Coronavirus : le Medef réclame des exonérations de charges sociales

 |   |  318  mots
(Crédits : Reuters)
Face à la crise du coronavirus, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a demandé mardi dans un tweet "une "exonération automatique et immédiate des charges sociales en cas de baisse brutale de chiffre d'affaires". "Sinon, des milliers de PME risquent de disparaître", affirme le président de la première organisation patronale française.

M. Roux de Bézieux demande également à ce que les crédits de  trésorerie aux entreprises soient garantis à hauteur de 90% par la banque publique Bpifrance. Cette garantie a déjà été portée à 70%, mais la porter à 90% exige l'autorisation de Bruxelles, ce que "la commission européenne ne peut pas refuser", selon un autre tweet du président du Medef.

Des délais de paiement supplémentaires

A cause de la propagation du virus, "la désorganisation économique va monter en puissance", a pour sa part prédit le président délégué du Medef, Patrick Martin, sur Europe 1. Pour les entreprises et les secteurs en difficulté, "ce n'est pas d'une lance à incendie dont on a besoin, c'est de Canadairs", estime le numéro deux de l'organisation.

Le gouvernement a pour l'instant prévu d'accorder aux entreprises en difficulté des délais de paiement supplémentaires pour leurs échéances fiscales ou sociales, ainsi que des dégrèvements d'impôts au cas par cas pour les entreprises "menacées de disparition".

Montée en puissance du chômage partiel

Le dispositif de chômage partiel, destiné à maintenir l'emploi dans les entreprises confrontées à des baisses d'activité, est par ailleurs renforcé: l'Etat va ainsi porter de 7,74 euros à 8,03 euros, soit le niveau du Smic, l'indemnité horaire compensatrice versée aux employeurs ayant recours à ce dispositif.

L'Etat a enfin promis qu'il n'appliquerait pas de pénalités de retard aux entreprises affectées qui auraient contracté des marchés publics, en reconnaissant les difficultés liées au Covid-19 comme un "cas de force majeure".

Le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) François Asselin a demandé de son côté au gouvernement la reconnaissance d'un "état de catastrophe sanitaire" équivalent à l'état de catastrophe naturelle qui permettrait dans certains cas de faire jouer une garantie pertes d'exploitation auprès des assureurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2020 à 16:55 :
Ah ils sont incroyables ces libéraux, l'état ne peut pas tout ,votre phrase fétiche. Des pleureuses.
a écrit le 12/03/2020 à 3:27 :
Faute d'Exo définitive d'impot et charges sociales pour 3 mois ou 6 mois,
des dizaines de milliers de TPE et PME vont, en effet, mourir.
a écrit le 11/03/2020 à 16:24 :
je ne suis pas un grand amoureux du Medef..... mais je penses que clairement, là..... il ne faut pas se poser de question philosophico-politiques...
il y a carrément et potentiellement le feu au lac si on ne bouge pas plus qu on ne le fait....
des millions d'emplois en jeux....pas à cause de la finance, mais parceque plus d'activité.....faute de clients, ou de matière première ou composant pour nos productions....

le tourisme est mort au moins jusqu à l été..... le monde du spectacle est suspendu à l extension du virus... l industrie va tousser pendant au moins 6 mois le temps que..... les choses se stabilisent...donc ça craint très sérieusement....

il faut éteindre le feu d abord.... et changer le modèle,ensuite.....mais chaque chose en son temps....pas d autre choix en europe que l hélicoptère à billet.....car soyons assuré que aux USA et en Chine, les choix sont déjà fait... si L'UE ne bouge pas... on est mort.... c 'est aussi simple que ça
a écrit le 11/03/2020 à 16:05 :
Mais c'est ça le libéralisme monsieur Roux De bézieux.
Vous avez massivement externalisé les productions en chine pour bénéficier d'un bonus du au différentiel énorme en cout du travail et grace à la faiblesse de la monnaie chinoise.
Maintenant que ce penchant vous fait pencher vous réclamez ?
De même qu'il n'est point d'éloge flatteur sans liberté de blâmer, il n'est point de libéralisme valable sans liberté de péricliter... Du fait même de ses propre choix en plus.
Finis le pile je gagne, face tu perds ! A mauvaises décisions conséquences mauvaises...
a écrit le 11/03/2020 à 14:42 :
Il pleut le MEDEF demande des exonérations.
il fait soleil le MEDEF demande des exonérations.
Il neige le MEDEF demande des exonérations.

Il faut bien comprendre que les exonérations sont des non paimeents de salaire que le gouvernement compense par des économies sur le dos des assurés.
Donc ce sont des baisses de salaires nettes.
Le gouvernement espére ainsi régler le problème de faiblesse de l'investissement et de déficit commercial en France. Malheureusement pour lui, c'est une dévaluation interne. Hors l'histoire du vingtième siécle montre que les dévaluation n'ont jamais fonctionné en france car les entreprises ont augmentées les marges et leur bas de laine (Ou celui des actionnaires) sans attaquer sur les prix pour accroitre leur part de marché.
Alors ca ferais pareil ici.
a écrit le 11/03/2020 à 13:58 :
Les organisations monétaires européennes et les banque se penchent sur un patient, objet de toute leur sollicitudes: les entreprises. Le patient "population" attendra! Les pays occidentaux, hormis l'Italie, bien que tardivement, n'ont pas encore pris la mesure de la gravité de cette épidémie. Suivistes à l'égard d'opinions publiques rétives et convaincues qu’elles passeront à travers les gouttes de pluie, les gouvernements tergiversent, attentistes, face au coronavirus. Dans le cerveau du mâle occidental dominant, le virus ne présente pas de danger comme si, notre domination planétaire séculaires sur les autres peuples nous garantissait du privilège exorbitant de l'immunité naturelle face aux épidémies. Pourquoi les Français ne portent-ils pas de masque à l'instar des japonais et des chinois? Un exemple: vous prenez l'avion Tokyo-Munich, hôtesses de l'air et passagers portent des masques; vous reprenez l'avion Munich-Marseille, aucun masque en vue! A nos yeux, les japonais et les chinois seraient des peuples "inférieurs"? Nos irresponsabilités en ces circonstances dramatiques vont nous coûter très cher!
a écrit le 11/03/2020 à 13:44 :
Les mêmes qui réclament que l'Etat fasse des économies sur les services publics pour soitdisant ne pas laisser de la dette aux générations futures ( c'est qu'ils sont altruistes en plus) veulent maintenant baisser les recettes de l'Etat... Les français doivent se serrer la ceinture , pas eux.
a écrit le 11/03/2020 à 13:15 :
"Coronavirus : le Medef réclame des exonérations de charges sociales"

Bref,comme d'habitude...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :