En campagne, Macron trace "la France de 2030" malgré le variant Delta

Investissements dans le numérique, les industries vertes, les biotechnologies, formation pour les chômeurs de longue durée, revenu d'engagement pour les jeunes... le chef de l'Etat a fait plusieurs annonces pour construire "la France de 2030" lors de son allocution télévisée.
Grégoire Normand

7 mn

Emmanuel Macron a mis lundi les non-vaccinés sous haute pression en imposant le pass sanitaire à l'entrée de la plupart des lieux publics et en rendant la vaccination obligatoire pour les soignants et ceux au contact des personnes fragiles, sanctions à la clef.
Emmanuel Macron a mis lundi les non-vaccinés sous haute pression en imposant le pass sanitaire à l'entrée de la plupart des lieux publics et en rendant la vaccination obligatoire pour les soignants et ceux au contact des personnes fragiles, sanctions à la clef. (Crédits : Reuters)

Emmanuel Macron est bien en campagne. Même si la virulence du variant Delta a obligé le chef de l'Etat a annoncé une batterie de nouvelles mesures sanitaires lors de son allocution le 12 juillet au soir, il a axé une bonne partie de son discours sur la relance.  "Les semaines à venir seront donc celles de la mobilisation pour bloquer le virus et pour continuer de relancer notre économie. L'été de mobilisation pour la vaccination sera aussi un été de relance" a déclaré le président.

A moins d'un an de la présidentielle, le quadragénaire veut déjà se projeter dans la France de 2030. Et même si son agenda de réformes est chamboulé par la crise, il veut montrer aux Français qu'il garde le cap du "quoi qu'il en coûte". Après la traditionnelle cérémonie du 14 juillet sur les Champs Elysées, Emmanuel Macron a prévu un déplacement dans les Hautes-Pyrénées à l'occasion d'une étape du Tour de France en fin de semaine. Il se rendra sur le site du constructeur de matériel roulant espagnol CAF à Bagnères de Bigorre puis dans la ville de Lourdes empêtrée par la chute du tourisme depuis le début de la pandémie. Ce déplacement aux allures de campagne électorale risque cependant d'être rapidement percutée par l'évolution de la situation sanitaire. La communauté scientifique a tiré la sonnette d'alarme le week-end dernier et le ministre de la Santé Olivier Véran redoute un été comparable à celui de l'année dernière. "La charge hospitalière pour l'instant n'augmente pas, mais il va se passer la même chose que l'été dernier, c'est-à-dire que les jeunes vont contaminer les moins jeunes, et, parce que tout le monde n'est pas vacciné, vous allez avoir une augmentation de la pression sanitaire, une augmentation des cas graves et des hospitalisations" a signalé le ministre d'après des propos rapportés par l'Agence France Presse (AFP).

Un plan d'investissements à la rentrée

Le chef de l'Etat est revenu sur un plan d'investissements en préparation qui vise à bâtir la France de 2030. Sans vraiment rentrer dans les détails, le locataire de l'Elysée a l'ambition de faire émerger en France et en Europe "les champions de demain qui, dans les domaines du numérique, de l'industrie verte, des biotechnologies, ou encore de l'agriculture, dessineront notre avenir". De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a déclaré à l'antenne de France Info ce mardi 13 juillet qu'il rendrait "fin juillet" ses propositions à Emmanuel Macron pour le nouveau plan d'investissement voulu par le président de la République sans préciser le montant d'investissements envisagé, après le plan de relance de 100 milliards d'euros. "C'est le moment d'investir tout simplement parce que cette pandémie va rebattre les cartes des rapports de force mondiaux dans les mois, plus d'ailleurs que dans les années, qui viennent", a-t-il insisté. Ce plan portera "à la fois dans les compétences humaines", mais aussi dans "le capital, dans les nouvelles technologies, dans les innovations de rupture", a précisé le ministre.

Le chef de l'Etat a également annoncé que le gouvernement devait s'attaquer à la formation et la requalification des chômeurs de longue durée. La pandémie a plongé un grand nombre de demandeurs d'emploi dans un profond désarroi. En effet, même si l'activité partielle a permis de préserver le travail de ceux qui étaient déjà en poste, beaucoup de chômeurs ont vu leur situation professionnelle se dégrader très rapidement dans un marché du travail submergé par les différentes vagues épidémiques.

Enfin, il a mis l'accent sur la jeunesse en annonçant un revenu d'engagement pour les jeunes. Il visera "les jeunes sans emploi ou formation et sera fondé sur une logique de devoirs et de droits". Sans surprise, Emmanuel Macron a renoncé à l'extension du revenu de solidarité pour les jeunes de 18 à 25 ans.

Lire aussi 4 mnUn "revenu d'engagement" pour les jeunes, suffisant pour les embarquer dans la relance ?

Une croissance à 6% sous réserve d'une amélioration de la situation sanitaire

La plupart des derniers indicateurs conjoncturels indiquent que la confiance des agents économiques (entreprises et consommateurs) s'est redressée ces dernières semaines. Les grands instituts de statistiques ont révisé à la hausse leurs prévisions de croissance autour de 6%. Et même si Bercy table sur une croissance "prudente de 5% en 2021", Emmanuel Macron n'a pas hésité à avancer le chiffre de 6% de croissance du produit intérieur brut (PIB) lors de son intervention télévisée. "Sur le plan économique, le « quoiqu'il en coûte auquel je m'étais engagé dès mars 2020, non seulement nous a permis de protéger nos entreprises et nos emplois, mais a préservé le pouvoir d'achat de nombre de Français et est à l'origine d'un vigoureux rebond. Notre croissance devrait s'établir à 6% en 2021, en tête des grandes économies européennes", a-t-il annoncé.

Cette amélioration récente de la conjoncture qui s'explique en grande partie par la réouverture d'un grand nombre de secteurs et de l'avancée de la vaccination ne doit pas faire oublier que l'évolution de la situation sanitaire demeure la principale boussole de l'économie tricolore depuis près d'un an et demi. Et même si la vaccination devrait permettre de protéger une grande partie de la population, les aléas sanitaires depuis le début de la pandémie ont complètement chamboulé les plans du gouvernement. Au début du printemps 2020, l'exécutif tablait sur une crise sanitaire rapide.

Lire aussi 7 mnLa facture astronomique d'une pandémie à rallonge

Un calendrier des réformes ajourné

Sur le front social, la pandémie a chamboulé l'agenda des principales réformes de l'exécutif. Emmanuel Macron a assuré que la réforme contestée des retraites devra être engagée "dès que les conditions sanitaires seront réunies". "Alors si je demande au gouvernement de Jean Castex de travailler avec les partenaires sociaux sur ce sujet dès la rentrée, je ne lancerai pas cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée" a-t-il ajouté. Au regard de l'agenda présidentiel et de la situation sanitaire, relancer le chantier miné de la réforme des retraites paraît bien périlleux aux yeux des partenaires sociaux.

En revanche, le Président de la République a montré sa détermination à mener jusqu'au bout la réforme de l'assurance-chômage torpillée à plusieurs reprises par le Conseil d'Etat. "Elle sera pleinement mise en œuvre dès le premier octobre. Autour d'une volonté simple : en France, on doit toujours bien mieux gagner sa vie en travaillant qu'en restant chez soi, ce qui n'est actuellement pas toujours le cas" a-t-il déclaré. Cette affirmation n'a pas manqué de faire réagir dans les rangs des partenaires sociaux. "FO conteste le bien-fondé de la réforme de l'assurance chômage" dont elle dénonce "l'injustice à l'égard des travailleurs les plus précaires", comme "le bien-fondé de la mise en cause du système de retraite et l'inéluctabilité du recul de l'âge de la retraite" a écrit le syndicat dans un communiqué.

Lire aussEntre la relance et le variant Delta, Macron à nouveau sur une ligne de crête

Grégoire Normand

7 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 15/07/2021 à 9:32
Signaler
Pluralisme : Ce matin sur LCI ,4 invités ,les quatre favorable à la vaccination dont une du Parisien qui ose dire :" on entend que les antivax ,ah,ah . Cnew: 4 invités ,3 favorables à la vaccination et une qui doute.la patronne du mariage pour tous ...

à écrit le 15/07/2021 à 7:21
Signaler
Quasi 81 ans jour pour jour, ce discours célèble en grandes pompes, l'anniversaire de la prise de pouvoir du marechal Pétain. Voilà une date qu'il ne faudra pas oublier.

à écrit le 14/07/2021 à 21:31
Signaler
Moi ce que je ne pardonnerai jamais à Macron, ce n’est pas d’avoir rendu la vaccination obligatoire mais de l’avoir fait, par lâcheté, par un moyen détourné (le pass sanitaire).

à écrit le 14/07/2021 à 17:35
Signaler
La dictature sanitaire en marche : Les sanctions se précisent. Selon l'avant-projet de loi incorporant les nouvelles dispositions annoncées par Emmanuel Macron lundi 12 juillet, l'exploitant d'un lieu qui manquerait aux futures obligations de cont...

à écrit le 14/07/2021 à 11:05
Signaler
Franchement on se demande vraiment ce qu'il en reste de la démocratie en France. Macron n'existe que grâce aux médias. Il y a une volonté manifeste de la part de "personnes de l'ombre" de promouvoir ce candidat contre la volonté des français. Tout ce...

à écrit le 14/07/2021 à 8:35
Signaler
Alors que de plus en plus de pays rendent la vaccination obligatoire (ou presque), Angela Merkel monte au créneau. L'Allemagne n'a pas "l'intention" de s'y résoudre, affirme la chancelière. "Je ne pense pas qu'on puisse gagner la confiance en changea...

à écrit le 14/07/2021 à 7:58
Signaler
Vouloir créer des champions mondiaux quand on passe son temps a tirer contre son camp,, ils ont intérêt a avoir bon caractère ces champions, et les reins solides

à écrit le 13/07/2021 à 22:25
Signaler
La France en 2030 ... hum hum ... voyons voir, un peu de prospective : entre le variant Theta C2++, la guerre civile, les attentats séparatistes dans huit landers françaises depuis que Macron a annoncé le rattachement de la France à l'Allemagne en 20...

à écrit le 13/07/2021 à 21:03
Signaler
Il se voit aux affaires aussi en 2030 ? c'est vrai que xi est bien président à vie. Il peut tout nous faire.

le 13/07/2021 à 22:36
Signaler
pour cela il devait opter pour des mesures a la hauteur de la chancelliere allemande bien plus démocratiques ( pas électoraliste )

à écrit le 13/07/2021 à 18:12
Signaler
Le pass sanitaire va remplacer les jauges dans les stades. « Aujourd'hui il n'y a pas de limitation dans les stades, on revient à une jauge normale. Mais il faudra avoir un pass sanitaire quand on entre dans un stade, c'est la condition pour revenir ...

à écrit le 13/07/2021 à 17:30
Signaler
"Une fois débarrassé vous verrez le coronavirus on en parlera plus" Pas certain ,cette fois-ci le mensonge est devenu mondiale ( tout est mondialisé aujourd'hui y compris le mensonge ) et va durer des années avec de nouveau variant ce qui va perme...

à écrit le 13/07/2021 à 17:04
Signaler
Macron a complètement perdu , gâché ce quinquennat avec pour conséquence une France dont la place et l' influence disparaissent à la vitesse de la lumière et avec elle, tout de qui faisait la réputation du pays. Le petit chef...

à écrit le 13/07/2021 à 15:18
Signaler
Il aura été un cauchemard durant ces cinq années. Une fois débarassé vous verrez le coronavirus on en parlera plus . A mn avis c'est la seule solution pour voir le bout du tunnel.

à écrit le 13/07/2021 à 15:04
Signaler
Entre les vaccinés, ceux qui ont déjà eu le Covid , le nombre d'hospitalisations et d'entrée en réanimation ne devrait pas flamber, sinon on pourrait se demander à quoi sert réellement la vaccination.

à écrit le 13/07/2021 à 14:48
Signaler
Visiblement, il pense avoir la "science" infuse, ainsi que celles de ses copains; mais un "autiste" a les mêmes qualités!

le 13/07/2021 à 15:00
Signaler
Mimi Marchand n'a pas d'ami autiste !

à écrit le 13/07/2021 à 13:57
Signaler
Alors que vous ne fassiez pas d'article sur la pourtant spectaculaire copine de Macron et Sarkozy je le conçois mais pas obligé par contre de faire autant d'articles sur lui sur le même sujet, ya certainement des chiens écrasés quelque part... Merci.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.