Grèves SNCF : trafic très perturbé, bond de 56% des réservations de vols intérieurs pour Noël

Le début du grand week-end de départs avant Noël a été marqué par de fortes perturbations à la SNCF. Face aux grèves, les réservations pour des vols en France les 24, 25 et 26 décembre ont bondi de 56% d'après le géant européen du voyage en ligne Odigéo (Opodo, Go Voyages, eDreams, Liligo).
Le grand week-end de départs avant Noël est marqué par de fortes perturbations à la SNCF en raison de la poursuite du conflit sur les retraites.
Le grand week-end de départs avant Noël est marqué par de fortes perturbations à la SNCF en raison de la poursuite du conflit sur les retraites. (Crédits : Eric Gaillard)

Le grand week-end de départs avant Noël est marqué par de fortes perturbations à la SNCF en raison de la poursuite du conflit sur les retraites. Alors que plus de la moitié des conducteurs étaient encore grévistes vendredi au 16e jour de conflit, le trafic restera "très perturbé" samedi et dimanche, avec la moitié des TGV, 30% des TER et 20% des Transilien en circulation. La SNCF prévoit de faire rouler un Intercités sur quatre.

Trève de Noël pour les enfants voyageant seuls

Mais en fin d'après-midi la SNCF a annoncé que les enfants voyageant seuls pourront partir dimanche grâce au "retour au travail" de certains conducteurs, au lendemain de la réunion entre Édouard Philippe et les syndicats. Si l'entreprise avait annoncé mercredi, pour des raisons de sécurité, la suspension pour le week-end de son service prenant en charge les enfants de 4 à 14 ans, elle a pu le rétablir pour dimanche avec 5.000 places dans 14 TGV exceptionnels.

Cette annulation avait créé une vive polémique. Le revirement de la SNCF a été "rendu possible à la suite de la trêve de Noël annoncée par une partie des conducteurs", selon la direction.

Cette trêve n'est cependant que très partielle. Alors que le gouvernement espérait une pause de la CFDT-Cheminots, comme le souhaitait d'ailleurs le N°1 de la confédération Laurent Berger, le 3e syndicat des conducteurs a maintenu son appel à la grève car "les avancées obtenues ne sont pas suffisantes" pour garantir "l'intégralité des droits pour tous les cheminots au statut".

"Le gouvernement regrette la communication de la CFDT Cheminots visant à prolonger le mouvement social pendant la période de Noël", a réagi le ministère de la Transition écologique vendredi soir. De leur côté, la CGT-Cheminots et SUD-Rail, 1ère et 3è à la SNCF, avaient déjà décidé de continuer. Et si le bureau de l'Unsa ferroviaire, 2e syndicat de la compagnie, a invité à "une pause pour les vacances", plusieurs de ses unions locales ne sont pas sur cette ligne.

A la RATP, l'Unsa (1er syndicat) préfère laisser les assemblées générales, "souveraines, se positionner". Les deux autres syndicats représentatifs, CGT (2e) et CFE-CGC (3e), ont eux appelé à poursuivre. En conséquence, huit lignes de métro seront toujours fermées samedi, mais "avec une amélioration globale" tandis que dimanche le trafic sera "très réduit".

Le compte n'y est pas pour les syndicats

Prise en compte "plus généreuse" de la pénibilité, main tendue sur la retraite progressive pour les fonctionnaires, "améliorations" concernant le minimum de pension, "marges de manœuvre" pour parvenir à l'équilibre financier, progressivité de la réforme des régimes spéciaux... Après deux jours de rencontres avec syndicats et patronat, Édouard Philippe a relevé jeudi soir des "avancées concrètes" et promis de nouvelles réunions début janvier sur le projet, qui doit être transmis au Conseil d'État avant Noël et présenté en Conseil des ministres le 22 janvier.

Mais même pour les syndicats favorables à la réforme, le compte n'y est pas. La CFDT, a rappelé Laurent Berger, reste "fermement opposée" à l'"âge d'équilibre" assorti d'un bonus-malus que le gouvernement veut introduire dès 2022 et fixer à 64 ans en 2027 pour inciter chacun à travailler plus longtemps et assainir les comptes. Le député Cédric Villani, candidat LREM dissident à la mairie de Paris, a jugé qu'il ne fallait "pas s'arc-bouter sur l'âge-pivot" et qu'il fallait "écouter la CFDT".

L'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires et quatre organisations de jeunesse appellent à une nouvelle "puissante" journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles le 9 janvier. D'ici là, des actions se poursuivaient, comme à la gare routière de Tarbes, où des manifestants ont interpellé les passagers.

Emmanuel Macron "doit prendre la parole pour dire +on fait pause, on appuie sur le bouton stop, on revient autour de la table sans préalables+", a estimé Yves Veyrier, N°1 de FO. Vendredi soir, le ministère de la Transition écologique a appelé "à la responsabilité individuelle et collective des cheminots à l'aube des vacances et des fêtes de fin d'année".

Les réservations de vols intérieurs bondissent de 56%

Faute de pouvoir prendre le train, les Français se ruent sur l'avion. D'après le géant européen du voyage en ligne Odigéo (Opodo, Go Voyages, eDreams, Liligo), les réservations pour des vols en France les 24, 25 et 26 décembre ont bondi de 56% en raison des grèves qui touchent la SNCF et perturbent de nombreux trajets.

"On constate une croissance de 56% des réservations de billets d'avion faites entre le 5 et 18 décembre, pour des départs du 24 au 26 décembre, par rapport aux mêmes périodes de réservation et de voyage l'an passé", a détaillé le groupe.

Ces données concernent des vols intérieurs secs, donc pour des passagers voyageant vers des villes françaises.

"Les voyageurs français cherchent des solutions pour rejoindre famille et amis afin de fêter Noël et la fin de l'année", met en avant le groupe, qui explique aussi cette forte hausse par le fait que certaines destinations, comme Nantes, ne font pas toujours le plein et disposaient donc de places encore libres.

Les Français anticipent le prolongement de la grève jusqu'au réveillon de la nouvelle année

Contactée par l'AFP, la compagnie Air France, qui assure l'essentiel des vols intérieurs dans l'Hexagone, indique que, "à cette période de l'année, le remplissage des vols est déjà important. Nous avons observé un léger mouvement de report sur les vols court-courrier au départ et à destination d'Orly pour la période de Noël".

Selon Odigéo, les villes françaises enregistrant la plus forte croissance de réservations sont Nantes, avec une croissance de 100% des réservations, Toulouse (+98%), Marseille (+94%), Paris (+78%), Bordeaux (+44%).

Odigeo souligne également que "même si la croissance est moins importante, les Français semblent également anticiper un prolongement de la grève jusqu'à la fin de l'année", disant constater "une croissance de 38% des réservations faites entre le 5 et le 18 décembre pour des départs du 30 décembre au 2 janvier 2020, par rapport aux mêmes périodes de réservation et voyage l'an passé".

Le groupe Odigéo, coté en Bourse en Espagne, revendique 18 millions de clients dans 46 pays. Ses marques de voyages en ligne proposent des vols mais aussi des hôtels ou encore des croisières.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 22/12/2019 à 19:44
Signaler
Merci aux conducteurs grévistes qui ont décidé de respecter la trêve des confiseurs. Il était temps pour les enfants séparés de leur famille. Reprendre le travail maintenant n'a aucune influence sur les négociations, par contre, cela permet aux famil...

à écrit le 22/12/2019 à 16:46
Signaler
La définition de " Service Public " pour les syndicats politiques Marxistes CGT-S.U.D d'obédience 'extreme-gauche PCF-Insoumis-L.C.R-L.O ce n'est jamais ! SERVIR LE PUBLIC ET LES CITOYENS, c'est SE servir EUX, absolument pas ! les " usagers ...

le 22/12/2019 à 17:13
Signaler
Je rappelle qu'en Allemagne, seuls les syndiqués bénéficient de ce qui a été négocié par les syndicats, alors qu en France, c'est tout le monde, même ceux qui non pas fait grève et qui n'ont pas perdu leur salaire... Cela inclus le Smic ( qui d ai...

à écrit le 22/12/2019 à 11:04
Signaler
A propos qu'est devenu le transport des marchandises par la SNCF. Serait-ce le modèle pour le transport des passagers?

le 22/12/2019 à 13:21
Signaler
Oui, de toute évidence l'avion et les cars Macron vont remplacer le train, selon le modèle Ettats-Uniens.

à écrit le 21/12/2019 à 22:00
Signaler
Toute cette chienlit est parfaitement regrettable, il convient de faire le constat de ce que c'est avant tout la MALADRESSE LÉGENDAIRE d'Edouard PHILIPPE qui a décidé du calendrier détestable que nous connaissons. La maladresse et les erreurs stra...

à écrit le 21/12/2019 à 18:44
Signaler
Bonsoir Le club des soutiens à la grève s'est adjoint Air France et Easyjet!! Merci aux syndicats qui favorisent les entreprises privées de location de voitures américaines comme Avs et Hertz et Allemandes comme Sixt (il est très difficile de trouv...

