Mobilisation massive contre la réforme des retraites, des annonces attendues la semaine prochaine

 |   |  1169  mots
Édouard Philippe devrait annoncer, « en milieu de semaine prochaine », « l'architecture générale » du projet.
Édouard Philippe devrait annoncer, « en milieu de semaine prochaine », « l'architecture générale » du projet. (Crédits : Reuters)
Entre 806.000 et 1,5 million de personnes ont manifesté, jeudi, dans toute la France contre la réforme des retraites. Le Premier ministre Edouard Philippe, qui prendra la parole la semaine prochaine pour dévoiler "l'architecture générale" du projet, a salué la bonne organisation des manifestations, malgré quelques incidents à Paris notamment. Les conditions de transport devraient demeurer fortement perturbées ce vendredi et la grève sera reconduite lundi à la RATP.

[Article publié à 18h47 et mis à jour à 19h43]

Le Premier ministre Édouard Philippe a salué, jeudi après-midi, la bonne organisation des manifestions et rendu "hommage aux organisations syndicales", au premier jour d'une grève reconductible très suivie contre la réforme des retraites. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont défilé dans toute la France, dont 65.000 à Paris. Selon la CGT, elles étaient jusqu'à 1,5 million au niveau national(*), et 250.000 dans la capitale.

"Dans l'ensemble, les grèves et les manifestations se passent conformément à ce qui était prévu, je voudrais dire qu'il y a eu beaucoup de manifestations organisées en France, et que dans un très grand nombre de villes, elles se sont bien passées car elles ont été bien organisées", a souligné le chef du gouvernement à l'issue d'un déplacement au ministère des Transports, à Paris.

Lire aussi : Retraites : 6 Français sur 10 approuvent la grève

"C'est une très forte mobilisation dans le public comme dans le privé", s'est réjoui de son côté Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, dans le carré de tête parisien. "Je veux rendre hommage aux organisations syndicales qui les ont encadrées", a déclaré Edouard Philippe, tout en mentionnant "quelques villes où on a constaté des débordements souvent liés à la présence de casseurs qui ne venaient pas pour manifester", dont Paris.

Des incidents ont en effet éclaté dans la capitale vers 16h. Une remorque de chantier a été retournée et incendiée et plusieurs vitrines brisées non loin de la place de la République, tandis que les forces de l'ordre essuyaient des jets de projectile et répliquaient par des tirs de lacrymogène. À 17h, la police recensait 87 interpellations et le parquet 57 personnes en garde à vue en marge de la manifestation. Une partie des manifestants a dû quitter le cortège très tôt, certains tentant de le rattraper par la suite et exprimant leur frustration vis-à-vis de la police ou des "black blocks".

Trafic fortement perturbé ce vendredi

Concernant la situation des transports, le Premier ministre a indiqué que, d'après les prévisions, "l'impact [de la grève] sur le trafic sera probablement comparable" vendredi. 90% des TGV seront en effet annulés, ainsi que 70% des liaisons TER. Du côté du métro, 10 lignes sur 16 seront également fermées. Comme jeudi, il n'y aura aucun métro sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13, a indiqué la RATP dans un communiqué, tandis qu'un RER A sur deux et un RER B sur trois circuleront aux heures de pointe uniquement.

Lire aussi : Les "cars Macron", grands gagnants de la grève des transports !

La compagnie aérienne Air France a par ailleurs annoncé l'annulation de 30% de ses vols intérieurs et de près de 10% de ses vols moyen-courrier vendredi.

Annonces attendues la semaine prochaine

Selon l'Elysée, Édouard Philippe devrait annoncer, "en milieu de semaine prochaine", "l'architecture générale" du projet. Avant cette prise de parole, le Haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye "achèvera les consultations avec les partenaires sociaux en début de semaine et s'exprimera pour effectuer une synthèse de ces discussions".

Pas d'économies immédiates

Emmanuel Macron en a fait un principe: le futur "système universel" censé remplacer les 42 régimes existants devra être "équilibré financièrement" dès le départ. Pour remettre les compteurs à zéro, il faudrait combler un déficit de 8 à 17 milliards à l'horizon 2025, selon les projections du Conseil d'orientation des retraites. Mais selon certaines sources, le président de la République souhaite désormais dissocier les deux sujets : la réforme systémique et la réforme paramétrique, pour éviter toute confusion. Bercy, qui plaidait pour une mesure d'âge, aurait perdu cet arbitrage. L'équilibre des retraites pourrait attendre, afin de préserver le principe du régime universel par point.

Lire aussi : « Le projet de Macron est de casser la retraite par répartition » François Hommeril (CFE-CGC)

Et les options sont limitées: l'exécutif ne veut ni augmenter les cotisations, ni baisser les pensions, ni relever l'âge légal de départ. Reste donc l'option d'un allongement de la durée de cotisation, dont la CFDT ne veut pas entendre parler. "C'est niet", balaie son secrétaire général Laurent Berger, qui prévient que le premier syndicat français "se mobilisera" si cette piste était finalement retenue. Le sujet irrite aussi la CFTC, pour qui "s'il n'y pas de mesure paramétrique, ce serait déjà pas mal", selon sa vice-présidente Pascale Coton.

Une "clause du grand frère"

Le chef de l'État avait promis avant son élection que sa réforme ne concernerait pas "ceux qui sont à moins de 5 ans de la retraite". À l'opposé, les cheminots de l'Unsa et de la CFDT demandent qu'elle ne s'applique qu'aux nouveaux entrants à la SNCF. Une "clause du grand-père" jugée "impossible" par M. Delevoye car, "si on la fait pour une profession, il faut la faire pour tout le monde"."La généraliser serait un renoncement", acquiesce Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT.

"Entre ces deux extrêmes, on doit pouvoir trouver le bon curseur", veut croire le Premier ministre. En guise de compromis, le numéro un de l'Unsa, Laurent Escure, propose une "clause du grand frère" qui "protégerait tous les régimes" pour les 10 à 15 prochaines années. On évoque ainsi le report de l'application de la réforme, initialement prévue pour la génération 1963 en 2025, à la génération née en 1973 voire 1975.

Lire aussi : Retraites : Edouard Philippe n'exclut pas de décaler la première génération concernée

Des "garanties" ciblées

Le président de la République admet que "certaines professions" pourraient être "lésées" par sa réforme, notamment les personnels hospitaliers et les enseignants.

Face à l'ampleur de la mobilisation dans l'Éducation nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer assure que "les pensions ne baisseront pas". Mais l'Unsa exige "des garanties de revalorisation pour les profs". Des gages que le Premier ministre s'est "engagé à inscrire dans la loi", sans toutefois évoquer la question salariale.

À la SNCF et à la RATP aussi, les personnels attendent "des compensations pour ne pas y perdre", même si "le sujet est plutôt celui de l'âge de départ", observe Frédéric Sève, de la CFDT, qui juge que le gouvernement "a intérêt à lâcher du lest" sur ce point.

Il l'a déjà fait pour les policiers et les contrôleurs aériens, assurés de conserver leur droit à un départ anticipé à 57, voire 52 ans. Un statu quo envié par d'autres, comme les chauffeurs routiers. "Chacun a ses propres revendications", souligne Michel Beaugas, secrétaire confédéral de Force ouvrière.

(*)La CGT parle de "plus de 250 manifestations" dans toute la France.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2019 à 10:10 :
La vérité (de la pseudo réforme des retraites) est ailleurs = à Bruxelles, conformément au Traité Constitutionnel Européen (devenu TUE et TFUE en 2009) pourtant refusé par les Français (référendum en 2005) !
Il s'agit bien de démolir (pardon : livrer à la concurrence privée) TOUS les Services Publics et réduire les dépenses publiques au strict minimum de fonctionnement.
a écrit le 06/12/2019 à 10:33 :
Il y a 2 France le privé et le public . Depuis toujours le public est largement avantage et défendu par les syndicats . C'est cela la solidarité à la française .
La seconde vérité c'est que notre régime social avantageux est mine par le naufrage progressif du pays . L'avenir est sombre.
Réponse de le 08/12/2019 à 13:27 :
Il y a des dizaines de France.
Il y a les jeunes et les vieux, les urbains et les ruraux, les riches et les pauvres, les hommes et les femmes, les chômeurs et les autres, ceux qui ont un syndicat ou pas....

Et chacun(e), qu'il soit dans une catégorie ou une autre vivra une réalité sociale différente et ça c'est un problème quand ca perdure. Parce que ce n'est pas une fatalité.

Dans les pays du Nord de l'Europe, à fonction équivalente, vous avez le même salaire que vous soyez un homme ou une femme, un même risque de chômage, où que vous soyez vous avez une accessibilité équivalente aux services publics.
Réponse de le 08/12/2019 à 17:28 :
Je dois être maso, j'ai quitté le public pour travailler dans le privé. Pire encore j'ai décidé de passer de cadre du public à non cadre dans le privé ! Pourtant aujourd'hui je gagne aussi bien ma vie et est bien plus heureux car mon travail est reconnu et valorisé ! Quand à ma future retraite elle sera égale dans les deux cas a cotisation égale...
a écrit le 06/12/2019 à 10:31 :
Phillipe plutôt que de "rendre hommage (sic!) aux syndicats" aurait mieux fait de leur expliquer CLAIREMENT ce qu'était cette réforme. Mais l'idéologie libérale de Phillipe et du "Macronisme" en général ne pense qu'affaiblissement des syndicats, remise en cause de tous les acquis depuis la création du CNR, détruire le secteur public au profit (des actionnaires) du privé.
Ils avancent masqués, préparent leurs petites magouilles en douce en promettant un monde meilleur avec un large sourire...des fourbes et des menteurs, tellement, que désormais ça se voit clairement trop
a écrit le 06/12/2019 à 9:51 :
Diversion bien consternante que cette pseudo réforme des retraites, car en effet les vrais défis sont ailleurs. Mais nous avons un gouvernement (comme les précédents) incapables de s'attaquer de front aux désastres annoncés, dont les effets systémiques seront dévastateurs. L'épisode actuel initiée par ce gouvernement fantoche, mâtiné d'un président de pacotille, est une vision passéiste et rétrograde d'un monde au bord de l'effondrement économique, sociétal et environnemental. En bref, nous avons une oligarchie de petits bras, forte avec les faibles et faible avec les forts, et chaque citoyen devrait grandement s'en inquiéter.
Réponse de le 06/12/2019 à 11:20 :
Je serais tenté d'approuver...

J'ai été gréviste... et même mieux, représentant syndical local et national pour deux mandats successifs. Je sais donc pourquoi on lance une grève et pourquoi on participe à des manifestations et défilés. Ce que j'ai fait sans violence et sans vandalisme...

Mais j'ai toujours refusé l'amalgame entre le mouvement politique et le combat syndical. Et lorsque j'ai estimé que le syndicalisme glissait trop vers l'orientation politique, j'ai arrêté toute implication.
J'estime que les orientations politiques doivent être le champ d'action politique et que les partis n'ont d'existence que pour cela.
De même le respect du droit des travailleurs est l'apanage des syndicats qui ont leur défense pour vocation. Lorsque qu'un syndicat commence à se mêler de politique, il n'est plus syndicat, il devient partisan et parti...

Et lorsqu'un syndicat entretien des troupes de choc spécialisées dans les violence urbaines et le désordre républicain généralisé, il n'a plus rien de syndical. Il est alors groupuscule anarchiste ennemi de la République et du peuple comme le sont les groupes d'extrême gauche qui s'estiment en guerre contre tout et surtout la réelle démocratie.

Pour l'heure, ce que l'on veut faire passer pour des manifestations syndicales ressemblent beaucoup à un soulèvement populaire contre une élite composée d'un chef d'Etat et d'un gouvernement qui ne respecte plus du tout les principes fondamentaux de la Constitution, à savoir la gouvernance du peuple par le peuple et pour le peuple. Le mot soulèvement peut paraître disproportionné mais il porte la véritable signification du mécontentement généralisé. L'élite au pouvoir a beaucoup de chance que ce soulèvement soit pacifique.

Je vois dans cette élite une faction déterminée à imposer de haut sa vision d'une société ultra-libéraliste, ultra-capitaliste et mondialiste ; en somme un modèle très éloigné des attentes du peuple et qui ne réfléchit que par équation financière et boursière.
Je serais même tenté de dire que tous les maux que nous connaissons aujourd'hui, sur le plan économique, social, environnemental et climatique viennent de cette marche forcée vers ce choix trilogique que nous imposent les dirigeants notamment européens, UE en tête.
Avec ces derniers il n'est pas possible de penser autrement sans se faire taxer de frileux rétrograde et de nationaliste haineux replié sur soi. Le politiquement correct est devenu tellement intolérant que la scène politique n'offre plus aucune place au moindre détracteur. C'est aussi pour cela que les syndicats n'ont plus aucun pouvoir pour ne plus être ni écoutés ni considérés par le pouvoir en place.
Quand il n'y a plus de vrai dialogue et plus de réelle négociation, il reste le peuple et la rue.
N'en déplaise au sieur De Rugy, ceux qui se rassemblent dans la rue sont « le peuple de France ».
Réponse de le 07/12/2019 à 9:03 :
"une société ultra-libéraliste, ultra-capitaliste et mondialiste"? Parlez-vous de la France et de ses systèmes sociaux les plus généreux du Monde, de ses taux de prélèvements les plus élevés du Monde, et de son système politique qui veut tout contrôler, tout financer, et réduire l'initiative privée à néant? Vous l'aurez compris, je crois que le dialogue suppose que du côté de ceux qui défendent, -c'est leur droit-, les intérêts d'une catégorie de français, il y ait un minimum d'écoute et d 'honnêteté intellectuelle. Autrement dit, c'est un peu fort de constater que certains sont bouchés et qu'ils se plaignent d'un manque de dialogue! (mais j'approuve tout de même la première partie de votre texte).
a écrit le 06/12/2019 à 9:19 :
c'est quoi "massive"? Il y a plus de 5 millions de fonctionnaires et 65 millions de Français(es). Vous voulez dire que la salle de théâtre parisienne faisait le plein et que vous figuriez aux premières loges? Dans mon village: pas un seul gréviste! Mais hors Paris, est-ce encore la France?
Réponse de le 06/12/2019 à 16:09 :
Dans votre village il y en a de la bonne !

