Fragilisés par la crise, 62% des parents redoutent les dépenses de la rentrée

 |   |  476  mots
Photo d'illustration. Cantine, assurance scolaire, frais de scolarité... Certaines dépenses demeurent incompressibles.
Photo d'illustration. Cantine, assurance scolaire, frais de scolarité... Certaines dépenses demeurent incompressibles. (Crédits : Reuters)
La rentrée scolaire 2020 sera plus difficile en raison de la crise sanitaire, selon une étude OpinionWay pour Sofinco. Pour faire face, les Français comptent rogner certaines dépenses, voire piocher dans leurs économies. En ligne de mire, les achats sur la garde-robe pour une large majorité d'entre eux, suivie par les fournitures et les activités sportives.

Ils avaient déjà décidé de revoir à la baisse leur budget vacances. Il en sera sans doute de même pour les frais liés à la rentrée scolaire prévus par les Français. De fait, 62% d'entre eux disent redouter les dépenses engendrées par la reprise des classes, selon une étude OpinionWay pour Sofinco (une marque du groupe Crédit Agricole Consumer Finance) publiée ce jeudi.

Concrètement, le budget moyen pour la rentrée des enfants, de la maternelle aux études après le Bac, devrait être amputé de 150 euros cette année dans un foyer, comparé à 2019, pour s'établir à 814 euros, selon cette enquête réalisée en ligne début juillet auprès d'un échantillon de 1.003 personnes.

Pour un foyer français avec enfant, le poste de dépenses le plus important demeure celui des études supérieures qui s'élève cette année à 1.544 euros. Mais pour le financer, 72% des familles déclarent qu'ils devront piocher dans leurs économies. C'est treize points de plus qu'en 2019.

Lire aussi : Le coût de la rentrée scolaire 2019 reste stable

Moins pour les vêtements, plus pour l'outil informatique

A cause de la crise, les Français comptent par ailleurs limiter davantage certaines dépenses traditionnellement faites pour la rentrée. Le poste d'économies le plus important devrait ainsi être le « renouvellement de la garde-robe » pour 58% des sondés. Vient ensuite celui des fournitures, pour 27% des répondants. 22% des Français prévoient enfin de réaliser des économies autour des activités sportives.

Toutefois, certaines dépenses demeurent inévitables, relève OpinionWay. C'est le cas de la cantine pour 54% des personnes interrogées. L'assurance scolaire arrive en seconde position pour 51% des Français, suivie des frais de scolarité, cités par 49% des répondants.

Fait nouveau, « après un dernier trimestre dédié à l'enseignement à distance, le matériel informatique est davantage considéré comme un poste incompressible par les familles », relève OpinionWay. Il est cité par 23% des Français cette année, contre 16% en 2019.

100 euros supplémentaires sur l'allocation de rentrée

Cette frilosité sur la consommation à la rentrée, en pleine crise du Covid-19, les fonctionnaires de Bercy l'ont également anticipée. Mi-juillet, le gouvernement a ainsi annoncé une revalorisation de 100 euros de l'allocation de rentrée scolaire, dont devraient bénéficier plus de 3 millions de familles.

Dans le détail, pour la rentrée 2020, seront donc versés 469,97 euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans, 490,39 euros pour un enfant âgé de 11 à 14 an et 503,91 euros pour un enfant âgé de 15 à 18 ans. Cette aide sera versée le 18 août en métropole, en Guadeloupe, Guyane et Martinique. Et dès le 4 août à Mayotte et la Réunion.

Lire aussi : Le moral des Français se dégrade, la croissance devrait en pâtir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2020 à 16:19 :
Les actionnaires milliardaires sont chaque année plus gourmands c'est comme ça, c'est le triomphe de l'oligarchie.
a écrit le 31/07/2020 à 7:46 :
800 euros de budget par enfant!
les temps ont bien change, les papiers et crayons sont devenus hors de prix!
ah mais non mon bon monsieur, c'est parce qu'on change le cartable du petit car c'est plus le bon super heros, qu'on refait sa garde robe, et qu'il faut changer de telephone portable...
euh, oui, he ben les temps ont bien change aussi!
a écrit le 31/07/2020 à 6:34 :
Je crois que l'assistanat atteint des limites qui mettent en danger aussi toute l'économie du pays. Cadre moyen, je n'ai droit à rien (ni pour changer de voiture électrique etc) et j'en suis réduit à moins dépenser et donc à moins consommer. Je m’inquiétè de l'avenir pour mes enfants.
Réponse de le 31/07/2020 à 17:22 :
"Je m’inquiétè de l'avenir pour mes enfants".

T"as pas à t’inquiéter puisqu'il y a l’assistanat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :