Grand débat national : que se sont dit Macron et les élus de France urbaine ?

 |   |  541  mots
Avec ses collègues Nathalie Appéré (Rennes), Gérard Collomb (Lyon), Christian Estrosi (Nice), Jean-Louis Fousseret (Besançon), François Rebsamen (Dijon), Yvon Robert (Rouen), Johanna Rolland, (Nantes), André Rossinot, (Nancy), Catherine Vautrin (Reims), le maire de Toulouse et président de France Urbaine Jean-Luc Moudenc a été reçu à l’Élysée ce 9 avril 2019. Au côté de ses ministres Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu, le chef de l'Etat se serait montré réceptif à leurs propositions.
Avec ses collègues Nathalie Appéré (Rennes), Gérard Collomb (Lyon), Christian Estrosi (Nice), Jean-Louis Fousseret (Besançon), François Rebsamen (Dijon), Yvon Robert (Rouen), Johanna Rolland, (Nantes), André Rossinot, (Nancy), Catherine Vautrin (Reims), le maire de Toulouse et président de France Urbaine Jean-Luc Moudenc a été reçu à l’Élysée ce 9 avril 2019. Au côté de ses ministres Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu, le chef de l'Etat se serait montré "réceptif" à leurs propositions. (Crédits : DR)
Pour la première fois de son quinquennat, le président de la République Emmanuel Macron a reçu, ce mardi 9 avril, à l’Élysée les élus de l'association France urbaine, qui représente les grandes villes et les métropoles. Selon son président Jean-Luc Moudenc, maire (LR) de Toulouse, le chef de l’État a jugé "très sain" le principe de faire coïncider la nature des compétences exercées et la nature des impôts perçus.

Onze élus pour un président de la République à quelques jours de la conclusion du grand débat national. Ce mardi 9 avril 2019, Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée pendant près d'une heure et demi l'association France urbaine, sorte d'équipe de France des grandes villes et des métropoles. "Nous l'avons senti très à l'écoute", témoigne auprès de La Tribune son président, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc. Pour autant, le chef de l'État ne s'est pas prononcé sur le calendrier de ses arbitrages. "Il ne nous a pas précisé sa date de prise de parole ni donné de réponses précises. Ce n'est pas à nous qu'il allait confier ses intentions", estime Jean-Luc Moudenc également président de Toulouse métropole. "Nous étions là pour le sensibiliser. Nous verrons bien ce que ça donnera concrètement."

Hier, lors de la restitution au Grand Palais, le Premier ministre a déjà eu un mot pour les grandes agglomérations et les collectivités environnantes. "La réponse à ce profond malaise consiste probablement à rétablir l'équilibre entre les métropoles et les communes qui se trouvent à l'extérieur des logiques métropolitaines", a déclaré Édouard Philippe. Notre pays dispose aujourd'hui de puissantes métropoles qui rayonnent en Europe, qui réussissent dans la mondialisation. On doit faire le même travail de rééquilibrage entre ses métropoles et les communes petites ou moyennes qui ont encaissé le choc, le contre choc d'une certaine façon de ce développement rapide et qui n'en profitent pas assez."

Inquiétude sur le "métropole-bashing'

Aujourd'hui, entre midi et 13h30, le président Macron se serait lui aussi montré "réceptif" à leur contribution, relève Jean-Luc Moudenc. "Lorsque j'ai confié mon inquiétude sur le "métropole-bashing" qui s'est accentué avec la crise des "Gilets jaunes", il y a eu une convergence de vues sur beaucoup de sujets : logement, contractualisation, réforme fiscale, sécurité, santé, transition énergétique..." En remplacement de la taxe d'habitation, France urbaine espère en effet récupérer la part départementale de la taxe du foncier bâti. Objectif : la redistribuer tant à la commune qu'à l'intercommunalité. L'association des élus des grandes villes et des métropoles demande aussi que la part départementale de la cotisation sur la valeur ajoutée revienne à l'intercommunalité et la région. Les départements ne possédant plus de compétences économiques depuis l'adoption de la loi NOTRe il y a trois ans...

Face à cette double revendication, le chef de l'État aurait jugé "très sain" de faire coïncider la nature des compétences exercées avec la nature des impôts perçus. "Il a trouvé cela très logique et très intéressant", assure le président Moudenc. Le rendez-vous est désormais pris pour la fin du premier semestre 2019 pour la présentation du projet de loi sur la fiscalité locale, initialement annoncé par le gouvernement au printemps 2019... "L'impact territorial comptera", veut croire le maire de Toulouse. "Ses rencontres avec la France hors Paris ont marqué Emmanuel Macron. Cela lui a apporté une formation accélérée sur les questions des élus locaux."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2019 à 18:46 :
Grand débat national : que se sont dit Macron et les élus de France urbaine ? Arrêtez de nous posez des questions, on attend des réponses... de la part des médias "officieux"!
a écrit le 10/04/2019 à 13:30 :
Avant de parler les élus des villes devraient résoudre les problèmes de l'immigration qui n'est pas le notre trop facile d'agresser les gens de la campagne avec des amendes et taxes de stationnement stratosphériques contrôles de police a répétition, mais comme au Mans interdire la fête foraine à cause de la voyoucratie mancelle au lieu de faire la loi , la même que pour les "pesants" en rogne.
Réponse de le 10/04/2019 à 21:07 :
Le problèmes d' immigration sont de la seule compétence de l' UE.
a écrit le 10/04/2019 à 8:22 :
"le chef de l’État a jugé "très sain" le principe de faire coïncider la nature des compétences exercées et la nature des impôts perçus"

Bon bref il ne s'est une nouvelle fois rien passé...
a écrit le 10/04/2019 à 7:54 :
"Grand débat national : que se sont dit Macron et les élus de France urbaine ?" toi ça va, oui moi ça va, c'est bien alors tout le monde ça va...
a écrit le 09/04/2019 à 17:43 :
Bjr, j'ouvre le débat mais pas de critiques j'en aurai trop à déballer seulement :
"onze millions d'euros" pour un débat j'en suis malade malade.....
Ils n'ont encore rien compris ces dépensiers.
Réponse de le 10/04/2019 à 11:50 :
Non seulement douze millions ont ete depenses pour cette galejade, mais au final cela accouchera d'une souris, a vos frais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :