Grève contre la réforme des retraites : un "succès" pour les syndicats salue la presse

 |   |  431  mots
(Crédits : Reuters)
Le premier jour de mobilisation contre la réforme des retraites a été un "succès" pour les syndicats mais n'a pas atteint la force d'un "tsunami" capable de faire reculer d'ores et déjà le gouvernement, estime la presse ce vendredi.

Les manifestations ont drainé 806.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur. La CGT en a décompté 2,5 millions, dont 250.000 à Paris. "Le coup de semonce attendu a porté. Le premier jour de mobilisation contre la réforme des retraites a été comme prévu un beau succès", écrit sans détour Bertrand Meinnel dans Le Courrier Picard. "Inutile d'ergoter sur le grand écart des chiffrages : la mobilisation nationale contre le projet de réforme des retraites a été massive et sans incidents majeurs hormis les débordements parisiens des Black Blocs", confirme Dominique Garraud dans La Charente Libre.

Même tonalité dans les colonnes du Midi Libre. "Les syndicats ont réussi leur coup", affirme Jean-Michel Servant. "Même si ce jeudi noir n'a pas été le 'tsunami' annoncé, la grève du 5 décembre 2019 restera dans les annales des contestations sociales", ajoute-t-il Les opposants à la réforme "ont réussi leur démonstration de force tranquille et fait entendre des arguments qui appellent un nouvel examen", abonde Denis Daumin dans La Nouvelle République. Mais "le gouvernement, disposé à les écouter sans délai, n'a plus le couteau sous la gorge", nuance-t-il.

"En marche" pour Libération

"Nous sommes encore loin" de 1995 quand le Premier ministre Alain Juppé avait plié après trois semaines de grèves qui avaient fait descendre deux millions de personnes dans les rues, rappelle Philippe Marcacci dans l'Est Républicain"Succès?" se demande de son côté Nicolas Beytout dans L'Opinion. "Certes, il y avait du monde dans les rues. Mais, avec 700.000 manifestants rassemblés en province et à Paris, les cortèges étaient loin de battre les records des grandes mobilisations historiques", selon lui.

Ce n'est pas le point de vue de Libération dont le titre de une est : "En marche". Son éditorialiste Laurent Joffrin affirme que "ça part fort" et parie que "dans les replis des consciences ministérielles, le spectre de 1995 prend de la consistance".

La mobilisation a été "forte" admet aussi Le Figaro qui redoute "une facture plus salée que jamais". Notant en "une" que l'exécutif "est prêt à des concessions", il refuse de "prédire la durée du bras de fer engagé entre le gouvernement et les opposants à la réforme des retraites".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2019 à 17:17 :
....pour les syndicats ?! .....pas QUE !
Et le préfet Herr Lallemand qui avait dit "vous allez voir ce que vous allez voir " ? ....il a une extinction de voix ???
a écrit le 06/12/2019 à 12:36 :
Il n'y a aucun lien entre la photo et la réalité. Pourquoi choisir une photo aussi manipulatrice?
a écrit le 06/12/2019 à 11:20 :
Hier c'était la version soft de la grève générale, maintenant le plus dur est à venir avec les violences inévitables que cela véhicule. Le thème des retraites ne vaut pas ça quand entend des jeunes calculer leur retraite pour dans 30 ans, c'est bien malheureux où il faut en rire, dans 30 ans il y aura eu x réformes des retraites, tant que l'équilibre ou une acceptation du déséquilibre n'est pas trouvé.
Jeunesse, vous avez bien d'autre choses à apporter.
Réponse de le 06/12/2019 à 17:26 :
Regarde la pub sur la génération sénoriale qui préparait sa retraite en 68 pour finir en résidence aujourd'hui.
Réponse de le 07/12/2019 à 11:57 :
Vous avez raison. Les jeunes devraient plutôt mettre toute cette combativité et énergie dans leurs études et la préparation de leurs carrières, car c'est le salaire qui conditionne la retraite. Plus le salaire est élevé, plus la retraite est élevée. Autre paradoxe, si les comptes ne sont pas équilibrés, cela engendre des dettes et qui croyez vous qui les paieront. C'est bien la future génération.
a écrit le 06/12/2019 à 11:18 :
pourquoi continuer à subventionner ces syndicats qui ne travaillent que pour les privileges de la fonction publique ,,,,??? EX SNCF 150 000 AGENTS 10 000 permanents syndicaux Meme chose dans les hôpitaux, autre ex à la RATP ou ,l'on vient de voter une augmentation de salaire d12,5 % POUR la PDG ,,,,
a écrit le 06/12/2019 à 10:55 :
encore une fois les syndicats, avec la complicité de la presse, s'attribuent la puissance
d'une insurrection populaire soutenue par 60% (surement plus) alors qu'ils representent
quasi rien
a écrit le 06/12/2019 à 10:37 :
pourquoi reformer les retraites?
il suffit de confisquer l'argent des syndicats ( chateaux et immobilier compris) , l'argent des CE d'edf, de total, de la sncf, de la ratp, de l'education nationale, de la secu, etcetc.......
si on rajoute les 30 milliards de la formation, le financement des regimes speciaux est assures sans que ca ne coute rien a personne avec ' l'argent de personne'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :