Christian Jacob, nouveau patron des Républicains, face au chantier de l'après-Wauquiez

 |   |  342  mots
Christian Jacob occupe depuis novembre 2010 les fonctions de président du groupe LR à l'Assemblée nationale. Il a été réélu deux fois, en 2012 et 2017. Ce week-end, pour l'élection à la présidence du parti, ce disciple de Jacques Chirac l'a facilement emporté avec 62,58% des voix des militants (62.401 votants, participation de 47%). (Photo prise le 31 juillet 2018, lors de l'affaire Benalla.)
Christian Jacob occupe depuis novembre 2010 les fonctions de président du groupe LR à l'Assemblée nationale. Il a été réélu deux fois, en 2012 et 2017. Ce week-end, pour l'élection à la présidence du parti, ce disciple de Jacques Chirac l'a facilement emporté avec 62,58% des voix des militants (62.401 votants, participation de 47%). (Photo prise le 31 juillet 2018, lors de l'affaire Benalla.) (Crédits : Reuters)
Le chiraquien, élu dès le premier tour face à ses deux concurrents Julien Aubert et Guillaume Larrivé, aura la difficile tâche de rassembler le principal parti de droite malgré les sécessions, les rapprochements d'élus avec La République en marche, la désaffection des militants et la prééminence à la droite de LR du Rassemblement national.

Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a été élu sans surprise dimanche à la tête du parti qui espère faire oublier aux élections municipales du printemps prochain sa déroute des européennes.

Cet ancien disciple de Jacques Chirac, qui aura 60 ans le 4 décembre, l'a facilement emporté avec 62,58% des voix des militants, qui ont été 62.401 à voter durant tout le week-end, ce qui représente une participation de 47%.

Christian Jacob était confronté à deux candidats de la jeune génération. Le député souverainiste Julien Aubert, 41 ans, a recueilli 21,28% des suffrages et et son collègue "national-libéral" Guillaume Larrivé, 42 ans, a drainé 16,14% des votes.

Rassembler et tenter d'exister en vue de la présidentielle de 2022

"Sous réserve des éventuelles réclamations sous 24 heures, M. Christian Jacob sera donc proclamé élu", a déclaré le président de la Haute autorité du parti, Henri de Beauregard.

Christian Jacob aura la difficile tâche de rassembler Les Républicains malgré les sécessions, les rapprochements d'élus avec La République en marche, la désaffection des militants et la prééminence à la droite de LR du Rassemblement national.

Le parti qui mena au pouvoir Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy cherche la bonne formule pour tenter d'exister en vue de la présidentielle de 2022, alors que plusieurs ténors ont choisi de nourrir leurs ambitions en dehors de LR.

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse font toujours cavaliers seuls

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand a quitté le navire dès l'arrivée à sa tête de Laurent Wauquiez, en décembre 2017. Mi-septembre, l'ancien ministre a reconnu qu'il réfléchissait à une candidature à la prochaine présidentielle, qu'il conditionne à une victoire aux régionales en 2021.

A la tête de son mouvement "Libres", la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, fait elle aussi cavalier seul après avoir quitté Les Républicains au lendemain de la défaite des européennes du 26 mai (8,48%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2019 à 5:47 :
Les élections de 2022 Macron a gagné d avance face au trublion de Jacob ? Reste Bertrand pas sur Macron vas passer 10 ans comme président c est gagné d’avance
a écrit le 15/10/2019 à 9:43 :
Valérie et Xavier ont plus de teneur et de charisme que cet ex godillot de feu président Chirac.
Réponse de le 15/10/2019 à 19:19 :
Le problème de la droite reste qu'ils changent plus souvent d nom que de nom que de politique. La gauche a été au pouvoir que 19 ans depuis la seconde guerre mondiale et la droite le reste du temps. Qui a vote avis est le responsable de l'état actuel de notre pays?
a écrit le 15/10/2019 à 8:59 :
depuis le temps qu'il lorgne la place il a reussit mais ce n'ai pas avec lui que le parti remontra la pente surtout aidé par Ciotti toujours en train de critiquer mais pas de proposer quelque chose de positif qui puisse entrainer les foules
a écrit le 14/10/2019 à 23:01 :
n'est ce pas ce Monsieur président du groupe UMP à l'assemblée qui avait prêté!! l'argent de la cagnotte de son groupe au parti UMP, où en est cette affaire. Vu son temps d'élu j'attends avec impatience les futurs articles soit du Canard ou de Mediapart sur son parcours. Je rappelle à tous les membres de ce parti la loi sur la taxation les retraites complémentaires des ouvriers techniciens et cadres à hauteur de 7/10 pour cent, retraite inscrite dans un contrat de travail. Cette taxation a couté bien des voix en 2012, 2017, 2022...… Nombre de personnes spoliées par l'UMP/LR ont quitté définitivement LR. Un parti qui a préféré spolier que s'attaquer aux regimes spéciaux en tête celui des élus. Merci monsieur le nouveau président du parti et consœur nous avons de la mémoire pour encore longtemps. Lorsque l'on sait qu'une élection et plus particulièrement celle de 2012 c'est jouée à quelques milliers de voix, les spoliés ont participé à la chute de l'ex président mais aussi son "exit" lors des primaires, également au déclin électoral de l'UMP/LR. En sera t il de même pour 2022 avec un président et un parti LREM qui excluent de la société les retraités???
a écrit le 14/10/2019 à 18:25 :
Le problème pour les LR ,c'est que Macron fait le boulot à leur place, du moins,il applique à la lettre les directives européenne que le PPE lui dicte (loi travail, reforme des retraites, SNCF, nos barrages ,etc....D'où les 3/4 de l’électorat LR qui le soutien actuellement.
Réponse de le 15/10/2019 à 19:05 :
Oui c’est vrai , M. Macron c’est la version 4.3 du LR
C’est le parti politique le «  plus cohérent «  et rassembleur « actuellement «  pour affronter cette terrible époque
Réponse de le 15/10/2019 à 19:22 :
Pour vous Macron fait parti de quel partie? Pour ma part il bosse pour la droite voir la droite extrème (pas FN mais patronale)...
Réponse de le 15/10/2019 à 19:39 :
Pour moi c’est un réformateur , une évolution de mix des droites -droite ( du milieu- réaliste )sans plonger dans l’extrême comme le LR et le FN ou le PS ( très ambigüe) et pour le reste ( FI....)ils ne sont pas rassurants du tout.
a écrit le 14/10/2019 à 15:28 :
Comme d'habitude chez L.R. ont fait du neuf avec un vieux. Je crains fort que les municipales de Mars 2020, soient le remake des élections européennes.
a écrit le 14/10/2019 à 14:14 :
Si c'est un vrai chiraquien, alors c'est un faux gaulliste.
Et le vrai gaulliste, de toutes façons, c'est E. Macron : il fait vraiment les vraies réformes.
Il était temps !
a écrit le 14/10/2019 à 14:07 :
Un non-fonctionnaire ni haut ni bas, un vrai gars du peuple qui connais par l'expérience réelle les vertus du travail et notamment son caractère sacré comme valeur de développement personnel et collectif, un tribun qui sait de quoi il parle et communique sur la profondeur de l'être et de la nation, un républicain militant en somme. Adieu Sartre avec son être et néant. Nous demain.
Réponse de le 15/10/2019 à 8:00 :
Vous parlez de qui? certainement pas du nouvel élu.
Réponse de le 15/10/2019 à 8:01 :
Vous parlez de qui? certainement pas du nouvel élu.
a écrit le 14/10/2019 à 13:59 :
Il faut absolument que les Républicains se rapprochent du Rassemblement National. C'est une question de VIVRE EN LIBERTE en France qui est en jeu.
Réponse de le 14/10/2019 à 20:53 :
vous oubliez que 50% des Lr sont des centristes et qu'ils ne suivrons pas … et Lr disparaitra !!!
a écrit le 14/10/2019 à 11:05 :
La droite a une bonne carte à jouer, maintenant que Macron a récupéré toutes les faveurs des mégas riches et donc de la finance elle peut revenir sur la valeur travail qu'elle a totalement oublié du fait de sa servitude envers la rente financière.

Il y aurait tant à faire, parce que des mots tous ils nous en proposent mais des exemples jamais. Surtout en intégrant le fait que le parcours de vie de plus en plus fréquemment chaotique de la classe productrice fait que de plus en plus de gens se retrouvent dépourvus de la capacité de travailler et ce n'est pas parce qu'ils sont feignants c'est parce qu'ils sont cabossés par la vie et notre système ne fait qu'en amplifier les coups.

IL faut prendre tout ce recul pour se réapproprier la notion de travail, de ceux qui ne le pourront jamais à ceux qui ne vivent que pour ça !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :