Commerce extérieur : des résultats en demi-teinte

 |   |  793  mots
Le déficit commercial cumulé sur les 12 derniers mois est resté stable en juillet à 54,6 milliards d'euros, ont précisé les douanes dans un communiqué.
Le déficit commercial cumulé sur les 12 derniers mois est resté "stable" en juillet à 54,6 milliards d'euros, ont précisé les douanes dans un communiqué. (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)
Le déficit commercial de la France a légèrement diminué en juillet après sa nette dégradation du mois de juin, sous l'effet d'une hausse des exportations et d'un léger recul des importations. Les douanes, qui communiquent sur "la moyenne mobile centrée sur trois mois" constatent toutefois une tendance à la dégradation sur les trois derniers mois, après un trimestre de stabilité.

Le commerce extérieur retrouve quelques couleurs. Selon les chiffres communiqués par les douanes ce vendredi 6 septembre, le solde des échanges de biens s'est légèrement redressé en juillet à -4,6 milliards d'euros contre -5,3 milliards en juin en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrés (CVS-CJO).

Pour l'instant, la France a été relativement épargnée par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Le modèle économique de l'activité tricolore repose avant tout sur la demande intérieure. La balance commerciale en pourcentage du PIB pèse relativement peu en France contrairement à l'Allemagne mais des signes de fragilité sont bien visibles.

Une tendance à la dégradation

Au mois de juillet, le montant des exportations a légèrement augmenté passant de 41,8 milliards à 42,2 milliards d'euros. Les exportations d'avions Airbus ont représenté 2,6 milliards d'euros pour 33 appareils contre un peu plus de 3 milliards le mois précédent (37 appareils). Il s'agit du plus faible montant enregistré par l'administration depuis le mois de février. A titre de comparaison, les ventes d'avions en juillet 2018 avaient été exceptionnelles (3,2 milliards d'euros). En parallèle, les importations ont très légèrement diminué pour atteindre un montant de 46,85 milliards contre 47,03 milliards d'euros en juin. Ces derniers chiffres masquent néanmoins des résultats très fragiles pour le second trimestre.

En tendance, les douanes, qui prennent en compte la moyenne mobile sur trois mois (elle permet de lisser une série de chiffres pour éliminer les variations peu significatives) indiquent que "le solde fléchit en juillet de 0,6 milliard après trois mois de stabilité. La dégradation observée en tendance ramène le déficit à son niveau de mi-2018, achevant d'effacer l'embellie observée depuis le troisième trimestre 2018. Ce sont les exportations qui se replient en juillet, après avoir précédemment bénéficié d'importantes exportations de matériel militaire, de produits de la construction aéronautique et spatiale et de produits pharmaceutiques. De leur côté les importations demeurent stables".

Le commerce mondial au ralenti

Au cours du second trimestre, le commerce extérieur a légèrement contribué à la croissance (0,1 point) après un premier trimestre morose (-0,3 point) selon les derniers chiffres de l'Insee pour le second trimestre. Lundi, les estimations de la Banque de France pour la croissance du troisième trimestre devrait apporter un éclairage sur les conséquences possibles de l'affrontement commercial entre les deux premières puissances mondiales. Surtout, le commerce planétaire devrait fortement ralentir cette année. Dans son dernier baromètre publié à la mi-août, l'organisation mondiale du commerce (Omc) notait que "la croissance du volume du commerce mondial des marchandises devrait rester faible au troisième trimestre de 2019".

Lors d'un point presse à la fin du mois de juin, le responsable du département de conjoncture à l'Insee Julien Pouget expliquait "qu'il existait des risques de vent contraire sur le commerce mondial et de l'autre des facteurs de soutien avec des revenus qui ont le vent en poupe en France comme d'ailleurs dans l'ensemble de la zone euro. En matière de commerce international, cela fait plusieurs trimestres que les règles du jeu sont plus incertaines avec des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, la perspective du Brexit. L'incertitude porte sur l'évolution de ces tensions comme les droits de douanes mais elles portent aussi sur le comportement des entreprises". Lundi dernier, la Chine a repris les hostilités en portant plainte contre les Etats-Unis devant l'organisation mondiale du commerce. Depuis dimanche, Washington taxe à 15% plusieurs milliers de produits chinois et en représailles, Pékin a mis en place de nouveaux droits de douanes sur le pétrole brut américain. Au Royaume-Uni, le chaos politique plonge un grand nombre d'entreprises dans l'incertitude. En début de semaine, le gouvernement français a multiplié les mises en garde à destination des entrepreneurs qui échangent avec des firmes outre-Manche.

> Lire aussi : France : la croissance révisée à la hausse au second trimestre

La balance des transactions courantes dans le vert

Le solde de la balance des transactions courantes affiche un bilan positif pour le mois de juillet. Selon un communiqué de la Banque de France publié ce vendredi 6 septembre, il ressort à 200 millions d'euros après un déficit à 1,1 milliard d'euros le mois précédent en données CVS-CJO.

