Congés imposés, salaires amputés : quels sont les efforts demandés aux salariés ?

 |   |  807  mots
Photo d'illustration. Pouvoir réduire ou déplacer les congés d'été afin d'adapter les effectifs aux besoins de la production, c'est une souplesse que se réservent des entreprises.
Photo d'illustration. Pouvoir réduire ou déplacer les congés d'été afin d'adapter les effectifs aux besoins de la production, c'est une souplesse que se réservent des entreprises. (Crédits : Reuters)
Jours de repos imposés pendant le confinement, vacances réduites cet été, télétravail dégradé ou encore salaire amputé par le chômage partiel: les entreprises réclament de nombreux efforts à leurs salariés en pleine pandémie de coronavirus.
  • Repos obligatoire

L'une des ordonnances de mesures d'urgence face à la crise sanitaire permet à l'employeur d'imposer à son salarié la prise de 10 jours de repos (jours conventionnels, de RTT ou compte épargne-temps). Avec un accord d'entreprise ou de branche, la prise de six jours de congés payés peut aussi être imposée.

Chez le fabricant de trains Alstom, les salariés ont, sauf exceptions, dû poser avant fin avril "11 jours de repos", dont "cinq jours de congés payés", indique à l'AFP Boris Amoroz, délégué CGT. Mais ces jours imposés pendant le confinement "n'étaient pas du tout des vacances", critique FO, et "pas forcément aux dates intéressant les salariés".

À la Société Générale, syndicats et direction ont signé un accord sur dix jours (congés payés et RTT) à poser entre mi-mars et fin mai. Chez BNP Paribas, la direction a décidé unilatéralement la prise de dix jours avant fin mai, une "décision brutale" qui a "suscité l'émoi" chez certains salariés, confie une source syndicale.

Parfois, la prise de jours n'est pas imposée mais fortement recommandée. "On nous a demandé de prendre des congés si on voulait, en nous faisant comprendre que ce serait bien", et "ça en arrangeait certains", témoigne Guillaume, vendeur de machines-outils dans une PME et partisan d'"un effort commun dans la crise".

Lire aussi : La question des congés payés et du temps de travail se posera, dit le Medef

  • Chômage technique

L'arrêt des usines, la fermeture des commerces ou la baisse d'activité a conduit des millions de personnes au chômage partiel, 12,4 millions de salariés du privé actuellement.

Selon les dispositions en vigueur, les salariés au Smic en chômage partiel touchent 100% de leur salaire net, un taux qui descend toutefois à 84% pour les autres salariés (dans la limite de 4,5 Smic).

Mais certaines entreprises, comme Renault, PSA ou Safran, compensent la perte de salaire en puisant dans leur caisse ou en créant des fonds de solidarité financés en partie par des dons de jours de congés de leur personnel.

L'individualisation du chômage partiel, c'est-à-dire la possibilité de répartir différemment les heures travaillées entre salariés d'un même service, avec une "incidence sur la paye", manque de transparence, dénonce Jérôme Beaurain, du syndicat SUD-Aérien Air France.

Lire aussi : Le dispositif de chômage partiel évoluera à partir du 1er juin

  • Grandes vacances

Pouvoir réduire ou déplacer les congés d'été afin d'adapter les effectifs aux besoins de la production, c'est une souplesse que se réservent des entreprises.

Chez PSA, un accord diminue de trois à deux semaines consécutives la durée minimale des congés estivaux. C'est "une remise en cause brutale de nos congés d'été", proteste Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

Mais "dans une situation exceptionnelle, il faut trouver des solutions", note Alain Mauriès, coprésident de l'Agora des directeurs des ressources humaines.

  • Horaires décalés

Pour limiter les risques de contamination dans les transports collectifs et leurs locaux, les entreprises décalent les heures de travail de leur personnel.

Lire aussi : Les transports en période de déconfinement : voici, point par point, les nouvelles règles à respecter

Rouvert le 11 mai, le grand magasin parisien Le Bon Marché a "ajusté" ses horaires. Aïcha, l'une des vendeuses, débute sa journée en moyenne une heure plus tard que d'habitude. Et "pour qu'on ne se retrouve pas tous en même temps aux vestiaires, nos horaires ont été décalés", avec "des écarts de dix minutes", détaille-t-elle sous son masque.

Sur ses sites de La Défense (Hauts-de-Seine) et du Val-de-Fontenay (Val-de-Marne), la Société Générale a installé rotations d'équipes et horaires décalés "pour tenir compte des contraintes d'occupation maximum dans les immeubles et contribuer à fluidifier les transports en commun", selon la direction.

  • Télétravail dégradé

Poursuivi massivement depuis la mi-mars, le télétravail s'est imposé dans l'urgence à quelque cinq millions de salariés, dont certains ne l'avaient jamais pratiqué.

Selon l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), la moitié de ces télétravailleurs se sentent plus fatigués que d'ordinaire. Près d'un sur deux estime travailler plus.

Non choisi, pratiqué tous les jours, parfois improvisé ou exercé tout en gardant ses enfants à la maison, ce "télétravail n'est pas le nec plus ultra des conditions de travail", souligne Olivier Laviolette, dirigeant du cabinet Syndex qui conseille les représentants des salariés. "Il y a des risques d'isolement, d'absence de déconnexion, de surcharge mentale."

Lire aussi : Déconfinement : le gouvernement publie son mode d'emploi du télétravail

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2020 à 9:11 :
FO est furieux, le covid ne s'est pas declare au moment ou ca arrangeait ses adherents pour leurs vacances
ca rappelle le sketche des inconnus sur la cgt, qui demandait une loi sociale pour que le 1/05 et le 08/05 ne puissent pas tomber un samedi ou un dimanche
fo, des bons rentiers de la fonction publique, avec des bons chateaux, et la larme a l'oeil pour leurs acquis, mais qui ne feront rien pour les gens qui vont perdre leur boulot a la rentree, malgre tout leur fric
a écrit le 18/05/2020 à 19:47 :
Travail plus pour gagner moins, même Berger l'a dit ! Moins de CDI et plus de CDD, abandon dans la loi de la notion de harcèlement moral (ça va de pair)... et c'est que le début.
Réponse de le 23/05/2020 à 8:46 :
La plupart des salariés au SMIC n'ont qu'a prendre une calculette, si ils additionne leur APL, RSA et toutes les aides à côté, pourquoi travailler déjà en temps normal, donc si on leur en demande encore plus, qu'il démissionnent... Une démission en masse fera augmenté les salaires automatiquement par manque de travailleur... Pour les plus réfractaires à mes dires, pensez que si vous travaillez plus plus besoin de votre voiture non plus et les transport en communs seront gratuits et plus de redevance TV... Pourquoi travailler pour un SMIC si on a pas de revalorisation?
a écrit le 18/05/2020 à 16:34 :
Je rappelle que l'absence de masques est du fait des gouvernants et pas des salariés. Si tout le monde avait été bien équipé dès le départ, nous n'en serions pas là ! Agiter la question des efforts à demander aux salariés semble être une très mauvaise stratégie. A la place du gouvernement, je ferais profil bas !
a écrit le 18/05/2020 à 15:40 :
Pourquoi les nations du monde ont elles arrêté l'économie ? Parce que c'est leur faute à 100% c'est plus le moment de fuir ses responsabilités bon sang !

Courageux dirigeants suédois qui n'ont pas imposé de confinement, un peu benoîtement visiblement, et se retrouvent pourtant avec moins de décès par habitants que nous et qui ne peuvent que générer un profond malaise au sein des dirigeants du monde. A tel point qu'ils ont du s'expliquer devant les médias du monde entier, le tribunal des dragons célestes.
Réponse de le 19/05/2020 à 8:39 :
c'est la meilleurs des solutions demander aux salaries de prendre une ou toute la partie des congé pour éviter que l'économie s'effondre
mais il faut des contres parties importante comme définir les responsabilité
des décisions prise comme les mensonges a répétition
concernant la fourniture de matériel
le retard pris dans la décision
de confiner
également revoir les anciens dirigeants sur les prise de décision
et la réduction hospitalière et des industrie
faire des effort oui mais que tous soit responsable de leur actes
et ne pas se cacher derrière une fonction y compris les élus
ou de dire on ne pouvais pas savoir
vous êtes au pouvoir c'est a vous d'anticiper
vous vous etes tromper vous quité votre poste et ceux sans indemnité
y compris les haut fonctionnaires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :