Emmanuel Macron à nouveau défié par les "gilets jaunes"

Le mouvement des "gilets jaunes" poursuit sa mobilisation. Alors que le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé que la hausse prévue de la taxe carbone sera maintenue, des manifestation sont prévues ce samedi dans toute la France, dont un rassemblement à hauts risques à Paris. Inquiet, le chef de l'Etat fera mardi de nouvelles annonces pour calmer la grogne et rendre la transition écologique "acceptable".
Le président Emmanuel Macron.
Le président Emmanuel Macron. (Crédits : YVES HERMAN)

Trouver un second souffle. C'est ce à quoi va s'atteler le mouvement  des "gilets jaunes" à l'occasion des manifestations organisées ce samedi dans toute la France notamment à Paris, au Champs-de-Mars, près de la Tour Eiffel, où, selon une note du renseignement, 30.000 gilets jaunes sont attendus pour un rassemblement considéré à haut risque. L'enjeu est lourd pour l'avenir du mouvement, qui semble marquer le pas au sixième jour de la mobilisation.

Pour cause, après plusieurs jours de blocages et d'actions à travers le pays, il s'agit de relancer la machine alors que le nombre de participants connaît un début d'érosion. De 290.000 manifestants dans toute la France le samedi 17 novembre, les décomptes du ministère de l'Intérieur sont passés à quelques milliers en cette fin de semaine. La Réunion, secouée en début de semaine par une flambée de violences, a connu hier sa deuxième nuit relativement calme.

Pour autant, les pouvoirs publics restent sur leurs gardes, car si dans un souci de sécurité le ministère de l'Intérieur a préconisé que les manifestants se réunissent samedi sur l'esplanade du Champ-de-Mars, près de la Tour Eiffel, certains manifestants pourraient être tentés de passer outre et de tenter de rallier le centre de la capitale. Aussi, 3.000 forces de l'ordre sont attendues pour encadrer la manifestation parisienne.

Macron souhaite fixer un nouveau cap

La situation s'avère délicate pour le gouvernement qui a, de surcroît, annoncé, vendredi, par l'intermédiaire du ministre de la Transition écologique François de Rugy, que la hausse prévue de la taxe carbone sera maintenue. "Parce que les Français, que ce soient des particuliers ou des entreprises, seraient les premiers à nous reprocher de changer de pied tous les ans", a précisé François de Rugy sur RTL. "Il faut que la fiscalité soit prévisible"

"Mercredi en Conseil des ministres, le président Emmanuel Macron nous a dit 'on continue, on maintient le cap sur la transition du pays en matière écologique. Et en même temps, nous sommes à l'écoute des Français et donc il faut savoir bouger sur le fait qu'il y a une demande (...) dans le pays, qu'il faut savoir lui répondre, créer de nouveaux cadres'.

"C'est ce que nous allons faire avec des débats qui seront dans les régions, dans les départements, très territorialisés, qui associeront des forces économiques, des forces sociales comme la CFDT qui a demandé à avoir ce débat. Nous entendons, nous saisissons cette main tendue de la CFDT. Dans ces moments, c'est l'occasion d'écouter les propositions des uns et autres", a affirmé le ministre.

Inquiet par la tournure des événements, Emmanuel Macron s'efforce toutefois de reprendre l'initiative et doit annoncer, mardi, devant les membres du Conseil national de la transition écologique (CNTE), composé d'élus, de syndicats, d'ONG et d'associations, un nouveau cap pour la transition écologique pour la rendre "acceptable" et "démocratique", en réponse aux inquiétudes exprimées par les "Gilets jaunes", avait indiqué l'Élysée jeudi soir. Concrètement, le président devrait dévoiler de nouvelles mesures d'aide, l'ouverture de négociations, y compris éventuellement sur les taxes écologiques, ainsi qu'une méthode, un "pacte social" et des négociations territoriales.

Un contre feu à la manifestation de samedi des "Gilets jaunes".

L'amélioration énergétique des bâtiments et les nouvelles mobilités devraient être particulièrement concernées. Les mesures décidées au terme de cette vaste concertation pourront être intégrées dans la loi sur les mobilités, en février au parlement, ou dans la PPE.

Lire aussi : 70% des Français soutiennent les revendications des gilets jaunes

"Nous avons reçu le message des citoyens. Il nous invite à aller plus loin. Pour qu'elle ne soit pas socialement inacceptable, il faut que la transition écologique, qui est nécessaire, soit juste, équitable et démocratique. Nous devons donc mobiliser tous ceux qui la rendront acceptable, pour ne laisser personne de côté", ont indiqué les conseillers de l'Élysée, sans vouloir déflorer les annonces de mardi.

Lire aussi : Face aux "Gilets jaunes", Macron prône le dialogue et l'explication

Le Premier ministre Édouard Philippe avait écarté dimanche dernier l'idée d'une réunion avec les corps intermédiaires pour construire un "pacte social de la conversion écologique", comme réclamé la veille par le numéro un de la CFDT Laurent Berger, estimant que ce n'est pas ce que "demandent les Gilets jaunes."

"Il ne faut pas rester figé dans la vie politique", a souligné de Rugy. Une des qualités d'Emmanuel Macron, "c'est de savoir faire mouvement".

Interrogé sur les critiques de son prédécesseur Nicolas Hulot, qui a estimé jeudi sur France 2 que la crise des "Gilets jaunes" était "évitable", François de Rugy a trouvé que c'était "un peu facile" de dire cela "alors que l'on sait très bien que tout cela est né de la hausse du prix du pétrole sur les marchés mondiaux, que personne ne peut prévoir".

Les "Gilets jaunes" ont besoin de réponses concrètes

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé vendredi, en réaction au mouvement des "Gilets jaunes", qu'"on a besoin de réponses concrètes" et que "notre société a besoin d'apaisement et de dialogue constructif".

"Je crois que c'est compatible de lutter contre la fin du monde et contre les fins de mois difficiles", a déclaré le secrétaire général sur RMC/BFMTV.

"Je souhaite qu'il y ait des associations environnementales, les organisations syndicales, les organisations patronales, des élus de la République, des élus locaux, des représentants pourquoi pas des 'Gilets jaunes', mais aussi des associations qui sont investies sur le terrain social, sociétal, comme la lutte contre les exclusions, la consommation, etc.", a détaillé Berger.

La colère qui s'exprime "est légitime, on peut (la) comprendre" et "on peut faire du mieux pour tout le monde avec une transition écologique et de la justice sociale", a-t-il jugé. "La lutte pour l'humanité, c'est la transition écologique", mais "nous avons aussi à nous préoccuper des fractures sociales et des fractures territoriales", a-t-il souligné.

"Maintenant, on a besoin de réponses concrètes et ça se fera avec les acteurs", avec "tous les acteurs même s'ils sont en contradiction les uns avec les autres", a considéré Berger.

Il faudra "regarder en termes de pouvoir d'achat, de mobilité, d'investissement dans la transition écologique, d'emploi, de services publics, ce qu'on fait face au malaise, à la colère qui s'expriment aujourd'hui", a-t-il expliqué, en plaidant pour des concertations dans les régions "pas pour parler simplement, mais pour trouver des solutions".

Ce qui se passe avec les "Gilets jaunes", c'est l'illustration de fractures sociales profondes dans notre pays" et de "fractures territoriales" avec "des citoyens, des travailleurs qui ont le sentiment d'être abandonnés par les services publics", a-t-il noté.

Le responsable de la CFDT a souhaité que "des solutions" soient trouvées "en termes de mobilité", de "développement du transport propre", de "mesures pour la rénovation thermique des logements", de "mesures d'accompagnement des personnes dans la conversion écologique", comme "des prêts plus favorables" pour "changer une chaudière ou un véhicule".

(avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 57
à écrit le 25/11/2018 à 7:34
Signaler
la demission du president s'impose devant l'abscence de dialogue qu'il avait fait seine lors de la canpagne et de prevision au desordre d'incapacités a ecouter et comprendre et surtout d'absence et le silence de sa parts lors du desordre a c...

à écrit le 25/11/2018 à 1:04
Signaler
Qui espère ou croit Taxo-Man, et De Rugy De La Précieuse qui n'ont pas vécu dans nos situations et ne connaissent rien de rien de la Vraie Vie. Pommade homéopath pour nous, les Demeurés finis, avec effet Placébo : çà ne prend pas du tout ! tout de m...

à écrit le 24/11/2018 à 14:37
Signaler
"Il faut que la fiscalité reste prévisible". Est-il vraiment sérieux, ou il a un problème de logiciel?

à écrit le 24/11/2018 à 13:18
Signaler
Si quelqu'un peut expliquer clairement en quoi taxer les Français, entre autre à travers les carburants, aura le moindre impact significatif sur la planète? Car si on veut (idéalement) remplacer tous les véhicules à hydrocarbures par des véhicules él...

à écrit le 24/11/2018 à 11:22
Signaler
J ai riant contre la personne d Emmanuel macron mai la politique du president tres complique elle finis parts feres vomir macron n arrive pas à gouvernait la france Mr macron ?demissionner svp bravo aux gilets jaunes tres biens vu jaune comme gilets...

à écrit le 24/11/2018 à 9:58
Signaler
Bonjour à tous, J'aimerai vous faire part de quelques réflexions concernant la situation actuelle. Ce ras le bol qui apparait aujourd'hui est tout à fait compréhensif, il résulte en grande partie par le sentiment d'injustice concernant la réparti...

le 24/11/2018 à 11:53
Signaler
Bonjour J adhère en plus je suggère de consommer au ralenti ! Juste l obligatoire , le superficiel on verra plus tard ! Bilan moins de TVA pour l Etat qui n est pas foutu de faire les économies qu il nous impose en taxant , imposant , contribua...

à écrit le 24/11/2018 à 9:23
Signaler
QUI est le POMPIDOU qui dénouera (pacifiquement) ce nœud gordien?

à écrit le 24/11/2018 à 9:17
Signaler
C'est toujours le même problème avec les kermesses gauchistes de Nuit Debout, de Notre Dame des Landes ou maintenant des gilets jaunes : ils sont ultra minoritaires mais se prétendent le "Peuple" alors qu'ils n'en sont qu'une composante infime bien ...

le 24/11/2018 à 9:43
Signaler
vous ne lisez pas les sondages . soutien de 70% au gilet jaune. les retraites sur les barrages ne semblaient pas gauchistes. vous aviez raison pour notre dame DES landes mais la un peu à côté de la plaque.

le 24/11/2018 à 10:35
Signaler
Personne ne refuse de payer l'impôt quand il est juste. L'impôt doit seulement être réparti équitablement, à "chacun selon ses facultés". Les surtaxes, les niches et impôts spéciaux sont évidemment contraires à l'équité.

le 24/11/2018 à 11:56
Signaler
Et qui en ont marre de payer sans voir aucun résultat pour la population … et les élus vivre bien sans rien faire de vriament concret pour ceux qui les élisent ...et qui sont de moins en moins nombreux ; Rappel M. MACRON élu avec 20 pour cent des su...

le 24/11/2018 à 11:57
Signaler
Et qui en ont marre de payer sans voir aucun résultat pour la population … et les élus vivre bien sans rien faire de vriament concret pour ceux qui les élisent ...et qui sont de moins en moins nombreux ; Rappel M. MACRON élu avec 20 pour cent des su...

à écrit le 24/11/2018 à 8:36
Signaler
En France le problème c’est le Sénat : ils font passer des lois «  en douce ». Le pays est divisé entre Macron, Sénat ( majorité LR) et les gilets jaunes... Il faudrait faire des élections anticipées au Sénat , peut être réformer le Sénat ( en rajout...

le 24/11/2018 à 9:21
Signaler
Le Sénat peut voter des textes mais ne peut à lui seul faire passer une loi, en douce ou pas. Il faut aussi un vote de l'Assemblée Nationale et en cas de désaccord c'est l'Assemblée qui a le dernier mot. De par le mode de renouvellement des sénateurs...

le 24/11/2018 à 10:22
Signaler
Est il possible qu’au Sénat ; Les relations amicales ont le dessus pour passer certaines mesures rétroactives alors que la population crie depuis longtemps sur les injustices passé par décret concernant certains droits protecteurs des femmes et famil...

le 24/11/2018 à 10:39
Signaler
@Citoyen Ordinaire: Je suis surpris par cette observation: le Sénat a toujours eu un rôle modérateur, même du temps du Général, et la Chambre des Députés a toujours le dernier mot; pour l'instant, je considère que nos députés n'ont pas fait leur tra...

le 26/11/2018 à 15:40
Signaler
A savoir ,la semaine derniere il a vote UN NOUVEAU PRIVILEGE , une exoneration sur le revenu pour les maires jusqu'à 1500 € et a vote deux nouvelles taxes pour les retraites repoussees à 63 ans ILS N'ont toujours pas compris . supprimons les puisque...

à écrit le 24/11/2018 à 8:18
Signaler
l'IR pour tous.

à écrit le 23/11/2018 à 23:49
Signaler
le Père Noël c'est le 25 décembre !

à écrit le 23/11/2018 à 22:53
Signaler
Les médias tout comme les syndicats ne sont plus crédibles depuis très longtemps ...avez vous déjà vu un syndicat empêcher la fermeture d'une usine ...bah non! comme la moitié d'entres elles sont soient dans les pays de l'est ( vive l’Europe ) ou e...

à écrit le 23/11/2018 à 21:21
Signaler
La transition écologique ou énergétique ne peut pas être rendue acceptable par des taxes ou des chèques. Ce n'est que de la cavalerie financière sur le dos des Français. Macron n'a encore pas compris que nous croulons sous le poids des taxes et impôt...

à écrit le 23/11/2018 à 20:32
Signaler
Un printemps francais bientôt mais l argent est deja au panama chance aux gilets jaunes macron la honte de ja France 🇫🇷

à écrit le 23/11/2018 à 20:20
Signaler
Il cherche a gagner du temps , mais ne veux pas renoncer au robinet à taxes , car trop dépensié . Après les cadeaux fiscaux qui ne tenaient pas compte de la disonibilité budgétaire insuffisante , il est désormais dans une course en avant suicidaire e...

à écrit le 23/11/2018 à 20:16
Signaler
Le gvt maintient ses taxation punitives gratuites. Je propose en réponse le vote massif du degagisme aux européennes aux municipales et aux législatives surtout.

à écrit le 23/11/2018 à 19:37
Signaler
On sait parfaitement que ce qui sera annoncé mardi, ce sera une nième tentative de diversion à base de quelques mesurettes à apparence de justice sociale (par exemple une prime de 10000€ à l'achat d'une voiture électrique mais réservée à ceux qui gag...

à écrit le 23/11/2018 à 19:34
Signaler
Les pays étrangers doivent voir la France comme un grand Zoo. Comme un hôpital pour nécessiteux. Un pays d’assistés. Enfin une France qui se meurt tous doucement.

à écrit le 23/11/2018 à 18:52
Signaler
On ne peut pas demander tout et son contraire....et vouloir l'obtenir. Il y aura forcément des désillusions.

à écrit le 23/11/2018 à 18:22
Signaler
Bla, bla, bla. Seule l'annulation des hausses de la tippe permettra de calmer le jeu. Les primes, les aides, plus personne n'en veut. Aides =impôts. Marre d'être assister. Les français veulent pouvoir vivre, travailler et surtout se déplacer sans dev...

à écrit le 23/11/2018 à 18:20
Signaler
Les média aiment jouer à se faire peur. A regarder BFMTV on croirait que Lutèce va être mise à sac par les huns et incendiée par les normands. A écouter Castagneur on risque la guerre civile. Si les policiers la jouent intelligemment, cette manif ...

à écrit le 23/11/2018 à 17:48
Signaler
Après "balance ton maire", c'est le tour "balance ton président". Quelle indécente déraisonnable de fabriquer des impôts spéciaux grevés de niches spéciales pour financer la transition écologique d'intérêt supranational!

à écrit le 23/11/2018 à 16:45
Signaler
Etonnant que cet aveu: la rendre "acceptable" et "démocratique". Ce qui revient à dire que cette transition n'était ni l'une, ni l'autre.

à écrit le 23/11/2018 à 16:42
Signaler
50€ par an par ménage qui vivent avec moins de 22000€ tous les 8 mois en année bissextile pondéré par le taux d’humidité défini par délibération voté par chaque commune de plus de 420 habitants. Montant auquel il fait soustraire de la CSG et de la TV...

à écrit le 23/11/2018 à 16:40
Signaler
Seul et impuissant face aux traités européens, Nicolas Hulot n’avait aucune chance. Sa démission n’est au fond qu’une normalisation. Son aventure ministérielle n’aura eu pour conséquence que de faire perdre une année de plus dans les urgentes bataill...

à écrit le 23/11/2018 à 16:26
Signaler
Je ne vois pas trop le rapport entre monter le prix de l'énergie et s'occuper de l'écologie. L'un assure pas l'autre, loin de la.

le 23/11/2018 à 16:52
Signaler
C’etait très clerc hier.

à écrit le 23/11/2018 à 15:54
Signaler
Oh... la mauvaise foi... Les entreprises et particuliers vont leur reprocher de «  changer de cap » 😂

à écrit le 23/11/2018 à 15:41
Signaler
J'aimerai savoir ce que pense Priscillia LUDOSKY (intiatrice d'une pétition sur Change.org) en regardant ou en écoutant les gilets jaunes sur les rond point. Elle, elle a des arguments intelligents, les autres ont leur bétise. Le gilet jaune dis...

le 23/11/2018 à 16:40
Signaler
Je ne sais pas où F2 est allé le chercher, il est bien gratiné dans la connerie. idem pour les tweets insultants. Il y avait surement moyen d'apporter la contradiction sans insulter l'invité. C'est la B.A BA de la courtoisie et j'ai trouvé Hulot ...

le 23/11/2018 à 21:16
Signaler
vos commentaires laissent supposer que seul les intelligents!!! pourraient avoir le droit de discourir. La personne qui a débattu même si le mot est impropre avait tous les droits et dans son langage. Les intelligents, catégorie dans laquelle vous se...

à écrit le 23/11/2018 à 15:16
Signaler
encore une usine à gaz pour DIVISER les Francais et une belle recuperation politique de la CFDT (peut etre en accord et cirage de pompes avec L'ELYSEE

à écrit le 23/11/2018 à 14:39
Signaler
La taxe carbone est une taxe injuste et mal fondée, car la chimie du carbone est proprement la chimie organique complètement liée à la vie. Dans sa logique, chacune de mes expirations sont taxées, ainsi que celles de mes animaux domestiques, de mes p...

à écrit le 23/11/2018 à 12:58
Signaler
En cette période d'avant Noël, on peut croire au père Noël. Mais pas forcément. Il faut faire attention les politiques que la confiance, à force de nous faire croire au Père Noël ça se rompt, et ça ne revient plus, un peu comme un élastique sur leq...

à écrit le 23/11/2018 à 12:04
Signaler
L'état doit réduire ses dépenses et baisser les impôts. Pour les incitations fiscales, on devrait favoriser l'isolation des logements plutôt que d'inciter les français à changer de voiture. Ex la voiture électrique utilise des batteries fabriquées à ...

le 23/11/2018 à 15:40
Signaler
Vous dites n’importe quoi: les batteries sont recyclables, le diesel produit du co2

à écrit le 23/11/2018 à 11:44
Signaler
Rugy ne joue pas l apaisement! mais la provocation en annonçant le maintien des hausses de taxes en janvier! conforté par HULOT ? ALORS QUE L ABANDON EST LA SOLUTION

le 23/11/2018 à 19:28
Signaler
La vraie question : faut-il le maintien d'un ministère de la transition écologique ?

à écrit le 23/11/2018 à 11:42
Signaler
Rugy ne joue pas l apaisement! mais la provocation en annonçant le maintien des hausses de taxes en janvier! conforté par HULOT ?

à écrit le 23/11/2018 à 11:41
Signaler
face à la commission européenne qui émet des doutes sur la crédibilité du budget 2019 de la France , Macron ne va pas renoncer aux milliards d'euros générés par l'augmentation de la taxe carbone et son bonus de TVA ; il est coincé , n'a aucune autre...

le 23/11/2018 à 13:57
Signaler
Avant même la commission européenne, ce sont les français eux mêmes qui devraient s'inquiéter de la crédibilité du budget 2019. Plus les années déficitaires s'accumulent, plus la dette cumulée grossit, plus dur sera le retour à la réalité...

à écrit le 23/11/2018 à 11:28
Signaler
En résumé c'est vouloir continuer "a rendre acceptable" la politique imposé par Bruxelles aux nations mises sous sa tutelle! Quand va t'on se rendre compte que Macron n'est que l'arbre qui cache la forêt, un simple fusible, un pion?

le 23/11/2018 à 13:48
Signaler
Parce que vous imaginez que sans l'UE la contrainte d'avoir des finances publiques pas trop déséquilibrées disparaîtrait ? Quelle naïveté... au contraire l'€ (donc l'UE) permet de refinancer les déficits à très bas taux d'intérêt (quasi nul voire mê...

à écrit le 23/11/2018 à 11:21
Signaler
"la transition écologique, pour être acceptable, doit être juste, équitable, démocratique" !!! cette prise de conscience à postériori et sous la pression des gilets jaunes peut paraître surprenante, alors que les mesures prises, et qui font l'objet d...

à écrit le 23/11/2018 à 11:01
Signaler
L'abandon des hausses de la taxe carbone est le préalable à toute détente de la situation. Dommage qu'il n'ai pas compris cela. A ce qu'on peut lire (évitons le procès d'intention), ce qu'il semble vouloir proposer n'est qu'une resucée des mesures...

le 23/11/2018 à 13:54
Signaler
L'abandon total de la taxe carbone n'est même pas forcément un préalable indispensable, un simple reprofilage plus progressif de son instauration serait discutable (p ex +1ct/an sur le gazole sans augmentation de la taxation de l'essence, ce qui perm...

le 23/11/2018 à 15:42
Signaler
Nous n’avons plus les moyens d’attendre

à écrit le 23/11/2018 à 10:56
Signaler
Le "sommet" nous promet encore de mieux écouter la "base". Comme il y a deux ans, ne comprenant pas justement que le "sommet" ne peut pas être écouté puisque dirigé, par définition même, contre la "base". Quand est-ce que ce cauchemar s'arrête sv...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.