Gilets jaunes : manifestations dans le calme lors du XXIe acte

 |   |  367  mots
Dans la capitale, les gilets jaunes ont cette fois-ci suivi deux parcours distincts, l'un allant du sud au nord et l'autre allant d'est en ouest - de la place de la République à la Défense - en contournant les Champs-Elysées, interdits aux manifestants depuis l'éruption de violence du 16 mars.
Dans la capitale, les "gilets jaunes" ont cette fois-ci suivi deux parcours distincts, l'un allant du sud au nord et l'autre allant d'est en ouest - de la place de la République à la Défense - en contournant les Champs-Elysées, interdits aux manifestants depuis l'éruption de violence du 16 mars. (Crédits : Benoit Tessier)
A 14h, le ministère de l'Intérieur a recensé 6.300 participants, dont 3.100 à Paris. Le nombre d'interpellations a été largement inférieur à ceux relevés lors des samedis de chaos du mois de décembre.

Plusieurs milliers de "Gilets jaunes" ont participé dans le calme en France au 21e samedi consécutif de mobilisation, juste avant la restitution du "grand débat" conçu par le gouvernement comme une parade à ce mouvement inédit. A 14h, le ministère de l'Intérieur a recensé 6.300 participants, dont 3.100 à Paris. Ces chiffres sont en légère hausse par rapport à la semaine dernière, lorsque 5.600 personnes avaient été comptabilisées au plan national en début d'après-midi, mais les cortèges parisiens s'étaient alors élancés plus tard dans la journée.

A Bordeaux, qui fut certaines semaines un foyer de la contestation, 2.500 à 3.000 personnes ont manifesté, contre environ 5.000 la semaine dernière, selon les estimations de Reuters.

21 personnes interpellées par les forces de l'ordre

Dans la capitale, les "gilets jaunes" ont cette fois-ci suivi deux parcours distincts, l'un allant du sud au nord et l'autre allant d'est en ouest - de la place de la République à la Défense - en contournant les Champs-Elysées, interdits aux manifestants depuis l'éruption de violence du 16 mars. A quelques brefs moments de tensions près, ces manifestations se sont déroulées dans le calme, comme en atteste le nombre d'interpellations, largement inférieur à ceux relevés lors des samedis de chaos du mois de décembre. A 13h00, les forces de l'ordre avaient en effet interpellé 21 personnes et effectué 6.075 contrôles préventifs, selon la préfecture de police de Paris.

Cette tendance est conforme aux prévisions des services de renseignements, qui n'avaient repéré en amont aucun appel à la mobilisation de mouvements "black blocs".

De premières conclusions du débat national lundi

Ce 21e épisode est le dernier avant la restitution du "grand débat national", qui s'est traduit, de la mi-janvier à la mi-mars, par près de deux millions de contributions recueillies sur Internet, 10.000 réunions locales et 16.000 cahiers de doléances, selon les organisateurs. Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit présenter lundi son bilan du débat puis l'exécutif dévoilera à une date inconnue les mesures qu'il compte en tirer afin d'apaiser le malaise social dont les "Gilets jaunes" se sont fait les interprètes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2019 à 22:18 :
il ne faut rien lachez :la verite c est que les gilets jaunes sont encore pres de 1 7 0 0 0 0 manisfestants chaque samedi en France: les medias vous mentent???
Réponse de le 08/04/2019 à 10:30 :
Et toi tu connais la vérité, la tienne !!
a écrit le 07/04/2019 à 13:11 :
Les Gilets Jaunes sont un mouvement d'extrême-gauche, constitués de ratés, de jaloux et de violents.

Vivement que ces ratés aillent tous un par un en prison. Et soient condamnés un par un à rembourser leurs dégâts.
Réponse de le 07/04/2019 à 14:38 :
Les politiciens supprimant l'ISF sont un mouvement d'une petite caste d'aristocrate de la bourgeoisie hautaine qui ne pensent qu'a se goinfrer sur le dos des petits travailleurs constitués de grands escrocs, de jaloux et d'une violence sociale qui continue de jour en jour a détruire les pauvres et la classe moyenne.
Vivement que ces politiciens escrocs et profondément incompétent aillent tous un par un en prison et soient condamnés a rembourser leurs dégâts commis depuis plus de 30 ans.
Réponse de le 08/04/2019 à 14:17 :
@ Buenosairox Si l'ISF avait une quelconque utilité pour qui que ce soit, pensez-vous que nous serions les seuls à le pratiquer ? La vérité est que c'est un poison économique qui ne rapporte pas grand chose, si ce n'est de servir de trophée ou de revanche sociale pour calmer les jalousies et les frustrations. Près de 40 ans d'ISF n'ont même pas rapporté en cumulé une seule année de déficit budgétaire, et son rendement a probablement au global été négatif si on enlève de ce produit le coût de sa collecte et de son contrôle, l'effet négatif qu'il a eu sur l'investissement donc sur l'emploi, la faiblesse de l'actionnariat français qui fait que globalement, chaque fois qu'une entreprise est à céder, elle passe sous contrôle étranger.
Réponse de le 11/04/2019 à 11:03 :
LFI essaye de récupérer le mouvement mais ce mouvement est essentiellement celui des "petits blancs" de la France périphérique délaissée et méprisée par notre oligarchie de SciencesPipoteurs
a écrit le 07/04/2019 à 12:57 :
Le seul responsable c'est ce gouvernement, incapable d'aider son peuple, incapable d'éradiquer la pauvreté dans la 6ème puissance économique mondiale, incapable de remettre des services publics de qualité a moins de 25 minutes de son domicile. Et en même temps on supprime l'ISF sans obligation de réinvestir l'argent dans l'année. Ce gouvernement préfère taxer le petit travailleur avec sa petite voiture.
CICE pour des grandes entreprises qui en plus suppriment des emplois, fiscalité très injuste entre les TPE et les entreprises du CAC 40, baisse des APL de 5 euros pour les plus pauvres et augmentation du loyer pour beaucoup, hausse du prix des courses au supermarché, hausse au 1er juin de l'électricité.
Délocalisations des emplois en Roumanie, Pologne, Hongrie.
Minimas sociaux a partir de 25 ans alors que la plupart des pays mettent les minimas sociaux a partir de 18 ou 21 ans selon les pays.
Hausse des contrats précaires et de nombreuses familles Françaises vivant a 3 avec 1200 euros ou a 5 avec 2500 euros.
Et cerise sur le gâteau, bientôt la privatisation de la FDJ et ADP pour des postes entre copains.
Le gouvernement ferait mieux de nationaliser tout les logements sociaux afin que les APL reviennent seulement a l'État et non a des groupes privés afin de baisser les loyers.
Ce n'est pas normal de rembourser les intérêts de la dette, qui a décidé de cela sans consultation du peuple, qui décide de ses règles seul ?
Ce n'est pas a l'État d'être soumis a la Finance mais bien a la Finance d'être soumis a l'État.
Les Gilets Jaunes ont de beaux jours devant eux et ils ont raison. Force a eux.
Réponse de le 08/04/2019 à 14:20 :
L'une des rares fois où Jospin a été sincère en disant "l'état ne peut pas tout" , ça lui a coûté la présidence. Et pour citer Kennedy : "ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. "
a écrit le 07/04/2019 à 12:10 :
Contrairement à ce que prétendent les médias de l’oligarchie, la mobilisation ne faiblit pas : le Nombre Jaune donne 103 000 manifestants. Rappelons qu’après vingt semaines de mobilisation, le mouvement des Gilets jaunes est désormais le plus long mouvement social français depuis 1936. Les citoyens de la colère jaune discutent, s’organisent, pensent et font chaque jour davantage le lien entre leur situation sociale désastreuse et les traités de l’Union européenne.
Un couple été verbalisé pour avoir porté un pull-over « Oui au RIC »
Des policiers les ont accusés de manifester dans une zone interdite aux rassemblements. Eux affirment qu’ils allaient simplement prendre le métro !
Les éléments de la Libération des GOPE qui saignent le pays sous la coupe de l' oligarchie sont plus que jamais, UPR, RIC, FREXIT triple sortie...
Réponse de le 07/04/2019 à 12:31 :
UPR et ultra gauche, même combat.
a écrit le 07/04/2019 à 10:31 :
Le gouvernement aurait du frapper très très fort des le second rassemblement. Ça aurait remis à leur place ces bolchos et anarchos qui, quoi que vous proposiez, ne seront jamais d'accord. C'est un principe d'anarchie. Il faut maintenant reconstruire notre république sans tenir compte de ces auto-invités du samedi.
a écrit le 07/04/2019 à 9:46 :
Il suffit de se promener sur les Champs Elysées de l'Arc de Triomphe au Rond Point, et de constater que toutes, très systématiquement, les vitrines des commerces sont brisées, sans exception, boutiques de luxe et boulanger, kiosques à journaux etc.. Les GJ est un mouvement fasciste qui veut imposer par la force ses maigres idées basées sur la fin de la propriété privée, le tout gratuit, la redistribution à tout va, qui doit être brisé!
a écrit le 07/04/2019 à 7:55 :
Dans le calme? Voire! Grâce à une extraordinaires mobilisation des forces de l'ordre dont le coût pour les contribuables n'est pas encore évalué. Et puis autre raison: à force de fessées, les sauvageons du samedi commencent par entendre raison.
a écrit le 07/04/2019 à 7:12 :
Les vacances scolaires de Pâques ont certainement une action sur le thermomètre de l'activité Gilets Jaunes. En cette période de "retour au calme", posons nous les questions: que sera la France après le quinquennat MACRON? Que deviendra MACRON après son quinquennat (qui devrait être écourté)? Le marais politique n'a pas brillé en cette période et notre Roi-publique aspire toujours au changement, sans trouver l'homme (ou les hommes) providentiel. L'image de la France me parait bien ternie, à la fois en tant que Démocratie (apaisée) et en tant que Puissance économique. Alors!?...
Réponse de le 07/04/2019 à 9:34 :
@henry
Alors?
Et bien prenez une aspirine ça ira mieux.
a écrit le 06/04/2019 à 21:22 :
3 policiers par manifestant.... heureusement qu'ils s'en sortent.

Et cette fois pas de grand mère évacuée sur un brancard baignant dans son sang.

On les félicite ?
Réponse de le 07/04/2019 à 13:09 :
Heureusement qu'il y a plus de policiers que de manifestants... puisque pratiquement il leur est interdit d'utiliser leur arme de service, les armes non létales comme le LBD, les grenades de désencerclement, on parle de "gazage" quand ils utilisent les lacrymos, désagréables mais sans le moindre danger, ils ne peuvent même plus charger de peur qu'une mémé risque de se faire mal en tombant. Bref, ils doivent agir pieds et poings liés.
a écrit le 06/04/2019 à 19:34 :
Ce samedi pas de casse. Samedi prochain il faudra encore suivre pour voir s'il y a des destructions ou non? Parce qu'au final, il n'y a plus que ça qui intéresse les gens, le reste pour leurs revendications, ce sont les mêmes que celles de l'extrême gauche. Rien de bien nouveau: Les vilaines multinationales et les riches qui fraudent le fisc, les minima sociaux qui ne sont pas assez élevés parceque justement les précédents cités ne paient pas suffisamment d'impôts ...
Réponse de le 06/04/2019 à 21:33 :
revendications d'une totale inanité quand on fait la moindre comparaison internationale. La France est extrêmement égalitaire (au delà d'ailleurs de ce que permet l'efficience économique), la redistribution y est probablement excessive, de même que la fiscalité ce qui pousse à l'optimisation, l'évasion voire la fraude. Si on veut que le pays aille mieux il faut sans doute entendre les revendications des GJ et faire exactement l'inverse.
a écrit le 06/04/2019 à 19:19 :
Comme par hasard, l'agitation sociale augmente à chaque fois qu'on veut réformer le pays.
Et qui y a gagné à chaque fois avec les reculades des gouvernements ? les conservateurs et les riches.
Pauvres gilets jaunes : gros dindons de la farce ?
a écrit le 06/04/2019 à 18:57 :
faudra m'expliquer comment on contrôle 10000 manifestants et la police recense 3100 gilets jaunes à paris on nous prend pour des imbéciles
Réponse de le 06/04/2019 à 19:21 :
Faut relire le texte papy avant de t'énerver. Mauvais pour ton coeur !
Car tu as mal lu....
Réponse de le 08/04/2019 à 10:35 :
Merci à la réponse de papi en colère j'en ai marre de ces retraités qui se font à bon compte un "revival" de mai 68...navrant
a écrit le 06/04/2019 à 18:57 :
La kermesse gauchiste parviendrait-elle enfin à son terme ? Parce que cela fait 4 mois qu'on ne peut plus sortir avec les enfants dans Paris et ailleurs le samedi et ce serait bien de nous rendre notre liberté d'aller et venir au lieu d'accorder une importance démesurée à ces sans-culottes qui ont la violence au coeur...
a écrit le 06/04/2019 à 18:51 :
Les chaînes d'information sont restés bloquées sur le sujet toute la journée pour suivre quelques centaines de manifestants à Paris et quelques milliers entre Paris et la Défense, sachant que dans la semaine le sujet monopolise près des trois quart de leur l'antenne. Elizabeth Quin que l'on ne peut pas suspecter d'être pro Macron a très justement déclaré: "On pourrait gloser des heures sur le rôle de BFMTV dans la crise des ‘Gilets jaunes’ qui prétend apporter une analyse et qui, en même temps, est un acteur. BFMTV a besoin des ‘Gilets jaunes’ pour renforcer son audience (...) BFMTV est devenu un acteur pour des raisons économiques"
Réponse de le 06/04/2019 à 21:26 :
D'un autre coté, il ne se passe pas grand chose.
Pour les chaînes d'info en continue, c'était soit commenter la fin du grand débat qui commencera à débuter de se terminer demain, soit discuter des GJs.
a écrit le 06/04/2019 à 18:29 :
RIC, FREXIT et UPR, voilà comment sortir définitivement la crise des Yellow Jackets et des anti démocratiques GOPE de Bruxelles ou feuille de route à Macron ...
Réponse de le 06/04/2019 à 21:51 :
Soigner le mal par le mal... on peut rêver. Quand on voit les ravages politiques (en attendant le désastre économique, ce sera pour après) que provoque le brexit chez nos amis britanniques (trois ans après le référendum ils ne sont toujours pas capables de s'accorder sur ce qu'ils veulent... faut dire que les promesses de lendemains qui chantent et de plantureux financements pour le NHS ont fait pschitt), c'est sûr que le mantra de la secte UPR ça provoque l'envie. Quant au RIC, s'il n'est pas assorti de garanties suffisantes pour éviter qu'une minorité d'agités du bocal puissent imposer leur loi à la majorité silencieuse (processus de certifications des signatures pour demander un RIC, minimum de signatures certifiées de l'ordre du million pour déclencher un RIC, résultat non contraignant si la participation au référendum n'atteint pas un certain seuil, 50 ou 60%) il est démocratiquement inacceptable. Et s'il vient à être instauré j'utiliserai mon pouvoir d'électeur pour le rendre inopérant :
-en refusant systématiquement de signer en faveur d'un RIC quelle que soit la question
-en m'abstenant systématiquement si la participation ne s'annonce pas massive pour que son résultat soit non contraignant
-en votant systématiquement contre l'évolution proposée si la participation s'annonce forte.
Je pense d'ailleurs de le référendum devrait être interdit par la constitution. C'est un outil de dictature, pas de démocratie.
Réponse de le 07/04/2019 à 12:05 :
Dans une interview à la BBC, Emmanuel Macron admet que la France aurait pu voter en faveur d'une sortie de l'Union européenne, comme la Grande-Bretagne avec le Brexit.
Pour Macron, la France aurait "probablement" voté pour une sortie de l'UE en cas de vote sur le "Frexit"

Source BFMTV, 22/01/2018 à 11h11.

Macron-le-Démocrate va forcément oeuvrer à donner du temps d ' antenne à François Asselineau pour rendre -enfin- leur démocratie aux français.

En même temps Macron le mal élu aux GOPE est tellement occupé avec son large épisode des Gilets Jaunes qu' il ne sait pas résoudre dans l' UE ...
Réponse de le 08/04/2019 à 14:28 :
@Demos Kratos : La "fenêtre d'opportunité" pour ceux qui s'accrochent à la perspective d'un Frexit comme des ivrognes à leur lampadaire va maintenant se refermer. Si le Brexit est mou (notamment avec maintien de l'union douanière moyennant une contribution qui, si l'on s'en réfère à celle payée par la Norvège, ne pourra guère être inférieure à la contribution nette actuelle au budget de l'UE) la seule différence est que le Royaume-uni perdra toute capacité à influer sur les règles d'échange et normes auxquelles il sera soumis. Et si le Brexit est dur, le naufrage économique qui en résultera supprimera toute envie française de suivre. Il est temps de tirer la chasse sur la secte UPR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :