Réforme des retraites, pass sanitaire... les réactions aux annonces d'Emmanuel Macron

Sur le plan économique, deux annonces du chef de l'Etat lundi auront des conséquences majeures. D'abord, sur la réforme des retraites sur laquelle l'Élysée préfère finalement temporiser. Ensuite, la généralisation du pass sanitaire, que certains voient comme le seul moyen "d'éviter un quatrième confinement", fait débat.

5 mn

Emmanuel Macron dessine une société du contrôle et de la discrimination généralisés, a accusé Eric Coquerel, député LFI.
"Emmanuel Macron dessine une société du contrôle et de la discrimination généralisés", a accusé Eric Coquerel, député LFI. (Crédits : JAVIER BARBANCHO)

Les annonces sur la réforme des retraites et sur la vaccination obligatoire pour les soignants ont suscité de nombreuses réactions, suite à l'intervention d'Emmanuel Macron lundi soir. Le chef de l'Etat a déclaré que la refonte du système des retraites, l'une des promesses phares de sa campagne de 2017, devrait être relancée mais uniquement lorsque les conditions sanitaires seraient réunies.

Aussi, pour le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, la réforme a été "clairement renvoyée" après l'élection présidentielle du printemps 2022.

"C'est une position de sagesse", a-t-il commenté sur France 2. "On va pouvoir dire ce qu'on pense à l'ensemble des candidats potentiels. Il n'y a aucune voie de passage à l'automne pour une réforme sur les retraites."

Le secrétaire général de la CFDT a également réitéré son opposition à la réforme de l'assurance-chômage, que le président de la République a promis de mettre en oeuvre le 1er octobre.

"Je rappelle que le Conseil d'Etat doit encore se prononcer au fond de cette réforme pour voir si elle est conforme", a dit Laurent Berger, en dénonçant un texte "injuste" et "un petit brin de populisme" dans les propos du président de la République au sujet des chômeurs.

La cheffe de file des socialistes à l'Assemblée rejette également le projet. Sur l'économie le président "affirme une ligne très à droite, injuste, qui va abîmer la reprise : non au retour de la réforme de l'assurance chômage, non à une réforme des retraites", a écrit Valérie Rabault, députés PS sur Twitter.

La vaccination obligatoire pour les soignants

Concernant l'obligation pour 75 professions de santé de se faire vacciner, les avis sont plus tranchés.

"Il faut d'abord convaincre avant d'obliger. Dans les propos du président de la République il y a des choses qui nous inquiètent, par exemple les menaces de sanctions. C'est scandaleux de culpabiliser les personnels soignants après tout ce qu'ils ont donné l'année dernière", a dénoncé Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT sur LCI.

La CGT a "fait des propositions au président de la République, par exemple d'accorder une demi-journée aux personnels pour aller se faire vacciner, de rapprocher les lieux de vaccination des lieux de travail. Ce sont des choses qu'on aurait pu anticiper".

De son côté, le Medef est plus clément. "Je crois qu'on n'avait pas le choix vu ce qu'il se passe sur le front clinique et aussi dans d'autres pays comme l'Angleterre avec la montrée en puissance du variant Delta. Il fallait prendre des décisions, le président de la République les a prises," a indiqué Geoffroy Roux de Bézieux, président de l'organisation patronale sur LCI.

Lire aussi 10 mnPour contrer le variant Delta, Macron met la pression sur les non-vaccinés

Eviter un 4ème confinement à tout prix

Mais au sujet de rendre obligatoire le pass sanitaire dans les lieux publics, la mise en application réelle reste floue : "le pass sanitaire pour les lieux qui accueillent du public, y compris les salariés, on y est aussi favorable. Il faudra regarder dans le détail comment on fait dans les restaurants, dans les bars car c'est un peu plus compliqué", a observé Geoffroy Roux de Bézieux.

"Il faut prendre une décision maintenant pour préserver l'économie, la liberté des Français, sinon on part vers un 4e confinement, je crois que personne ne supporterait."

Le Medef est "évidemment favorable" à ce que les salariés se fassent vacciner sur le temps de travail, à condition que cela ne prenne "pas une demi-journée".

Le Synerpa (fédération d'Ehpad privés) "accueille avec satisfaction la décision du Président de la République". "L'obligation vaccinale s'imposait aujourd'hui pour ne pas perdre le fruit de tous nos efforts des derniers mois et continuer à protéger les plus fragiles contre le virus du Covid-19 et ses variants", déclare dans un communiqué sa présidente Florence Arnaiz-Maumé.

Enfin, la Fédération hospitalière de France (FHF) "salue les décisions courageuses du gouvernement", citant "obligation vaccinale, pass sanitaire élargi et fin de la gratuité des tests "de confort". "Nous l'appelions de nos vœux depuis plusieurs semaines", indique son président Frédéric Valletoux dans un communiqué. "Il ne s'agit pas ici de nous priver de nos libertés, mais au contraire de la retrouver".

« Une société de contrôle »

Enfin, dans l'opposition, la généralisation du pass sanitaire ne passe pas.

"Imposer le pass sanitaire, c'est en réalité déjà rendre la vaccination obligatoire. Se faire vacciner, ou non, doit rester un choix personnel. Les Français en ont assez des injonctions, des restrictions, des obligations. La liberté doit primer !" a dénoncé Nicolas Bay, eurodéputé RN sur Twitter.

"En rendant obligatoire le vaccin pour les soignants puis le pays sous forme de généralisation progressive du pass sanitaire, Emmanuel Macron dessine une société du contrôle et de la discrimination généralisés", a accusé Eric Coquerel, député LFI, sur le réseau également.

"Le président de la République acte d'une certaine manière la vaccination obligatoire, seule solution pour se débarrasser définitivement du Covid-19", résume encore Hervé Morin, président Les Centristes de la Normandie sur le réseau de mircroblogging.

(Avec AFP et Reuters)

Lire aussi 5 mnVaccination : les prises de rendez-vous explosent depuis les annonces radicales de Macron

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 15/07/2021 à 8:40
Signaler
Puisqu’Emmanuel Macron a tweeté, le 27 décembre 2020, « Je l’ai dit, je le répète : le vaccin ne sera pas obligatoire. » et qu’aujourd’hui il rend de fait la vaccination obligatoire d’une manière détournée avec le « pass sanitaire obligatoire » et, p...

à écrit le 14/07/2021 à 16:21
Signaler
Trois choses à propos de l’obligation vaccinale : 1) pour se faire vacciner, faudrait-il encore qu'il y ait un vaccin. Le produit qu'on nous propose n'en est pas un, il s'agit d'ARM messager de virus, parfaitement actif, qui transforme notre organ...

à écrit le 13/07/2021 à 13:47
Signaler
Moins ya de risques et plus faut se faire vaccinner donc. Ça y sentait pas mal quand même...

à écrit le 13/07/2021 à 11:37
Signaler
Mon employeur offre à ses collaborateurs le temps qu'il leur faut pour se faire vacciner. Et nous n'avons aucun CGTiste (c'est d'ailleurs peut être pour ça que le climat social est bon chez nous). Beaucoup d'entreprises ont facilité l'accès à la vac...

le 14/07/2021 à 21:19
Signaler
D'ailleurs, la propagation du virus qui nous oblige à nous faire vacciner avec un vaccin dont on ne connait pas les effets à long terme, c'est la faute à la CGT. Il faut regarder ce qui se passe en Australie, à TAIWAN, en Nouvelle-Zélande, au Danemar...

à écrit le 13/07/2021 à 11:25
Signaler
Notre système de retraite avec ses 42 régimes est très injuste, tout le monde le reconnaît, pourtant jamais les politiques ne font quoi que ce soit pour ceux qui en en sont victimes. C'est désespérant, déprimant, humiliant. On doit économiser comme d...

le 13/07/2021 à 16:56
Signaler
vous avez raison , mais attention ! les 42 régimes ont des taux de cotisations différends ; la réforme passerait beaucoup mieux si ceux qui la votent se l'appliquent : députés et sénateurs ; mais là...........

le 14/07/2021 à 12:49
Signaler
leurs seul vision est leur carriere peut importe la fonction. ou meme ideologie politique comme un ex president qui se dit de gauche et en realite le plus carrieriste possible adepte du copinage et du cote droite

à écrit le 13/07/2021 à 11:09
Signaler
Simple ,diviser les français pour régner un classique en politique ,je pense que seul les vaccinés pourront voter à la prochaine présidentielle,une grosse partie de son électorat .Ce gouvernement est de toute façon persuadé que les non-vaccinés ne vo...

à écrit le 13/07/2021 à 9:56
Signaler
Quand le virus était létal, la dream team n'en fichait pas une rame. Maintenant qu'il est 10 fois moins létal qu'une grippe, c'est la dictature sanitaire. Mais monsieur le chef de l'état, vous cherchez quoi ?

le 13/07/2021 à 11:15
Signaler
Puéril et vous êtes dans le déni Allez dans les hôpitaux pour voir la réalité des gens ss assistance opérationnelle …. Les décisions prises sont pour les 3 prochains mois .. levez la tête de votre smartphone et regardez autour de vous ….

le 13/07/2021 à 11:15
Signaler
Puéril et vous êtes dans le déni Allez dans les hôpitaux pour voir la réalité des gens ss assistance opérationnelle …. Les décisions prises sont pour les 3 prochains mois .. levez la tête de votre smartphone et regardez autour de vous ….

le 13/07/2021 à 11:55
Signaler
réponse à Brehat: Il y a à peine deux mois, les auxiliaires de l’exécutif juraient la main sur le cœur que le Pass sanitaire ne concernerait pas les actes du quotidien. L’Emmanuel Macron d’alors, lyrique comme à son habitude, assurait que la vaccina...

le 13/07/2021 à 15:42
Signaler
@Cheng : Macron a effectivement raison. Guidé par la science et le retour d'expérience, les méthodes peuvent être changées. On ne peut pas être dogmatique.

le 13/07/2021 à 19:06
Signaler
Réponse à tototiti : En fait c’est bien connu, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ? C’est ça ? D’autres ont menti sur twitter et ils ont finalement été interdits de ce « média » par ce « media ». En fait vous voulez dire qu’il nou...

le 15/07/2021 à 5:28
Signaler
Réponse à Brehat : dire que les autres sont dans le déni, de votre part c'est assez cocasse. C'est un peu l'hôpital privé qui se fout de la charité publique

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.