Éolien en mer : les premières fondations métalliques du parc de Saint-Brieuc installées durant l’été

Nouvelle étape cruciale pour le chantier des 62 éoliennes de la baie de Saint-Brieuc. Les quatre premières fondations dites « jackets » du futur parc éolien en mer ont quitté leur escale à Brest. Premiers éléments visibles, y compris des opposants, elles seront installées durant l’été. L’arrivée de ces structures géantes concrétisent un projet défendu depuis douze ans par Ailes Marines.
Les quatre premières fondations dites « jackets » du futur parc éolien en mer ont quitté leur escale à Brest. Premiers éléments visibles, y compris des opposants, elles seront installées durant l’été. L’arrivée de ces structures géantes concrétisent un projet défendu depuis douze ans par Ailes Marines.
Les quatre premières fondations dites « jackets » du futur parc éolien en mer ont quitté leur escale à Brest. Premiers éléments visibles, y compris des opposants, elles seront installées durant l’été. L’arrivée de ces structures géantes concrétisent un projet défendu depuis douze ans par Ailes Marines. (Crédits : Ailes Marines)

Dans la baie de Saint-Brieuc, le ballet des navires risque d'être imposant durant l'été. Et pas seulement du côté des pêcheurs et des touristes.

Chargées sur barges début juin à Fene en Espagne, les quatre premières fondations jackets des 62 éoliennes de 8 MW du futur parc éolien en mer de Saint-Brieuc (500 MW), viennent d'achever leur escale d'une semaine à Brest.

Ces structures sur trois pieds pèsent 1.150 tonnes et affichent une taille impressionnante de 75 mètres de hauteur et de 25 mètres de côté.

Elles font définitivement cap vers la baie de Saint-Brieuc où elles seront installées sur site durant l'été par le consortium Navantia-Windar, sous le pilotage d'Ailes Marines, filiale de l'espagnol Iberdrola qui développe et exploitera la ferme éolienne off-shore.

Partie inférieure de la sous-station électrique, ces fondations, qui sont prolongées par un « topside » abritant l'ensemble des équipements électriques, seront fixées au fond marin par des pieux.

Pas moins d'une « dizaine de navires procéderont au levage des fondations et à leur ancrage sur leurs trois pieux » précise Ailes Marines.

En rythme de croisière, la société maritimes Van Oord mobilisera deux barges pour transporter chacune quatre jackets.

250 emplois depuis deux ans à Brest et débuts de filière

L'escale à Brest était nécessaire pour préparer et sécuriser les opérations d'installation à venir et la chaîne logistique des travaux en mer expliquent les porteurs du projet.

Les composants des 62 fondations jacket ont en effet été en partie construits et assemblés sur le polder de Brest par Navantia-Windar.

Premier industriel à s'être installé il y a deux ans sur 11 hectares du terminal Énergies marines renouvelables (EMR) réaménagé par la Région Bretagne, la co-entreprise espagnole mobilise 250 emplois pour cette réalisation et une quinzaine d'entreprises locales sous-traitantes. Parmi elles figurent Idra Bio (expertises océanographiques), Ixblue (photonics et navigation), Brest béton service, Sobec (chaudronnerie) et Neodyme Breizh (risques industriels).

« Les fondations jackets sont les premiers éléments vraiment visibles de ce chantier et l'étape brestoise marque un temps fort dans le déploiement de cette nouvelle filière industrielle et maritime. Arrivées alors que se déroule une crise énergétique et géopolitique, ces éoliennes sont une réponse à la transition énergétique et à notre autonomie » a pour sa part réagi Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, à l'occasion de cette escale brestoise.

Pour répondre aux besoins de recrutements de certains sous-traitants, le Conseil régional finance d'ailleurs, avec l'entreprise Vulcain et Pôle emploi, une session de formation au métier de technicien de maintenance et de préservation des équipements bas des éoliennes.

Emmanuel Rollin, vice-président d'Ailes Marines et Directeur Offshore France d'Iberdrola, se félicite également du soutien et de l'implication de la collectivité. Cette aventure industrielle, dont l'investissement global s'élève à près de 2,5 milliards d'euros a mis dix ans avant de se concrétiser.

Au-delà de la ferme éolienne de Saint-Brieuc, l'expérience est à même de permettre au territoire de se démarquer sur le « marché en pleine croissance des énergies marines renouvelables » parient les acteurs économiques.

« Contestations limitées » ?

Installée sur une superficie de 75 kilomètres carrés, les 62 futures éoliennes sont appelées à produire 1.820 GWh par an. Cette énergie qui sera injectée dans le réseau via RTE équivaut à la consommation annuelle en électricité de 835.000 habitants (plus que la population des Côtes d'Armor), chauffage compris.

L'installation estivale de ces volumineuses fondations jacket pourrait-elle revigorer l'opposition émanant de pêcheurs de coquilles Saint-Jacques et de riverains ?

Ailes Marines admet que « ce projet fait l'objet de contestations limitées, que nous entendons » mais ajoute qu'il ne faut pas « perdre de vue que le parc éolien en mer de Saint-Brieuc est un projet exemplaire et bénéfique ».

Emmanuel Rollin a toujours assuré que le parc n'empêcherait pas les pêcheurs d'y pêcher, que les conséquences sur l'environnement seront minimes et que l'impact visuel des futures éoliennes sera faible.

Si le chantier, dont les travaux doivent se dérouler jusqu'à la fin 2023, a toujours ses détracteurs, Ailes Marines se sort plutôt bien des aléas qui émaillent le chantier depuis le démarrage des activités de forage au printemps 2021.

En juin 2021, la pollution à l'huile liée à une fuite survenue sur une foreuse d'un des navires de la compagnie Van Oord a suspendu les travaux un mois avant leur reprise fin juillet 2021.

En parallèle, les recours et les plaintes portant sur l'intégralité du projet, le « recel de favoritisme » dans l'attribution du chantier ou l'atteinte à la conservation des espèces se sont multipliés de la part du comité des pêches des Côtes d'Armor mais aussi de l'ONG Sea Sheperd et de l'association Gardez les Caps.

Avec plus ou moins de succès.  En avril 2022, le Conseil d'État a débouté les pêcheurs d'une requête en annulation d'un arrêté concernant un programme de surveillance et d'alerte de turbidité. Le comité des pêches 22 a été condamné à verser 2.000 euros à Ailes Marines.

Deux mois plutôt, le quotidien Le Télégramme dévoilait la signature d'un premier contrat de compensation entre Ailes Marines et un armement de pêche dont le chiffre d'affaires est impacté par l'interdiction d'accès à la zone du parc durant les travaux (2021-2023). La cohabitation commence à s'organiser.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 29/06/2022 à 14:53
Signaler
Fabrication jackets en Espagne, services maritimes en Belgique et Pays-Bas, eoliennes allemandes ou espagnoles, operateur espagnol, béton francais, empreinte au sol immense, appareils de production utilisés à 35% en moyenne, etc... . Quels coûts comp...

à écrit le 29/06/2022 à 10:11
Signaler
C est drôle il n y a qu en France qu on a des critiques sur ces dispositifs .. dans tout le reste de l’Europe les populations en ont bien compris l intérêt .. d autant que la Bretagne dépend à 80% de l énergie produite hors de ses contrées …. De mêl...

le 29/06/2022 à 13:43
Signaler
L'explication est pourtant simple, les silos de céréaliers, les entrepôts d'Amazone, les parkings de super marché..... Tout ça ne fait pas d'ombre au nucléaire !

à écrit le 28/06/2022 à 23:10
Signaler
L'éolien en mer est le chantier français le plus crucial de ce siècle.

à écrit le 28/06/2022 à 18:46
Signaler
La baie de Saint-Brieuc possède le plus grand gisement naturel de coquilles Saint-Jacques de France. Des études ont elles été faites sur la compatibilité des coquilles et de la globalité d'un business énergétique ?

le 29/06/2022 à 13:45
Signaler
Les coquilles Saint Jacque sont moins embêtées que vous par les éoliennes..... C'est claire !

le 29/06/2022 à 13:45
Signaler
Les coquilles Saint Jacque sont moins embêtées que vous par les éoliennes..... C'est claire !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.