Face à l'explosion des prix de l'énergie, l'Etat sortira le carnet de chèques : 22 milliards d'euros en 2022, dit Le Maire

En soutien au pouvoir d'achat des Français face à la hausse des prix de l'énergie, Bruno le Maire a annoncé que le gouvernement dépenserait de l'ordre de 22 milliards d'euros en 2022. Le début d'une longue série de mesures ? Le ministre de l'Économie indique que d'autres, bien « ciblées », pourraient suivre en raison de l'offensive militaire en Ukraine qui a accentué encore plus cette flambée des prix. L'Europe cherche par ailleurs différents moyens pour réduire sa dépendance au gaz russe, qui représente 40% de sa consommation totale. Parmi les mesures évoquées, la baisse d'un degré du chauffage.

6 mn

« On ne répond pas à un tournant géopolitique majeur uniquement en versant un chèque ici ou là », a néanmoins prévenu Bruno Le Maire.
« On ne répond pas à un tournant géopolitique majeur uniquement en versant un chèque ici ou là », a néanmoins prévenu Bruno Le Maire. (Crédits : JOHANNA GERON)

Pas de "quoi qu'il en coûte" en 2022 pour aider les ménages français à supporter la hausse des prix de l'énergie, mais un coup de pouce à 22 milliards d'euros. C'est ce qu'a annoncé le ministre de l'Économie ce lundi 7 mars sur RMC/BFM TV. Bruno Le Maire a ainsi expliqué que le gel des prix du gaz devrait coûter « sans doute 10 milliards d'euros sur l'intégralité de l'année 2022 », contre 1,2 milliard d'euros budgété jusqu'ici. « Le plafonnement des tarifs de l'électricité » a quant à lui coûté « 8 milliards d'euros et l'indemnité inflation 4 milliards d'euros ».

« La facture totale s'élève à plus de 20 milliards d'euros sur la seule protection de nos compatriotes contre la flambée des prix de l'énergie », a indiqué Bruno Le Maire, précisant que le gouvernement est prêt à prendre « davantage » de mesures de soutien au pouvoir d'achat des ménages. Il s'agira, le cas échéant, de réponses « ciblées ». « On ne répond pas à un tournant géopolitique majeur uniquement en versant un chèque ici ou là », a-t-il prévenu, en référence à l'offensive russe en Ukraine déclenchée fin février qui a accentué la hausse des prix de l'énergie.

Pour les ménages l'addition pourrait aussi être salée, en particulier sur les prix des carburants. Leurs dépenses énergétiques pourraient s'envoler de 400 euros cette année, pour atteindre 2.800 euros, selon une évaluation de l'assureur-crédit Euler Hermes, citée par l'AFP.

Mercredi 2 mars, le président Emmanuel Macron a demandé au Premier ministre Jean Castex d'élaborer "un plan de résilience économique et social" pour répondre aux difficultés qui découlent du conflit russo-ukrainien, notamment la hausse des prix de l'énergie et des matières premières.

Lire aussi 9 mnLes dépenses énergétiques des ménages français pourraient s'envoler de 400 euros cette année, pour atteindre 2.800 euros

L'approvisionnement en gaz pourrait poser problème à l'été

En 2021, l'Union européenne a fait venir 155 milliards de mètres cubes de gaz de Russie, soit 45% de ses importations et 40% de sa consommation totale. Si l'Europe venait à ne plus recevoir ce gaz russe, les conséquences se ressentiraient dès cet été a prévenu Catherine MacGregor, la directrice générale d'Engie, dans une interview aux Échos parue dimanche 6 mars. « Le vrai problème, ce serait le remplissage des stockages au printemps et à l'été, en préparation de l'hiver 2022-2023. Il serait très difficile de trouver les volumes nécessaires et ce serait très dur en cas de conflit long en Ukraine », a-t-elle souligné.

Pas de risque en revanche pour l'hiver qui se termine, selon la patronne du géant énergétique français. « Même en étant totalement privés du gaz russe, nous pourrions faire face grâce aux fournisseurs d'autres pays, par gazoduc ou par navire méthanier pour le GNL ». Le gaz russe représente 20% des approvisionnements d'Engie. Le groupe négocie des volumes additionnels avec la Norvège, les Pays-Bas, l'Algérie et les États-Unis « mais il faut être lucide », a indiqué Catherine MacGregor : « Les leviers qui sont à notre main sont d'une portée limitée. Ils ne seront pas suffisants pour remplacer tout le gaz qui vient de Russie aujourd'hui ».

Lire aussi 6 mnGaz russe : pourquoi l'Europe est piégée

En cas de coupure, « il n'est pas inimaginable que les pouvoirs publics mettent en place des mesures de limitation de la demande », a souligné la DG d'Engie. Il faudrait « plafonner les prix de gros du gaz en Europe, qui aurait le mérite par ricochet de limiter les prix de l'électricité », et accélérer dans les énergies renouvelables, que ce soient les éoliennes ou le biométhane, selon elle. Les industriels comme les citoyens pourraient également baisser leur consommation, notamment le chauffage.

Lire aussi 4 mnGaz : la suspension du Nord Stream 2 pourrait coûter près de 1 milliard d'euros à Engie

Baisser le chauffage pour réduire la dépendance au gaz russe

Baisser d'un degré le chauffage aurait un effet « pas négligeable » sur la consommation de gaz, dans un contexte où les Européens cherchent à réduire leur dépendance à l'égard de la Russie, a estimé Catherine MacGregor ce lundi 7 mars, cette fois sur France Inter.

La directrice générale d'Engie a calculé qu'une baisse d'un degré du chauffage « correspondrait à peu près à 12-15 terawattheures », soit « l'équivalent de 12-15 navires méthaniers qui arriveraient en France, donc ce n'est pas négligeable du tout ». Selon elle, « c'est une mesure qui pourrait marcher ».

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait déjà évoqué cette possibilité la semaine dernière, parmi ses 10 propositions pour réduire rapidement la dépendance de l'Europe au gaz russe. Une baisse des thermostats représenterait une diminution de près de 10 milliards de mètres cubes par degré de chauffage en moins, d'après ses calculs, sachant que la température moyenne est actuellement réglée « au-dessus de 22°C » dans l'Union européenne, selon elle.

Lire aussi 4 mnL'AIE propose 10 mesures pour se passer du gaz russe et accélérer la transition énergétique

« Nous allons devoir tous faire un effort. Tous prendre conscience que nous entrons dans un monde nouveau », juge Bruno Le Maire. Et d'ajouter : « Le ministre de l'Économie n'est pas là pour dire de faire ceci ou cela. Je dis simplement que collectivement nous allons devoir tous faire beaucoup plus attention à nos consommations d'énergie ».

Lire aussi 8 mnGuerre en Ukraine : le prix du baril de Brent tutoie les 140 dollars! Washington cherche à interdire les importations russes

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 11/03/2022 à 1:28
Signaler
Et qui va rembourser toutes ces dettes et bien le citoyen

à écrit le 08/03/2022 à 9:49
Signaler
Les kleptocrates préfèrent les chèques sans provision à la baisse de la fiscalité...

à écrit le 07/03/2022 à 20:44
Signaler
Autrement dit, nos sanctions nous reviennent déjà en plein visage... Une grande stratégie qui relève du génie ! Et du coup, on adopte un peu le comportement des racailles au tribunal : c'est pas moi M'dame ! Et on se victimise sans se rendre compte q...

à écrit le 07/03/2022 à 20:40
Signaler
ils ne laisseront pas le pouvoir sans avoir completement tué la France, ce n'est plus de l'incompétence, c'est une trahison contre notre nation et notre peuple ! ils sont tellement incompétents et criminels que le peuple doit se terrer et rester soum...

à écrit le 07/03/2022 à 20:27
Signaler
Et à l'Elysée 360 000€ d'électricité et c'est encore le particulier qui doit fournir des efforts faute d'être fourni en énergie.

à écrit le 07/03/2022 à 19:15
Signaler
bon, si deja il comprend qu'il faut arreter quoi qu'il en coute , c'est un bon debut; apres il ne pourra pas sponsoriser le gaz l'electricite et le fioul ad vitam eternam; faut donc s'affranchir des khmers verts complices de facto de poutine, et avoi...

à écrit le 07/03/2022 à 18:06
Signaler
Arrêtez de sortir le "carnet de chèque" a tout bout de champs, avec notre argent! Bloquez les prix!

à écrit le 07/03/2022 à 16:53
Signaler
tient je partage les commentaires de Trogneux;;;un qui va payer deux toujours les memes les retraités imposables les épargnants remunérés à 1 % ET ON VA SUREMENT METTRE DE NOUVEAUX IMPOTS A CEUX QUI EN PAYENT;;;CSG ;..

à écrit le 07/03/2022 à 16:53
Signaler
Une petite recherche dans les cahiers d'histoire, face aux pénuries rares sont les entreprises qui ont "aidées" leurs employés et suivi l'inflation. Pourtant toutes les reconstructions se sont passées grâce à cette augmentation des salaires. On peut...

à écrit le 07/03/2022 à 16:35
Signaler
Quel fine stratégie....D'un côté on augmente les taxes et l'inflation et de l'autre on donne 22 milliards, bravo !!! Encore !!! Vite, Macron, j'en veux, Macron c'est bon, mangez-en.

le 07/03/2022 à 17:54
Signaler
De toute façon on n'en croit pas un mot ce ne sera pas pour les classes moyennes ni les retraites la catégorie que macron à décider de plumer ....les improductifs

à écrit le 07/03/2022 à 15:56
Signaler
Force est de constater que la France est dépendante des autres pour pratiquement TOUT ! Energie ,vaccins , technologies spécifiques , économie .......autosatisfaction et péroraisons ne resistent pas a la confrontation journalièr...

à écrit le 07/03/2022 à 15:38
Signaler
Comment peut-on se prétendre un journal économique sérieux et écrire "l'Etat sortira le carnet de chèques" quand c'est le contribuable (enfin, certains plus que d'autres) qui paye ?

le 07/03/2022 à 16:35
Signaler
Tout à fait d'accord, qui plus est on lit ailleurs que le Gaz Russe c'est 15% dans nos approvisionnements, de la à relier des solutions bétes du ministre... Qui ne se pose pas la question du pourquoi le prix élec monte à cause de la hausse du prix du...

le 07/03/2022 à 16:56
Signaler
hélas nos amis ??? journalistes sont assez peu porter a écrire la réalité, genre le suspect qui a tabassé le Corse ?? tout à l'heure dans une ville bombardé la journaliste nous dit personne ne sort car ils risquent ?? chez eux un obus ferra la mem...

à écrit le 07/03/2022 à 15:30
Signaler
Ben oui, mais faut ouvrir les fenêtres tout les dix minutes par heure pour chasser le méchant virus,ah,ah

à écrit le 07/03/2022 à 15:13
Signaler
Si on veut être honnête avec la population il faut mettre en place un contrôle des prix et non chercher à leur vider les poches avec les taxes et la TVA . Giscard d'Estain l'avait fait dans la guerre du pétrole dans la période des années 70 .Et cela ...

à écrit le 07/03/2022 à 14:34
Signaler
Bravo !!! Avec le 2ème quinquennat Macron/LeMaire, la dette sera à 300 %

le 07/03/2022 à 14:37
Signaler
Oui mais c'est de la bonne dette, car comme le cholestérol il y a de la bonne et de la mauvaise dette, la bonne c'est quand on donne le fric aux mégas riches et la mauvaise c'est quand on donne le fric à ceux qui en ont besoin. Enfin c'est ce qu'ils ...

le 07/03/2022 à 15:18
Signaler
Attention le mauvais cholestérol est un truc qui n'existe pas. Le mauvais cholestérol a été " inventé " par l'industrie du sucre, des graisses et de la pharmacie... le sucre et les graisses pour vendre leurs m.rde et la pharma pour vendre les statine...

le 07/03/2022 à 15:36
Signaler
Ne vous en faites pas, avec internet il n'y a pas besoin d'avoir une imagination débordante pour savoir jusqu'où ils peuvent aller et jusqu'où ils sont déjà allé d'ailleurs, tout est affiché sous nos yeux, ceux qui veulent savoir savent ensuite nombr...

à écrit le 07/03/2022 à 14:33
Signaler
J'espère que nos LREM ont tous accueillis des réfugiés ukrainiens chez eux, moi comme le dis un pote je veux bien des jeunes réfugiées ukrainiennes même si bon elles doivent toutes êtres accueillies forcément... Mais laissons donc Benjamin leur écrir...

à écrit le 07/03/2022 à 14:16
Signaler
Décidément le "quoiqu'il en coûte" n'a pas fini de nous surprendre... le déficit structurel de la France va de nouveau exploser alors que les taux remontent.. . Et notre commerce extérieur, négatif depuis 2003, avec un pic historique de déficit de p...

à écrit le 07/03/2022 à 14:15
Signaler
Autrement dit, les gens qui économisent au maximum leur chauffage, vont payer pour ceux qui se chauffent à 21°C. Très intelligent, comme mesure

à écrit le 07/03/2022 à 13:49
Signaler
L’Etat sortira son carnet de chèques ….. sauf que les chèques distribués seront des chèques sans provision !! Vu l’ampleur des déficits et de la dette, il y a un moment que nous n’avons plus aucune marge de manœuvre……

à écrit le 07/03/2022 à 13:45
Signaler
Très bonne idée, baisser le chauffage à 18 degrés dans les administrations, une petite laine et ce sera parfait. On s'y habitue très vite. Bon grèves à prévoir Les granulés de bois et les bûches c'est pas mal non plus...Sauf que le bois a terribleme...

le 07/03/2022 à 14:15
Signaler
Non ,il ne faut pas exagérer. Vous trouvez du bois à 45 € le stère livré en 50cm. Bonne journée

le 07/03/2022 à 15:20
Signaler
Et des palettes ou des pneus ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.