Fermeture des marchés de plein air : "une catastrophe économique"

 |   |  438  mots
(Crédits : AFP)
La fermeture, annoncée lundi soir par Edouard Philippe, prévoit quelques dérogations locales possibles.

La fermeture des marchés primeurs de plein air en France, annoncée lundi soir par le Premier ministre pour lutter contre la pandémie de Covid-19, est une "catastrophe économique" pour toute une filière, a estimé mardi la fédération du secteur.

C'est un "coup de massue" a déclaré Monique Rubin, présidente de la Fédération nationale des marchés de France, au micro de France Inter. "Même si nous nous attendions à ce qu'il y ait des dispositions de prises, un resserrement des règles par rapport au maintien de nos marchés, nous avions quand même grand espoir que les marchés puissent continuer", a ajouté Mme Rubin.

Lundi encore, dans un communiqué adressé à ses adhérents, la Fédération avait souligné à quel point "ouvrir et maintenir les marchés alimentaires" était "une priorité absolue" dans "cette impérative mission citoyenne de lutte contre le Covid-19".

Moins de risque de contamination

"Nos ministres et nos médecins estiment que le maintien des marchés en extérieur est essentiel car il y a moins de risque de contamination que dans les autres formes de commerce", soulignait alors la Fédération.

Aussi la fermeture annoncée lundi soir par Edouard Philippe sur TF1, qui prévoit néanmoins quelques dérogations locales possibles, est "une catastrophe économique pour l'ensemble des commerçants des artisans des producteurs et des agriculteurs", a dit Mme Rubin.  "Voilà tout un pan qui s'effondre et je peux vous assurer que je ne sais pas quelles seront les aides de ces métiers mais il va falloir qu'on les voit arriver à grand pas", a-t-elle ajouté.

A Paris, le premier adjoint Emmanuel Grégoire a d'ores et déjà prévenu que la municipalité ne demanderait pas de "dérogation". "Suite aux annonces du Premier ministre, nous prenons acte des mesures de renforcement du confinement et nous ne demanderons pas de dérogation pour les marchés parisiens", a réagi ce proche d'Anne Hidalgo (PS) sur Twitter.

Appel à la grande distribution

Après cette interdiction, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé les enseignes de la grande distribution à s'approvisionner auprès des agriculteurs français, estimant que durant cette crise l'économie française aura besoin de "patriotisme économique".

"Je sais que (ces enseignes) le feront parce qu'elle sont solidaires dans cette crise (...) de façon à ce que nos agriculteurs ne soient pas pénalisés par cette décision" de fermer les marchés, a-t-il ajouté, citant notamment des produits comme les fruits et légumes, la viande ou les poissons.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2020 à 21:58 :
Bien déçue car juste en bas de chez moi il y avait juste 2 vendeurs de fruits et légumes. Supprimes. Bien dommage. Moi qui ait des difficultés à me déplacer, de plus je ne peux pas porter de charges lourdes. Suis dans l embarras car je vis seule 68ans
Bien regrettable cette situation
a écrit le 25/03/2020 à 7:39 :
Nous faisons le marché de Berck ville, en alimentaire le dimanche matin. C'est le seul en ce moment et il nous a été supprimé ! On fait comment pour vivre , jusque fin avril et peut être plus ! Qui va encore en profiter !? j'ai contacter la mairie hier , pour savoir ce qu'il en était !
Mon interlocutrice m'a répliquée , que le maire n'avait pas demandé la dérogation au près du préfet . Vous pouvez intervenir et faire quelque chose ??
Parce ce qu'après un hiver difficile , des tempêtes a répétition (pas de marché possible)
et maintenant le coronamachin ! C'est faillite assurée fin Avril ! Merci , et sincères salutations .
a écrit le 24/03/2020 à 13:57 :
Il y a evidemment moins de risque de contamination sur le marché local que dans la grande surface voisine où tout le monde se bouscule aux caisses. M. Philippe montre là qu'il est au sercice des Carrefour Leclerc intermarché et pas du tout aux services des petits producteurs. Le "grand capital" cela existe! M. Philippe lui baise les pieds tout les jours avec ou sans corona virus
a écrit le 24/03/2020 à 13:48 :
J'avoue ne pas comprendre ou est le danger dans un marché de plein air ou sont respectées les distances et l'absence de contact physique . D'autant que chez moi ( aix en provence ) les produits sur les étals viennent de maxi 10 à 15 kms et ont été cueillis la veille . Je suis certainement obtus mais je vois plus grand risque pour moi et les autres dans un super marché couvert ou certes sont limités les clients mais pas les employés .
Ou alors on ne nous dit pas toute la vérité sciemment .
a écrit le 24/03/2020 à 13:26 :
Honte à ce gouvernement qui a pris des décisions tardives et le fait payer au centuple à toute cette filière, au petites entreprises, aux artisans. N'aurait il pas fallu donner un délai avant cet arrêt brutal.
a écrit le 24/03/2020 à 13:04 :
Journalistes hein ? Les marchés en plein air, ce ne sont pas les marchés couverts !
Renseignez vous bon sang ! Informez vous avant de prétendre nous informer !
Le reste de l'actualité est-il à l'avenant ?
a écrit le 24/03/2020 à 12:03 :
Le désastre en cours est la conséquence de ce que Matignon l'Elysée et Place Beauvau ont caché la vérité entre janvier et mi-mars 2019

le seul but qui a justifié le sacrifice des Françaises et des Français c'était de faire passer en force le projet Delevoye sur les retraites ...

un projet contesté par le Conseil d'Etat
un projet non financé en violation de la Constitution

et les godillots LEREM MODEM l'ont voté les yeux fermés et les oreilles bouchées.

Faudra bien qu'ils rendent des comptes ces mauvaises personnes
Réponse de le 24/03/2020 à 12:52 :
Donc selon vous, le COVID19 a été provoqué par le gouvernement pour "faire passer" la réforme des retraites ?
Vous rendez-vous compte des énormités que vous écrivez ?
Et après ça, vous voulez encore mettre des gilets jaunes à la tête de l'Etat ?
Réponse de le 24/03/2020 à 15:18 :
Effectivement, l'Italie, l'Espagne et le monde entier sont en pleine réforme des retraite ; réfléchissez donc avant de sortir de pareilles inepties !
a écrit le 24/03/2020 à 11:52 :
d'une coté on ferme les marchés en plein air et de l'autre on appelle les français à se regrouper pour aller travailler dans les champs avec des dizaines d'inconnus, vivre dans des maisons communes, utiliser les mêmes sanitaires pendant des jours et des semaines.

Vu la façon dont les malades sont maintenant reçus dans les hôpitaux, qui jouera à la roulette chinoise?
a écrit le 24/03/2020 à 11:28 :
Si tous les commerces alimentaires ferment, vous allez vivre d'amour et d'eau fraîche ? J e ne crois pas. Pour rappel, la totalité de la Chine n'a pas été mise en confinement, nous c'est la France entière, grosse différence.
Réponse de le 24/03/2020 à 12:53 :
Vous n'avez pas lu l'article: il ne s'agit pas de fermer tous les commerces alimentaires, uniquement les marchés de plein air.
a écrit le 24/03/2020 à 10:16 :
Le titre et la réaction des professionnels démontrent si besoin était que la conscience de se pays s'est complètement effondrée; le chacun pour soi domine les consciences, par opposition aux pays asiatiques qui font prévaloir l’intérêt collectif sur les individus
a écrit le 24/03/2020 à 9:57 :
titre du journal : une catastrophe économique. C'est sur, vous avez raison le business et quand même plus important que la santé des francais. Belle mentalité.
Réponse de le 24/03/2020 à 10:31 :
Vous dites cela parce que vous ne savez pas du tout les conséquences de ce blocage total de l'économie. La baisse du niveau de vie va entrainer des catastrophes que nous pensions ne plus jamais voir en Europe. Vous vouliez la santé plutôt que l'argent ? Vous n'aurez plus ni la santé, ni l'argent.
a écrit le 24/03/2020 à 9:57 :
Comme je le disais précédemment, Répression, punition mais aucune mesure de prévention. Psychologiquement, cette décision, qui peut se comprendre à Barbés, est stupide et dévastateur dans les villages et petites villes. Le moindre aspect encore humain de vie supprimé. Il suffit de faire comme à Orgeval, un passage pour accéder aux vendeurs avec respect des distances. Mais comme d'habitude, Philippe renvoie la décision ultime aux Maires, cela lui évite de prendre la responsabilité. Courage fuyons. Il faudra qu'il paie pour son incompétence.
Réponse de le 24/03/2020 à 10:34 :
Une poignée de gens ont décidé sans aucun débat de sceller le sort de notre économie. Sur les marchés, bien organisés, le risque de contamination est bien moindre qu'au supermarché où tous le monde touche à tout, sans gant et sans masque. Au marché tu demandes et on te sert.
a écrit le 24/03/2020 à 9:56 :
Cette fermeture du marché en plein air, poumon social local universel, montre bien que Paris n'est pas la France, que Paris étouffe la France, que le Covid-19 sévère en est le symptome somatisé par la population stressée. Etrange que l'Italie, la France et les Philippines soient montrés comme les états les plus radicaux pour le confinement.
a écrit le 24/03/2020 à 9:53 :
Après, ils pourront fermer les supermarchés , zones de contaminations en plein boom , puisqu'il y aura une augmentation de la concentration humaine
a écrit le 24/03/2020 à 9:48 :
A force de restrictions, de confinement, de contrôle policier, d'amendes, l'histoire va très mal finir. C'est dans la rue que les comptes seront soldés. L'épisode gilets jaunes ressemblera alors à une gentille procession dominicale.
a écrit le 24/03/2020 à 9:35 :
Totalement irresponsable de détruire une filière d'agriculture vivrière en pleine crise dont on ne sait pas qu'elles seront les conséquences...

Qui nous dit que les chaines d'appro des grands magasins tiendront ? et Alors quoi si nous avons préalablement détruit les petits producteurs ? Famine ?

Aucun sens de la résilience, ce gvt nous tuera tous finalement...
Il faut au contraire décentraliser et maximiser le nombre d'acteurs pour notre alimentation, enfin d'etre plus solide face a une déstabilisation des chaines logistiques
Réponse de le 24/03/2020 à 10:01 :
voila notre sauveur de la chaine logistique dite donc. Il est curieux de s'apercevoir que ceux qui critiquent en boucle ne font que cela. En revanche, être leader, pousser les autres a changer, etre tenace dans ses objectifs, la d'un seul coup on ne les voit plus.
Réponse de le 24/03/2020 à 10:02 :
C'est bien ! Ca va éliminer tous les canards boiteux qui ne vivotent que plus ou moins, souvent à grands coups de subsides plantureux et totalement indus. Bon débarras ! En plus, hors bio, quand on constate la crasse vendue par les agricultUeurs français, y a vraiment pas de quoi regretter la fermeture des marchés qui sont souvent des pièges à gogos (voir les marchés provençaux, pièges à touristes avec des produits frelatés ou typiquement provençaux "made in China").
Réponse de le 24/03/2020 à 15:29 :
en réponse à de à kwel,
Avez vous déjà fréquenté un marché local, je ne pense pas au regard de vos commentaires. Ce n'est pas de la responsabilité des producteurs locaux si vous avez cédé à la tentation d'acquérir des produits frelatés ou contrefaits à moindre coût : vous avez tenté les marchés provençaux, en bon touriste sans doute : restez chez vous et mangez local, vous allez voir, votre vie va changer !
a écrit le 24/03/2020 à 9:32 :
"et je peux vous assurer que je ne sais pas quelles seront les aides de ces métiers mais il va falloir qu'on les voit arriver à grand pas""

Le problème est que le lapin ne fait pas de grand pas, seulement de grands bonds pour pouvoir fuir.

Cette restriction peut se comprendre dans les grandes villes du fait que les gens doivent avoir envie de sortir faisant s’agglutiner les gens mais à la campagne c'est totalement stupide et dévastateur d'autant que ça permettait de soulager un peu les petites surfaces locales.

Certainement encore une décision subjective d'un dragon céleste en pleine crise.
Réponse de le 24/03/2020 à 9:49 :
Malheureusement et une fois de plus c'est l’indiscipline d'un certain nombre d'entre nous qui force à prendre ce genre de décision. Avec de la discipline et quelques aménagements il n'est pas plus dangereux de se rendre au marché que de pousser un caddie potentiellement infecté dans un supermarché. L'indiscipline c'est l'histoire de ce monsieur, verbalisé par les gendarmes, qui revenait du supermarché où il avait acheté....des boules de pétanque ! peut-être comptait-il les déguster.
Réponse de le 24/03/2020 à 10:11 :
C'est de ce genre de résonnement (non il n'y a pas de faute) qu'est né le nazisme.
Réponse de le 24/03/2020 à 10:26 :
"......c'est l’indiscipline d'un certain nombre d'entre nous qui force à prendre ce genre de décision...."

C'est un raisonnement qui ne tient pas. Les délinquants (transgresseurs) ne tiennent pas compte des réglements et des lois.
Mettez un panneau à 80 au lieu de 90, ça n’arrêtera l'infime minorité qui roule à 150.
Réponse de le 24/03/2020 à 15:35 :
Etat d'esprit de nos chers compatriotes : Il y a trois manières de faire les choses : la bonne manière, la mauvaise manière et ma manière !
Réponse de le 24/03/2020 à 15:53 :
@ multipseudos: "Etat d'esprit de nos chers compatriotes : Il y a trois manières de faire les choses : la bonne manière, la mauvaise manière et ma manière ! "

C'est bien tu passes de deux à trois possibilités, tu avances, bravo à toi continues comme ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :