Covid-19 : coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France

L'hydroxychloroquine, médicament promu par le controversé Pr Raoult, ne pourra bientôt plus être administrée en France contre le Covid-19, ni à des patients gravement atteints ni lors d'essais cliniques, après deux avis publiés mardi.

3 mn

(Crédits : Craig Lassig)

Dans le premier, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), saisi par le ministère de la Santé, recommande de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique. De son côté, l'Agence du médicament (ANSM) a annoncé avoir "lancé" la procédure de suspension "par précaution" des essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine chez les patients atteints de Covid-19.

Ces avis suivent la parution d'une étude pointant l'inefficacité et les risques de ce médicament pour les malades du Covid-19. La parution de cette étude dans la prestigieuse revue médicale The Lancet a déjà incité l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre lundi les essais cliniques qu'elle mène avec l'hydroxychloroquine dans plusieurs pays, par précaution. En France, en dehors des essais cliniques, l'usage de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 est autorisé à l'hôpital uniquement et seulement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins.

Samedi, à la lumière de l'étude du Lancet, le ministre de la Santé Olivier Véran avait saisi le HCSP pour qu'il lui propose "une révision des règles dérogatoires de prescription", fixées par un décret. Dans son avis très attendu, le HCSP recommande "de ne pas utiliser l'hydroxychloroquine seule ou associée à un macrolide (une famille d'antibiotiques, ndlr) dans le traitement du Covid-19". Il préconise également "d'évaluer le bénéfice/risque de l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans les essais hérapeutiques", et "de renforcer la régulation nationale et internationale des différents essais évaluant l'hydroxychloroquine dans le Covid-19".

 Suspension

 Pour parvenir à ces conclusions, le HCSP a analysé "les publications sur le sujet, dont l'article du Lancet", ainsi que "les rapports des centres régionaux de pharmacovigilance rapportant des effets secondaires potentiellement graves, en particulier cardiovasculaires, en lien avec l'utilisation de ce médicament".

Il a conclu "à l'absence d'étude clinique suffisamment robuste démontrant l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le Covid-19 quelle que soit la gravité de l'infection". De son côté, l'ANSM a annoncé avoir "lancé (...) une procédure de suspension des inclusions de patients dans les essais cliniques menés en France" sur l'hydroxychloroquine, ce qui veut dire qu'il ne sera pas possible d'ajouter de nouveaux malades dans les essais déjà en cours.

Cette suspension prendra effet après un délai de 24 heures de procédure contradictoire auprès des organisateurs de ces essais.Seize essais ont été autorisés en France pour évaluer l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid.

"Les patients en cours de traitement avec de l'hydroxychloroquine dans le cadre de ces essais cliniques pourront le poursuivre jusqu'à la fin du protocole", précise néanmoins l'ANSM.

Cette décision fait suite à l'annonce lundi de l'OMS, qui a entraîné "la suspension des inclusions de nouveaux patients qui devaient être traités avec de l'hydroxychloroquine" dans le cadre de l'essai clinique international Solidarity. Dérivé de la chloroquine (médicament contre le paludisme), l'hydroxychloroquine est prescrite pour lutter contre

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 29/05/2020 à 10:18
Signaler
Australie, Belgique, Royaume-Uni, Etats-Unis et maintenant en France : de plus en plus de voix scientifiques s'élèvent contre les conclusions téléguidées de cette étude, dont les données ne sont pas transparentes, parfois erronées, avec des protocole...

à écrit le 27/05/2020 à 19:13
Signaler
L'article du Lancet semble avoir lancé le signal du bannissement, que dis-je, du lynchage de l'hcq .On a rarement vu un tel empressement dans ce domaine pharmacologique, alors que certains médicaments qui se sont révélés toxiques ont nécessité des a...

à écrit le 27/05/2020 à 14:40
Signaler
L'industrie pharmaceutique est un état dans l'état. Il suffit de regarder le budget de la sécu. D'ailleurs toute la médecine est devenue un business. D'après le Parisien les labos investissent 25000 euros par médecin et comme il y a un peu plus de 20...

à écrit le 27/05/2020 à 12:11
Signaler
Ce produit c'est fait connaître par la contre publicité alors qu'elle n'aurait jamais dut apparaître dans le domaine public! Une erreur de casting!

à écrit le 27/05/2020 à 6:14
Signaler
Raoult n a rien prouvé , pire il a refusé de faire des essais en aveugle La maladie est très peu mortelle Ses chiffres ne veulent rien dire L étude sur 90000 personnes a l’air sérieuse c’est donc logique d arrêter l hydrocloroquine

le 27/05/2020 à 7:26
Signaler
faire des essais aveugle donc vous êtes volontaires pour recevoir un placebo et ne pas être soigné au cas ou ce qui en temps normal se comprend mais en période de crise il faut d'abord soigner tous les malades leur donner un placebo est un crim...

le 27/05/2020 à 13:51
Signaler
Quantité ne veut pas dire Qualité. L'étude du Lancet est truffée de problèmes. Il n'y a aucune indication sur l'état des malades par rapport au COVID 19 au début du traitement ou sur les critéres de sélection retenus pour le choix des traitemen...

le 28/05/2020 à 3:42
Signaler
cette etude est biaisée VOLONTAIREMENT. Les patients traités (contrairement a ceux n'ayant pas reçu le médicament) était en phase tres avancés !!! C'est au demeurant 100 % contraire a ce que préconise le protocole Raoult. Ecoutez les commentaire de d...

à écrit le 26/05/2020 à 20:47
Signaler
L'étude du Lancet est bidon et ses auteurs devraient être interdits de publication. Le protocole étudié n'est pas celui de l'IHU. Les données qui sont dedans sont du bullshit, compilées sans aucun examen clinique, du caniveau de bas étage. "Nos" ins...

le 28/05/2020 à 3:55
Signaler
Merci Tilleul. Je vous approuve à 100%. Il est rare qu'une publication "scientifique" critiquable (car il en a partout même dans des grandes revues" )puisse être mise en lumière devant le grand public. La médiatisation de Raoult a-- au moins permi...

à écrit le 26/05/2020 à 17:32
Signaler
En parlant de Covid-19 ,ça y est ,on a retrouvé Agnès Buzyn ,vous savez ,celle qui savait tout dès le mois de décembre ,bref, elle a été mise sous protection policière pour ses déplacements.Elle aurait été vilipendée avec son mari sur les réseaux soc...

à écrit le 26/05/2020 à 17:01
Signaler
Qu'à fait le Lancet? De la compilation de données. Un "truc" théorique passé à la moulinette avec une grille adaptée pour arriver à une conclusion "foireuse". Peut être que la chloroquine n'est pas efficace, mais la virulence des attaques laissent à...

à écrit le 26/05/2020 à 16:52
Signaler
c'est un antipalludique utilise par des milliards de personnes qui est soudain devenu dangereux moi je propose qu'il ne soit meme plus utilise contre le palludisme, vu la dangerosite mortifere, et les haut conseil scientifique ne pourra qu'approuver...

à écrit le 26/05/2020 à 16:48
Signaler
"La parution de cette étude dans la prestigieuse revue médicale The Lancet " Une étude apparemment foireuse.

à écrit le 26/05/2020 à 16:42
Signaler
Je ne sais pas si l'hydroxychloriquine marche ou non contre le virus, mais a marseille, elle aura au moins eu un mérite, celui de fournir un prétexte a un dépistage confinement des positifs le temps d'un traitement ""coué"", bref de faire ce que les ...

à écrit le 26/05/2020 à 15:36
Signaler
Lorsqu’on a regardé la TV hier, sur plusieurs chaînes, et écouter les divers avis, il faut se rendre à l'évidence, ce pays gouverné par des fous-furieux est devenu totalitaire.

le 26/05/2020 à 16:50
Signaler
En parlant de totalitaire, le mot le concept n'existe même pas dans la 8eme édition du dictionnaire de l'Académie. Le dernier fascicule de la 9eme va de Sabelle a Savoir. J'espère vivre assez vieux pour enfin avoir leur avis sur, leur définition de c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.