Pour info, les fonctionnaires sont français, c'est une des conditions d'accès au statut.

Et puis il y a eu plus de 250 manifs un peu partout en France et des grévistes aussi.
Donc Paris c'est toujours en Fance.
Réponse de le 06/12/2019 à 18:17 :
Je crois que vous n'avez pas un regard objectif. Il y a eu plus de manifestant en province qu'à Paris. 65000 à Paris pour 800 000 manifestants dans toute la France selon les chiffres de Castaner qui évidemment sont des minima peu réaliste. Paris c'est 20% de la population francaise ce qui nous ferait 160000 sur Paris ce qui est tres loin. Bon, je vous ai aidé à mieux compter. Votre village est constitué de quel type de travailleur et de retraité? vous n'etes pas inquiet? rentier? héritage? ou militant Larem? il doit en exister encore
a écrit le 06/12/2019 à 8:47 :
"Quand je veux que l'on arrête de parler de moi, je jette un chat mort sur la table et tout le monde parle du chat mort."

Bravo à celui qui a prononcé cette phrase on retrouve la même sincérité que dans la phrase de Le Lay et tout le monde fait semblant de ne pas écouter...
a écrit le 06/12/2019 à 8:18 :
Pourquoi attendre des grèves pour faire des annonces ? Le gouvernement ne sait pas ni où il va (manque complet de simulations chiffrées pour les diverses catégories au fil des années) , ni communiquer. Et il a fallu 18 mois pour en arriver à ce stade d'impréparation ! Au-delà de toutes ces incertitudes, il n'y a rien finalement de tangible, d'où la très forte inquiétude. Ce gouvernement composé de gens imbus d'eux-mêmes et de leur soi-disant intelligence supérieure ne comprend même pas le minimum
Réponse de le 06/12/2019 à 16:20 :
Parce que s'ils avaient dévoilé auparavant leurs plans concernant la retraite ils auraient déjà eu des manifs.

Et puis comme les réformes précédentes étaient passées ils s'imaginaient probablement qu'ils pourraient tout se permettre.

Un peu de concertation à sens unique, un chouia de rétention d'information par ici, des mensonges par là, et hop, on enfile un projet de loi en urgence au parlement grâce aux godillots et le tour est joué.

S'il y a des contestations par la suite, on crie à l'anti-démocratie et on envoie les CRS...

Ces types "trop intelligents" n'ont rien compris aux gilets jaunes et au fait que les bases maintenant se mobilisent sans, et même contre les syndicats et que la grogne est générale.

Je ne crois pas plus au Macron 2eme phase que je ne croyais Sarko qui nous expliquait, les tremolos dans la voie, qu'il avait changé.
a écrit le 06/12/2019 à 7:55 :
D'où on peut conclure que le re réchauffement climatique n'est pas une priorité française malgré le battage médiatique, mais les retraites et le pouvoir d'achat, oui da !
Réponse de le 06/12/2019 à 11:14 :
Et surtout n'oublie pas de faire la queue devant un Ap--estore afin d'avoir le dernier bijoux à la mode !!!
Tu te préoccupes du réchauffement, mais tu vas surfer sur la toile ?? as tu déjà vu un data center, et la pollution que ça génère ?
De toute façon a l'allure on on gaspille les ressources naturelles, il n'y a plus pour longtemps pour un retour (forcé) en arrière ! plus d'internet, plus de téléphone et autres bêtises connectés ..et se sera la révolte de la génération Z ou plus communément appelé génération smombie (mot valise de smartphone et zombie)
a écrit le 06/12/2019 à 7:45 :
Pourquoi donc une réforme ? Les Français viennent de signifier que leurs retraites étaient satisfaisantes et que les systèmes en place étaient excellents..
L'égalité règne, et a fraternité s'est exprimée dans les cortèges. Au fait, un gouvernement pourquoi faire ?
a écrit le 06/12/2019 à 7:29 :
Ne jamais céder, les règles doivent être les mêmes pour tous. Fini le régime des fonctionnaires, celui des policiers ou des régimes spéciaux. Sur 800000 manifestants la grande majorité sont des salariés de l'état donc la plupart peuvent être remplacés par le privé qui sera bien plus efficace à commencer par les hôpitaux qui doivent tous devenir des cliniques privées mais avec tarifs décidés par l'état. En tout cas j'éspère que les salariés du privé sont bien remontés contre la clique des profiteurs de leurs taxes et impôts qui ne veulent pas lâcher leurs privilèges. Après on s'étonne pourquoi les entreprises partent toutes, quand je discute avec mes collègues de boulot des autres pays, même en europe, leur image de la France est celle d'un vieux pays qui ne tient debout que grâce au vieil argent prélevé sur ses anciennes colonies et où il ne fait pas bon entreprendre et réussir...Un peu de vérité non ?
Réponse de le 06/12/2019 à 9:38 :
"la plupart peuvent être remplacés par le privé qui sera bien plus efficace à commencer par les hôpitaux qui doivent tous devenir des cliniques privées mais avec tarifs décidés par l'état" Votre discours est incohérent, vous prônez une libéralisation à outrance, mais contrôlé par l'état ? j'ai peur de ne pas comprendre.. enfin si presque, deux choses me sautent aux yeux , soit vous vivez dans le monde des bisounours, soit vous êtes bien naïf ! Vous pensez que les entreprises (les grosses) sont philanthropes, juste pour les beaux yeux de "Emmanuel_R" vous vous trompez, allez faire un tour aux States, pour voir la catastrophe sanitaire, des gens en activité doivent faire la queue (à dormir dans leur voiture) devant un gymnase où des médecins bénévoles (secteur privé et militaire) viennent soigner gratuitement, et juste pour se faire soigner une carie dentaire ! tout ça à cause de primes d'assurances trop élevés ! c'est ça votre vision de la futur France ?
A cette théorie du néoclassique !! A toujours vouloir tirer vers le bas, on aura de moins en moins de gens en activité ! je vous suggère de regarder "heu_reka" sur yout...e, sur le sujet du chômage!
Réponse de le 06/12/2019 à 9:47 :
et pourquoi donc peu de personnes du privé ? chasse aux syndicats, blocage des carrières, pauvreté des personnes due aux salaires de misère et à la précarité de l'emploi (et donc si vous faites grève vous vous faites virer aussi sec). En ce qui concerne les retraites et l'équilibre des comptes, vos impôts servent à financer les entreprises ( ex CICE 40 milliards par an), subventionner les plus riches (7 milliards ISF), fraude à la tva (15 milliards, ce qui ne rentre pas est perdu), fraude fiscale (80 milliards), et j'en oublie.
et vous trouvez que la seule solution c'est de continuer d'appauvrir la masse des travailleurs et d'enrichir la poignée de profiteurs qui ont subventionné macron pour son accession au pouvoir ???? aujourd'hui toutes les lois qui concernent l'économie ne sont que retour sur investissement pour les copains financiers, banquiers, multinationales.... et quelle meilleure politique que de jeter l’opprobre ou le doute sur quelques uns et dévier l'attention pour masquer la réalité ? d'ailleurs n'en êtes vous pas le meilleurs témoin ....
a écrit le 06/12/2019 à 6:10 :
Si je comprends bien au maximum,ils nous manquera 17 millards.Si le gouvernement prend l.engagemnt de régler la fraude à la TVA qui nous coûte 15 millards’ sans compter la fraude socialé,LE COMPTE EST BON
Réponse de le 06/12/2019 à 7:53 :
Ah bon ! Vous semblez ignorer que le budget est déficitaire de 100 Milliards tous les ans.
Réponse de le 06/12/2019 à 9:42 :
L'engagement de régler la fraude à la TVA est une chose, trouver les modalités pratiques pour le faire en est une autre. Bercy va jusqu'à confronter les factures d'achats des commerçants et le produit de leurs ventes (ex : si un cafetier achète "officiellement" 50 kilos de café par mois le fisc sait à quelques unités près combien de cafés il a servi -et on lui demande des comptes si ça diverge... sauf s'il va en acheter quelques kilos en liquide au supermarché du coin). Alors on fait comment ?
Réponse de le 06/12/2019 à 16:26 :
17 milliards, ou 9, selon l'artifice comptable qui est retenu, selon le COR.

Rappelons que les régimes de retraites distribuent chaque année plus de 300 milliards €.
17/300 = 5.6 %.

Un problème qui peut être résolu par une augmentation momentanée (le papy boom sera terminé dans +/- 15 ans) de 6% des cotisations retraites, n'est pas problème..... sauf si on veut qu'il le soit, et c'est politique.
a écrit le 06/12/2019 à 6:04 :
1% de TVA en plus,et nos régimes sont sauvés.Pas la peine de bloquer le pays et d'en faire un drame national.
Réponse de le 06/12/2019 à 7:58 :
Est-ce une bonne mesure économique que de régler le déficit des caisses de retraites due à la démographie par les taxes ?
Réponse de le 06/12/2019 à 10:15 :
@Tototiti:

C'est sûr que la meilleur solution c'est de tout tirer vers le bas, avec cette méthode on résout tout les problèmes !
Une autre méthode consiste à supprimer tout les avantages fiscaux aux entreprises (CICE 40 mds on attend toujours les 1 millions d'emplois du MEDEF, et j'en passe ), à taxer un peu plus les plus riches (ISF 5 mds, dont on attend toujours le fameux RUISSELLEMENT hein ! même les associations ont tiré le signal d'alarme face à la baisse drastique des dons) et lutter contre l'optimisation fiscale, qui n''est autre que de la fraude fiscale 80 à 100 mds ! sans parler de la fraude a la TVA,etc... Mais ont ils vraiment la VOLONTÉ POLITIQUE de s'attaquer à ça ??? Je ne pense pas, sinon comment vont ils financer leurs campagnes politiques ???
Stop trolls de laRem, il y a d'autres solutions que de tirer tout vers le bas, il faut juste le vouloir !!
a écrit le 06/12/2019 à 3:43 :
La grande majorite des participants a cette mascarade sont des fonctionnaires inquiets pour leurs prebendes.
a écrit le 06/12/2019 à 1:29 :
800k uniquement...Chers manifestants, cela montre bien que vos revendications lamentables et désinvoltes qui consistent à dire aux contribuables Français du secteur privés en substance : Taisez vous et continuez de payer pour nos retraites meilleures que la moyenne des salariés du privé, malgré des taux de remplacement plus élevés, malgré un départ + tôt, oubliez le fait notre déficit de nos régimes qui représente la moitié du total affiché par nos systèmes de retraite, oubliez que 45 Milliards d euros de dettes SNCF ont été soigneusement effacées des comptes pour venir davantage grever notre insupportable dette publique. voilà ce que défendent ces grévistes de la SNCF, RATP et autres services publics. C est LAMENTABLE et surtout Lunaire d entendre ça ...évidemment que ces comportements égoïstes ne peuvent que nuire à une équilibre societal et cliver les classes. Pourvu que ça dure...
Réponse de le 06/12/2019 à 16:30 :
Vous nous rappelez le nombre de manifestants "foulards rouges" en soutien à Macron à Paris en janvier 2019 ?
a écrit le 06/12/2019 à 0:30 :
Macron paye sa "Jupiteritude", mélange d'arrogance et de turpitude dû à un sentiment de supériorité. La "Macronie" est un accident temporel. Une nébuleuse qui, comme sa cousine cosmique est destinée à exploser et finir en ou dans un trou noir.
Réponse de le 06/12/2019 à 6:52 :
Suis pas fan de Macron...mais votre commentaire dépasse le stade de l ignorance et de la bêtise caractérisée.
Réponse de le 06/12/2019 à 10:52 :
@Reponse de tout est dit
Je maintiens que l'épisode Macron est un épiphénomène qui n'a aucun avenir.
Je considère qu'il est dangereux pour la démocratie parce qu'il favorise la montée de l'extrême droite à des fins politiciennes en jouant le "Nous ou le. chaos". Un jeu très dangereux...et si le pire n'est jamais sûr, il n'est jamais très loin.
l'Histoire est là pour nous le rappeler.
Quant à l'ignorance ou la bêtise, ce sont des jugements de valeur qui en disent long sur le sentiment de supériorité de celui qui les énonce.
Réponse de le 07/12/2019 à 2:36 :
D'accord sur ce que vous pensez de votre micron mais la cible c'est Bruxelles.
Vous pouvez manifester.
a écrit le 05/12/2019 à 22:13 :
Je suis vraiment content de cette mobilisation il faut faire tomber les masques.

Cette réforme est inutile et surtout menée de la façon la plus stupide.

Il faudra sûrement s adapter mais pas en se faisant spolier...

Tout le monde sait ce que peut faire le gèle des points.... tout le monde sait que prendre en compte le bilan complet precipite dans l indigence toutes les carrières incomplètes

Courage à tous les grévistes il ca falloir tenir
Réponse de le 06/12/2019 à 6:55 :
Encore un post d un ponctionnaire qui bénéficie des largesses d un système au detriment de ceux qui contribuent largement à financer vos privileges. Vive le collectivisme et le bolchevisme
Réponse de le 06/12/2019 à 9:44 :
@sacré ponctionnaire:

Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (plus des 2 tiers des fonctionnaires) ne vous demandent rien, ils cotisent à leur propre caisse: la CNRACL ! Je vous invite a regarder les comptes de cette caisse, ainsi que ceux la branche vieillesse de la SS !
Si la France ne vous plait pas ...allez faire un tour au States et après on en reparle !!!
a écrit le 05/12/2019 à 21:42 :
La réforme des retraites, ce n’est pas Macron mais l’union Européenne.

Dès 2016, BRUXELLES demandait à la France de REVOIR LE SYSTÈME DES RETRAITES,
Pour Bruxelles, les réformes conduites jusqu’à présent sont loin d’être suffisantes. La viabilité de notre système est toujours menacée, notamment à cause « des régimes des fonctionnaires et des employés des sociétés contrôlées par l’Etat », écrit la Commission, qui s’inquiète plus particulièrement pour l’avenir des retraites complémentaires. Elle demande au gouvernement de présenter de nouvelles mesures en mars 2016.
Si vous avez compris ça, vous avez compris l’importance du FREXIT ..!
Réponse de le 06/12/2019 à 10:57 :
Un frexit avec une dévaluation au départ de 25 % de la monnaie ferait perdre 15 % de pouvoir d’achat immédiat tant pour les salariés que pour les retraités. Beau programme en effet !
a écrit le 05/12/2019 à 21:41 :
On nous a vendu 1995...le compte n'y est pas du tout. On est même loin de 2010, qui a pourtant vu la réforme passer. De plus le pays n'a pas été bloqué, et la violence contenue à une infime minorité. Gouvernement 1 - Syndicats 0.
Réponse de le 06/12/2019 à 15:59 :
Le premier jour de manifestation en 1995, il y a avait moins de la moitié des manifestants qu'hier.

Sarko est passé en force en 2010 et il faut revoir la tronche d'ahuri qu'il avait quand il déclarait en tribune qu'après lui, on ne voyait plus les gréves.

Rappelons seulement que deux ans après il a été viré manu votandi par les électeurs et n'est plus jamais revenu en politique malgré son désir forcené.

La formation qui l'avait soutenu dans son viol est depuis 2012 ectoplasmique, perdue dans ses démons et incapable de savoir quoi penser.

C'est ce qui pend au nez de Macron et LAREM.

Pour ce qui est du mouvement social qui a débuté, attendez donc un peu avant de vendre la peau de l'ours.
Et surtout scrutez les elections en 2020, 2021, 2022.
a écrit le 05/12/2019 à 21:26 :
Au maximum il nous manque 17 millards si on fait l.effort de récupérer les 15 millards de fraude à la TVA C’EST GAGNE
a écrit le 05/12/2019 à 21:07 :
tototiti n ' a pas compris comme beaucoup de salariés du privés , qu ' ils sont concernés aussi:
-calcul sur l ensemble de la carrière ( et non les 25 meilleures années..)= 12-15% de moins sur le montant de retraite
-suppression de la retraite complémentaire (.." l ensemble des 42 régimes de base et complémentaire sont .....") = 8 à 15 % de moins selon les branches d ' activités
= 1/3 de retraite en moins pour le privé si le point est à valeur constante...

si je prends ma situation perso :polypensionné public+privés
sncf avant: 1597 € ( maitrise depuis 25 ans) sncf aprés 1077€ !
retraite compémentaire du privé (8 ans maitrise) avant 310€ aprés 0€
oui c ' est sur on aura tous une retraite assurée de 1000€ ( que vaudront-ils dans 15 ans?) doit on arrêter de consommer aujourd hui pour épargner et conserver un minimum dans 15 ans?
d' autre part , faut-il que les salariés du public portent plainte contre leur emplOyeur ne respectant pas leur contrat d travail ( ex: à la sncf, la durée et le calcul de retraite fait parti du contrat de travail) bref pas étonnant la hausse des démissions de cheminots à la sncf...et ceux qui le font sont pas les moins intéressants ( jeune, compétence technique rare etc..) cette entreprise va devenir un repoussoir au recrutement ( quels interêts a y entrer : salaire ,?, retraite?, garantie de l' emploi?,...) Va connaitre l effet ciseau de sa masse salariale - trop agée, mono-compétence, peu mobile etc...
Réponse de le 06/12/2019 à 8:06 :
Pour être concernés, nous le sommes car ce sont nos impôts qui paient la retraite de ces corporatistes dont les caisses sont vides et qui veulent continuer à vivre au-dessus de leurs moyens.
a écrit le 05/12/2019 à 21:06 :
Ce gouvernement et Macron ont le génie pour se mettre dans les ennuis. Prenez le régime des cheminots dont la suppression lui sert d'étendard. Aujourd'hui, il reste moins de 140 000 cheminots au statut. A raison d'environ 6000 départs en retraite par an, il sera éteint dans 20 ans. La réforme Sarkozy de 2007 fait qu'en 2025 la durée de cotisation sera de 43 ans pour avoir une retraite complète et la génération 1973 devra partir en retraite à 62 ans. Le taux de cotisation sera alors de 10,95% supérieur aux autres régimes. Mais comme la compensation est versée pour les deux tiers pour déficit démographique (les suppressions d'emploi, le recours aux contractuels et à la sous traitance font qu'il n'y a pas assez de cotisants) il n'y aura aucune économie pour l'état.
La manœuvre du gouvernement qui cherchait à diviser ne fonctionne pas et c'est tant mieux. Macron a de la haine pour les retraités et tout est bon pour les appauvrir.
Réponse de le 06/12/2019 à 11:01 :
le niveau moyen des retraites en France est supérieur à celui des actifs et bien plus généreux que chez nos voisins. A le SNCF il y a 2 fois plus de retraités que d'actifs et le déficit de leur caisse de retraite est financé par le privé.
a écrit le 05/12/2019 à 21:01 :
Pauvres compatriotes !! C'est à Bruxelles qu'il faut aller manifester !! Macron ne peut rien pour vous...
Réponse de le 05/12/2019 à 21:50 :
Bruxelles n'a jamais imposé à la France de se doter d'un système de retraite non viable, ni d'accorder un régime spécial scandaleusement avantageux à la SNCF et la RATP.
a écrit le 05/12/2019 à 20:53 :
les gens ne manifestent pas pour que les nantis partent a 50 ans a la retratite, c'est juste le contraire!
ils manifestent car ils sont inquiets pour ceux qui commencent a cotiser, voire furieurx pour ceux qui vont arriver a retraite, de voir qu'ils vont avoir moins ' que ceux quin n'en n'ont pas cotise car ils n'en n'ont pas les moyens eux'
les petites gens qui travaillent ont moins que les assistes, voila ou est le pb que la gauche refuise de voir
et ca, ca va amener hitler ( pas lepen, hein, ca c'est la rigolade, non, quand ca va derouiller, ca va etre copieux avec plein de panneaux ' je suismachin'
Réponse de le 06/12/2019 à 10:56 :
@ Churchill
...! Ça s'arrange pas, Vous !!!!
a écrit le 05/12/2019 à 20:51 :
Vu le coût que nous engendre la SNCF, la casse de nos entreprises, perso je crois qu'il faut la liquider. Garder RFF en gardant ceux qui veulent travailler, et ouvrir à la concurrence largement (au moins, cela réglerait la question des déficits qui ne cessent de grossir année après année). Un peu de courage, rien n'empêche légalement la liquidation d'une entreprise avec 50 milliards de dettes, et qui continue à perdre de l'argent, avec au surplus un personnel non dédié à sa mission: le service public (et la première chose à faire est de virer le Directeur du personnel, car la SNCF a réussi l'exploit d'avoir le pire personnel de toutes les sociétés françaises..
a écrit le 05/12/2019 à 20:26 :
Les employés de la SNCF sont au nombre de 200000. Ceux de EDF : 152000, et les gaziers : 133000. Faites l'addition. Cela donne 490000. Donc des 860000 grévistes, il y a plus de la moitié qui manifestaient pour maintenir égoïstement leurs régimes inéquitables.
a écrit le 05/12/2019 à 20:16 :
Notons objectivement que 64 millions n'ont pas manifesté.
Réponse de le 06/12/2019 à 9:00 :
64 millipns incluant les bebes ! Vous devriez éviter de faire des commentaires ;;;
Réponse de le 06/12/2019 à 9:49 :
Non et d'ailleurs ils n'ont même pas travaillés !! hier a Paname c’était désertique ! tous des fainéants !
a écrit le 05/12/2019 à 20:05 :
C'est beau un pays qui met au tapis ses technocrates quand même.

Il va nous faloir une démocratie qui nous permette de prendre cette volonté populaire et la faire parler et acter plutôt que cette république de général qui ne donne que pour unique possibilité de manifester à sa population.
Réponse de le 06/12/2019 à 8:02 :
Il y a deux sortes d'hommes :
Celui qui reve sa vie et l'autre acteur de son existence.
Pensez-vous vraiment que ceux qui ont le pouvoir vont le lacher , comme ca?
a écrit le 05/12/2019 à 19:51 :
Seul ceux qui provoquent savent les réponses a donner! Mais seul "le provoqué" en est toujours surpris!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :