Covid-19 : les inscriptions à Pôle emploi bondissent, le chômage partiel explose

 |   |  1076  mots
(Crédits : Reuters)
Les demandes d'inscriptions à Pôle emploi ont atteint 104.860 entre le 29 mars et le 4 avril, soit une hausse de 7,3% par rapport à la même semaine de l'année précédente. Le chômage partiel concerne désormais plus de 8,7 millions de salariés en France.

Les dégâts de la crise du coronavirus s'amplifient de jour en jour sur le marché de l'emploi. Selon un décompte des services statistiques du ministère du Travail (Dares), les inscriptions à Pôle emploi accélèrent grandement. Durant la première semaine du mois d'avril (entre le 29 mars et le 4 avril), plus de 104.860 demandes d'inscriptions de demandeurs d'emploi ont été recensées, soit une hausse de 7,3% par rapport à la même période l'année dernière.

Dans la semaine du 15 au 21 mars, les inscriptions auprès de l'opérateur public ont bondi de 31,4% par rapport à la même période il y a un an. L'annonce du confinement à la mi-mars par le président de la République Emmanuel Macron a mis un coup d'arrêt violent à de nombreux secteurs de l'économie marchande et non-marchande. Le prolongement du confinement au moins jusqu'au 11 mai annoncé par le chef de l'Etat pourrait encore gonfler ces statistiques même si le chômage partiel a été mis en oeuvre relativement rapidement.

Un chômage partiel en plein boom

Le dispositif du chômage partiel annoncé par le gouvernement depuis le début de la crise tourne à plein régime après des débuts timides. D'après les derniers chiffres communiqués par le ministère de la rue de Grenelle, plus de 8,7 millions de salariés étaient en chômage partiel au 14 avril, soit une hausse de 2 millions en une semaine. Au total, plus de 732.000 entreprises avaient réalisé des demandes sur l'ensemble du territoire. Le nombre d'inscriptions pourrait encore s'accroître dans les semaines à venir avec l'élargissement du dispositif. Les entreprises ont désormais 30 jours pour effectuer une demande et un effet rétroactif est même prévu.

Ce mécanisme, déjà appliqué en Allemagne lors de la crise de 2008, permet entre autres d'éviter des licenciements massifs au moment où l'activité s'effondre brutalement. Il est pratiqué dans une grande partie des pays de l'Union européenne et la Commission européenne a annoncé qu'elle avait prévu une enveloppe pour assurer l'élargissement de ce système à l'échelle du Vieux continent. Aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage battent des records chaque semaine. Le Président Donald Trump a annoncé des mesures pour élargir les filets de sécurité mais les dégâts pourraient être colossaux.

> Lire aussiAux Etats-Unis, plus de 10% de la population active au chômage en seulement trois semaines

Un chômage partiel très concentré en Ile-de-France et dans les petites entreprises

Sans surprise, les chiffres de la Dares montrent que l'Ile-de-France (20,2%) concentre la grande majorité des demandes d'activité partielle. Viennent ensuite la région Auvergne-Rhône-Alpes (13%), et la Nouvelle-Aquitaine (9,2%). A l'opposé, la Corse (0,8%), la Normandie et la Bretagne (4,5%) figurent en bas de tableau. Quant à l'outre-Mer, les chiffres sont très inférieurs (entre 0,1% à Mayotte et la Réunion) à ceux de la France métropolitaine.

Par taille d'entreprise, ce sont surtout les petits établissements (inférieurs à 20 salariés) qui représentent la majorité des demandes (39%). Arrivent ensuite ceux comptant entre 50 et 250 salariés (26%) et les entreprises ayant entre 20 et 49 salariés (19%). A l'inverse, les grands groupes (plus de 1.000 employés) ne représentent q'une minorité des demandes (5%).

Le commerce frappé de plein fouet

Au niveau des secteurs, le commerce est celui qui a fait le plus de demandes d'activité partielle. Il est suivi de l'hébergement et la restauration et enfin de la construction. Ces trois domaines ont été frappés de plein fouet par les mesures de confinement. La très grande majorité des hôtels ont fermé et les lieux de restauration ont également cesser leur activité pendant toute la durée du confinement. Dans le BTP, les chantiers recommencent progressivement mais l'application des mesures de sécurité sanitaire demeurent très complexes à mettre en place.

Dans certains secteurs comme la fabrication de matériels de transport, la fabrication d'équipements électroniques, électroniques ou encore dans le domaine de l'énergie, de l'eau et de la gestion des déchets, les démarches pour le chômage partiel sont relativement faibles.

L'avenir incertain des demandeurs d'emploi

Les craintes à l'égard des actuels et futurs demandeurs d'emploi, des étudiants qui vont rentrer sur le marché du travail à la rentrée, se multiplient. En effet, la récession historique risque de durcir amplement les conditions d'accès à un emploi sur le marché du travail dans les prochains mois. Depuis le début du confinement, les offres sur une quinzaine de sites ont chuté de 40%, relève aussi la Dares. Face à ces risques, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures d'assouplissement pour les demandeurs d'emploi afin que l'assurance-chômage puisse plus facilement jouer son rôle de stabilisateur automatique. Dans une ordonnance publiée au Journal officiel le 25 mars dernier, un décret prévoit la prolongation des allocations pour les chômeurs en fin de droits. Il neutralise la période de confinement pour plusieurs calculs de droits (notamment pour les intermittents), et élargit la possibilité pour des démissionnaires qui avaient quitté leur emploi tout récemment de bénéficier de l'assurance chômage. Il prévoit aussi, ce qui n'avait pas été annoncé jusqu'alors, de suspendre la dégressivité au bout de six mois des allocations chômage pour les revenus de plus de 4.500 euros bruts.

Malgré ces efforts, il reste de nombreux risques et angles morts. Des demandeurs d'emploi isolés ou des personnes concernées par le halo du chômage pourraient passer entre les mailles des dispositifs de soutien et d'assurance-chômage. Ce qui pourrait amplifier les phénomènes de pauvreté dans cette population déjà précarisée. Selon les dernières estimations de l'Insee, ces personnes seraient 1,6 million dans le halo sur les 11,6 millions d'inactifs.

> Lire aussi : Chômage, sous-emploi, halo... une radiographie du marché du travail en 2019

En outre, le gouvernement qui avait réformer l'assurance-chômage en durcissant les conditions d'accès l'année dernière a pour l'instant simplement reporté sa réforme en septembre prochain. Le scénario d'une crise longue pourrait amener l'exécutif à revoir sa copie s'il veut vraiment limiter la casse chez les demandeurs d'emploi et ne pas amplifier les phénomènes de chômage de longue durée. Plusieurs économistes recommandent de porter une attention particulière à ces profils.

> Lire aussi : Covid-19 : ce que proposent les économistes face au cataclysme

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2020 à 4:42 :
Et si les pilotes Air France s'inscrivaient à Pole Emploi? Il y a des postes de brancardiers qui sont utiles.
a écrit le 17/04/2020 à 22:16 :
Personnellement, malgré la crise qui est très grave, je trouve qu'on pourrait commencer à être optimiste économiquement. On va enfin sortir de l'orthodoxie budgétaire, celle qui a transformée la Grèce en pays pauvre.

Que ce soit la sortie du patron du MEDEF ou de Lagarde, je doute sérieusement qu'il soit possible que nous redressions la barre un jour.

Des outils économiques, qui ne sont plus utilisé depuis longtemps, vont être remis à l'ordre du jours par la force des choses:

-Suppression de dettes (oui on parle de le faire avec des pays où la famine et la misère est récurente, c'est un progrès malgré tout..(vive le FMI))

-émission de monnaie pour réduire le poids de la dette, pour les pays qui ont leurs bourgeois qui dirigent et qui ont donc leurs propres intérêts (comme la france et les pays industrialisé en générale). Le problème, c'est que dans ces pays, le QE consiste à donner à ceux qui parasitent et exploitent sans valeur ajouter le système. Et 10 ans de prescription libéral, n'ont apportés que de l'inégalité de revenu mais n'a rien résolue finalement. En gros, on sait que ça marche pas!


Statistiquement, tout les 10-15 ans il y a une crise. Pour rembourser celle du Covid, il va en falloir beaucoup plus.

Si on devais faire, comme le suggère M.Roux de Bésieux, il faudrais près de 20 à 70h la semaine pour rembourser la crise. Autant dire que sa sortie était idiote...
Réponse de le 18/04/2020 à 0:04 :
Ah oui

Il suffirait donc. D’imprimer des billets
Vous êtes trop fort

Les dettes sont réelles et du au monde entier et aux épargnants français pas tous riches
Tous les pays qui ont fait défaut ont plongés encore plus profond
La Grèce dépensait 2 fois les recettes d impôts et ça vous semble un bon exemple
Ils sont revenus sur terre
Il n y a pas d autre solution

Lisez quelques bouquins sur l histoire des dettes d états comme atali ou d autre vous verrez si on peut les annuler
Réponse de le 18/04/2020 à 11:36 :
Réponse À pollo ci dessous
Les investisseurs prennent des risques à prêter aux etats mais moins qu aux entreprises .... en1974 , la sortie unilatérale des usa des accords de bretton wood ( convertibilité du dollar en or) ont obligé les pays européens à emprunter sur les marchés financiers internationaux.... il leur aient interdis de faire autrement...
Les investisseurs donc prennent le risque de nous prêter de L argent . Les défauts sur dettes sont rares mais existent et ils le savent donc assument ce risque.
La chine et le Japon n empruntent que sur leur marché intérieur ... d ou leur taux d endettement bien plus élevé que nous ( le double voir au delà), financer par l épargnant local sans aucune garanti de remboursement
Apparemment c est plus risqué et peu d économiste l évoque ...
a écrit le 17/04/2020 à 14:37 :
Ce confinement est un suicide économique. On sacrifie la jeunesse encore une fois...
Réponse de le 17/04/2020 à 18:36 :
En effet le désastre économique a déjà commencé; recession,
pauvreté , dette astronomique, immigration démente, faillites en cascade, paupérisation, recul sur la scène internationale, fuite des cerveaux, pays en voie de désagrégation, etc.
Personnellement je suis heureux de ne pas avoir voté pour ces bras cassés.
Réponse de le 17/04/2020 à 21:01 :
Et le pire est encore à venir avec bien sur une crise économique doublée d'une crise de la dette européenne, le tout sur fond d' émeutes dans les banlieues, de grève et de désordres de toutes espèces, avec une immigration incontrolée et un pays en voie de morcellement. Bon courage à tous.
Réponse de le 19/04/2020 à 9:44 :
Mais non Il n'y a AUCUN problème / risque de ce type-là ou alors ce sont des minorités de la population très localisées et incomprises (victime).

Réponse systématique avec les mêmes mots: "racisme, xénophobie, stigmatisation"
a écrit le 17/04/2020 à 13:38 :
la tribune ne censure pas ! elle publie votre commentaire 6 mois plus tard ......
Réponse de le 17/04/2020 à 19:27 :
En effet. Il y a aussi l'option de publier un message lorsque l'article est en 2nde ou en 3ème page, lorsque personne ne le lit plus. Cela constitue aussi une forme de censure.
a écrit le 17/04/2020 à 13:19 :
Ce n'est même pas la fin du commencement . Avec une bonne grippe on va tuer non pas le virus ( il n'y a pas de remède ) mais grâce au confinement inapproprié l'économie et l'avenir de la jeunesse .
Réponse de le 18/04/2020 à 19:22 :
Merci qui le gouvernement chinois qui a joué au apprenti sorcier sans l assumer et le dire envoyons lui sa facture !
Stop aux produits contaminés ( par avion)
a écrit le 17/04/2020 à 11:51 :
A CAUSE DE LA CHINE ET SEULEMENT ELLE


Les chiffres du chomage DE TOUTE EVIDENCE vont exploser :

Les ménages vont cesser de consommer et d'investir, et les entreprises de meme.
Réponse de le 17/04/2020 à 16:00 :
@Anne-Sophie.
Certes la Chine a une responsabilite mais ce qui frappe votre pays est l'incurie de votre gouvernement.
Ne rentrez pas dans une polemique inutile. Vous faites exactement ce que souhaite votre president inutile et arrogant.
Cordialement.
Réponse de le 17/04/2020 à 16:48 :
"votre président inutile et arrogant" cela demande des développements, n'est-ce pas le votre aussi? Quel est le votre? Où celui de vos rêves si vous n'en avez pas, on finira toujours la journée moins idiots
Réponse de le 17/04/2020 à 16:58 :
Anne-Sophie, la faute en incombe à nos dirigeants qui ont refusé et qui refusent encore uniquement par idéologie de fermer nos frontières nationales. Si nos frontières avec la Chine, entre autre, avait été fermées dès le début ou que l'on aurait isoler TOUT passager venant hors de France on aurait éviter d'avoir à confiner toute la France. Quand j'ai entendu Macron nous dire que seule les voyages dans Shenguen, sans test et sans mise en quarantaine, seront autorisés c'est totalement irresponsable et criminel . Si e n'était que la Chine qui était responsable pourquoi y'a t'il + de 18.000 morts en France contre à peine 2000 en Allemagne ?
Réponse de le 17/04/2020 à 17:33 :
à part arrogant, inutile (voir les chiffres économiques depuis son arrivée), j'ajouterais même suffisant, incompétent, incapable majeur.
a écrit le 17/04/2020 à 11:32 :
Enfin une bonne nouvelle. Cette augmenation du chômage va pouvoir amener une pression à la baisse sur les salaires, donc d'accroître la compétitivité de notre appareil productif à l'export. Les allemands l'ont fait volontairement, avec les jobs à 1 euro, nous il a fallu un virus. C'est dommage, on aurait pu gagner 15 ans, en baissant massivement les salaires dès 2005... Cela sera fait pour fin 2020. J'espère que les entreprises le verseront en augmentant de façon importante les dividendes.
Réponse de le 19/04/2020 à 11:29 :
La baisse des salaires c'est moins de rentrées fiscales pour le gouvernement,c'est a dire la cata!Un état plus faible,qui ne pourra plus vous protéger,vous soigner et vous assister tous les jours:retour a la jungle et au chacun pour soi!La meilleure solution serait de relancer la fonction publique,les emplois aidés,les collectivités.
a écrit le 17/04/2020 à 10:12 :
Par pudeur sans doute, LT omet de mentionner qu'il y a avait déjà avant le début de la crise 5,5 millions de chômeurs dont 2.5 par intermittence.
Il y avait également 1.6 million de personnes dans le "halo", c'est à dire sorties des radars de pôle emploi.

8.7 +5.5 +1.6 = 15.8 millions. C'est plus de la moitié de la population active (30 millions de personnes en âge et en capacité de travailler).

Selon vous, combien de temps ça peut tenir?
Réponse de le 17/04/2020 à 16:05 :
Pas longtemps, a mon humble avis, ca va exploser, quand certaines categories ne pourront plus subvenir a l'elementaire.
Ce que redoute precisement micron et consort.
Le jour ou la marmite explosera. Ce pays sera trop petit pour eux.
Ce sera violent et sans pitie, comme toutes les revolutions.
a écrit le 17/04/2020 à 10:01 :
Un autre volet de la pandémie, moins mortel mais grave et pour longtemps. L'explosion du chômage et d'une certaine misère.L'état psychologique et social de la société française permettra-t-il de le surmonter. Pas si sûr. La France navigue en eaux troubles depuis un certain temps, en proie à ses démons, cela pourrait bien être l'explosion finale.
Des experts le craignent,certains doivent préférer se taire.
a écrit le 17/04/2020 à 9:43 :
Très préoccupant, et apparemment pour l'instant, nous sommes bien en mal de prévoir ce qui va s'estomper lors du redémarrage. Tout ce chômage partiel ne va certainement pas se résorber, et une partie, malheureusement, va se transformer en chômage tout court. Plus vite nous redémarrons, moins la casse sera effective (mais pour l'instant, on voit bien les spécificités françaises (affaire Amazon, positions syndicales, et principe de Précaution, sans même parler de ceux qui vont passer leurs vacances sur les ronds points..). Nous noterons que le déconfinement en France est prévu à compter du 11 mai, une semaine plus tard que nos voisins belges et allemands (le 4/05) et que peu croient que la France sera doté des instruments techniques (masques, tests..) adéquats: il va falloir y aller sans filet, ce n'est évidemment pas idéal!
Réponse de le 17/04/2020 à 10:47 :
En Allemagne, dans le Bade-Wurtemberg, les commerces de moins de 800 m² peuvent rouvrir à partir du 20 avril 2020.

A noter qu'en Allemagne, les gens n'ont pas été confinés et qu'ils peuvent sortir autant de fois qu'ils veulent et aussi longtemps qu'ils le souhaitent à condition de n'être pas plus de deux (sauf pour les familles) et de respecter la distanciation sociale (pas de paperasse). Par tranche de 100 000 habitants, l'Allemagne compte 7 fois moins de morts que la France. Il est indéniable que les responsables politiques français n'ont pas du tout été à la hauteur.

A noter aussi que la parole publique est apaisée et pragmatique en Allemagne (pas de vocabulaire guerrier et capacité d'une Merkel à expliquer le comportement du virus, par exemple).
a écrit le 17/04/2020 à 8:43 :
je suis étonné que l'excellente réforme concernant les demandeurs d'emplois soit reportée, quelle est donc la raison de cet arrêt, car un durcissement est toujours bon pour le pauvre, cela lui rappelle l'ordre et la discipline.... et reconnaître qui est le maître.
a quand le TPI pour macron et son gang de malfaiteurs ?
Réponse de le 17/04/2020 à 16:08 :
Etonnee, mais non votre gvt a peur de l'insurection. Rien d'autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :