Commerce mondial : la France mieux notée grâce à son réseau de transports

 |   |  688  mots
Pour l'organisation, la France obtient une très bonne note concernant le pilier des infrastructures de transport.
Pour l'organisation, la France obtient une très bonne note concernant le pilier des infrastructures de transport. (Crédits : Crédits : Clicsouris/Wikimédia Commons/CC)
[Graphique] Selon le Forum économique mondial, la France aurait fait quelques progrès en matière de facilitations du commerce international par rapport à 2014. Dans le même temps, les pays d'Asie du Sud-Est se montrent de plus en plus ouverts aux échanges de biens au moment où les États-Unis et l’Union européenne baissent leur degré d’ouverture.

La France fait partie des économies avancées les mieux notées pour ses facteurs de facilitation des échanges. Le Forum économique mondial et l'Alliance mondiale viennent de publier leur édition 2016 du Enabling Trade Index qui mesure le degré de facilitation du commerce international.

Lire aussi : Classement mondial de la compétitivité : la France s'améliore selon le Forum économique

La France, 13e sur 136

Sur les 136 économies étudiées, la France se classe au 13ème rang avec une note de 5,37/7 selon une méthodologie (*) basée sur 7 piliers. Si la place de la France reste la même par rapport à la dernière édition de 2014, sa note s'améliore légèrement (5,31 en 2014). Pour l'organisation, la France obtient une très bonne note concernant le pilier des infrastructures de transport avec "le meilleur réseau routier et autoroutier au monde et le 4ème meilleur réseau de transport ferroviaire pour le commerce." L'administration aux frontières est également mise en avant par les auteurs du rapport pour ses barrières relativement souples concernant le commerce à l'intérieur de l'UE.

En revanche, la transparence en matière de douanes et les procédures pour les importations feraient partie des points faibles. "Les biens entrant en France et qui viennent de l'extérieur de l'Europe doivent faire face à une structure complexe de tarifs, avec plus de 2.000 tarifs distincts. Du côté des échanges vers l'étranger, les exportations françaises doivent faire face à des tarifs relativement élevés, ce qui la classe au 58ème rang sur le pilier de l'accès aux marchés étrangers." Elle reste néanmoins en progression sur ce dernier indicateur.

Le Royaume-Uni et l'Allemagne se classent respectivement 8ème et 9ème dans le classement général. La comparaison avec les résultats de la France permet d'observer que cette dernière obtient des scores assez proches des deux autres économies. Le Royaume-Uni se démarque par ses infrastructures technologiques et l'efficacité et la transparence de son administration aux frontières. L'Allemagne marque son avance par une offre de services de transport plus riche. Dans l'UE, ce sont les Pays-bas qui arrivent en tête de classement et arrivent en seconde position sur l'ensemble des pays étudiés.

Les marchés asiatiques plus accessibles que ceux de l'UE

Les Etats qui composent l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) représentent un marché bien plus ouvert que les Etats-Unis ou l'Union européenne selon le rapport. L'évolution des pays asiatiques intervient à un moment où l'Union Européenne et les Etats-Unis "restreignent leur degré d'ouverture". Singapour se classe en tête du palmarès et Hong-Kong en troisième position après s'être classé 7ème en 2014.

Pour le forum économique mondial, les progrès de l'Asean dans d'autres domaines restent limités et c'est pourquoi "les économies les plus performantes en matière de facilitation du commerce se situent généralement en Europe du Nord et de l'Ouest."

Dans l'Union européenne, Les progressions les plus marquantes concernent les derniers pays adhérant à l'UE (la Lituanie 29ème en hausse de huit places). Dans les économies avancées, la Suisse et les Etats-Unis seraient "les pays offrant le pire accès aux marchés intérieur et étrangers respectivement." Avec les annonces de Donald Trump relatives à un renforcement du protectionnisme, les Etats-Unis pourraient encore perdre des places en matière d'ouverture aux échange internationaux.

 (*)Méthode :L'Enabling Trade Index évalue la mesure dans laquelle les économies ont mis en place les facteurs qui facilitent les flux de marchandises à travers les frontières jusqu'à leurs destinations. Ces facteurs sont répartis sur sept piliers : accès au marché intérieur, accès aux marchés étrangers, administration aux frontières, infrastructures de transport, services de transport, infrastructures TIC et environnement opérationnel. La note attribuée à chaque pays est mesurée à partir de la moyenne pondérée des scores (de 0 à 7) de chacun des sept piliers. Chaque pilier est composé de 57 indicateurs provenant de plusieurs sources comme la Banque Mondiale ou l'OMC mais également des enquêtes d'opinion menées par le Forum économique mondial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2016 à 16:17 :
Les citoyens français sont vraiment ravis d'apprendre que leur argent permet aux multinationales d'engranger de juteux bénéfices, ils leurs serai grès par contre de régler légitimement la facture concernant l'entretien de notre réseau routier, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :