Fermeture des commerces et rayons non essentiels : la colère de l'UFC-Que Choisir contre le gouvernement

 |  | 315 mots
Lecture 2 min.
Photo d'archive. Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir.
Photo d'archive. Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir. (Crédits : DR : Grégor Podgorski)
Le président de l'association dénonce, notamment, le manque de "consultation auprès des parties prenantes" concernant la décision du président de "fermer les seuls petits commerces". Au profit des "plateformes de e-commerce, à commencer par les GAFAM, particulièrement Amazon", s'est-il agacé.

Une mesure qui "apparaît comme une hérésie": le président de l'UFC-Que Choisir a dénoncé la fermeture à partir de ce mardi des "rayons non essentiels" des grandes surfaces, décidée par le gouvernement par souci "d'équité" avec le petit commerce.

"Qui peut comprendre qu'en forçant les consommateurs à converger, transhumer vers les seules grandes surfaces, [...] on est face à une décision opportune, efficace, et donc acceptable?", a demandé Alain Bazot ce lundi dans un communiqué sur le site de l'association de consommateurs.

À ses yeux, "le critère de 'biens essentiels' au lieu de celui de la capacité à réguler les flux, assurer de la distanciation, etc. manque de pertinence au-delà du fait qu'il est arbitraire". "Quels rayons inaccessibles? Comment? Quels contrôles?", s'est-il interrogé.

Manque de "consultation"

En outre, il a critiqué le fait que "le président ait pris sa décision initiale de fermer les seuls petits commerces, sans consultation des parties prenantes, à commencer par les représentants de consommateurs".

Lire aussi : Confinement: des maires bravent l'interdiction de fermeture des commerces

"Cette forme de gouvernance sans aucune concertation, ni préparation préalable, n'est pas acceptable en 2020", a-t-il jugé, estimant en outre que "la seule fermeture des commerces de proximité pose un problème de saine concurrence au premier sens du terme".

Lire aussi : Confinement : la colère enfle chez les petits commerces indépendants

Ces restrictions, décidées pour tenter d'endiguer la progression de l'épidémie de Covid-19, ouvrent "une autoroute pour les plateformes de e-commerce, à commencer par les GAFAM, particulièrement Amazon", a-t-il encore tancé, y voyant "la traduction d'une vision des modes de distribution de demain dont les consommateurs ne veulent pas, un univers régi par quelques grands opérateurs et qui tourne le dos à l'aspiration à davantage de proximité et d'humanité".

Lire aussi : Les Gafa, grands gagnants de la crise sanitaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 7:59 :
le produit essentiel est tout une paire de chaussures d'un enfant qui grandi
un pantalon dechire un jouet casse
par contre rien n'est essentiel a un haut fonctionnaire qui ne signe meme pas son courier et que dire d'un ministre qui se fait coiffer et conduire
c(est aussi cela la macronie
ras le bol de nous infantiliser
et des loi prise sans democratie
a écrit le 03/11/2020 à 7:52 :
Fermons Amazon, imposons a 100%... Fermons Amazon 8 heures par jours.... Fermons Amazon samedi dimanche....
Fermons Amazon, nationalisons la plateforme...
a écrit le 02/11/2020 à 18:00 :
UFC vire très gaucho/bobo/écolo depuis quelques années (Bizot). Les sujets sont très orientés anti gros (grandes voitures, grands magasins, grandes marques, grandes entreprises), pourtant tout ce qui petit n' est pas beau pourtant.
De plus l'UFC se pique de beaucoup de sujet qui ne touche pas directement à la consommation, mais pour l'UFC la consommation concerne tout; donc l' UFC se considère compétente sur tout (santé, logement, droit, ephad,etc...)
Du coup, les campagnes les enquêtes et les comparatifs sont très faibles : beaucoup de banalités et de généralités, peu d' action concrêtes, et les actions collectives qui défendent les consommateurs sont de plus en plus rares. J' ai arrêté mon adhésion à l UFC locale que ne faisait que compiler et distribuer des infos les sujets lus 100 fois sur Internet et ailleurs, mais pas capable d'envoyer une lettre de réclamation à un fabricant. Il existe heureusement des revenus spécialisées plus pertinentes (L.P.) ou on explique les problèmes aux consommateurs au lieu de leur demander de gober les vérités orientées du moment.
a écrit le 02/11/2020 à 17:30 :
Même si comme celle d'amazon qui récupère le marché c'est évident mais faute qu'on ne peut pas imputer à notre président puisque venant du seul fait que amazon est une gigantesque pieuvre doublant de volume chaque année avec des tentacules un peu partout au sein de la société marchande, on peut quand même être agacé en effet que son premier réflexe, sans l'once d'une réflexion soit de fermer les petits commerces tout en laissant grands ouverts les grandes surfaces.

C'est la génération finance c'est une évidence mais est-ce que lepen et mélenchon en sont d'une autre ?
Réponse de le 03/11/2020 à 11:04 :
l’intérêt de maintenir ouvertes les grandes surfaces en période de Covid, c’est de limiter les déplacements: achats des produits nécessaires, et de ceux qui le sont peu moins en une fois, plutôt que de passer dans 5 endroit différents pour faire ses courses. Et encore. Que les gens comptent le nombre de fois ou ils sont entré dans une libraire l'an dernier ? acheté un frigo ailleur que chez Darty ou consort en 10 ans ? Effectivement, Amazon, et Cdiscount, et la FNAC ,etc sont en expansion permanente depuis des années confinement ou pas.
Ce qui pose la question du "modèle " dont les français ne voudraient soit disant pas.
là, on va forcer tout le monde à acheter en ligne, et encore compliquer la vie de ceux qui ne le peuvent pas, qui ne pourrons plus se fournir en grande surface non plus, et qui n'auront pas d’offre de proximité pour autant...essayez donc de trouver 2 libraires dans une ville de mois de 10 000 habitants...ou d’acheter une poêle chez un détaillant !
a écrit le 02/11/2020 à 17:13 :
Si on commande tout de chez soi, les contacts seront très réduits, le livreur pose le carton sonne et s'en va. Si le commerçant du centre ville a un site web, ou est présent chez Amaz* (MarketPlace) on peut le faire travailler sans y aller. Ça fait rêver [ironie]....
a écrit le 02/11/2020 à 16:55 :
On est bien loin des préoccupations de santé publique . C'est clan contre clan pour des raisons commerciales bien loin du covid et ça décrédibilise le discours " officiel " . Il manque du bon sens paysan , aurait dit mon grand père .
a écrit le 02/11/2020 à 16:44 :
Citation
"la traduction d'une vision des modes de distribution de demain dont les consommateurs ne veulent pas,..."
Qui a tué les petits commerces des centres-villes en se précipitant chez les grandes surfaces ?
Qui a tué les petites stations services de quartier en allant se servir chez les grandes surfaces ?
Comment monsieur Alain Bazot sait-il que les consommateurs ne veulent pas du
e-commerce ? A noter que Amazon n'est pas la seule société qui vend en ligne. Même nos grandes marques de luxe vendent le font...
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :