Coronavirus : grandes évacuations de malades et réception de millions de masques ce dimanche

Hélicoptères de l'armée française, avion militaire allemand, et TGV médicalisés ont procédé aujourd'hui à des évacuations de malades de la région Grand-Est vers le sud-ouest de la France ou l'Allemagne. En parallèle, un premier avion cargo Air France venu de Chine a atterri à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en fin d'après-midi avec à son bord 100 tonnes de matériel médical, dont plus de 5 millions de masques.
Deux TGV médicalisés partis dimanche matin du Grand Est pour évacuer 36 malades du Covid-19 vers la Nouvelle-Aquitaine sont arrivés en milieu d'après-midi, l'un à Poitiers et l'autre à Bordeaux.
Deux TGV médicalisés partis dimanche matin du Grand Est pour évacuer 36 malades du Covid-19 vers la Nouvelle-Aquitaine sont arrivés en milieu d'après-midi, l'un à Poitiers et l'autre à Bordeaux. (Crédits : Christian Hartmann)

Les plus importantes évacuations depuis le début de l'épidémie de coronavirus se sont déroulées ce dimanche pour désengorger les hôpitaux du Grand-Est, une des régions les plus touchées en France par la pandémie du nouveau coronavirus Covid-19, qui a désormais causé 2.606 morts dans l'Hexagone, dont 292 au cours des dernières 24 heures, et contaminé 40.174 personnes, dont quelque 20.000 sont hospitalisées.

Les moyens militaires allemands sollicités

Dans les détails, un A400M de l'armée allemande a évacué deux malades du coronavirus vers un hôpital de Ulm (sud-ouest de l'Allemagne), la première évacuation de malades français effectuée par des moyens militaires allemands.

Un hélicoptère de l'armée française a de nouveau transféré dimanche deux malades du coronavirus de Metz vers un hôpital en Allemagne, portant à cinq le nombre d'évacuations depuis l'est de la France par des hélicoptères militaires ce week-end.

"Il faut libérer des lits, il faut absolument donner de l'air au service de réanimation. On est toujours dans une augmentation continue du nombre de patients", s'est alarmé le chef des urgences du centre hospitalier régional de Metz, François Braun.

Les deux TGV médicalisés arrivés à destination

Deux TGV médicalisés partis dimanche matin du Grand Est pour évacuer 36 malades du Covid-19 vers la Nouvelle-Aquitaine sont arrivés en milieu d'après-midi, l'un à Poitiers et l'autre à Bordeaux, ont constaté des journalistes de l'AFP. Ils seront accueillis dans une dizaine d'hôpitaux de la Nouvelle-Aquitaine. Au total, cette région aura accueilli 54 patients du Grand-Est.

Il s'agit des évacuations les plus importantes conduites depuis le début de l'épidémie en France, alors que le Grand Est est l'une des régions les plus lourdement touchées (3.777 personnes hospitalisées, dont 786 en réanimation, et 757 décès).

"La solution ne peut pas être de multiplier les trains sanitaires à travers le pays qui mobilisent des moyens matériels et humains disproportionnés par rapport au nombre de malades concernés", ont toutefois taclé samedi les médecins urgentistes de l'Amuf, lançant "un appel solennel" à la mobilisation de "l'ensemble de l'économie" pour gagner "la guerre sanitaire".

La multiplication des trains sanitaires, pas la solution selon les urgentistes

Le syndicat d'urgentistes considère que "la priorité aujourd'hui est d'augmenter immédiatement le nombre de lits de réanimation en mobilisant l'ensemble des ressources industrielles, logistiques et humaines du pays en mettant à l'arrêt toutes les activités non indispensables".

L'augmentation du nombre de lits de réanimation est l'un des objectifs du gouvernement, selon le plan de bataille présenté samedi dans une longue conférence de presse qui se voulait pédagogique.

Le gouvernement compte passer à 14.000 lits en réanimation contre 5.000 au début de la crise, et la capacité à tester la population va être amplifiée, jusqu'à atteindre 80.000 tests par jour fin avril.

5,5 millions de masques réceptionnés de Chine

Face au manque criant de masques, qui a créé la polémique, plus d'un milliard de masques de protection ont été commandés, notamment à la Chine. Un avion en provenance de Chine, convoyant 5,5 millions de masques médicaux, est arrivé à l'aéroport de Roissy ce dimanche en fin d'après-midi. Ce premier avion cargo Air France, qui a décollé de la région de Shanghai, transportait près de 100 tonnes de matériel médical.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Mardi un autre avion cargo devrait partir de Chine. Au total, quatre vols par semaine sont prévus au cours des prochaines semaines, selon nos confrères du Monde, et chaque aller-retour coûterait environ 1,5 million d'euros.

Les entreprises françaises mobilisées

Selon les chiffres du gouvernement, la France produit 8 millions de masques par semaine, ce qui rend indispensable l'importation de ces matériels de santé durant la crise sanitaire. La ministre du travail Muriel Pénicaud a indiqué sur RTL que 24 entreprises françaises (du secteur du textile et du papier) avaient été homologuées pour fabriquer des masques.

D'autres sociétés sont encore en cours d'homologation auprès des pouvoirs publics. C'est le cas notamment de Chanel, qui prévoit de lancer sa production "dès que les prototypes et les matières premières auront été homologués". L'entreprise précise mobiliser ses fabricants partenaires et ses équipes, "dont 150 de nos couturières et couturiers des ateliers haute couture, prêt-à-porter et maisons d'art", afin de produire des masques de premières protection et des blouses. Dans un même communiqué, le groupe a promis de ne pas recourir au chômage partiel en France et de maintenir à 100% les salaires dans l'Hexagone sur une période de 8 semaines.

(Avec Alain Jean-Robert et Paul Ricard, AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 01/04/2020 à 14:12
Signaler
Comme l'a dit Christian Prud'homme ,ce sont les respirateurs et les personnels de santé qui devraient être transférés vers les régions les plus gravement touchées. "Plutôt que de transférer les patients, transférons les respirateurs ! Aujourd'hui, ...

à écrit le 30/03/2020 à 11:36
Signaler
Faire passer les frontières aux gens malades, et remplir les TGV pour envoyer des gens malades et contagieux dans toute la france, loin de chez eux, quelle bonne idée ! Les gens sains ne peuvent plus passer les frontières, ni ne peuvent sortir de che...

à écrit le 30/03/2020 à 10:13
Signaler
Ça permet à nos médias de masse de filmer enfin des avions, ça leur manquait.

à écrit le 29/03/2020 à 22:47
Signaler
5 million de masques ? Il en faut 24 millions par jour rien que pour le personnel soignant... merveilleux coup de com inutile. La Tribune fait dorénavant dans la propagande ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.