à écrit le 21/12/2019 à 16:49
Signaler
"britannicus", vous avez raison ! Vivement le retour des compagnies de chemin de fer privées qui étaient en faillite en 1937 ! En attendant le grand chambardement , vous pouvez toujours aller goûter à ce plaisir inavoué outre Manche. Désolé , mais de...

le 21/12/2019 à 18:10
Signaler
"Les tarifs supérieurs à 50%"... cela ne veut pas dire grand chose si la dette de la SNCF enfle de manière démesurée (nous en payons pas le vrai coût du service en France). La SNCF cumule 54 milliards de dettes, une somme inouïe, et donc votre remarq...

le 21/12/2019 à 18:25
Signaler
Faites un petit séjour au Japon: compagnie de chemin de fer privatisée; moyenne des retard moins d'une minute!

le 22/12/2019 à 9:14
Signaler
@BH "la SNCF cumule 54 milliards de dettes, une somme inouïe, et donc votre remarque ne permet pas de se faire une idée sur l'intérêt de privatiser Entre 1994 et 1997, le réseau de l'ex-British Rail a été découpé et cédé au privé sous forme de ...

le 22/12/2019 à 12:11
Signaler
BH et lachose reçu 5 sur 5. Le modèle ferroviaire français doit évoluer comme le modèle telecom: avec un marché porteur, un opérateur historique gestionnaire du réseau (devenu leader international avec le groupe Orange), des opérateurs concurrents p...

à écrit le 21/12/2019 à 16:22
Signaler
de la responsabilité des syndicats, du gouvernement dans son ensemble, de la SNCF ou de la RATP, il est inacceptable d'avoir et de faire subir une telle situation aux personnes à transporter, qui au final sont des CLIENTS. Le droit de grève doit être...

à écrit le 21/12/2019 à 14:36
Signaler
Avec son intransigeance de façade, le gouvernement fait tt pour rendre cette grève à forte connotation corporatiste impopulaire, d'autant plus que de nbreux passagers se retournent en dernier ressort sur l'avion pour le + gd bonheur des easyJet et co...

le 22/12/2019 à 11:01
Signaler
Vous avez vu les tarifs SNCF? Plus cher que d'être seul dans sa voiture!!!

le 22/12/2019 à 11:02
Signaler
Vous avez vu les tarifs SNCF? Plus cher que d'être seul dans sa voiture!!!

le 22/12/2019 à 13:25
Signaler
En temps normal et sur toutes les destinations, EasyJets est bien moins cher que le train. Surtout si on réserve tôt.

à écrit le 21/12/2019 à 13:52
Signaler
Un conflit état contre syndicats, public contre public qui gène tout le monde pour rester poli et principalement le privé. Le chef de l'état paradant à Abidjan ....

à écrit le 21/12/2019 à 13:51
Signaler
Macron fait accroire qu'il réforme mais rien ne progresse . Il cède tout par derrière et le résultat c'est le déficit qui enjambe les 100% . Qu'il dégage ce bon à rien .

le 21/12/2019 à 18:27
Signaler
Martine le dégagera: patience!

à écrit le 21/12/2019 à 12:20
Signaler
On est dans un grand n'importe quoi ! du gouvernement , l'important n'était pas la csg sur les retraités et non plus les exonérations de charges pour le patronat encore moins une soit disant réforme des distances minimales des dispersments des pestic...

le 22/12/2019 à 13:30
Signaler
Supprimer (malheureusement, partiellement, ce qui fait qu'on ne peut pas liquider les personnels en charge de son recouvrement et de son contrôle) cet impôt imbécile et démagogique qu'était l'ISF est à peu près la seule bonne (mais améliorable en sup...

à écrit le 21/12/2019 à 12:14
Signaler
La SNCF est incapable d'assurer le service public des transports en commun. Il faut lui reprendre le service public et la liquider. Sa remplaçante saura mettre ses collaborateurs au travail : l'encadrement actuel a manifestement échoué...

le 22/12/2019 à 11:47
Signaler
NON !! La SNCF possède un savoir faire incontestable sur le plan technique et technologique ( le réseau LGV n'aurait pu voir le jour sans elle ) et dans la gestion ultra complexe du trafic ferroviaire. Faut maintenir coute que coute voire conforter...

à écrit le 21/12/2019 à 11:23
Signaler
L'île de France c'est une île, non? Ça ne concerne que 5 millions d'habitants sur 65! Nous on ne part pas en vacances. C'est pas interdit, non?

à écrit le 21/12/2019 à 11:23
Signaler
il faut coller un impot ecolo a la cgt a cause d'elle et de ses greves dans les transports publics qui ne sont pas au servvice du public mais bien des syndicats, il y a du rechauffement climatique qui tue les ours blancs il faut confisquer leurs ch...

à écrit le 21/12/2019 à 11:17
Signaler
Merci beaucoup ! Ah ben voilà je sais maintenant pourquoi il n'y a pas grève de la gratuité à la sncf ! Syndicats et classes dirigeantes, même combat.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.