France : vers le retour de l'inflation ?

 |  | 506 mots
Depuis janvier, le cours du Brent coté à Londres a gagné 10 dollars.
Depuis janvier, le cours du Brent coté à Londres a gagné 10 dollars. (Crédits : Reuters)
Stable en mai, l'indice des prix à la consommation est reparti à la hausse en juin selon l'Insee, stimulé notamment par l'augmentation des tarifs des produits pétroliers.

L'inflation est-elle de retour ? Il est vraisemblablement trop tôt pour le dire. Néanmoins, l'indice des prix a progressé en juin, de 0,2% sur un an selon l'Insee. Soit 0,2 point de plus qu'en mai, mois au cours duquel l'indice affichait une stabilité totale sur un an.

Cette remontée mensuelle de l'indice trouve son origine dans l'augmentation des prix des produits pétroliers pour le quatrième mois consécutif.

Concrètement, les prix de l'énergie ont augmenté en juin 2016 de 2,2 %, comme en mai. Mais sur un an, ils affichent toujours une baisse de 3,1 %, à comparer à un repli de 5,7 % en mai. "La hausse sur le mois est due aux prix des produits pétroliers qui s'accroissent de nouveau vivement (+4,0 % après +4,1 % en mai ; -6,1 % sur un an), sous l'effet du redressement des cours du brut depuis le début de l'année", constate l'Insee. Ainsi , depuis le mois de janvier, le cours du Brent coté à Londres a gagné 10 dollars pour se négocier actuellement aux alentours de 47 dollars.

Le prix des combustibles remonte particulièrement vite

Dans le détail, les prix des combustibles liquides continuent de remonter rapidement (+5,9 % en juin après +8,5 % en mai ; -11,2 % sur un an). En regard, les hausses de prix des carburants sont plus limitées : le gazole augmente de 4,7 % en juin (après +4,4 % en mai ; -4,7 % sur un an) et l'essence de 2,6 % (après +2,4 % ; -6,2 % sur un an). Par ailleurs, les prix du gaz sont stables en juin (-10,0 % sur un an), comme ceux de l'électricité (+4,1 % sur un an).

Elle s'explique aussi par le "rebond saisonnier des prix de certains services à l'amorce de la période estivale", explique l'Insee. "Elle est en partie compensée par le repli également saisonnier des prix des produits frais et des produits manufacturés avec le début des soldes d'été", poursuit l'Institut.

Un stimulant pour l'activité

Le retour d'une inflation modérée, si elle elle se confirme au cours des prochains mois, est une bonne nouvelle pour l'économie. En effet, une augmentation raisonnable des prix invite les consommateurs à intensifier leurs achats. En effet, pourquoi attendre, pourquoi différer un achat si, dans un contexte inflationniste, les prix seront plus élevés demain ? La valse des étiquettes encourage les actes d'achats.

Par ailleurs, l'inflation est de nature à inciter une reprise de l'investissement. Par quel mécanisme ? L'inflation rend les les placements sûrs et peu risqués peu rentables. S'ils veulent augmenter le rendement de leurs placements, les investisseurs se positionnent sur des classes d'actifs certes plus risqués, comme les actions, mais aux perspectives plus lucratives.

Enfin, le retour de l'inflation est un excellent levier de désendettement pour l'Etat. En effet, si les prix augmentent, les recettes fiscales augmentent au même rythme, relevant mécaniquement les revenus nominaux de l'Etat. Si les revenus progressent, le PIB progressent aussi. La dette de l'Etat n'étant pas indexée sur l'inflation - les remboursements sont fixes -, le poids de la dette, mesuré par le ratio dette/PIB, diminue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2016 à 23:52 :
"Le retour d'une inflation modérée, si elle elle se confirme au cours des prochains mois, est une bonne nouvelle pour l'économie. En effet, une augmentation raisonnable des prix invite les consommateurs à intensifier leurs achats. En effet, pourquoi attendre, pourquoi différer un achat si, dans un contexte inflationniste, les prix seront plus élevés demain ?" :
Toujours la fumeuse théorie qui veut que l'inflation soit bonne sur toute catégorie de produit... Pour l'énergie, il y a une captivité des clients. Personne ne se dit : "je ferai le plein dans un mois, l'essence va baisser", ni "je vais me chauffer cet été, le gaz va baisser!".
C'est le pire postulat de cette science molle qu'est l'économie. C'est ce postulat qui conduit à jubiler en présence des bulles immobilières qui cannibalisent la consommation et l'investissement.
Les gens vivent peut-être là aussi sous des ponts en se disant que les loyers vont baisser le mois d'après ou ils renoncent à louer/acheter autre chose que des logements?
a écrit le 16/07/2016 à 15:35 :
Qui a envie d'investir dans l'immobilier si le prix stagne, voire baisse ?
Au contraire, avec un taux fixe, un bien immobilier prend de la valeur avec de l'inflation !
Un peu d'inflation peut donc tout à fait relancer l'investissement, et donc tout le secteur du batiment (entre autres)... n'oublions pas que le batiment est le premier secteur d'emploi en France.
a écrit le 16/07/2016 à 12:17 :
L'inflation renchérie ce que l'on désire acheté et non pas ce que l'on peut acheté! C'est un choix a faire! Par contre la déflation n'amène qu'un manque a gagner par un manque de désir d'achat!
a écrit le 16/07/2016 à 9:34 :
FAUX? L INFLATION EST UNE ENORME BETISE ECONOMIQUE? ET FAIS BEAUCOUP DE TORD AUX FAIBLES REVENUE? C EST A DIRE LES PAUVRES???
Réponse de le 17/07/2016 à 8:48 :
Faux oui, l'inflation c'est bon pour les peuples et l'apocalypse pour les rentiers.

Prétendre autre chose comme le fait la banque centrale tout les jours, c'est prendre les gens pour des ***

Malheureusement il y en a beaucoup :/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :