuel des études à la retraite !!!!

le 11/07/2022 à 19:15
Signaler
Augmentez les salaires et les gens vont retrouver le goût du travail. Or, ici on remet les mêmes méthodes :punirtion en premier. Ces personnes ont ils cherche du boulot une fois dans leur vie sans se faire pistonner ?

à écrit le 11/07/2022 à 15:29
Signaler
il faut commencer par la suppression totale du régime des intermittents et rapidement

à écrit le 11/07/2022 à 15:23
Signaler
il faut commencer par la suppression totale du régime des intermittents et rapidement

à écrit le 11/07/2022 à 15:17
Signaler
Donné un bon salaire si vous vouler des ouvriers ne pas exploiter les français avec un SMIC c honteux comme dirait Macron vive la France on. N'en mare de se faire en c......

à écrit le 11/07/2022 à 15:12
Signaler
Les salaires des travailleurs manuels en France sont également largement inférieurs à ceux des autres pays développés. De plus en France, les ingénieurs sont surpayés au détriment des ouvriers grâce à l'existence du crédit impôt recherche et c'est bi...

le 12/07/2022 à 8:51
Signaler
Il est commun pour un ingénieur jeune diplômé d'être à peine à 2 K€ bruts pour plus que 35 heures, vous délirez complètement. Le CIR bénéficie exclusivement aux dirigeants et actionnaires, jamais à l'employé. Mais je suppose qu'il est plus facile de...

à écrit le 11/07/2022 à 15:00
Signaler
Bah c'est simple y a une vrai solution. Augmenter les payes ou enlever des charges sur les payes sa daunnera l'envie au gens de travaillez. En faisait comme vous le faite vous poussez surtout les gens à faire des choses illégal pour vivre.

le 12/07/2022 à 11:28
Signaler
Discours simpliste «  c est simple » et comment vous compensez les sommes supprimées qui manqueront dans les caisses de la sécu , des impôts.. ces mêmes sommes qui financent l hôpital par exemple ….. heureusement que vous n êtes pas au pouvoir …

le 12/07/2022 à 14:36
Signaler
Fini les belles paroles. passons aux travaux pratiques. Vous aller créer une entreprise et vous allez mettre en pratique vos conseils. Si ça marche, prix Nobel assuré dans le domaine "il n'y a qu'à , faut qu'on"

à écrit le 11/07/2022 à 14:29
Signaler
exemple convention dans les transports pour un chauffeur 44 tonnes SALAIRE des 151 1e heure le smig et encore !!!!!!!! seulement 80% de l'amplitude de travail est rémunérée !!!!!!!

à écrit le 11/07/2022 à 14:26
Signaler
Après avoir exploiter pendant des années leurs ouvriers que ce soit restaurateurs et les autres maintenant ils viennent pleurer qu ils ont du mal à recruter .posez vous les bonnes questions

à écrit le 11/07/2022 à 13:52
Signaler
Hou là! C'est mal parti pour un travail obigatoire d'avant guerre! Pour cela il faudrait déjà faire confiance au "chef" et a son projeeeeet!

à écrit le 11/07/2022 à 13:51
Signaler
Pas d'inquiétude pour les patrons qui ne trouvent pas de gens prêts à faire 50 heures payées 39 (au SMIC) avec un management ordurier, le gouvernement leur permettra de faire venir des saisonniers du tiers-monde.

à écrit le 11/07/2022 à 13:50
Signaler
Que M Lemaire aille postuler chez ces patrons en manque de personnel, au moins il se rendra utile quelque part

à écrit le 11/07/2022 à 13:19
Signaler
Et pourtant c'est pas faute d'en avoir viré des millions de gens des stats de ôle emploi ! PItoyables hypocrites qui font semblant de ne pas regarder du côte de l'immense dumping social intra et extra européen organisé par ceux qui possèdent et détru...

à écrit le 11/07/2022 à 13:14
Signaler
C'est la mobilité la solution. Si les stations de sport d'hiver des alpes et balnéaires de la côte d'azur venaient s'installer dans la région Nord Pas de Calais - Picardie, je suis sur qu'ils trouveraient des employés motivés a l'année. Un problème, ...

à écrit le 11/07/2022 à 13:08
Signaler
Et si on pénalisait davantage les entreprises qui génèrent des accidents du travail ? Combien de morts et d'invalides par an suite aux accidents du travail ? Il faut sanctionner les entreprises responsables de la destruction des ressources humaines...

le 12/07/2022 à 11:31
Signaler
Pour votre info ça existe depuis de Gaulle : le tx de cotisation varie selon le tx «  d accidentoligie » d une entreprise … parfois la sécu a de bonnes idées lol

le 12/07/2022 à 11:31
Signaler
Pour votre info ça existe depuis de Gaulle : le tx de cotisation varie selon le tx «  d accident » d une entreprise … parfois la sécu a de bonnes idées lol

à écrit le 11/07/2022 à 13:05
Signaler
Quand on voit des immigrés qui touche 70€ jour, que les smicard ne gagnent pas . On prend qui pour des Cons.

à écrit le 11/07/2022 à 12:51
Signaler
Et oui la main d'œuvre ne travaille pas pour de la monnaie de singe ....

à écrit le 11/07/2022 à 12:44
Signaler
Difficulté par manque de qualification adaptée (former les gens embauchés, ça prend du temps et coûte, sauf métier très spécial, construction d'avion, ça se fait sur le tas car très spécifique) ou les gens qualifiés refusent : trop loin (et pas sûr q...

à écrit le 11/07/2022 à 12:24
Signaler
pour recruter il faut augmenter les salaires et améliorer les conditions de travail. Il est aussi possible de payer un peu moins les hauts diplômés et de payer mieux les autres salariés, comme au bon temps des trente glorieuses durant lesquelles l'éc...

le 11/07/2022 à 13:50
Signaler
Les salaires des diplômés sont déjà risibles en France comparé au reste des pays développés, c'est une idée affligeante. L'ennemi c'est la rente, pas le travail.

le 11/07/2022 à 15:16
Signaler
De quels pays développés parlez-vous ? Soyez précis. La couverture sociale est-elle la même ? Les comparaisons doivent être pertinentes. ça n'a aucun sens de comparer les salaires des ingénieurs français à ceux des ingénieurs anglais.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.