"Cette bonne performance s'explique par une amélioration de la balance des biens hors énergie, qui présente un solde positif à hauteur de 1,1 milliard d'euros après un déficit de 0,6 milliard en juin. Le solde des services, à 2,3 milliards d'euros, contribue à l'excédent global mais se dégrade légèrement après un niveau élevé au mois de juin", explique l'institution bancaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2019 à 9:33 :
Réponse à la réponse. La France est une immense nation exportatrice bien plus par tête d habitants que tous le monde arabe réuni la chine l Inde les usa ou le royaume uni seul l Allemagne et les Pays-Bas exportent plus par habitants que la France. Quand au soit disant problème de langue et prendre comme exemple l Algérie. Aucun français ne veux émigrer en Alger et aucun français ne cherche à apprendre l arabe l inverse n est pas vrai. A bon entendeur
Réponse de le 09/09/2019 à 10:06 :
@Lachcor
Le Pays Bas est un paradis fiscal. Il faut donc y regarder de plus près avant d'affirmer qu'il exporte plus de biens que la France.
Si les Pays Bas abritent tant de sièges sociaux d'entreprises américaines et européenne, c'est qu'il y a anguille sous roche !
C'est un pays de transit grâce à Rotterdam et Amsterdam.
Est-ce que sa production manufacturière a augmenté aussi vite que ses exportations?
Est-ce que sa consommation énergétique peu produire autant de bien?
~ 18 millions d'habitants qui produisent plus que ~ 68 millions d'habitants ?
a écrit le 08/09/2019 à 9:33 :
Réponse à la réponse. La France est une immense nation exportatrice bien plus par tête d habitants que tous le monde arabe réuni la chine l Inde les usa ou le royaume uni seul l Allemagne et les Pays-Bas exportent plus par habitants que la France. Quand au soit disant problème de langue et prendre comme exemple l Algérie. Aucun français ne veux émigrer en Alger et aucun français ne cherche à apprendre l arabe l inverse n est pas vrai. A bon entendeur
a écrit le 08/09/2019 à 9:33 :
Réponse à la réponse. La France est une immense nation exportatrice bien plus par tête d habitants que tous le monde arabe réuni la chine l Inde les usa ou le royaume uni seul l Allemagne et les Pays-Bas exportent plus par habitants que la France. Quand au soit disant problème de langue et prendre comme exemple l Algérie. Aucun français ne veux émigrer en Alger et aucun français ne cherche à apprendre l arabe l inverse n est pas vrai. A bon entendeur
a écrit le 07/09/2019 à 14:54 :
Un groupe industriel, Airbus, qui pèse à lui seul 1 euro d'export sur 15, soit 6% du total national... C'est quand même signe que la France manque cruellement d'exportateurs...
a écrit le 07/09/2019 à 8:58 :
Je ne comprends pas pourquoi on se focalise sur le commercer extérieur. Ce qui est important c'est la balance des transactions courantes qui rassemble exportation de biens et de services. Et là nous sommes positifs...
a écrit le 06/09/2019 à 23:16 :
Monnaie sur évalué=déficit commercial énorme
a écrit le 06/09/2019 à 18:37 :
Echange de biens, janvier > juin, données Eurostat
Variation de la balance commerciale sur ces 6 mois 2019 par rapport au 6 premiers de l’année 2018
France : + 5,1 Md€
Allemagne : - 13 Md
Royaume-Uni : - 8,8 Md
:>))
---
J’aime bien les données mensuelles, mais leurs valeurs n’a d’intérêt qu’avec un peu de recul, et en les comparant au même mois de l’année précédente.
Cause tourisme, nombre de jours travaillés, soldes, travaux saisonniers, grèves avant Noël, au printemps, à la rentrée, les bilans de fin d’année qui peuvent jouer sur le moral, et déclencher ou pas des investissements, voir des primes plus ou moins conséquentes, la vie économique et ses fluctuations intestines.
Ca c’est chronique.
Vient se greffer le plus aléatoire : récoltes, conflit armés et économiques, prix du baril et d’autres matières premières, aléas climatiques, grèves, croissance mondiale, livraisons exceptionnelles comme un paquebot, etc.
Par exemple, Airbus pourrait encore une fois accélérer ses livraisons en fin d’année.
Dassault va remettre les clés de 3 Rafale à l’IAF ce mois.
a écrit le 06/09/2019 à 13:53 :
Un puits sans fond. Nous n'avons même pas commencé à rédresser la competitivité de la France, pays competitif seulement dans les prestations sociales et dans la captation de la misère du monde.
Réponse de le 06/09/2019 à 17:10 :
C'est pas la faute des chômeurs si votre élite est très inférieure à celles des britanniques, allemands et américains.

Vous allez devoir comme lors des trente glorieuses importer massivement des progrès technologiques des nations cités pour vous mettre à la page, vous avez de moins en moins de temps pour traduire les nouveaux concepts cependant dans votre langue villageoise, ça commence à se voir.
L'algérie vient de tirer un trait sur le francais, pourquoi passer par un intermédiaire ?
Réponse de le 08/09/2019 à 9:27 :
La France est un grand pays exportateur 6 éme mondial. Devant elle. Les usa la chine l Allemagne le Japon et les pays bas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :